Étourdissement et abattage sans cruauté des animaux pour alimentation humaine et gestion post-incision

Bien que le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) est entré en vigueur le 15 janvier 2019, d'autres exigences seront introduites en 2020 et 2021 selon le produit alimentaire, le type d'activité et la taille de l'entreprise. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les échéances pour le RSAC.

Justification

L'étourdissement des animaux pour alimentation humaine est une activité d'abattage qui comporte généralement un risque élevé pour le bien-être des animaux, même dans les conditions les plus idéales.

Les échecs des méthodes d'étourdissement peuvent entraîner des souffrances extrêmes pour l'animal en raison du risque de douleur et de détresse associé à certaines méthodes d'étourdissement lorsqu'elles ne rendent pas l'animal inconscient comme il devrait l'être instantanément ou rapidement, selon la méthode utilisée. Il y a également un autre risque associé à un échec d'étourdissement, c'est que les procédures d'habillage soient effectuées sur un animal encore conscient.

Par conséquent, des mesures préventives très efficaces doivent toujours être mises en œuvre pour l'étape d'étourdissement, y compris les éléments ayant une incidence sur l'étourdissement, comme le matériel de contention et d'étourdissement, la construction de l'établissement, la disposition, les conditions et les pratiques de gestion particulières, qui peuvent tous nuire à l'étourdissement s'ils ne sont pas adéquats.

Après l'étourdissement, l'animal pour alimentation humaine doit être inconscient ou mort avant d'être suspendu. Les volailles peuvent être accrochées dans un état conscient pour l'étourdissement, à l'exception des autruches, des émeus et des nandous, qui sont abattus différemment en raison de leur grande taille.

Si le titulaire de licence choisit de rendre inconscient l'animal pour alimentation humaine avant l'abattage rituel, les exigences réglementaires en matière d'étourdissement sans cruauté s'appliquent pleinement et conformément à la loi et au règlement régissant l'abattage sans cruauté.

Ce que cela signifie pour votre entreprise alimentaire

Pour vous aider à comprendre ces exigences, des critères précis et des exemples sont décrits ci-dessous. Les exemples ne sont pas exhaustifs, mais ils illustrent le but des exigences et donnent une idée des mesures que vous pourriez prendre pour les respecter. Certains termes clés avec hyperliens renvoient au Glossaire du règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC).

Article 141 : Exigences avant la saignée

Exemples

Article : 142, 143 (1) Exigences après le début de la saignée mais avant la suspension

  • Vous utilisez des indicateurs fiables et pratiques pour surveiller tout signe de conscience ou de retour à la conscience, de l'étourdissement jusqu'à la fin de la saignée, pour vous assurer que l'animal est mort avant de procéder à toute procédure d'habillage afin d'éviter le risque de les pratiquer sur un animal encore en vie.
  • Les mammifères (animaux à viande rouge pour alimentation humaine), les autruches, les émeus et les nandous sont rendus inconscients avant d'être suspendus aux crochets à des fins d'incision et de saignée, sauf si le mammifère fait l'objet d'un abattage rituel sans étourdissement.
  • Les mammifères, les autruches, les émeus et les nandous qui doivent être tués à des fins de lutte contre les maladies, mais dont le produit de viande ne sera pas comestible, doivent être tués sans cruauté avant d'être suspendus aux crochets.
  • Dans le cas d'un animal faisant l'objet d'un abattage rituel pour alimentation humaine (sans étourdissement préalable), il doit être inconscient avant d'être suspendu aux crochets.

Exemples

Paragraphe : 143 (2) Exception – certains oiseaux

  • Les animaux d'élevage aviaires, à l'exception des autruches, des émeus et des nandous, peuvent être inversés et accrochés alors qu'ils sont encore conscients, avant d'être rendus inconscients pour l'abattage.
  • Le temps d'accrochage des oiseaux doit être minimal afin de réduire la détresse ou de la douleur qui sont associées à l'accrochage dans un état conscient et inversé.
  • Les oiseaux peuvent être accrochés afin de les tuer sans cruauté, pourvu qu'ils soient aptes à être accrochés et qu'ils soient tués sans cruauté immédiatement après l'accrochage.

Exemples

Date de modification :