Guide de biosécurité pour le secteur des pépinières
4.0 Gestion de la santé des cultures aux étapes de la production

4.1 Produits entrants : Achat et réception

Produits entrants : Achat et réceptionNote de bas de page 8

Résultat visé :

Les produits entrants ne sont pas une source potentielle de ravageurs.

Avantages : La réception de produits entrants comme les produits servant à la multiplication, les plantes, la terre, les milieux de culture, l'eau ou les produits d'emballage de sources externes peut potentiellement introduire des ravageurs dans la pépinière. L'introduction de ravageurs peut être atténuée en évaluant les risques associés aux produits entrants provenant de fournisseurs et en inspectant les produits entrants à leur arrivée.

Tous les produits entrants devraient être inspectés à leur arrivée.

Points à considérer

  • Évaluer les risques associés aux produits entrants comme la terre, les milieux de culture et le matériel végétal provenant de fournisseurs externes. L'acquisition de produits entrants provenant de fournisseurs qui mettent en œuvre des mesures de biosécurité ou un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) peut atténuer le risque d'introduction de ravageurs dans une pépinière.
  • Il faut connaître les risques associés aux palettes en bois importées, aux tuteurs de bambou et aux autres équipements naturels de la pépinière. Ces produits entrants devraient également être inspectés avant d'entrer dans la pépinière.
  • Tenir des registres d'acquisition pour les produits entrants. Les registres peuvent comprendre des renseignements sur le fournisseur, le nombre de plantes et la date de plantation. Ces renseignements peuvent aider à identifier le fournisseur, d'autres produits entrants ou d'autres pépinières qui peuvent être touchés lors de l'intervention suite à la détection d'un ravageur.
  • Inspecter tous les produits entrants au moment de leur entrée dans la pépinière. Si des ravageurs sont présents, les produits entrants devraient être renvoyés au fournisseur, détruits ou nettoyés et désinfectés.
  • Tenir à jour des registres d'inspection. Ces registres peuvent être utilisés pour retracer le produit ou le fournisseur si un ravageur est détecté.
  • Éviter le mélange de nouvelles plantes ou d'autres produits entrants qui entrent dans la pépinière avec des produits plus anciens et les plantes mères. Par exemple, utiliser des barrières ou des zones tampons pour séparer les plantes.
  • Si le risque lié aux ravageurs d'un produit entrant est inconnu, ce dernier devrait être considéré comme étant à risque élevé et placé dans la zone de ségrégation afin d'y être surveillé pour déceler la présence de ravageurs.
  • Évaluer le risque lié à l'eau recyclée et la traiter, le cas échéant. Par exemple, l'eau recyclée utilisée pour les plantes cultivées dans des contenants devrait être analysée pour déceler la présence de pathogènes portés par l'eau, comme ceux du genre Phytophthora.
Liste de vérification pour l'auto-évaluation : Achat et réception des produits entrants
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Les risques posés par les produits entrants acquis de fournisseurs externes sont évalués.
La distribution des ravageurs dans la région du fournisseur est tenue en compte lors de l'acquisition de produits végétaux.
Les registres d'acquisition sont gardés à jour.
Les produits entrants sont inspectés au moment de leur entrée dans la pépinière.
Les registres d'inspection des produits entrants sont gardés à jour.
Les nouvelles plantes reçues de sources externes ne sont pas mélangées aux plantes plus anciennes et aux plantes mères.
Les produits entrants ayant un niveau de risque inconnu sont séparés et surveillés pour déceler la présence de ravageurs.
Les plantes reçues sont séparées des plantes finies et des produits servant à la multiplication.
Lorsqu'un ravageur est détecté dans un produit entrant, ce dernier est renvoyé au fournisseur, détruit ou nettoyé et désinfecté.
L'eau recyclée est analysée et traitée régulièrement tel que requis pour les nutriments et les ravageurs.

4.2 Production de cultures

Production de culturesNote de bas de page 9

Résultat visé :

La combinaison des pratiques exemplaires de gestion et la mise en œuvre de mesures de biosécurité optimisent la production de végétaux sains.

