Popillia Japonica (Scarabée japonais) - Fiche de renseignements

Contexte

Le scarabée japonais est originaire des grande îles du Japon et a été signalé pour la première fois en Amérique du Nord dans le sud du New Jersey en 1916. Le premier scarabée japonais a été détecté au Canada dans la voiture d'un touriste qui est arrivé par traversier à Yarmouth (Nouvelle-Écosse)en provenance du Maine, en 1939. La même année, trois autres insectes adultes ont été capturés à Yarmouth et trois à Lacolle dans le sud du Québec.

Depuis son lancement en 1939, le programme annuel de piégeage a connu un bon succès en ce qui concerne la détection des infestations. Les programmes de traitement n'ont toutefois pas réussi à éliminer complètement le ravageur au Canada.

Hôtes

Le gazon est l'hôte préféré des stades larvaires du ravageur, mais les racines des autres plantes peuvent également être attaquées. Les adultes sont très gourmands et s'attaquent au feuillage et aux fruits de plus de 250 plantes hôtes. Voici une liste partielle des types de plantes qui peuvent être gravement endommagées par le scarabée japonais : orme, érable, vigne, pêcher, pommier, abricotier, cerisier, prunier, rosier, zinnia, maïs, asperge, soja, bleuet, framboisier et mûrier sauvage.

Distribution

Carte de crédit de phytoravageur : Scarabée japonais

PDF (1 475 ko)

Côté 1 de la carte de crédit : 2 Scarabées japonais, une flèche pointant vers 12 touffes de poils blancs le long des côtés et à l'arrière, une silhouette représentant la taille réelle. Pour signaler un spécimen suspect, visitez le www.inspection.gc.ca/phytoravageurs
Côté 2 de la carte de crédit : un scarabée japonais sur  le feuillage squeletté, gazon mort dû à l'alimentation des larve, et larve en forme de C (20 mm). Copyright Sa Majesté la Reine du Chef du Canada 2015. Pour signaler un spécimen suspect, visitez le www.inspection.gc.ca/phytoravageurs

Photo : gracieuseté de J. Baker, D. Cappaert, S. Katovich (Bugwood.org), ACIA | L'utilisation sans permission est interdit

Biologie

L'insecte ne produit qu'une seule génération par année. Les adultes apparaissent à l'été et sont très actifs pendant environ 6 à 8 semaines. Dans la région du Niagara, ils commencent à sortir du sol à la fin de juin ou au début de juillet, mais ils n'atteignent leur abondance maximale qu'à la fin de juillet ou en août, avant de disparaître graduellement. Leur durée de vie normale est de 30 à 45 jours. Ils se nourrissent des fruits et des feuilles d'un vaste éventail de plantes. Les scarabées commencent à voler lorsque la température atteint environ 21 °C. Leur vol est désorienté, sauf lorsqu'ils répondent à un stimulus chimique provenant de plantes dont ils se nourrissent ou d'une phérormone sexuelle. La plupart des vols sont courts, mais les scarabées sont capables de parcourir jusqu'à 8 kilomètres dans la même direction que le vent.

Ce sont surtout les jours d'été ensoleillés, lorsque la température se situe entre 21 °C et 35 °C et l'humidité relative au-dessus de 60 %, que l'alimentation est la plus intense. Les jours nuageux et venteux, ces activités trophiques sont réduites, et elles sont nulles les jours pluvieux.

Les scarabées préfèrent consommer des plantes exposées aux rayons directs du soleil, en commençant par le sommet, quelle qu'en soit la hauteur, et en progressant vers la base. Ils consomment la surface supérieure des feuilles de la plupart des plantes, broyant les tissus situés entre les nervures et laissant une feuille squelettique qui a l'aspect de la dentelle. Au cours des premiers 7 à 10 jours après l'émergence, ils ne se nourrissent que de plantes basses, pour s'attaquer ensuite aux arbres fruitiers et aux arbres d'ombrage. Au fur et à mesure que les feuilles des arbres perdent leur attrait, les scarabées les délaissent pour fréquenter davantage les fleurs ou les cultures de plein champ comme le maïs et le trèfle.

La femelle dépose jusqu'à 60 oeufs à une profondeur d'environ 8 centimètres dans le sol des pelouses et autres espaces herbeux.

Les oeufs prennent environ deux semaines avant d'éclore et les petites larves se nourrissent d'abord de racines de graminées. Les insectes continuent à s'alimenter jusqu'à l'approche des temps froids. Ils passent l'hiver à une profondeur de 5 à 31 centimètres sous la surface du sol et recommencent à manger au printemps. Le cycle de vie compte trois stades larvaires ou instars. La plupart des scarabées passent l'hiver au 3e stade larvaire. Une fois qu'elles ont atteint la maturité, les larves se pupifient et, après une diapause d'environ deux semaines, les scarabées adultes émergent vers la fin juin ou le début juillet.

Détection et identification

Symptômes

Les scarabées adultes broient les tissus situés entre les nervures du feuillage de la plupart des plantes, ne laissant qu'un squelette de feuille. Lorsqu'ils s'attaquent aux plantes à feuilles minces ou à certaines fleurs, les scarabées broient de grosses portions de forme irrégulière.

Les plantes qui ont un feuillage épais sont habituellement épargnées, mais il se peut que la surface supérieure des feuilles de telles plantes soit légèrement attaquée. Les feuilles gravement endommagées prennent rapidement une teinte brune et tombent. Les larves mangent les racines d'une large gamme de plantes, mais c'est surtout au gazon qu'elles s'attaquent. S'il y a plus de 90 larves par mètre carré, on observera des plaques d'herbes brunes mortes.

Identification

Oeuf : elliptique, blanc, environ 1,5 millimètres de long, isolé, à environ 8 centimètres sous la surface du sol (figure 1).

Larve : ver typique de couleur blanc crème en forme de C avec tête brun jaunâtre. Moins de 25 millimètres de long à la maturité; présente dans la zone des racines fibreuses des plantes hôtes. La disposition en forme de V des deux dernières rangées d'épines du dernier segment du corps permet de la distinguer des autres larves (figures 2 et 3).

Pupe : de taille à peu près égale à celle de l'adulte et lui ressemblant quelque peu, sauf en ce qui concerne les pattes, les antennes et les ailes qui sont repliées près du corps. Ce dernier est d'abord de couleur crème pâle et prend graduellement une teinte fauve puis vert métallique chez l'adulte. La pupe se cache sous la surface du sol (5 à 8 centimètres) (figure 4).

Adulte : contours paraissant ovales du dessus, près de 10 millimètres de long et de 6 millimètres de large, abdomen, thorax et tête vert métallique avec couvertures alaires d'un brun cuivre et touffes de poils blancs contrastants le long des côtés et à l'arrière de l'abdomen; actif les jours ensoleillés et chauds de la fin juin à la fin de l'été (dans le sud de l'Ontario) (figure 5).

Figure 1, les oeufs
Figure 1
Figure 2, Larve, ver typique de couleur blanc crème en forme de C avec tête brun jaunâtre
Figure 2
Figure 3, Larve, ver typique de couleur blanc crème en forme de C avec tête brun jaunâtre
Figure 3
Figure 4, La pupe se cache sous la surface du sol.
Figure 4
Figure 5, Les adulte.
Figure 5

Texte : Surveillance des phytoravageurs, Direction générale des sciences
Crédits des photos : Direction générale de la recherche, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa

Date de modification :