Sélection de la langue

Recherche

Sommaire des consultations sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers - Commentaires des répondants et réponses de l'ACIA

17 juillet au 18 août 2017

Sur cette page

Introduction

En se fondant sur les nombreuses consultations, les activités de recherche et les initiatives de conception et de planification effectuées au cours des dernières années afin d'améliorer comment l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) mène ses opérations. L'Agence progresse quant aux cinq priorités stratégiques visant à préserver la salubrité des aliments, la santé des animaux et la protection des végétaux, afin d'améliorer la santé et le bien-être des Canadiens, la protection de l'environnement et la prospérité de l'économie.

Afin de maximiser les capacités de l'Agence à traiter des risques d'aujourd'hui et à l'avenir, tous les efforts effectués par l'ACIA s'aligneront sur ces cinq priorités :

  1. Outils de réglementation moderne : Les outils de réglementation moderne de l'ACIA, qui sont axés sur les résultats avec de nouveaux outils de conformité et de promotion, appuient le rôle de l'Agence envers la protection des aliments, des végétaux et des animaux du Canada, tout en facilitant l'innovation de nouveaux produits.
  2. Intégration du risque : Les décisions et les mesures entreprises par l'ACIA sont axées sur les risques et sont fondées sur les données scientifiques. Les nouveaux outils de gestion, d'analyse et de surveillance des risques de l'Agence contribuent à informer l'allocation des ressources et l'établissement de priorités d'application tout en améliorant la capacité de l'ACIA de s'adapter rapidement et à répondre à de nouveaux risques dans un milieu global en pleine évolution.
  3. Inspections cohérentes et efficaces : Une approche d'inspection unique axée sur les résultats en matière de réglementation et appuyée par du soutien et des outils mobiles contribuera à plus d'efficacité et d'agilité pour intervenir en cas de risques émergents.
  4. Priorité aux outils et services numériques : Privilégier la voie électronique pour demander et recevoir des services de la part de l'ACIA par l'entremise d'applications comme Mon ACIA et Demandez à l'ACIA, appuiera la conformité des industries aux exigences réglementaires tout en aidant à la gestion et à la prévention de risques à la salubrité des aliments.
  5. Chef de file mondial : La collaboration de l'ACIA avec des partenaires internationaux appuiera l'élaboration de normes et de règles internationales, l'équité dans les pratiques commerciales, l'utilisation accrue de la technologie, la coopération en matière de réglementation et l'amélioration de l'accès aux marchés pour les industries.

La modernisation du Règlement de 1983 sur les aliments du bétail (le Règlement) tient compte de ces priorités afin d'en tirer avantage pour l'industrie collective des aliments du bétail au Canada, qui comprend les éleveurs, les fabricants commerciaux d'aliments du bétail, les détaillants, les importateurs, les exportateurs, les fabricants d'ingrédients, et les transformateurs de produits alimentaires. En plus d'assurer l'harmonisation avec les autres régimes internationaux de réglementation des aliments du bétail, la modernisation maintient l'objectif d'assurer que les règlements soient axés sur les résultats, efficaces, et le plus souples possibles tout en continuant d'assurer que les aliments pour le bétail soient salubres et contribuent à la production et à l'entretien de bétail sain et d'aliments d'origine animale salubres et qu'ils ne posent pas de risque considérable à l'environnement.

La surveillance de la teneur en éléments nutritifs dans les aliments destinés aux animaux n'est qu'un aspect du Règlement qui fait l'objet d'un examen dans le cadre du projet global de modernisation. Le tableau 4 de l'Annexe I a été créé et intégré dans le Règlement de 1983 sur les aliments du bétail dans les années 1980 comme mécanisme permettant d'exempter certains groupes d'aliments du bétail de l'enregistrement. Actuellement, si un aliment complet comporte des éléments nutritifs qui s'inscrivent dans les limites indiquées dans le tableau 4, ou si un supplément a des directives d'utilisation qui feraient en sorte qu'un aliment complet fournirait des éléments nutritifs qui s'inscrivent dans les limites indiquées dans le tableau 4, l'aliment du bétail peut donc être exempté d'enregistrement. Les aliments du bétail qui comportent des éléments nutritifs qui s'inscrivent hors des limites indiquées dans le tableau 4 et qui ne répondent à aucun des critères d'exemption supplémentaires doivent être évalués et enregistrés auprès de l'ACIA avant leur fabrication et leur mise en vente.

Les valeurs présentées dans le tableau 4 n'ont plus la même pertinence nutritionnelle qu'au moment de sa publication initiale. Les intervenants croient également que le tableau 4 fait obstacle à l'innovation pour de nouveaux aliments du bétail; toutefois, un grand nombre de limites maximales d'éléments nutritifs qui figurent actuellement dans le tableau 4 doivent être prises en considération puisqu'elles ont des répercussions sur la santé et la sécurité.

L'ACIA a mené une période de consultation du 17 juillet 2017 au 18 août 2017 concernant une proposition visant à déterminer les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers. Il a également été suggéré que le tableau 4 soit retiré du Règlement et ne serve plus de facteur déclencheur pour l'enregistrement des aliments du bétail en fonction d'une série d'éléments nutritifs précis. Finalement, la proposition a indiqué que ces valeurs maximales d'éléments nutritifs seraient ajoutées dans un document qui sera incorporé par renvoi au règlement afin d'offrir la souplesse nécessaire pour modifier les listes en temps opportun, au besoin.

Le présent rapport vient consolider et résumer les commentaires reçus à l'égard de la proposition sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers et la réponse de l'ACIA à ces commentaires.

L'ACIA tient à remercier chacun des participants aux activités de consultation pour le temps qu'ils ont consacré au processus de consultation et pour avoir fait part de leurs points de vue.

À propos de la consultation

Le mode de consultation principal était composé de la préparation et la publication de la Proposition - Valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments destinés aux bovins laitiers et de boucherie sur le site Web de l'ACIA ainsi que la sensibilisation directe des intervenants de l'industrie, des partenaires gouvernementaux et des membres du personnel de l'ACIA. 19 commentaires écrits ont été reçus en réponse à la proposition sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers.

