ARCHIVÉE - Contarinia nasturtii (Cécidomyie du chou-fleur) - Fiche de renseignements

Cette page Web a été archivée

L'information archivée sur le Web sert à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes du gouvernement du Canada relatives aux sites Web et n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis sa date d'archivage. Pour obtenir l'information dans un format autre que ceux offerts, communiquez avec nous.

Contexte

La cécidomyie du chou-fleur, Contarinia nasturtii, a été détectée pour la première fois en Ontario en 2000. Des pertes de rendements significatives, qui ont été attribuées en premier à des carences en éléments minéraux, avaient été observées dans des champs de brocoli de cette province depuis 1996. Lorsque la cécidomyie du chou-fleur a été confirmée en Ontario, il est apparu clair que ces pertes étaient plutôt dues à des dommages causés par la cécidomyie.

Hôtes

Les hôtes de C. nasturtii comprennent une vaste gamme d'espèces de la famille des Brassicacées : brocoli (B. oleracea var italica), chou-fleur (Brassica oleracea var botrytis), chou (B. oleracea var capitata) et radis (Raphanus sativus).

Distribution

  • Asie : Turquie
  • Europe : distribution étendue
  • Distribution - En Amérique du Nord, des populations établies de cécidomyie du chou-fleur ont été rapportées sur des plantes appartenant à la famille des Brassicaceae en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard, ainsi que dans les états américains de New York, Connecticut, Massachusetts, New Jersey et Vermont.

Biologie

Les adultes hivernants émergent en mai et en juin. Les femelles pondent leurs œufs sur la première plante disponible. Les œufs sont pondus en chapelets ou en grappes de 15 à 20 sur les plus jeunes parties de la plante, p. ex., les boutons floraux ou la base des pétioles. Chaque femelle pond environ 100 œufs. Après trois jours, les larves commencent à éclore et se nourrissent surtout à proximité du point végétatif. Toutefois, les larves peuvent vivre sur presque n'importe quelle partie de la plante dans un environnement presque liquide. Après 2 à 3 semaines, les larves ont atteint leur croissance maximale et elles sautent ou se laissent tomber sur le sol et filent un cocon dans le sol où elles se nymphosent. Deux semaines plus tard, la nouvelle génération de mouches fait son apparition.

En Europe, jusqu'à 4 générations se chevauchent chaque année, mais le nombre varie selon le climat. En Ontario, on a observé trois générations par année. Les adultes de la génération hivernante émergent de la fin mai jusqu'au début d'août et atteignent un sommet en juin; une deuxième génération (été) émerge de la mi-juillet jusqu'à la première moitié d'août. La troisième génération émerge entre la fin d'août et le début de septembre.

Les femelles deviennent inactives lorsque la température tombe sous les 20 °C. Pendant ces périodes de sécheresse, les larves peuvent entrer dans une période de dormance, et reprendre leur croissance après la pluie. Lorsque le temps est sec, les larves matures fabriquent des cocons sphériques enfouis dans le sol à une profondeur supérieure à la normale et remontent à la surface du sol après la sécheresse, mais seulement pour y retourner et fabriquer de nouveaux cocons ovoïdes dans lesquels elles se nymphoseront.

Détection et identification

Symptômes

  • Les symptômes de l'attaque sont faciles à reconnaître. Les boutons floraux restent fermés et se boursouflent. Les feuilles intérieures de la pomme semblent chiffonnées et crêpées, et les jeunes tiges et pétioles peuvent être boursouflés, déformés et tordus, ce qui entraîne la mort de la tige principale ou l'apparition de pousses secondaires. De surcroît, les inspecteurs devraient être à l'affût des minuscules larves jaunâtres « sautantes » partout où ils observent des signes de dégâts. En Angleterre, les feuilles d'apparence chiffonnée et la présence de nombreux cols chez les rutabagas et les navets sont désignés sous le nom de « cabbage top ». Chez les rutabagas, la pourriture habituellement observée à la suite d'une attaque de la cécidomyie, surtout par temps humide, est un symptôme secondaire. On qualifie le chou-fleur de « borgne » pour signifier que l'inflorescence est complètement détruite. En Ontario, la caractéristique des plants « borgnes » et la distorsion des feuilles ont également été observées chez les plantules avant le repiquage.

Identification

  • Les œufs mesurent 0,27 mm de longueur par 0,08 mm de largeur et portent un pédicelle qui mesure 0,06 mm. Larve :  La larve mature mesure de 2 mm. Elle est de couleur jaune citron; son segment abdominal terminal porte quatre paires de « pattes » inégales. Prénymphe : Les études réalisées en Belgique ont révélé la présence de deux types de cocons. Les premiers sont gros et ovales et renferment de grosses larves blanchâtres qui atteignent la longueur maximale. Les deuxièmes sont petits et ronds et renferment des larves recourbées plus petites et minces de couleur jaune ou orange. Adulte : L'adulte est une mouche de couleur brun pâle mesurant environ 1,5 à 2 mm de longueur sans les antennes et ayant des ailes très velues. La femelle pondeuse est longue, rétractile et aciculaire.
Femelle adulte
Fig. 1
oeufs
Fig. 2
larves
Fig. 3
Dégâts sur des plants de brocoli à repiquer
Fig. 4
Plantules tordues de brocoli avec point végétatif endommagé
Fig. 5
Brocoli, inflorescence endommagée
Fig. 6
Chou-fleur, bourgeon terminal détruit
Fig. 7

Texte : Service de l'évaluation des risques phytosanitaires

Références photographiques : Fig.1., Fig. 3., Fig. 4., Fig. 5., et Fig. 6. Dr. R.H. Hallett, Dept. of Environmental Biology, University of Guelph, Guelph (Ontario) Fig. 2. et 7, Institut national de la recherche agronomique, Paris (France).

Date de modification :