Le projet BioSAFE se sert de patrons génétiques pour étudier les espèces envahissantes des forêts

Novembre 2019

Image ayant en son centre un insecte et une hélice d'ADN

Le Canada s'efforce de comprendre la base génétique des espèces envahissantes et des maladies transmises par celles-ci afin de mettre au point de nouveaux outils pour détecter et combattre ces ennemis des forêts. Ce travail est essentiel, car le Canada est le quatrième exportateur mondial de produits forestiers, avec des exportations s'élevant à 35,7 milliards de dollars en 2017.

Dans le cadre de ce travail, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) s'est associée à Ressources naturelles Canada et à FPInnovations afin de décoder les génomes des insectes et des pathogènes qui menacent une industrie florissante au Canada, celle de l'exportation de produits forestiers, à l'aide d'un nouveau projet intitulé BioSurveillance des espèces exotiques envahissantes (BioSAFE). Le projet BioSAFE s'appuie sur la génomique, l'étude de l'acide désoxyribonucléique (ADN) des organismes, afin de mieux comprendre la menace que représente la présence de ces ravageurs pour la santé des forêts, pour la viabilité de la filière industrielle ainsi que pour l'environnement.

Le financement de ce projet a été accordé par l'entremise du Concours 2015 de Génome Canada : Les ressources naturelles et l'environnement - les solutions génomiques aux défis sectoriels. La recherche du projet BioSAFE est un investissement de lutte proactive aux effets potentiellement dévastateurs sur les plans financier et écologique des ravageurs des forêts.

M. Pierre Bilodeau, Ph. D., directeur exécutif de la Direction des sciences de la santé des végétaux de l'ACIA, ainsi que M. Richard Hamelin, Ph. D., de l'Université de la Colombie-Britannique et Mme Ilga Porth, Ph. D., de l'Université Laval, ont assumé la direction d'une équipe de scientifiques qui a travaillé sur le projet de 8,6 millions de dollars. L'équipe met au point une nouvelle série d'outils analytiques à base d'ADN pouvant effectuer l'analyse d'un échantillon, comme un œuf ou une larve d'insecte, et déterminer, en quelques heures seulement, si l'échantillon provient d'une espèce envahissante.

Les outils seront utilisés pour détecter quatre des espèces envahissantes de parasites et de maladies les plus dévastatrices pour les forêts :

La surveillance des espèces envahissantes pose tout un défi en raison de la difficulté d'établir leur point d'origine ainsi que les lieux et les modes de propagation. À l'heure d'évaluer une épidémie, les scientifiques s'engagent dans une course contre la montre pour déterminer comment les espèces se propagent et comment régler définitivement le problème, ou du moins le maîtriser.

Les terres forestières canadiennes, dont la superficie s'élève à 347 millions d'hectares, sont sensibles à ces insectes et pathogènes à propagation rapide et plus de 20 millions d'hectares de forêts canadiennes sont déjà affectés.

Le projet a d'importantes retombées pour l'environnement et le commerce. L'ACIA restreint l'entrée au pays de produits susceptibles de contenir des insectes et des pathogènes dangereux, à l'instar des gouvernements d'autres pays. On s'attend à ce que les nouveaux outils réduisent considérablement le temps nécessaire pour analyser les chargements de végétaux et de produits forestiers destinés à l'importation et à l'exportation, diminuant ainsi les délais et les coûts tant pour les entreprises et pour les autorités chargées des inspections.

Au cours de la prochaine année, l'équipe achèvera l'élaboration de la base de données génomiques et des outils de BioSAFE et préparera ceux-ci pour que l'ACIA et d'autres organisations puissent les utiliser. Par ailleurs, l'équipe accroîtra la visibilité du projet au sein de la communauté de la santé des forêts en présentant les résultats lors du Forum sur la répression des ravageurs forestiers, à Ottawa, en décembre 2019, et en facilitant l'accès aux extrants en ligne du projet par l'intermédiaire du site Web du projet (en anglais seulement).

Par la promotion du projet, l'équipe de BioSAFE espère amorcer un dialogue avec un plus grand nombre d'organisations vouées à la protection des forêts au Canada. Cela permettra de créer des possibilités de partager les ressources et, à l'aide des outils et de la plateforme, de générer ensemble des données sur les ravageurs forestiers et de se les échanger. En collaboration avec nos partenaires, nous entendons accroître l'état de préparation, mieux cibler les ressources et parfaire la détection précoce des menaces aux forêts canadiennes que représente la présence de ravageurs et de maladies.

Plus de C360

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Chroniques 360 a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'ACIA pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous!
  • Ne manquez jamais une histoire. Inscrivez-vous aux Chroniques 360 dès aujourd'hui.
Date de modification :