Ce que nous avons entendu

Profil des répondants

Tableau 1 : Profil des répondants
Catégorie de répondant Répartition
Industrie des aliments du bétail - individus 7
Industrie des aliments du bétail - associations 5
Producteurs de bétail - individus 0
Producteurs de bétail - associations 3
Autres intervenants dans le domaine des aliments du bétail 1
Gouvernement (fédéral et provincial du Canada) 3
Total 19

Les commentaires des associations de l'industrie des aliments du bétail représentent les fabricants canadiens et américains d'aliments du bétail, ainsi que certaines plus grandes organisations de fournisseurs d'ingrédients d'aliments pour le bétail. L'Association canadienne des industries de l'alimentation animale représente 90 % des aliments du bétail commerciaux fabriqués au Canada, alors que l'association américaine représente environ 75 % des aliments du bétail commerciaux fabriqués aux États-Unis. Les « Autres commentaires provenant du secteur des aliments du bétail » figurant dans le tableau ci-dessus comprenaient une réponse provenant d'une université canadienne.

Messages clés des répondants

Alors que les intervenants ont présenté plusieurs suggestions pour améliorer la proposition sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers, l'ACIA n'a reçu aucun commentaire indiquant un désaccord total à l'approche réglementaire proposée.

Les répondants ont indiqué qu'ils étaient d'accord avec le concept de discontinuer l'utilisation du tableau 4 comme moyen d'exempter les aliments du bétail à l'enregistrement, mais ont toutefois également soulevé certaines préoccupations concernant la proposition, y compris :

Une discussion plus détaillée concernant ces préoccupations ainsi que les réponses de l'ACIA sont présentées ci-dessous.

Rétroactions concernant la proposition sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers

Profil nutritionnel des ingrédients et valeurs moyennes pour le taux de consommation

La proposition comprenait des tableaux indiquant les valeurs moyennes d'ingestion de matière sèche totale, les valeurs d'ingestion d'aliments complets et les valeurs d'ingestion de fourrage pour les différentes catégories de bovins de boucherie et bovins laitiers identifiées. 7 répondants ont exprimé leurs préoccupations concernant certaines des valeurs comprises dans ces tableaux. 4 répondants ont laissé entendre que la proposition ne prenait pas en considération les différentes races de bovins et ont exprimé que le taux de consommation varie selon le poids des animaux vivants et que ces valeurs sont fortement influencées par la race. De plus, 3 répondants ont indiqué que les taux moyens de consommation des animaux étaient trop restrictifs et que des facteurs comme la taille de l'animal et les étendues générales d'âge et de poids pour la catégorie des génisses font que les valeurs suggérées ne reflètent pas les besoins véritables.

La proposition laissait entendre que les valeurs maximales pour les bovins de boucherie et bovins laitiers seraient établies en fonction des régimes alimentaires quotidiens plutôt que pour les aliments complets seulement. 6 répondants ont formulé des commentaires concernant les difficultés associées à la détermination du profil nutritionnel de tous les ingrédients, y compris des fourrages, utilisés dans l'alimentation complète. 3 des répondants ont questionné si l'état futur exigeait que chaque installation effectue des analyses sur chacun des ingrédients utilisés dans la fabrication de leurs aliments du bétail et ont par la suite exprimé leurs préoccupations concernant les répercussions financières de ces analyses. 3 des répondants ont demandé quelles normes de profil nutritionnel seront utilisées par l'ACIA lors de la détermination de la conformité et ont par la suite laissé entendre que les valeurs du Conseil national de recherches des académies nationales (NRC) ne reflètent pas les différences régionales et qu'il faudrait faire preuve de souplesse pour tenir compte de ces différences régionales.

Réponse de l'ACIA

Taux de consommation (céréales et fourrages)

Les taux de consommation pour les catégories de bétail n'ont pas été utilisés dans les calculs pour obtenir les valeurs maximales en éléments nutritifs et ne reflètent donc pas toutes les circonstances de production. Ils représentaient des exemples de valeurs moyennes d'ingestion de matière sèche totale associés aux différentes catégories de bovins de boucherie et bovins laitiers. L'ACIA est consciente des différences associées à la race, au poids, à l'âge et aux différentes circonstances de production de bovins. Les tableaux ont été modifiés pour inclure une étendue d'ingestion de matière sèche totale (IMST) au lieu d'une moyenne. Les tableaux ne seraient pas utilisés comme « norme ou fait » pour le calcul de taux de consommation pour vérifier la conformité puisqu'il existera des différences dans les circonstances de production.

Bovins de boucherie
Catégorie Étendue d'ingestion de matière sèche totale
(kg MS/jour) Note de tableau 1
Vache en production (VP) 10 à 14
Vaches gestantes taries et génisses pleines (VT) 8 à 13
Animaux en croissance, ration à moyenne teneur en énergie (CM) 6 à 10
Animaux en croissance, ration à haute teneur en énergie (CH) 6 à 10
Animaux de finition (F) 9 à 12
Veaux, de la naissance au sevrage (V) 0,5 à 6
Veaux rouges (VR) 5 à 7

Notes de tableau

Note de tableau 1

Remarque : L'ingestion de matière sèche totale sur une ferme d'élevage donnée peut être supérieure ou inférieure à ces étendues.

Retour à la référence de la note de tableau 1

Bovins laitiers
Catégorie Étendue d'ingestion de matière sèche totale
(kg MS/jour) Note de tableau 2
Vaches en production (VP) 10 à 30
Vaches taries (VT) 6 à 15
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) (G) 3 à 15
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) (V) 0,5 à 3

Notes de tableau

Note de tableau 2

Remarque : L'ingestion de matière sèche totale sur une ferme d'élevage donnée peut être supérieure ou inférieure à ces étendues.

Retour à la référence de la note de tableau 2

Profils nutritionnels d'ingrédients

Les fabricants d'aliments du bétail et les nutritionnistes analysent les fourrages périodiquement afin de les utiliser dans leurs formulations de rations et les aliments du bétail et les ingrédients fabriqués affichent actuellement un « mode d'emploi » ainsi qu'une analyse des éléments nutritifs garantis. Aucune exigence supplémentaire n'est prévue pour l'industrie, autre que l'étiquetage adéquat et la tenue de dossier adéquate des sources et des formulations de leurs aliments du bétail en cas qu'ils soient exigés pour la vérification lors d'activités régulières d'inspection ou si un cas de contamination surviendrait.

Les bases de données (provenant d'analyses en laboratoire) seraient aussi consultées pour refléter les différences actuelles et régionales surtout en ce qui concerne les fourrages puisqu'aucun dossier y étant associé n'est disponible. Aussi, en ce qui concerne les éléments nutritifs particuliers dans les fourrages, l'ACIA utiliserait les valeurs du NRC pour les fourrages typiques. S'il existe des données pour un type de fourrage particulier provenant d'un producteur ou d'une meunerie qui représente mieux la région ou le programme d'alimentation particulier, celles-ci peuvent être fournies à un inspecteur de l'ACIA et utilisées par la suite. Ceci devrait permettre pour plus de souplesse dans l'ensemble du pays afin de pouvoir tenir compte des différences géographiques des fourrages et même des cas où des mélanges de fourrages sont utilisés. Puisque ces valeurs maximales proposées seraient comprises dans un document qui sera incorporé par renvoi au règlement, les valeurs pourraient être ajustées périodiquement afin de suivre les avancées scientifiques et les nouvelles technologies de production.