Avantages : Les plantes en santé sont plus en mesure de supporter la pression provenant des ravageurs. Les conditions de croissance nécessaires pour la production de cultures en santé différeront d'une pépinière à l'autre. Certaines conditions de croissance et pratiques de production peuvent également promouvoir l'introduction et la prolifération de ravageurs. La mise en œuvre de mesures de biosécurité dans le processus de production peut aider à optimiser la production de plantes en santé.

Points à considérer

Environnement interne et externe

  • Réduire ou gérer le stress global des plantes qui peut les rendre plus vulnérables aux ravageurs. Le stress des plantes peut être engendré par :
    • Une blessure physique aux plantes causée par l'équipement ou le taillage;
    • Le stress environnemental, comme des dommages dus au gel ou un stress hydrique;
    • Les pratiques de production, comme l'endurcissement, la densité des cultures ou le traitement chimique.
  • Protéger les plantes contre les conditions météorologiques défavorables à l'aide de toiles à ombrer ou de couvertures.
  • Élaborer et mettre en œuvre un plan de gestion pour intervenir face aux dommages causés par les conditions environnementales qui ne peuvent être atténuées.
  • Les conditions de croissance devraient être gérées de manière à soutenir la croissance des cultures tout en limitant la vulnérabilité des cultures aux ravageurs. Certaines conditions de croissance, comme un taux élevé d'humidité, peuvent favoriser l'établissement de certains ravageurs, par exemple, les champignons ou la moisissure. Dans ces situations où les conditions de croissance peuvent créer des risques liés aux ravageurs, des pratiques de production comme l'augmentation de l'écoulement de l'air ou de la distance de plantation peuvent être envisagées pour minimiser les éclosions possibles.
  • Les mauvaises herbes peuvent héberger des ravageurs et disperser des semences de mauvaises herbes dans les cultures. Gérer les mauvaises herbes autour du périmètre de la pépinière ou des zones de production.

Nutriments, milieux de culture et gestion de l'eau

  • S'assurer qu'un programme de fertilisation adéquat est en place puisqu'une déficience en nutriments ou une surabondance d'engrais rend les plantes plus vulnérables aux ravageurs.
  • La terre et les milieux de culture peuvent être des sources potentielles de ravageurs. Inspecter ces produits entrants au moment de leur arrivée à la pépinière et si un ravageur est présent, un traitement pourrait être nécessaire. Parmi les options de traitement figurent la pasteurisation thermique, la solarisation ou la fumigation.
  • Analyser périodiquement le taux de nutriments dans l'eau d'irrigation puisque la qualité de l'eau est importante pour la production de plantes en santé.
  • Évaluer le risque lié à l'eau recyclée et la traiter, le cas échéant. Par exemple, l'eau recyclée utilisée pour les plantes cultivée dans des contenants devrait être analysée pour déceler la présence de pathogènes portés par l'eau, comme ceux du genre Phytophthora.
  • Différents types de systèmes d'irrigation, comme l'inondation, l'égouttement ou l'aspersion en hauteur entraînent différents types de préoccupation concernant la gestion de la santé des végétaux. Se familiariser avec les problèmes communs provenant du type de système d'irrigation à la pépinière.

Choix du matériel végétal

  • Évaluer les risques associés au matériel végétal provenant de sources externes. Pour atténuer le risque d'introduction de ravageurs, acheter des plantes d'un fournisseur qui met en œuvre des mesures de biosécurité comme une pépinière certifiée sous le programme de certification des Plantes saines ou qui a mis en place un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI).
  • Pour les activités de multiplication, acheter du matériel végétal certifié exempt de ravageurs comme le matériel indexé à l'égard des virus.
  • Choisir des plantes qui sont appropriées pour les conditions de croissance dans la pépinière.
  • Mettre en œuvre un plan de gestion pour éviter l'introduction de ravageurs lorsque du matériel qui est très vulnérable aux ravageurs comme la Phytophthora ramorum ou la cylindrocladiose du buis sont plantés.

