DGR-13-04 : Document de gestion des risques phytosanitaires consolidé pour les plantes phytoravageurs règlementées au Canada
Annexe 9B : Considérations sur la gestion des risques pour Nassella trichotoma (stipe à feuilles dentées)

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Valeurs menacées

Industrie des semences

En 2007, 162 200 tonnes de semences canadiennes ont été exportées aux États-Unis, pour une valeur approximative de 197,6 millions de dollars. Si l'espèce Nassella trichotoma s'établit au Canada, cet établissement pourrait compliquer le commerce des semences entre les États-Unis et le Canada (Statistique Canada dans Agriculture Canada, 2008). À plusieurs occasions, des lots de semences de graminées fourragères d'origine sud-américaine ont été jugés contaminés avec les semences de cette mauvaise herbe. Cette contamination a causé des problèmes pour le commerce canadien des semences lorsque des lots de semences contenant des semences en touffes serrées ont été réexportées aux États-Unis. C'était en grande partie pour régler les préoccupations commerciales en question que l'espèce a été ajoutée à l'Arrêté sur les graines des mauvaises herbes comme graine de mauvaise herbe nuisible interdite en juillet 2005.

Le parcours naturel potentiel de Nassella trichotoma au Canada est limité à la côte ouest de la Colombie-Britannique où il n'y a presque pas de production de semences fourragères (Statistique Canada, 2007). L'incidence directe de cette espèce sur le commerce des semences est par conséquent relativement faible et limitée à la réexportation aux États-Unis (Tableau 2).

Écosystème du chêne de Garry

L'écosystème du chêne de Garry est rare et irremplaçable en raison de son importance historique et écologique. Ce paysage contribue à la fois au sentiment d'appartenance et à l'identité régionale des habitants de l'île de Vancouver.

Le ministère de l'Environnement, des Terres et des Parcs de la Colombie-Britannique possède deux réserves écologiques principalement axées sur les écosystèmes du chêne de Garry. La Société de préservation des près de chênes de Garry, le Centre de données de conservation de la Colombie-Britannique et le Service canadien des forêts ont lancé des programmes pour promouvoir la préservation des écosystèmes du chêne de Garry au Canada.

Tableau 2 : Valeur en dollars canadiens des réexportations canadiennes de semences fourragères à destination des États-Unis
Cultures fourragères 2004 2005 2006 2007
Luzerne8 63569 81869 6918 699
Trèfle9 28616 35828 45841 981
Fétuque0000
Ivraie47 92637 04600
Phléole des prés0000
Autres plantes fourragères10 497180 97488 191253 822
Total :78 348306 201188 346306 509

Source : Statistique Canada dans Industrie Canada, 2009

Coût de contrôle

Si l'espèce Nassella trichotoma s'établit dans des écosystèmes naturels, y compris celui du chêne de Garry, elle pourrait être ardue et coûteuse à éradiquer.

La méthode de contrôle la plus efficace en Nouvelle-Zélande, soit le déchiquetage suivi de l'application d'un herbicide, est coûteuse tant en main-d'œuvre qu'en produits chimiques. Les coûts de contrôle varient avec le degré d'infestation et d'utilisation des sols (arable par rapport à non arable) (Vere et Campbell, 1984). Les coûts de contrôle dans les terres modérément à massivement infestées ont été évalués entre 98,50 $ et 107,35 $Note de bas de page 1 par hectare (Vere et Campbell, 1984). Les mêmes auteurs expliquent que le traitement des terres massivement infestées doit se poursuivre jusqu'à 22 années durant avant qu'on puisse en attendre un avantage économique.

Le glyphosate semble être le seul pesticide homologué au Canada et ayant réussi à lutter contre Nassella trichotoma. Le glyphosate, soit un herbicide non sélectif, tue un large éventail de végétaux. Son usage aurait pour effet de nuire aux espèces indigènes qui se trouvent au sein de la région traitée, y compris les espèces en voie de disparition (Allison, 2006).

Mesures d'atténuation possibles applicables aux moyens naturels de dispersion

Aucune mesure n'est nécessaire. L'espèce Nassella trichotoma est absente le long de la frontière canadienne. Elle n'est pas susceptible d'entrer au Canada par les voies naturelles.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée intentionnelles

Végétaux destinés à la plantation (sauf les semences)

Historique des importations

L'ACIA considère l'espèce Nassella trichotoma comme non cultivée au Canada.

Mesures possibles d'atténuation des risques

Mesures non réglementaires

Mesures réglementaires

Répercussions commerciales

Rentabilité et faisabilité

Semences de Nassella trichotoma

Historique des importations

Inconnues. Aucun chiffre n'est disponible précisément pour Nassella trichotoma.

Mesures possibles d'atténuation des risques

Répercussions commerciales :

On prévoit que la perte de marché sera très faible (voir section V, c. Répercussions commerciales).

Rentabilité et faisabilité

Le Programme des semences de l'ACIA est déjà en place pour empêcher l'entrée de mauvaises herbes nuisibles interdites. La vérification de la conformité est effectuée dans le cadre du Programme de surveillance des marchés de semencesNote de bas de page 7.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée non intentionnelles

Semences des graminées fourragères

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

1. Maintenir la réglementation de Nassella trichotoma comme mauvaise herbe nuisible interdite de classe 1 conformément à l'Arrêté sur les graines des mauvaises herbesde la Loi sur les semences.

2. Réglementer Nassella trichotoma en tant qu'organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et ajouter cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada (ACIA 2009).

Figure 3 : Importations de semences fourragères au Canada à partir de pays où Nassella trichotoma (stipe à feuilles dentées) est présente

Figure 3. Description ci-dessous.
Description of Figure 3 :

Cette figure représente les importations de semences fourragères au Canada à partir de pays où Nassella trichotoma (stipe à feuilles dentées) est présente de 1999 à 2008. Il s'agit notamment du Chili, Uruguay, Argentine, Nouvelle-Zélande, l'Australie, l'Italie, le Brésil et l'Afrique du Sud. En 1999, le Canada a reçu les la plupart des importations en provenance d'Argentine (environ 2 400 00 $ CAN) et en 2008 le Canada a reçu les la plupart des importations en provenance du Chili (environ 1 250 000 $ CAN).

Source : Statistique Canada dans Industrie Canada 2009

Répercussions commerciales :

Rentabilité et faisabilité

Foin et paille

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Aucune mesure n'est nécessaire. Le degré de risque associé aux importations de foin et de paille au Canada est relativement faible en raison du fait que (1) les produits proviennent principalement de régions où Nassella trichotoma est absente et que (2) Nassella trichotoma se trouve rarement dans les cultures, comme les pâturages cultivés.

Animaux vivants

Historique des importations

Entre 1999 et 2008, aucun nombre important de moutons ou de chèvres vivants pour la reproduction n'a été importé au Canada à partir de pays où Nassella trichotoma est présente (données internes de l'ACIA).

Mesures possibles d'atténuation des risques

Aucune mesure n'est nécessaire.

Laine brute

Historique des importations

La valeur totale des importations de laine brute tournait autour de 3,1 millions de dollars en 2008; 70% de cette valeur provenait d'Australie, de Nouvelle-Zélande et d'Argentine, pays où Nassella trichotoma est présente (Industrie Canada, 2009).

Mesures possibles d'atténuation des risques

Aucune mesure n'est nécessaire.

Date de modification :