Suggestions de points à améliorer

En ce qui concerne les valeurs d'éléments nutritifs, dans plusieurs cas les répondants ont indiqué que les valeurs proposées étaient trop faibles selon les pratiques actuelles de l'industrie et l'expérience de nutritionnistes quant à la formulation des régimes alimentaires des bovins de boucherie et bovins laitiers. De plus, 2 répondants ont indiqué que le NRC était sur le point de publier un document contenant des valeurs révisées d'éléments nutritifs pour le bétail qui pourrait causer la révision des valeurs indiquées dans la proposition.

Réponse de l'ACIA

L'ACIA apprécie le temps que les intervenants ont consacré à présenter les descriptions détaillées et les justifications de leurs pratiques de production et de leurs préoccupations concernant les valeurs maximales d'éléments nutritifs proposées. L'ACIA reconnaît ces points de vue et, dans bien des cas, est d'accord pour augmenter certaines concentrations maximales d'élément nutritif en réponse à ces commentaires comme décrit de façon plus approfondie ci-dessous.

L'ACIA prévoit d'incorporer les valeurs maximales en éléments nutritifs par renvoi dans le règlement, ce qui fournira de la souplesse pour la modification des listes au fur et à mesure que des changements scientifiques et technologiques surviennent.

Macro-minéraux

Calcium (Ca) et phosphore (P)

13 répondants ont présenté des commentaires concernant les valeurs maximales de calcium pour les bovins de boucherie et les bovins laitiers. Dans tous les cas, les répondants ressentaient que les valeurs proposées étaient faibles et devraient être augmentées.

Préoccupations soulevées par les répondants
Élément nutritif Bovins de boucherie Bovins laitiers
Calcium
  • Le taux tolérable maximal (TTM) est de 2 %;
  • Le niveau maximal proposé doit tenir compte de l'utilisation de succédanés du lait et de fourrages qui contiennent plus de 1 % de Ca;
  • Les répondants suggèrent de garder le niveau à 2 % pour les vaches de boucherie et laitières de production puisque les rapports de Ca : P et de Ca : Mg (magnésium) sont plus importants que le niveau de Ca;
  • Ils laissent aussi entendre qu'un niveau maximum de 1 % pour les aliments pour veaux et vaches taries pourrait être trop faible puisque les fourrages contiennent plus de Ca que cela et suggèrent d'augmenter le niveau à 1,5 % afin de prévenir l'hypocalcémie post-partum;
  • Le niveau maximal doit être plus élevé pour tenir compte des cas où de la luzerne est utilisée pour nourrir le bétail.
  • Les répondants proposent un niveau maximal de 2 % pour toutes les classes puisqu'il n'existe aucun enjeu pour la santé;
  • La classe des vaches taries devrait utiliser un niveau maximal de 2 % en raison de l'utilisation de suppléments pour l'équilibre alimentaire cationique et anionique (DCAB en anglais) dans l'alimentation pour les vaches en période de transition;
  • Si l'alimentation est élevée en drêches de distillerie, le niveau de P pourrait être aussi élevé que 1 % de l'alimentation, donc le niveau doit être ajusté pour assurer que le rapport Ca : P est de 2:1 ou que le niveau de Ca soit de 2 %;
  • Augmenter le niveau à 2,5 % pour satisfaire l'alimentation de suppléments anioniques aux vaches taries.

4 répondants ont présenté des commentaires concernant les valeurs maximales de phosphore pour les bovins de boucherie et les bovins laitiers. Bien qu'un (1) répondant ait ressenti que la valeur proposée était trop faible après l'addition d'aliments sous-produits du bétail dans la ration, tous les autres répondants ont approuvé les valeurs proposées.

Réponse de l'ACIA

Calcium

Après avoir examiné attentivement et pris en considération les valeurs suggérées par tous les répondants, l'ACIA compte modifier les valeurs maximales de calcium dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers afin de tenir compte des niveaux élevés de Ca dans les fourrages ainsi que des taux de minéraux sous différentes circonstances de production et dans les cas d'alimentation de suppléments anioniques aux vaches laitières taries. Aucun risque à la santé animale ou à la salubrité des aliments ne serait prévu en raison des augmentations de ces niveaux. Une attention particulière devrait être prise par les nutritionnistes afin de prévenir la l'hypocalcémie post-partum. Les modifications proposées sont indiquées dans les tableaux ci-dessous.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,5 2
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1 2
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1,5 2
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1,5 2
Vaches de finition 1,5 2
Veaux (de la naissance au sevrage) 1 2
Veaux rouges 1,5 2
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,5 2
Vaches taries 1 2
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 1,5 2
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 1,5 2
Phosphore
Bovins de boucherie et bovins laitiers

L'ACIA continuera à utiliser les valeurs maximales proposées pour le phosphore. Les préoccupations des répondants associées à l'utilisation d'aliments sous-produits du bétail pour l'alimentation en tenant compte des changements à l'alimentation totale comparativement aux anciennes valeurs maximales associées aux aliments complets sont peu probables de survenir selon l'ACIA. De plus, les niveaux maximaux proposés (0,7 % de MS de la ration) sont harmonisés au taux tolérable maximal (TTM) pour le P (NRC, 2016).

