Questions et réponses
Verticillium longisporum – Résultats de l'enquête

Qu'est-ce que Verticillium longisporum?

Verticillium longisporum (V. longisporum) est un agent phytopathogène qui est susceptible de causer la mort précoce de végétaux et en réduire la production. Il touche principalement les plants de canola, mais il peut également toucher d'autres végétaux de la famille des crucifères, comme le chou-fleur, le brocoli, les choux de Bruxelles, le navet et le radis.

Pour le moment, ce ravageur ne semble pas avoir une incidence importante sur la production canadienne de canola.

Où trouve-t-on V. longisporum?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a confirmé pour la première fois la présence de Verticillium longisporum au Manitoba en 2014; le ravageur n'avait jamais été signalé au Canada auparavant. L'ACIA a depuis confirmé la présence de Verticillium longisporum dans six provinces : Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario et Québec. Le ravageur est répandu en Europe, en Russie, en Chine et au Japon et dans certaines régions des États-Unis.

Comment l'ACIA a-t-elle détecté V. longisporum?

L'ACIA a réalisé une enquête nationale auprès des régions productrices de canola afin de déterminer la répartition du ravageur au Canada. L'ACIA a rencontré des intervenants pour discuter des résultats de l'enquête nationale et consultera les provinces pour déterminer l'aide que peut fournir l'ACIA dans le cadre des programmes de contrôle provinciaux (p. ex. en fournissant des protocoles d'essai en laboratoire).

Ces renseignements ont-ils été portés à l'attention des intervenants susceptibles d'être touchés?

L'ACIA a informé les gouvernements provinciaux et les associations sectorielles des résultats de l'enquête.

Comment les propriétaires fonciers peuvent-ils déterminer si le ravageur a été détecté sur leur propriété?

L'enquête de l'ACIA montre clairement que Verticillium longisporum est présent au Canada. L'enquête a été réalisée pour avoir une idée de sa répartition générale, et des échantillons ont été prélevés au hasard partout au pays. L'enquête ne visait pas à déterminer si le ravageur s'était établi dans des sites de production individuels.

Quelles sont les prochaines étapes pour les producteurs de canola dans les régions où le ravageur a été détecté?

L'ACIA n'a pas imposé de restrictions sur la production de canola et, pour le moment, le ravageur ne semble pas avoir d'incidence importante sur la production de canola au Canada.

L'ACIA continuera de travailler avec les associations de producteurs et les provinces afin d'élaborer des mesures volontaires de biosécurité que les agriculteurs peuvent mettre en œuvre pour réduire la propagation du ravageur.

On encourage les propriétaires fonciers à adopter des pratiques exemplaires de gestion à la ferme et à disposer d'un plan de biosécurité visant à empêcher l'introduction et à minimiser la propagation de ce ravageur. Les producteurs peuvent consulter la Norme nationale volontaire de biosécurité à la ferme pour l'industrie des céréales et des oléagineux.

V. longisporum est-il considéré comme un ravageur justiciable de quarantaine?

V. longisporum n'est pas considéré comme un ravageur justiciable de quarantaine et n'est vraisemblablement réglementé par aucun pays.

Comment V. longisporum se propage-t-il?

L'agent pathogène se propage principalement par le déplacement de terre infestée ou de parties de végétaux malades. Des données scientifiques probantes indiquent aussi que les semences de cultures gravement infectées peuvent contribuer à propager le ravageur dans de nouveaux endroits.

Quels sont les risques de propagation de V. longisporum?

V. longisporum peut se propager au moyen de débris culturaux portés par le vent, par l'érosion du sol et les inondations, en plus de la propagation par les humains, comme le déplacement de l'équipement agricole.

Comment V. longisporum est-il venu au Canada?

Étant donné la vaste répartition apparente de V. longisporum au Canada, il n'est pas possible de déterminer la source originale de l'agent pathogène.

Comment l'ACIA gère-t-elle les nouveaux phytoravageurs au Canada?

Si un nouveau phytoravageur est détecté au Canada, l'ACIA s'efforce d'en réduire l'impact, tout en analysant sa répartition. L'ACIA peut imposer des mesures de contrôle dans les zones avoisinant le lieu de détection pendant qu'elle effectue son enquête sur la propagation. De plus, une évaluation des risques peut être effectuée pour déterminer la biologie et les voies de propagation du ravageur ainsi que ses répercussions sur l'environnement et l'économie. Ces renseignements servent à orienter l'approche de l'ACIA pour lutter contre le ravageur, laquelle peut inclure l'éradication, le contrôle ou aucune mesure.

Date de modification :