Approches de protection des cultures contre les ravageurs courants

  • Mettre en œuvre un programme de LAI. La LAI est un processus de prise de décisions qui tient compte de nombreux facteurs au moment de décider d'un traitement. Des dépistages réguliers, des observations météorologiques, l'utilisation d'indicateurs phénologiques, un suivi de traitement, la tenue de registres et une stratégie de gestion de la résistance aux pesticidesNote de bas de page 10 sont tous des éléments d'un programme de LAI réussi.
  • Pour les ravageurs non réglementés, des seuilsNote de bas de page 11 peuvent être établis pour déclencher l'utilisation d'un traitement particulier. Il faut reconnaître que ce qui constitue un seuil est complexe puisque les différentes cultures et divers ravageurs requièrent des seuils différents. Les seuils dépendent de l'objectif visé, soit l'élimination, l'éradication ou la gestion du ravageur.
  • Tenir des registres des mesures de contrôle mises en œuvre et des résultats, ainsi que de la réponse des ennemis naturels pour aider à déterminer les conflits. Les répercussions des insecticides sur les ennemis naturels des insectes peuvent être étudiées à l'aide des bases de données en ligne avant l'application. Pour un exemple d'un registre des pesticides, voir l'annexe 4.
  • Être conscient des répercussions secondaires des mesures de contrôle des ravageurs. Par exemple, les applications d'herbicides peuvent être toxiques pour les contrôles biologiques.
  • Interrompre le cycle de vie des ravageurs dans les champs de production à l'aide de méthodes comme la rotation des cultures.

Liste d'auto-évaluation : Production de cultures

Environnement interne et externe
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Un plan a été dressé pour viser les blessures des plantes provenant de dommages environnementaux et physiques.
Les conditions de production sont optimisées pour minimiser le stress des plantes.
Lorsque c'est possible, des mesures de biosécurité sont mises en œuvre lorsque les conditions de croissance favorisent l'introduction et la propagation de ravageurs.
Les mauvaises herbes sont gérées autour du périmètre de la pépinière ou des zones de production.
Nutriments, milieux de culture et gestion de l'eau
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Un programme de fertilisation est mis en place.
La terre et les milieux de culture sont surveillés pour déceler la présence de ravageurs.
Le taux en nutriments de l'eau est analysé périodiquement.
L'eau recyclée est analysée pour déceler la présence de pathogènes.
Les répercussions du type de système d'irrigation sur la présence des ravageurs sont connues.
Choix du matériel végétal
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Le risque de ravageurs associé aux produits végétaux provenant de fournisseurs externes est évalué.
Des produits végétaux certifiés comme exempts de ravageurs sont achetés pour les activités de multiplication.
Les plantes sont choisies en fonction de leur caractère approprié pour les conditions de croissance de la pépinière.
Pour les plantes très vulnérables, un plan de gestion est en place pour éviter l'introduction de ravageurs.
Approches de protection des cultures contre les ravageurs courants
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Un programme de LAI est mis en place.
Les plantes sont surveillées régulièrement pour déceler la présence de ravageurs.
Des modèles météorologiques et des indicateurs phénologiques sont utilisés pour prédire les pressions provenant des ravageurs.
Pour les ravageurs non réglementés, des seuils sont utilisés pour déclencher les mesures de contrôle.
Des registres détaillés des mesures de contrôle et des résultats sont tenus.
Une sensibilisation aux répercussions secondaires des mesures de contrôle a lieu.
Les mesures de gestion des ravageurs précédentes sont utilisées pour anticiper et éviter les problèmes futurs liés aux ravageurs.
Une rotation des cultures appropriée est incorporée au calendrier de plantation.

4.3 Programme de lutte antiparasitaire (surveillance, identification, prise de décisions)

Programme de lutte antiparasitaire (surveillance, identification, prise de décisions)Note de bas de page 12

Résultat visé :

Réduire au minimum les pertes de production par la détection précoce des ravageurs.