Sommaire des rétroactions : niveaux de magnésium, de sodium, de potassium et de soufre
Élément nutritif Nombre de répondants ayant présenté des commentaires Nombre de répondants en accord avec les valeurs proposées Nombre de répondants en désaccord - Sommaire des commentaires
Magnésium (Mg) 7 2 3- Les répondants ont laissé entendre que le niveau maximal proposé est trop faible pour les bovins de boucherie et ont suggéré d'augmenter cette valeur afin de refléter celle de 0,5 % pour les bovins laitiers.
1- Un répondant a suggéré que les niveaux de Mg et de K dans les fourrages de l'Alberta (AB) et de la Colombie-Britannique (BC) pourraient affecter l'adéquation d'autres macro-minéraux.
1- Un répondant a suggéré qu'il pourrait y avoir des problèmes lorsque des régimes à alimentation élevée en fourrages sont utilisés pour des vaches laitières en production ou taries ou pour des veaux.
Sodium (Na) 5 3 2- Les répondants ont remarqué que le sel est utilisé pour limiter l'apport en suppléments en énergie et en protéines et ont douté de si les valeurs proposées limitaient de telles pratiques d'alimentation.
Potassium (K) 8 0 7- Les répondants ont suggéré que la valeur proposée est plus faible que la quantité de K retrouvée dans de nombreux fourrages et ont donc proposé d'augmenter la valeur maximale de 2 à 3 % pour ensuite suggérer d'augmenter le niveau pour les bovins de boucherie à au moins le même que celui des bovins laitiers.
1- Le répondant a suggéré que les niveaux de Mg et de K dans les fourrages de l'Alberta (AB) et de la Colombie-Britannique (BC) pourraient affecter l'adéquation d'autres macro-minéraux.
Soufre (S) 6 3 1- Le répondant a laissé entendre des interactions potentielles entre le S et le cuivre (Cu) en Saskatchewan (SK) et dans certaines parties de l'AB.
1- Le répondant a laissé entendre que les rations possédant de hauts niveaux de sous-produits pourraient augmenter les niveaux au-delà du TTM pour les bovins de boucherie.
1- Le répondant a suggéré d'augmenter la valeur maximale de S pour les bovins de boucherie à 0,5 % conformément aux recommandations du NRC.

Réponse de l'ACIA

Magnésium

L'ACIA procédera à augmenter le niveau maximum de magnésium à 0,6 % (TTM) pour toutes les catégories de bovins de boucherie comme indiqué dans le tableau ci-dessous en raison du haut niveau intrinsèquement présent dans les fourrages et des taux minéraux sous différentes circonstances de production. Aucun enjeu envers la santé des animaux ou à la salubrité des aliments ne serait prévu de survenir selon l'ACIA.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 0,4 0,6
Vaches gestantes taries et génisses pleines 0,4 0,6
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 0,4 0,6
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 0,4 0,6
Animaux de finition 0,4 0,6
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,4 0,6
Veaux rouges 0,4 0,6
Bovins laitiers

Aucun commentaire n'a été reçu indiquant des préoccupations envers les niveaux de Mg proposés pour les bovins laitiers; l'ACIA procédera donc avec les valeurs de Mg indiquées dans la proposition.

Sodium
Bovins de boucherie et bovins laitiers

L'ACIA gardera les valeurs maximales pour le sodium qui ont été déterminées dans la proposition, mais ne prévoit pas que la limite proposée affectera la pratique d'utilisation de sel afin de limiter l'apport en suppléments en énergie et en protéines.

Potassium

L'ACIA procédera à augmenter le niveau maximum de potassium à 3 % pour toutes les catégories de bovins de boucherie comme indiqué dans le tableau ci-dessous en raison du haut niveau de cet élément nutritif intrinsèquement présent dans les fourrages et des taux minéraux sous différentes circonstances de production. Aucun enjeu envers la santé des animaux ou à la salubrité des aliments ne serait prévu de survenir en raison de cette légère augmentation.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 2 3
Vaches gestantes taries et génisses pleines 2 3
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 2 3
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 2 3
Animaux de finition 2 3
Veaux (de la naissance au sevrage) 2 3
Veaux rouges 2 3
Bovins laitiers

Aucun commentaire n'a été reçu indiquant des préoccupations envers les niveaux de K proposés pour les bovins laitiers; l'ACIA procédera donc avec les valeurs de K indiquées dans la proposition.

Soufre

L'ACIA procédera à une augmentation du niveau maximum de S à 0,5 % pour les catégories F, V et VR en raison des niveaux élevés de S potentiellement présents dans l'utilisation de drêches de distillerie et d'azote non protéique qui sont parfois nourris à ces classes de bovins. Aucun enjeu envers la santé des animaux ou à la salubrité des aliments ne serait prévu de survenir associé à cette augmentation de 0,5 % TTM.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 0,5 0,5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 0,5 0,5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 0,5 0,5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 0,5 0,5
Animaux de finition 0,3 0,5
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,3 0,5
Veaux rouges 0,3 0,5
Bovins laitiers

L'ACIA continuera à utiliser les valeurs maximales proposées pour le soufre.

Oligo-éléments

Sommaire des rétroactions : niveaux de cobalt, de cuivre, d'iode et de fer
Élément nutritif Nombre de répondants ayant présenté des commentaires Nombre de répondants en accord avec les valeurs proposées Nombre de répondants en désaccord - Sommaire des commentaires
Cobalt (Co) 7 1 2- Les répondants ont laissé entendre que la valeur maximale était inutilement beaucoup plus faible que le niveau toxique.
2- Les répondants ont suggéré de maintenir le niveau maximal actuel de 10 mg/kg pour assurer la production de vitamine B12.
2- Les répondants ont indiqué que les États-Unis ne possédaient pas une valeur maximale de Co et que les producteurs canadiens seraient donc dans une position désavantageuse concurrentielle; ils ont donc suggéré d'augmenter la valeur proposée à 1,5 mg/kg.
Cuivre (Cu) 7 2 2- Les répondants ont laissé entendre que des niveaux élevés de Mo et de S influencent la disponibilité en Cu et ont suggéré que la valeur maximale de Cu devrait être six fois plus élevée.
2- Les répondants ont suggéré d'augmenter la valeur à 40 mg/kg afin de fournir plus de souplesse dans les interactions minérales.
1- Le répondant a suggéré de mettre en place un niveau recommandé de 20 mg/kg, mais suggère aussi qu'il pourrait être nécessaire de mettre en place une valeur maximale de 40 à 50 mg/kg afin de compenser pour les niveaux élevés de S et de Mo.
Iode (I) 8 1 4- Les répondants ont laissé entendre que la valeur maximale était inutilement faible et ont proposé que la valeur soit augmentée à 2 mg/kg, 3 mg/kg et même 5 mg/kg afin d'améliorer l'état de santé et de réduire le degré de boiterie dans les animaux.
2- Les répondants ont suggéré une valeur maximale de 2,5 mg/kg pour les vaches en lactation et de 10 mg/kg pour toutes les autres catégories de bovins de boucherie et laitiers.
1- Le répondant a laissé entendre que la valeur maximale proposée était trop restrictive pour pouvoir tenir compte des ingrédients comme le tourteau de canola.
Fer (Fe) 4 3 1- Le répondant a laissé entendre que la valeur nécessitait un degré plus élevé de souplesse pour tenir compte des autres sources de Fe et a suggéré ensuite une valeur maximale de 750 mg/kg pour les bovins de boucherie.

