DGR-13-04 : Document de gestion des risques phytosanitaires consolidé pour les plantes phytoravageurs règlementées au Canada
Annexe 2A : Résumé de l'évaluation du risque phytosanitaire pour Alopecurus myosuroides (vulpin des champs)

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Identité de l'organisme

Nom : Alopecurus myosuroides Huds (famillle des Poacées, sous-famille des Panicoїdées, tribu des Panicées)

Synonyme(s) : Alopecurus agrestis, Alopecurus coerulescens, Alopecurus purpurascens, Tozzettia agrestis (Tropicos 2008)

Noms communs français : Vulpin des champs (USDA -ARS 2009)

Noms communs anglais : Slender foxtail, black grass, black twitch, large foxtail (USDA -ARS 2009)

Description : Alopecurus myosuroides est une graminée annuelle hivernale haute et touffetée avec panicules rouge-pourpre, qui paraît noire à une certaine distance. Elle fleurit au début du printemps (Hubbard, 1968; Aldrich-Markham, 1992).

Statut de l'organisme

Alopecurus myosuroides a été signalée au Canada, mais ne s'y est pas établie, et rien n'est venu prouver qu'elle est cultivée au Canada (ACIA 2008; Scoggan 1979). Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter la section Probabilité d'introduction. Sur la foi du renseignement qu'on vient de mentionner, on considère que l'espèce est absente de la zone d'évaluation du risque phytosanitaire.

Statut réglementaire actuel

Alopecurus myosuroides n'est pas réglementée actuellement au Canada. Alopecurus myosuroides n'est pas réglementée comme mauvaise herbe nuisible de ressort fédéral aux États-Unis, mais elle est réglementée par l'État de Washington.

Probabilité d'introduction

Alopecurus myosuroides a été introduite accidentellement par la voie de semences de graminées contaminées dans les champs de stations de recherche à Saanichton, en Colombie-Britannique (1955) et à Brandon, au Manitoba (1965), mais ne s'y est pas établie (Scoggan 1979). Les centres de données provinciaux sur la conservation (CDC) ne considèrent pas que l'espèce est établie dans les deux provinces en question (ACIA 2008).

Alopecurus myosuroides se propage seulement par les semences. La principale voie d'introduction au Canada, observation fondée sur la surveillance de lots de semences, est comme contaminant des lots de semences de graminées (Tableau 1).

Tableau 1 : Résumé des voies d'entrée pour Alopecurus myosuroides (vulpin des champs)
Type de voie d'entrée Voies d'entrée spécifiques
Dispersion naturelleAlopecurus myosuroides est une plante annuelle qui se propage entièrement par les semences. Le vent est la principale voie naturelle de dispersion sur de courtes distances.
C'est une voie improbable d'introduction au Canada, étant donné la zone de distribution actuelle de l'espèce.
Introduction intentionnelleAucune n'a été relevée.
Voies d'introduction non intentionnelles

Le vulpin des champs est un contaminant occasionnel dans les lots de semences de graminées.

C'est la voie d'introduction la plus probable au Canada. Selon la base de données du laboratoire sur les semences de l'ACIA, Alopecurus myosuroides a été décelée dans cinq échantillons de graminées importées au cours des neuf dernières années. Jusqu'à douze semences ont été signalées à partir d'un seul échantillon.

Alopecurus myosuroides pourrait être présente comme contaminant dans les lots de graines.

Même si l'espèce est une mauvaise herbe sérieuse des céréales d'hiver en Europe, il est fort peu probable qu'Alopecurus myosuroides soit présente comme contaminant dans les grains transformés, étant donné qu'elle serait facile à retirer pendant le moissonnage-battage et le nettoyage. On n'a pas signalé de semences dans les échantillons de semences de céréales d'hiver au cours des neuf dernières années au Canada.

Elle pourrait aussi être présente dans le foin et la paille importés comme semences contaminées dans les panicules.

Probabilité d'établissement

Alopecurus myosuroides est indigène en Afrique du Nord (n. Algérie, n. Égypte, n. Libye et Tunisie), en Asie (Afghanistan, Chypre, Iran, Irak, Israël, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Ciscaucase, Daguestan, Turkménistan, Ouzbékistan, n. Inde et Pakistan), et en Europe (Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Fédération russe, Ukraine, Albanie, Bulgarie, ancienne Yougoslavie, Grèce, Italie, Roumanie, France, Portugal et Espagne) (USDA -ARS 2009).

Elle est largement naturalisée dans les parties tempérées du monde, y compris l'Amérique du Nord (États-Unis et Mexique), en Amérique du Sud (Bolivie, Pérou et Argentine), en Chine, en Australie et en Nouvelle-Zélande (Häfliger et Hildemar 1981). Elle a été largement introduite aux États-Unis (voir la figure 1) comme mauvaise herbe cultivée (Barkworth 2006).

En Europe, Alopecurus myosuroides pousse dans les prés humides, dans les forêts décidues et dans les sols cultivés ou perturbés; il s'agit également d'une espèce de mauvaise herbe importante dans les cultures céréalières en milieu tempéré (Barkworth 2006). Aux États-Unis, l'espèce est signalée surtout dans les champs cultivés (Barkworth 2006), mais on la trouve maintenant couramment dans les sites humides de pâturage et le long des routes en Oregon et dans l'État de Washington (Lass et Prather 2007).