Avantages : Un programme de surveillance permet la détection précoce des ravageurs préoccupants et est essentiel pour déterminer le moment où les ravageurs sont sur le point d'atteindre un seuil nécessitant la mise en place de mesures de contrôle. Les premières étapes essentielles d'un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) consistent en une surveillance régulière et l'identification appropriée des ravageurs. Un programme de surveillance permettra également l'évaluation de l'efficacité des mesures de contrôle et des pratiques de production. Une détection précoce peut aider à éviter les répercussions économiques liées aux ravageurs.

Points à considérer

Surveillance

  • Ajuster le programme de surveillance pendant certains moments particuliers au cours du cycle de la production, comme à la floraison ou pendant les périodes où les mesures de contrôle sont plus susceptibles de réussir ou d'être rentables.
  • Pour obtenir des renseignements à jour sur les ravageurs pour la zone ou la région, consulter des sources externes comme les rapports hebdomadaires sur les ravageurs des gouvernements provinciaux (Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario [MAAARO]) ou des associations sectorielles. Ces renseignements peuvent être fournis aux employés en affichant les rapports dans les zones communes.
  • La surveillance officielle et non officielle peut être comprise dans le programme de surveillance et être utilisée pour prendre des décisions afin de mettre en place des mesures de contrôle.
  • La fréquence de la surveillance officielle dépend de nombreux facteurs, comme la saison, les cultures et les ravageurs.
  • La surveillance non officielle devrait comprendre l'inspection des nouveaux produits végétaux lorsqu'ils arrivent à la pépinière.
  • Tenir un registre à jour des activités de surveillance officielles, surtout celles liées à la détection des ravageurs. Les registres peuvent être utilisés pour prédire les moments d'occurrence de ravageurs. Les registres peuvent comprendre la date, la récolte, les degrés-jours de croissance, les indicateurs phénologiques, les ravageurs, les symptômes observés, le moment auquel se sont présentés les symptômes, les causes possibles, les mesures de contrôle et la réussite de ces dernières.
  • La tenue de registre pour la surveillance non officielle peut ne pas être nécessaire.
  • Un employé formé peut être affecté à l'examen des registres de surveillance des années précédentes afin de préparer un plan de gestion des ravageurs pour la prochaine saison de culture.

Identification

  • Fournir aux employés des fiches signalétiques concernant les ravageurs préoccupants ou des fiches de renseignements qui expliquent comment identifier les ravageurs préoccupants. On peut placer des affiches dans les zones communes pour aider les employés à identifier les ravageurs préoccupants, comme la cylindrocladiose du buis ou le scarabée japonais.
  • Les employés de tous les niveaux sont informés du processus à suivre pour signaler la détection soupçonnée de ravageurs aux employés désignés de la pépinière.
  • Il n'est pas nécessaire d'offrir une formation à tous les employés sur toutes les mesures de biosécurité, comme l'identification des ravageurs ou les mesures de contrôle des ravageurs. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la formation et les communications d'un plan de biosécurité, voir la section 2.0 Éducation, formation et communication.
  • Les employés formés peuvent devoir accéder à des ressources, comme des livres, des ressources en ligne, des experts provinciaux ou associés et des consultants pour aider à l'identification des ravageurs, ainsi qu'à l'élaboration et la mise en œuvre des plans d'intervention envers les ravageurs.

Décisions

  • Les plans d'intervention envers les ravageurs ont été élaborés pour prendre des décisions en matière de contrôle des ravageurs.
  • Un employé désigné devrait être formé pour décider des moments appropriés de mise en oeuvre des mesures de contrôle et pour évaluer la réussite des mesures de contrôle.
  • Les employés désignés formés devraient connaître le processus à suivre pour signaler la détection d'un ravageur réglementé et devraient avoir accès aux coordonnées de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Liste de vérification de l'auto-évaluation : Programme de lutte antiparasitaire (surveillance, identification, prise de décision)