Réponse de l'ACIA

Cobalt

L'ACIA procédera à une augmentation des valeurs maximales pour le cobalt (Co) à 5 mg/kg MS pour toutes les catégories de bovins de boucherie et de bovins laitiers comme énoncés dans les tableaux ci-dessous afin de prendre en compte les exigences pour la production de vitamine B12 et des fonctions ruminales. Aucun enjeu à la santé des animaux ou des humains n'a été observé associé à cette augmentation. L'inclusion de Co supplémentaire dans les aliments du bétail au-delà des exigences est déconseillée puisque le cobalt et les composés de cobalt posent des risques aux travailleurs au cours des activités de mélange des aliments et d'alimentation des animaux en raison de leur potentiel d'empoussièrement et de leur cancérogénicité présumée à la suite d'une exposition par inhalation (Comité d'experts du FEEDAP de l'EFSA, « Panel on Additives and Products or Substances used in Animal Feed (2009) », EFSA, 2012).

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1 5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1 5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1 5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1 5
Animaux de finition 1 5
Veaux (de la naissance au sevrage) 1 5
Veaux rouges 1 5
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1 5
Vaches taries 1 5
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 1 5
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 1 5
Cuivre

L'ACIA procédera à l'augmentation des valeurs maximales pour le cuivre (Cu) à 40 mg/kg pour toutes les catégories de bovins de boucherie et de bovins laitiers pour permettre les interactions minérales et rapports minéraux possibles ainsi que les variations des sols. Aucune préoccupation concernant la salubrité n'a été cernée.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 30 40
Vaches gestantes taries et génisses pleines 30 40
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 30 40
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 30 40
Animaux de finition 30 40
Veaux (de la naissance au sevrage) 30 40
Veaux rouges 30 40
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 40 40
Vaches taries 40 40
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 30 40
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 30 40
Iode

L'ACIA procédera à l'augmentation des valeurs maximales pour l'iode à 5 mg/kg pour les bovins de boucherie destinés à l'abattage et à 2,5 mg/kg pour les vaches en lactation afin de contrer la présence de facteurs antinutritionnels (composés goitrigènes) dans les ingrédients qui perturbent les fonctions de l'iode. Aucun enjeu à la santé animale ou humaine n'est associé à cette augmentation.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,3 5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1,3 5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1,3 5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1,3 5
Animaux de finition 1,3 5
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,7 5
Veaux rouges 0,7 5
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,3 2,5
Vaches taries 1 5
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 0,7 5
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 0,7 5
Fer
Bovins de boucherie et bovins laitiers

L'ACIA maintiendra la valeur maximale pour le fer à 500 mg/kg pour toutes les catégories de bovins identifiées dans la proposition. Ceci devrait adéquatement tenir compte des différences entre les fourrages et des différentes circonstances de production et sera harmonisé au TTM pour tous les bovins qui a été déclaré comme étant de 500 mg/kg (NRC, 2005).

Sommaire des rétroactions : niveaux de manganèse, de sélénium et de zinc
Élément nutritif Nombre de répondants ayant présenté des commentaires Nombre de répondants en accord avec les valeurs proposées Nombre de répondants en désaccord - Sommaire des commentaires
Manganèse (Mn) 3 1 2 - Les répondants sont se demandé pourquoi la valeur maximale pour les bovins de boucherie était fixée à 150 mg/kg pour les jeunes animaux tandis que le TTM est fixé à 1000 mg/kg.
Sélénium (Se) 7 2 2- Les répondants ont laissé entendre qu'en raison des niveaux de Se intrinsèquement présents dans les ingrédients communs, la valeur maximale proposée ne permettrait pas l'ajout de Se supplémentaire.
2- Les répondants ont proposé un niveau maximal de 2 mg de Se par kg pour toutes les catégories pour ensuite laisser entendre que la carence en Se est un risque de plus grande envergure que la toxicité et qu'aucun enjeu à la santé humaine, à la santé animale ou à l'environnement n'existe à ce niveau.
1- Le répondant a laissé entendre que la valeur maximale proposée n'était pas assez élevée pour éliminer la maladie des muscles blancs et a suggéré que très peu de cas surviennent lorsque l'alimentation comporte 6 mg de Se par tête par jour.
Zinc (Zn) 6 1 2- Les répondants se sont demandé pourquoi la valeur maximale était si faible pour les veaux et les vaches taries. Ils ont ensuite proposé une augmentation de la valeur proposée à 150 mg/kg pour toutes les catégories de bovins laitiers.
2- Les répondants ont proposé une valeur maximale de 280 mg/kg pour toutes les catégories.
1- Un répondant a laissé entendre que le Zn possédait des bienfaits sur la santé des sabots et propose d'augmenter la valeur maximale afin de refléter le TTM.

Réponse de l'ACIA

Manganèse

L'ACIA procédera à augmenter les valeurs maximales pour le manganèse à 200 mg/kg MS pour les jeunes animaux en croissance. Aucun enjeu à la santé animale ou des humains n'a été identifié associé à cette augmentation. Le niveau maximal est dix fois plus élevé que ce qui est exigé pour les bovins de boucherie, ce qui est adéquat pour tenir compte des différences dans les fourrages.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 200 200
Vaches gestantes taries et génisses pleines 200 200
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 150 200
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 150 200
Animaux de finition 150 200
Veaux (de la naissance au sevrage) 150 200
Veaux rouges 150 200
Bovins laitiers

Aucun commentaire n'a été reçu indiquant des préoccupations envers les niveaux de Mn proposés pour les bovins laitiers; l'ACIA procédera donc avec les valeurs de Mn indiquées dans la proposition.