Consulter l'Annexe 2C pour la répartition des codes SH et des valeurs pour chaque produit provenant de pays où Alopecurus myosuroides est présente. Aucune donnée sur les importations des variétés de céréales d'hiver n'était disponible; l'Annexe 2D pour les données d'importation pour les semences de graminées; et l'Annexe 2E pour les données d'importation pour le foin et pour la paille.

Figure 1: Aire de répartition d'Alopecurus myosuroides (vulpine des champs) en Amérique du Nord

Figure 1. Description ci-dessous.
Description pour la figure 1 :

Image de l'Amérique du Nord indiquant l'introduction d'Alopecurus myosuroides (vulpin des champs) aux États-Unis. En rouge, on indique les régions où il est présent. Dispersé et peu présent, le vulpin des champs couvre moins de 3% du territoire américain.

Source: Barkworth 2006

Figure 2 : Aire potentielle de répartition d'Alopecurus myosuroides (vulpine des champs) au Canada

Figure 2. Description ci-dessous.
Description pour la figure 2 :

Cette image montre la répartition possible Alopecurus myosuroides (vulpin des champs) au Canada et dans le Nord des États-Unis. Les zones en rouge correspondent aux régions où il pourrait survivre selon la carte des zones de rusticité des plantes au Canada. Cette carte comprend la côte et l'extrême sud de la Colombie Britannique, l'extrême sud-ouest de l'Ontario et les côtes de Nouvelle Écosse et de Terre Neuve. Les côtes Ouest et Est des États Unis ainsi que les régions situées près des Grands Lacs sont incluses.

Source : NAPPFAST zones 6-9

Selon le parcours naturel mondial, Alopecurus myosuroides est susceptible de survivre dans une zone de rusticité NAPPFAST numéro 6 (voir figure 2). Cette zone comprendrait les côtes et l'extrême sud de la Colombie-Britannique, l'extrême sud-ouest de l'Ontario et les côtes de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve. Comme mauvaise herbe des céréales d'hiver, la plante est le plus susceptible de toucher le sud-ouest de l'Ontario, où l'on cultive des céréales d'hiver. Les aires de culture du blé d'hiver du sud des Prairies semblent être hors de la plage de tolérance climatique de l'espèce.

Probabilité de propagation

Les principales voies de dissémination d' Alopecurus myosuroides résident dans l'activité humaine. Les semences peuvent être disséminées dans les semences des cultures contaminées, dans la paille ou dans le fumier. Dans les champs de céréales, les semences du vulpin des champs sont expulsées du multiculteur avec la paillette. L'équipement agricole peut aussi disséminer des semences. Celles-ci pourraient facilement se déplacer sur le sol pendant la culture et avec la terre rattachée à l'équipement agricole (CAB International 2007). Le vent constitue la principale voie de dispersion, mais semble efficace seulement sur des distances relativement courtes (Colbach et Sache 2001).

Il existe plusieurs modification des pratiques agricoles qui ont favorisé la dissémination d' Alopecurus myosuroides dans les champs de céréales en Europe (Aldrich-Markham 1992; CAB International 2007). Parmi celles qui pourraient aussi favoriser la dissémination de l'espèce au Canada, on compte :

Conséquences économiques potentielles

Alopecurus myosuroides est considérée comme l'une des mauvaises herbes les plus dommageables pour les céréales d'hiver en Angleterre (Barkworth 2006) et constitue aussi maintenant un problème majeur en Allemagne, en Belgique et en France, et aussi dans certaines régions de l'Italie, de la Yougoslavie et de la Turquie (Aldrich-Markham 1992). Sa dissémination à travers l'Europe a été reliée à l'expansion de la superficie en acres de la culture du blé et de l'orge d'hiver, avec des méthodes de cultures modernes mécanisées (Aldrich-Markham 1992).

Alopecurus myosuroides est présente dans un grand éventail de cultures, mais est principalement associée aux rotations dominées par les céréales. Elle est plus courante dans les cultures céréalières semées en automne, comme le blé d'hiver. On la trouve aussi sur les terres perturbées dans des endroits où il y a des résidus, mais elle ne persiste pas dans les pâturages (CAB International 2007). Elle infeste les autres cultures d'hiver, y compris les graminées, le colza et les légumineuses fourragères (Aldrich-Markham 1992) et il est difficile de l'éradiquer des champs cultivés où l'on plante répétitivement des céréales (Hubbard 1968).

En Amérique du Nord, Alopecurus myosuroides est devenu une mauvaise herbe problématique majeure dans l'ouest de l'Oregon et dans l'est de l'État de Washington, principalement dans les céréales, mais elle s'est aussi disséminée dans les pâturages (Lass and Prather 2007).

Conséquences environnementales et sociales potentielles

Alopecurus myosuroides ne semble pas être une mauvaise herbe environnementale ni dans son parcours indigène ni dans son parcours faisant suite à une introduction, étant donné qu'elle est confinée aux habitats perturbés, comme les terrains vagues et les champs cultivés (Hubbard 1968; Barkworth 2006). Il n'existe pas de conséquences sociales potentielles évidentes à attendre du vulpin des champs.

Incertitude

Aucune incertitude susceptible d'entacher le résultat de l'évaluation du risque n'a été déterminée.

Conclusion

Selon le résultat de l'évaluation du risque phytosanitaire, on peut affirmer qu'Alopecurus myosuroides est susceptible de devenir envahissante dans certaines régions du Sud canadien (Figure 2). On recommande de poursuivre le processus d'analyse des risques phytosanitaires et de compléter un Document de gestion des risques.

Considérations d'ordre technique

Les espèces Alopecurus. Les plants sont assez faciles à identifier par un personnel formé.

Date de modification :