Surveillance
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Le programme de surveillance est ajusté en fonction des périodes plus susceptibles au cours du cycle de production des cultures.
Des renseignements à jour sur les ravageurs sont recueillis de sources externes et sont mis à la disposition des employés.
Les plantes sont surveillées régulièrement pour déceler la présence de ravageurs.
Les connaissances de la biologie des ravageurs et les renseignements historiques concernant les moments où les occurrences de ravageurs ont lieu sont utilisés pour planifier le calendrier de surveillance.
Des registres détaillés des activités de surveillance sont gardés à jour.
Les renseignements de surveillance sont examinés et utilisés pour prendre des décisions concernant la gestion des ravageurs.
Identification
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Des fiches signalétiques ou d'identification sur les ravageurs sont à la disposition des employés.
Les employés savent qu'ils doivent informer les employés désignés s'ils détectent un ravageur.
Les employés désignés supervisent le plan de gestion des ravageurs.
Les employés ont accès aux sources de renseignements qui décrivent l'identification et les cycles de vie des ravageurs.
Des experts sont consultés pour l'identification d'un ravageur inconnu.
Décisions
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Un plan de gestion des ravageurs est en place.
Un employé désigné a été formé pour prendre des décisions et évaluer la réussite des mesures de contrôle.
Le résultat des mesures de contrôle est examiné.
Le plan de LAI est mis à jour, au besoin.
Les ravageurs réglementés présents dans la région sont connus ainsi que les exigences connexes suite à leur détection.

4.4 Expédition et produits sortants

Expédition et produits sortantsNote de bas de page 13

Résultat visé :

Le produit final qui quitte le lieu de production est exempt de ravageurs préoccupants.

Les déchets de production sont gérés, traités et éliminés afin de réduire le risque de propagation des ravageurs.

Avantages : La gestion des produits sortants, du produit fini et des déchets atténue le risque d'introduction et de propagation potentiel des ravageurs d'une pépinière aux pépinières voisines, aux régions avoisinantes et aux zones où le produit peut être reçu. De plus, la détection de ravageurs dans le produit fini peut indiquer des problèmes de ravageurs potentiels dans le champ, ce qui peut nécessiter une intervention.

Pour la même raison que les plantes sont inspectées à l'arrivée, elles devraient l'être au moment de l'expédition.

Points à considérer

Expédition du produit final

  • L'entretien et la gestion efficace de la santé des cultures sont essentiels pour l'expédition d'un produit final de haute qualité qui est exempt de ravageurs préoccupants. Pour de plus amples renseignements, voir la section 4.2 Gestion des cultures.
  • Mettre en œuvre un système de traçabilité qui facilite le retraçage en aval et en amont pour le produit final en cas de détection de ravageurs une fois que le produit fini a quitté la pépinière.
  • Les renseignements suivants peuvent être consignés pour aider le retraçage en aval ou en amont si l'on détecte un ravageur dans la zone de production ou sur le produit fini après qu'il ait quitté la pépinière :
    • Quelle est la source du produit fini?
    • Pendant combien de temps les plantes ont-elles été en production à la pépinière?
    • Quelle est la destination du produit fini?
    • Quels sont les ravageurs présents ou absents à la destination?
    • Par quels pays, provinces ou États le produit fini transitera-t-il pour arriver à sa destination finale?
    • Faut-il des permis ou des déclarations pour expédier le produit final?
  • L'annexe 5 constitue un exemple provenant du Manuel des pépinières certifiées des Plantes saines des renseignements et des données à recueillir qui appuient les activités de retraçage.
  • Avant l'expédition, inspecter le produit fini pour déceler la présence de ravageurs préoccupants.
  • Consigner les renseignements concernant les inspections, y compris la date, le nom de l'employé, la culture, les résultats, la source et le client.
  • Inspecter les camions et les contenants d'expédition pour déceler les ravageurs et les débris organiques avant le chargement du produit fini. Si un nettoyage est nécessaire, évaluer la possibilité d'introduction ou de propagation de ravageurs dans la pépinière en fonction des risques associés aux débris ou aux ravageurs présents.