Sélénium

L'établissement de teneurs maximales en sélénium en fonction d'une ration alimentaire totale plutôt qu'en fonction d'un apport en sélénium ajouté est conforme aux modalités d'établissement des normes pour tous les éléments nutritifs. De récents travaux par Environnement et Changement climatique Canada dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques mettent en évidence la nécessité d'appliquer des mesures de gestion des risques de sorte à diminuer les rejets de sélénium dans les eaux par l'action humaine directe ou indirecte. Cela devrait inclure les rejets provenant de l'agriculture, dont les rejets d'aliments pour animaux. Une norme reposant sur la teneur totale en sélénium plutôt que sur un apport en sélénium ajouté limite les apports dans les aliments pour animaux, diminuant ainsi les rejets de l'agriculture. Elle règle par ailleurs la nécessité de limiter le transfert du sélénium aux aliments d'origine animale. L'ACIA a communiqué à la Direction des aliments de Santé Canada des données sur le transfert du sélénium contenu dans les aliments pour animaux aux aliments d'origine animale. Santé Canada a indiqué qu'une teneur totale en sélénium de 1 mg/kg dans une ration ne devrait pas donner lieu à des concentrations préoccupantes de sélénium dans les aliments d'origine animale. Les données communiquées par l'ACIA étaient tirées d'études sur la présence de sélénium d'origine organique et inorganique dans les rations et tenaient compte du sélénium intrinsèque et du sélénium ajouté identifié dans les rations. Les commentaires des intervenants indiquaient qu'une teneur maximale totale en sélénium de 1 mg/kg était réalisable. La proposition initiale d'une teneur maximale totale en sélénium de 0,5 mg/kg dans les rations pour bovins de boucherie sera modifiée à 1 mg/kg, ce qui est harmonisé aux commentaires des intervenants et à l'évaluation de Santé Canada.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Valeur révisée
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Vaches en production 0,5 1
Vaches gestantes taries et génisses pleines 0,5 1
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 0,5 1
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 0,5 1
Animaux de finition 0,5 1
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,5 1
Veaux rouges 0,5 1
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Valeur révisée
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Vaches en production 0,5 1
Vaches taries 0,5 1
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 0,5 1
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 0,5 1
Zinc

L'ACIA procédera à l'augmentation des valeurs maximales pour le zinc à 280 mg/kg pour toutes les catégories de bovins de boucherie et à 280 mg/kg pour les vaches laitières taries, les génisses laitières et les veaux laitiers. Le niveau maximal est d'environ dix fois la quantité exigée pour les bovins de boucherie. Les valeurs maximales sont fixées comme étant sous le TTM afin de réduire les enjeux associés à la résistance aux produits antimicrobiens et les préoccupations environnementales.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 150 280
Vaches gestantes taries et génisses pleines 150 280
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 150 280
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 150 280
Animaux de finition 150 280
Veaux (de la naissance au sevrage) 200 280
Veaux rouges 200 280
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(% de MS de la ration)
Valeur révisée
(% de MS de la ration)
Vaches en production 280 280
Vaches taries 130 280
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 130 280
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 200 280

Vitamines

Sommaire des rétroactions : niveaux de vitamine A, de vitamine D et de vitamine E
Élément nutritif Nombre de répondants ayant présenté des commentaires Nombre de répondants en accord avec les valeurs proposées Nombre de répondants en désaccord - Sommaire des commentaires
Vitamine A (Vit A) 7 2 2 - Les répondants ont laissé entendre que la valeur maximale proposée était trop faible, ce qui pourrait causer des enjeux pour les génisses et les veaux. Ces répondants ont poursuivi en affirmant qu'il n'existe aucune répercussion environnementale associée à la vit A se sont demandé pourquoi les limites étaient plus rigoureuses qu'auparavant.
2 - Les répondants ont laissé entendre qu'il n'existe aucun enjeu de salubrité ou de sécurité associé à la vit A et ont donc suggéré d'augmenter la valeur maximale à 33 000 UI/kg pour toutes les catégories de bovins.
1 - Le répondant a laissé entendre que la valeur maximale proposée devrait tenir compte de la dégradation des suppléments, lorsque nourris à libre choix et laissés à la merci des éléments.
Vitamine D (Vit D) 6 2 2 - Les répondants ont laissé entendre que la valeur maximale proposée était trop faible, ce qui pourrait causer des enjeux pour les génisses et les veaux. Ces répondants ont poursuivi en affirmant qu'il n'existait aucune répercussion environnementale associée à la vit A et se sont demandé pourquoi les limites étaient plus rigoureuses qu'auparavant.
2 - Les répondants ont proposé d'augmenter la valeur maximale à 4 400 UI/kg pour toutes les catégories de bovins.
Vitamine E (Vit E) 8 0 3- Les répondants ont suggéré de maintenir le niveau du SNA actuel puisque le NRC indique que la vit E est l'une des vitamines les moins toxiques.
2- Les répondants ont laissé entendre que la valeur maximale proposée était trop faible, ce qui pourrait causer des enjeux pour les génisses et les veaux. Ces répondants ont poursuivi en affirmant qu'il n'existait aucune répercussion environnementale associée à la vit A et ont donc suggéré d'augmenter les valeurs maximales pour les catégories de vaches taries et en production de boucherie aux mêmes que celles des vaches laitières des mêmes catégories, soit 150 à 200 UI/kg.
2- Les répondants ont proposé des valeurs maximales de 200 UI/kg pour les catégories de bovins de boucherie adultes (VP, VT, CM, CH, F) et de la catégorie de vaches laitières VP afin de stimuler les fonctions immunitaires.
1- Le répondant a laissé entendre que les limites imposées aux vaches laitières taries pourraient être une source de préoccupations, surtout dans les régions à carence en Se.

Réponse de l'ACIA

Vitamine A
Bovins de boucherie et bovins laitiers

L'ACIA continuera à utiliser les valeurs maximales proposées pour la vitamine A. Les valeurs maximales (UI/kg de MS de la ration), lorsqu'exprimées sous la forme d'UI/jour ne sont pas plus restrictives que celles du tableau 4 actuel (exprimé en UI/jour).

Vitamine D
Bovins de boucherie et bovins laitiers

L'ACIA continuera à utiliser les valeurs maximales proposées pour la vitamine D qui sont harmonisées au TTM (2200 UI/kg MS).

Vitamine E

L'ACIA procédera à l'augmentation des valeurs maximales pour la Vitamine E à 200 UI/kg pour toutes les catégories de bovins de boucherie et de bovins laitiers.

Bovins de boucherie
Catégorie Valeur proposée
(UI/kg de MS de la ration)
Valeur révisée
(UI/kg de MS de la ration)
Vaches en production 100 200
Vaches gestantes taries et génisses pleines 100 200
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 100 200
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 100 200
Animaux de finition 100 200
Veaux (de la naissance au sevrage) 150 200
Veaux rouges 150 200
Bovins laitiers
Catégorie Valeur proposée
(UI/kg de MS de la ration)
Valeur révisée
(UI/kg de MS de la ration)
Vaches en production 80 200
Vaches taries 200 200
Génisses (de trois mois jusqu'au vêlage) 80 200
Veaux (de la naissance jusqu'à trois mois) 80 200

Autres commentaires des répondants

Autres éléments nutritifs et substances environnementales antagonistes

2 des répondants ont identifié des éléments nutritifs additionnels qui devraient être compris dans les tableaux de valeurs maximales qui ne sont pas déjà couverts dans la proposition. 1 répondant ressentait que le chrome (Cr) devrait être compris dans le tableau final des valeurs maximales d'éléments nutritifs puisque le rapport de 2016 du NRC reconnaît le Cr comme étant un oligo-élément essentiel pour les bovins de boucherie.