Déchets de production

  • Placer les tas de compost loin des zones de production.
  • Pour éviter l'infestation d'autres cultures, évaluer les voies de transmission des ravageurs lors de l'élimination de produits végétaux infestés. Par exemple, si le ravageur est propagé par le vent, le matériel infesté peut être éliminé par enfouissement profond, en le transportant aux installations d'élimination municipales ou par d'autres méthodes qui minimisent le risque de propagation ou d'introduction des ravageurs. Les producteurs devraient également être au courant de à tout règlement provincial en matière de gestion des déchets qui s'applique.
  • Les pots et les contenants en plastique recyclés devraient être nettoyés avant d'être réutilisés afin d'atténuer la propagation potentielle de ravageurs.

Liste de vérification pour l'auto-évaluation : Expédition et produits sortants

Expédition du produit fini
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Des méthodes efficaces d'entretien et de gestion de la santé des plantes sont utilisées pour produire des produits finis de haute qualité.
Un système de traçabilité est mis en place pour faciliter le retraçage en aval et en amont du produit fini.
Le produit fini est inspecté avant son expédition.
Les renseignements d'inspection sont consignés.
Le camion ou le contenant d'expédition est inspecté avant de charger le produit final.
Le risque d'introduction de ravageurs est évalué avant de nettoyer les camions ou les contenants d'expédition.
Déchets de production
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Les tas de compost sont éloignés des zones de production.
La voie de transmission des ravageurs est évaluée lorsqu'on élimine des produits infestés afin d'éviter la propagation de ravageurs.
Les pots et les contenants en plastique recyclés sont nettoyés avant de les utiliser.

4.5 Intervention en cas de ravageur

Intervention en cas de ravageurNote de bas de page 14

Résultat visé :

Un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) est élaboré afin d'intervenir auprès des ravageurs courants. Des plans d'intervention officiels sont créés pour les ravageurs posant un problème considérable.

Avantages : Lorsqu'un ravageur est détecté, un processus de prise de décision est enclenché pour déterminer si une intervention est nécessaire, le moment de l'intervention et la détermination des mesures de contrôle les plus appropriées. Lorsqu'un ravageur est trouvé, on peut tenir compte de certains facteurs pour décider si des mesures de contrôle sont nécessaires. Ces facteurs comprennent le niveau d'infestation des ravageurs, l'impact du ravageur sur la croissance des cultures, le stade du cycle de production et le moment de l'année. La prise de mesures de contrôle n'est pas toujours nécessaire, car les ravageurs ne posent pas tous les mêmes risques. Un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) est un aspect important de la détection précoce de ravageurs, mais il joue également un rôle essentiel dans l'intervention envers un ravageur. La création d'un plan de gestion des ravageurs et de plans d'intervention officiels comprennent une analyse des risques liés aux ravageurs afin de déterminer l'ampleur de l'intervention requise. La préparation de plans d'intervention détaillés avant la détection d'un ravageur peut faciliter la mise en place d'une intervention efficace et rapide, ce qui peut réduire les pertes de production.

Les points à considérer décrits ci-dessous dans la section Ravageurs non réglementés peuvent aussi s'appliquer à l'intervention en cas de détection d'un ravageur réglementé. Par contre, un ravageur réglementé peut nécessiter des mesures particulières fournies par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Points à considérer