De plus, 1 répondant ressentait que les valeurs maximales pour la vitamine B devraient être comprises dans les exigences. Ce répondant a ensuite recommandé l'établissement d'une catégorie de veaux préruminants dans le document final.

3 des répondants ont énoncé des préoccupations concernant les facteurs antagonistes et leurs répercussions sur les valeurs maximales d'éléments nutritifs. Les répondants ont formulé des commentaires comme quoi l'approche utilisée pour exprimer les valeurs d'éléments nutritifs sur une base de MS de la ration ne tient pas compte de l'apport en éléments nutritifs (surtout en Fe, en sel [NaCl] et en S) provenant de l'eau. De plus, les répondants ont indiqué que les interactions minérales antagonistes, comme le Cu, le Mo et le S, peuvent causer la faible biodisponibilité en éléments nutritifs, ce qui augmente la nécessité de fournir des niveaux élevés en éléments nutritifs, au-delà des valeurs maximales proposées.

Règlement visant la fabrication d'aliments du bétail préparés selon la formule du client

En plus des modifications suggérées par les intervenants et résumées ci-dessus, l'ACIA a reçu des demandes supplémentaires au sujet de la situation à venir sur les critères d'exemption visant la formulation du client. 6 répondants ont indiqué qu'ils souhaitent que l'ACIA maintienne la souplesse des critères de formulation des clients actuellement fournis aux industries, y compris avoir en place une disposition pour l'ajout d'éléments nutritifs sur une base de prévention afin de réduire l'utilisation d'antibiotiques et comme outil général pour la personnalisation d'aliments du bétail de ferme en ferme selon les besoins des éleveurs.

Mesures d'application de l'ACIA

5 répondants ont formulé des commentaires concernant l'approche d'application de l'ACIA prévue envers les nouvelles exigences de ration totale. Des préoccupations ont été exprimées concernant les normes que devront utiliser les inspecteurs afin de déterminer la conformité, surtout lorsque les aliments sont fabriqués sur la ferme et lorsque les niveaux de fourrages sont une composante si large et si variable de l'alimentation. De plus, les répondants ont exprimé des préoccupations concernant les exigences d'alimentation totale lorsque le fabricant d'un aliment du bétail peut seulement contrôler la portion qu'ils fabriquent eux-mêmes.

Réponse de l'ACIA

Chrome

Plus de recherches sont nécessaires afin de pouvoir établir une exigence pour le chrome dans l'alimentation des bovins de boucherie dans différentes circonstances de production et à différentes étapes physiologiques, y compris pour les veaux préruminants, comme il est indiqué dans la section des besoins de recherche dans le document actuel sur les bovins de boucherie du NRC (2016).

La souplesse de modification des exigences maximales en éléments nutritifs, y compris l'ajout de phases de production au fur et à mesure qu'avancent les recherches et la compréhension nutritionnelle, est un avantage principal de l'incorporation par renvoi. Un processus de consultation sera élaboré pour assurer la participation des intervenants dans de tels processus de mises à jour.

Certains niveaux maximaux d'éléments nutritifs ont été augmentés pour tenir compte des facteurs antagonistes parmi les minéraux, ainsi qu'en raison de différences régionales et de la présence de minéraux dans l'eau, ce qui est surtout le cas pour les bovins de boucherie en pâturage.

Vitamine B

Les valeurs maximales pour le cobalt ont été augmentées pour tenir compte des exigences et des carences en vitamine B12 des veaux préruminants. Les veaux préruminants sont compris dans la catégorie de veaux de boucherie « V » pour « Veaux, de la naissance au sevrage » et dans la catégorie de veaux laitiers « V » pour « Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) ». Les exigences et les niveaux du TTM pour les niveaux de vitamine B dans les bovins ne sont pas assez biens établis afin de pouvoir calculer les valeurs maximales en ce moment. Les documents sur les bovins laitiers (2001) et sur les bovins de boucherie (2016) du NRC ne fournissent aucune valeur recommandée pour la vitamine B dans l'alimentation des bovins en raison du manque de recherches concernant les exigences en vitamines B. En général, les exigences en vitamine B sont réalisées par synthèse par des microorganismes ruminaux et les quantités supplémentaires de vitamine B sont largement dégradées dans le rumen.

Formules d'aliments du bétail des clients

L'utilisation principale actuelle de l'exemption à l'égard des formules des clients permet aux fabricants d'établir la formule des aliments du bétail, à la demande de leur client, en dehors des étendues d'éléments nutritifs figurant dans le tableau 4 sans nécessiter d'enregistrement préalable à la mise en marché par l'ACIA. Étant donné que les étendues d'éléments nutritifs du tableau 4 seront supprimées du Règlement et remplacées par une liste de valeurs maximales d'éléments nutritifs établie en ce qui concerne la santé animale, la santé humaine et la protection de l'environnement, il n'est donc pas prévu de permettre la fabrication d'aliments ayant des valeurs maximales supérieures à celles indiquées, quelles que soient les circonstances. Pour les intervenants qui désirent fabriquer des aliments avec un ou plusieurs éléments nutritifs au-delà des valeurs maximales établies, une demande visant à modifier la valeur maximale doit être présentée à l'ACIA ainsi que les données à l'appui prouvant la salubrité de l'aliment en question. Veuillez consulter la Proposition de cadre modernisé et consolidé, « Aliments préparés selon la formule du client ou selon la formule-conseil » sous la rubrique « Autorisations - Aliments mélangés ».

Inspection et application

La vérification de la conformité et les mesures d'application associées aux garanties en éléments nutritifs figurant sur les étiquettes comparativement aux valeurs maximales prescrites évalueraient les renseignements sur l'étiquette de l'aliment en question, y compris le mode d'emploi indiquant la quantité de l'aliment mélangé à inclure dans l'alimentation totale. L'utilisation sûre d'aliments du bétail est une responsabilité partagée; les modes d'emploi sur les étiquettes d'aliments du bétail accompagnés des analyses de garanties lorsqu'utilisés ensemble devraient résulter en des valeurs sous les valeurs maximales prescrites. Les producteurs peuvent utiliser les directives figurant sur l'étiquette, ainsi que des connaissances sur le contenu en éléments nutritifs d'autres composantes de l'alimentation de leurs animaux pour assurer que l'alimentation de ceux-ci se trouve sous les limites maximales.