Ravageurs non réglementés

  • Préparer un programme de LAI qui comprend les interventions en cas de détection de ravageurs. L'intervention devrait comprendre la confirmation de l'identité des ravageurs, la détermination du risque posé par les ravageurs, la détermination des seuils de ravageurs qui nécessiteraient des mesures de contrôle et des mesures de contrôles potentielles.
  • Confirmation de l'identité des ravageurs par les employés désignés, les laboratoires, les conseillers agricoles, les consultants, les chercheurs et l'ACIA.
  • Une surveillance accrue peut être nécessaire lorsqu'un ravageur est détecté afin de quantifier le niveau d'infestation ou d'évaluer l'efficacité des mesures de contrôle.
  • Les ravageurs introduits dans une pépinière par l'intermédiaire de plantes ou de boutures importées peuvent déjà être résistants aux pesticides disponibles au Canada. Lorsqu'une résistance est rencontrée, étudier la possibilité d'utiliser d'autres mesures de contrôle, comme des contrôles biologiques.
  • Consulter les guides de production provinciaux pour connaître les mesures de contrôle, les traitements et les produits chimiques qui peuvent être utilisés pour intervenir en cas de détection d'un ravageur.
  • Évaluer périodiquement l'efficacité du programme de LAI pour favoriser l'amélioration continue et les économies.
  • La propagation potentielle de ravageurs est atténuée par le contrôle ou la restriction de la circulation du matériel végétal, des personnes et de l'équipement à l'intérieur et à l'extérieur de la zone infestée.
  • Pour limiter la propagation des ravageurs, le matériel végétal infesté ne devrait pas être mélangé à d'autres plantes ou entrer en contact avec ces dernières.
  • Lorsqu'un ravageur est détecté, il peut être nécessaire de gérer les activités d'expédition pour aider à atténuer la propagation de ce dernier. Par exemple, le matériel végétal infesté ou potentiellement infesté peut ne pas être expédié.

Ravageurs réglementés

  • Lorsqu'un ravageur réglementéNote de bas de page 15 est détecté, communiquer avec l'ACIA pour signaler la détection.
  • Dans le plan d'intervention, inclure les coordonnées du bureau local de l'ACIA.
  • Si la détection d'un ravageur réglementé est soupçonnée, limiter la propagation potentielle du ravageur en contrôlant ou en restreignant la circulation du matériel végétal, des personnes et de l'équipement à l'intérieur et à l'extérieur de la zone infestée.

Liste de vérification pour l'auto-évaluation : Intervention en cas de détection d'un ravageur

Ravageurs non réglementés
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
Un programme de LAI a été préparé qui comprend les interventions en cas de détection de ravageurs.
Les interventions en cas de détection de ravageurs comprennent la confirmation de l'identité des ravageurs, la détermination des risques liés aux ravageurs, la détermination des niveaux d'infestation qui nécessiteraient des mesures de contrôle, et des mesures de contrôle potentielles.
L'identité des ravageurs est confirmée par les employés désignés, les laboratoires, les conseillers agricoles, les consultants, les chercheurs ou l'ACIA.
La surveillance est améliorée lorsqu'on détecte un ravageur.
La surveillance est améliorée pour évaluer l'efficacité des mesures de contrôle mises en place.
Lorsqu'une résistance aux pesticides est rencontrée, la possibilité d'utiliser d'autres mesures de contrôle, comme des contrôles biologiques, est étudiée.
Des sources externes sont consultées pour les mesures de contrôle, les traitements et les produits chimiques qui peuvent être utilisés pour intervenir en cas de détection d'un ravageur.
Les nouveaux produits chimiques sont évalués pour connaître l'efficacité et la tolérance des cultures avant d'être utilisés à travers la pépinière.
L'efficacité du programme de LAI est évaluée périodiquement et le programme est mis à jour au besoin.
Les allées et venues de la zone infestée sont contrôlées et restreintes.
Le matériel végétal infesté n'est pas mélangé aux autres produits et n'entre pas en contact avec ces derniers.
Au besoin, les activités d'expédition sont gérées pour prévenir la propagation des ravageurs.
Ravageurs réglementés
Mesures de biosécurité Oui Parfois Jamais Sans objet
L'ACIA est avisée lorsqu'un ravageur réglementé est identifié ou si ça présence est soupçonnée.
Le plan d'intervention comprend les coordonnées du bureau local de l'ACIA.
La propagation potentielle de ravageurs est atténuée par le contrôle ou la restriction de la circulation du matériel végétal, des personnes et de l'équipement à l'intérieur et à l'extérieur de la zone infestée.
Date de modification :