Prochaines étapes

L'ACIA prépare actuellement une proposition réglementaire officielle en vue d'une publication dans la Partie I de la Gazette du Canada qui tiendra compte des commentaires reçus concernant l'ensemble des propositions énoncées lors de la consultation, des réunions publiques, des ateliers et des présentations d'intervenants et d'autres activités de sensibilisation qui ont eu lieu au cours du projet. Une ébauche de la liste des « Valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie et bovins laitiers » sera disponible aux fins d'examen public au moment de la publication dans la Gazette du Canada.

Annexe I - Valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins de boucherie

Catégories de bovins de boucheries et apport moyens : base de matière sèche (MS)
Catégorie de bovins de boucherie Codes de catégories Étendue d'ingestion de matière
sèche totale
(kg MS/jour) Note de tableau 3
Vaches en production VP 10 à 14
Vaches gestantes taries et génisses pleines VT 8 à 13
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) CM 6 à 10
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) CH 6 à 10
Animaux de finition F 9 à 12
Veaux (de la naissance au sevrage) V 0,5 à 6
Veaux rouges VR 5 à 7

Notes de tableau

Note de tableau 3

L'ingestion de matière sèche totale à une ferme d'élevage donnée peut être supérieure ou inférieure à ces étendues.

Retour à la référence de la note de tableau 3

Macro-minéraux

Calcium (Ca)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,5 2
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1 2
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1,5 2
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1,5 2
Animaux de finition 1,5 2
Veaux (de la naissance au sevrage) 1 2
Veaux rouges 1,5 2
Phosphore (P)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,7 0,7
Magnésium (Mg)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,4 0,6
Sodium (Na)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vaches en production 1,2 1,2
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1,8 1,8
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1,8 1,8
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1,8 1,8
Animaux de finition 1,8 1,8
Veaux (de la naissance au sevrage) 1,8 1,8
Veaux rouges 1,8 1,8
Potassium (K)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 2 3
Soufre (S)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vaches en production 0,5 0,5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 0,5 0,5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 0,5 0,5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 0,5 0,5
Animaux de finition 0,3 0,5
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,3 0,5
Veaux rouges 0,3 0,5

Oligo-éléments

Cobalt (Co)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vaches en production 1 5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1 5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1 5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1 5
Animaux de finition 1 5
Veaux (de la naissance au sevrage) 1 5
Veaux rouges 1 5
Cuivre (Cu)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 30 40
Iode (I)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vaches en production 1,3 2,5
Vaches gestantes taries et génisses pleines 1,3 5
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 1,3 5
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 1,3 5
Animaux de finition 1,3 5
Veaux (de la naissance au sevrage) 0,7 5
Veaux rouges 0,7 5
Fer (Fe)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 500 500
Manganèse (Mn)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vaches en production 200 200
Vaches gestantes taries et génisses pleines 200 200
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 150 200
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 150 200
Animaux de finition 150 200
Veaux (de la naissance au sevrage) 150 200
Veaux rouges 150 200
Sélénium (Se)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,5 1
Zinc (Zn)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vaches en production 150 280
Vaches gestantes taries et génisses pleines 150 280
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 150 280
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 150 280
Animaux de finition 150 280
Veaux (de la naissance au sevrage) 200 280
Veaux rouges 200 280

Vitamines

Vitamine A
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 10 000 10 000
Vitamine D
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 2 200 2 200
Vitamine E
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Vaches en production 100 200
Vaches gestantes taries et génisses pleines 100 200
Animaux en croissance (ration à moyenne teneur en énergie) 100 200
Animaux en croissance (ration à haute teneur en énergie) 100 200
Animaux de finition 100 200
Veaux (de la naissance au sevrage) 150 200
Veaux rouges 150 200

Annexe II - Valeurs maximales d'éléments nutritifs dans les aliments pour bovins laitiers

Catégories de bovins laitiers et apport moyens : base de matière sèche (MS)
Catégorie de bovins laitiers Codes de catégories Étendue d'ingestion de
matière sèche totale
(kg MS/jour) Note de tableau 4
Vache en production VP 10 à 30
Vache tarie VT 6 à 15
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) G 3 à 15
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) V 0,5 à 3

Notes de tableau

Note de tableau 4

L'ingestion de matière sèche totale à une ferme d'élevage donnée peut être supérieure ou inférieure à ces étendues.

Retour à la référence de la note de tableau 4

Macro-minéraux

Calcium (Ca)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vache en production 1,5 2
Vache tarie 1 2
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 1,5 2
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 1,5 2
Phosphore (P)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,7 0,7
Magnésium (Mg)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,6 0,6
Sodium (Na)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vache en production 1,2 1,2
Vache tarie 1,8 1,8
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 1,8 1,8
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 1,8 1,8
Potassium (K)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Vache en production 3 3
Vache tarie 2 2
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 3 3
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 3 3
Soufre (S)
Catégorie Niveau proposé
(% de MS de la ration)
Niveau révisé
(% de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,5 0,5

Oligo-éléments

Cobalt (Co)
Catégorie Proposed level
(mg/kg of diet DM)
Revised level
(mg/kg of diet DM)
Toutes les catégories 1 5
Cuivre (Cu)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vache en production 40 40
Vache tarie 40 40
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 30 40
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 30 40
Iode (I)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vache en production 1,3 2,5
Vache tarie 1 5
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 0,7 5
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 0,7 5
Fer (Fe)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Toutes les catégories 500 500
Manganèse (Mn)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vache en production 150 150
Vache tarie 250 250
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 100 100
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 200 200
Sélénium (Se)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg totaux de MS de la ration)
Toutes les catégories 0,5 1
Zinc (Zn)
Catégorie Niveau proposé
(mg/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(mg/kg de MS de la ration)
Vache en production 280 280
Vache tarie 130 280
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 130 280
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 200 280

Vitamines

Vitamine A
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Vache en production 10 000 10 000
Vache tarie 20 000 20 000
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 10 000 10 000
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 10 000 10 000
Vitamine D
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Vache en production 2 200 2 200
Vache tarie 2 200 2 200
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 2 200 2 200
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 1 500 1 500
Vitamine E
Catégorie Niveau proposé
(UI/kg de MS de la ration)
Niveau révisé
(UI/kg de MS de la ration)
Vache en production 80 200
Vache tarie 200 200
Génisse (de trois mois jusqu'au vêlage) 80 200
Veau (de la naissance jusqu'à trois mois) 80 200
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :