Guide de biosécurité pour le secteur des légumes de serre
2.0 Gestion de la santé des plantes

La mise en œuvre d'un plan de biosécurité en combinaison aux pratiques exemplaires de gestion peut favoriser la santé des plantes. La santé des plantes peut être touchée par les ravageurs aussi bien que par des problèmes environnementaux ou nutritionnels. Les symptômes de ces problèmes peuvent ressembler aux symptômes de ravageurs. Il importe de déterminer la cause d'une santé moins qu'optimale des plantes afin d'appliquer des mesures de biosécurité et de pratiques exemplaires de gestion. Par exemple, déterminer que la cause d'un symptôme s'agit d'un ravageur, de problèmes environnementaux ou de difficultés nutritionnelles permet l'atténuation par des pratiques exemplaires de gestion, comme la lutte antiparasitaire intégrée (LAI), la réduction du taux d'humidité ou la fertilisation. Il est tout aussi important d'identifier le ravageur et de comprendre les points critiques dans la voie de transmission des ravageurs où des mesures de biosécurité peuvent être appliquées pour atténuer l'introduction ou la propagation.

2.1 Pratiques de gestion

Résultat visé :

La combinaison des pratiques exemplaires de gestion et la mise en œuvre de mesures de biosécurité optimisent la production de végétaux sains.

Avantages : Les pratiques exemplaires de gestion qui optimise la production peuvent également créer un environnement optimal pour les ravageurs. Compléter les pratiques exemplaires de gestion par des mesures de biosécurité aide à gérer le risque d'introduction et de propagation des ravageurs.

Risques

Environnement externe

Les mauvaises herbes et les plantes volontaires peuvent être une source de ravageurs et devraient être contrôlées à l'intérieur et autour du lieu de production. Une zone bien entretenue exempte de mauvaises herbes autour du lieu de production peut aider à prévenir l'entrée de ravageurs.

En plus des mauvaises herbes, les débris organiques comme les légumes pourris peuvent également être des vecteurs de ravageurs. Les déchets organiques ne devraient pas être accumulés dans le lieu de production, mais devraient être éliminés rapidement dans un endroit désigné qui est éloigné du lieu de production, en utilisant une méthode qui minimise le risque de propagation des ravageurs. Lorsque nécessaires, des mesures de biosécurité telles que l'enfouissement en profondeur peuvent être mises en œuvre afin d'atténuer la réinfestation des autres cultures.

Environnement interne

Le maintien d'un lieu de production propre peut minimiser l'introduction et la propagation des ravageurs. Cela comprend le nettoyage de la station d'emballage en plus de l'aire de production.

Des paniers contenants des plantes banque ou indicatrices peuvent être utilisés dans un lieu de production dans le cadre du programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI). Cependant, tout comme les mauvaises herbes, des plantes ornementales et décoratives peuvent constituer une source de ravageurs.

Les conditions de croissance devraient être gérées de manière à soutenir la croissance des cultures tout en limitant la vulnérabilité des cultures aux attaques de ravageurs. Les conditions de croissance comme un taux élevé d'humidité peuvent favoriser l'établissement de certains ravageurs comme les champignons ou la moisissure. Dans les situations où les conditions de croissance peuvent créer des risques, des pratiques de gestion comme l'augmentation de la circulation de l'air ou de la distance entre les plantes peuvent être envisagées pour minimiser le risque d'une éclosion. De plus, une consultation auprès d'un spécialiste peut fournir d'autres recommandations relatives à l'adoption de mesures appropriées.

Toute bonne chose à une fin.

Le retrait des cultures peut présenter un risque de propagation des ravageurs dans un lieu de production. En fonction de l'horaire de production, les cultures peuvent être remplacées à la fin de leur saison de production ou, dans certains cas, il peut être nécessaire de terminer une culture plus tôt que prévu en raison de la présence de ravageurs. Le processus de retrait peut prendre différentes formes, puisqu'il peut y avoir trois méthodes de culture en pratique dans un lieu de production :

  1. Monoculture : L'ensemble de la culture est retiré avant la plantation de la nouvelle culture.
  2. Culture continue : Des sections de l'aire de production sont retirées et remplacées alors que d'autres cultures sont encore en production.
  3. Culture intercalaire : La culture de remplacement est cultivée au même endroit et élimine progressivement la culture précédente. La gestion des risques de propagation des ravageurs durant le retrait de la culture est plus importante avec cette méthode de production.

Des mesures devraient être prises afin d'éviter ou de minimiser la propagation des ravageurs à la nouvelle culture ou aux autres cultures pendant le processus de retrait. La méthode de monoculture enlève la culture dans son entier avant la plantation de la nouvelle culture. Il s'agit de la méthode la plus simple pour limiter la propagation de ravageurs à la nouvelle culture. Avec la culture continue et intercalaire, il n'y a aucune pause dans le cycle des ravageurs si un organisme nuisible est présent. Il y a aussi une augmentation du risque de propagation des ravageurs aux autres cultures étant cultivées dans le lieu de production. Pour les trois méthodes de culture, des mesures de biosécurité devraient être prises en compte tout au long du cycle de culture et au moment d'enlever le matériel infesté afin d'atténuer la propagation des ravageurs.

Une fois que la culture précédente ou infestée est retirée, le lieu de production devrait être nettoyé et désinfecté en profondeur pour s'assurer qu'il ne reste aucun débris organique. Une attention particulière devrait être portée aux zones difficiles d'accès, comme les coins, les composantes de la structure, les broches de culture, les tubulures d'irrigation ou les fermes de toit.

Nutriments, milieux de culture et gestion de l'eau

L'eau peut être un vecteur de ravageurs. Lorsque l'eau provient de la recirculation de l'eau, d'étangs, de cours d'eau ou d'autres sources d'eau de surface, elle devrait être désinfectée au besoin. L'équipement de désinfection de l'eau comprend la chaleur, le rayonnement ultraviolet, l'ozone et la filtration. Les milieux de culture et les nutriments de sources organiques peuvent contenir des ravageurs et devraient être achetés auprès d'un fournisseur digne de confiance.

Produits importés, matériel végétal et sélection des semences

Les produits de source importée ou canadienne destinés à être emballés et remballés, les semences et les matériaux végétaux sont des voies importantes par lesquelles des ravageurs sont introduits dans un lieu de production. Des ravageras peuvent se retrouver sur les surfaces ou à l'intérieur du produit, des semences et des matériaux végétaux. Ces produits entrants devraient être achetés d'une source qui a des mesures de biosécurité en place afin de prévenir l'introduction et la propagation des ravageurs. Ces derniers et tous les produits entrants devraient également être inspectés avant d'être acceptés dans le lieu de production.

Produits et approches de protection des cultures contre les ravageurs courants

Des ravageurs peuvent être introduits dans le lieu de production par différents vecteurs. Les insectes peuvent être un vecteur de virus, de bactéries, de spores fongique et d'acariens. Par exemple, les éphydridés et les sciaridés peuvent constituer des vecteurs de spores fongiques de Fusarium et de Pythium et les chrysomèles du concombre peuvent être des vecteurs de flétrissure bactérienne du concombre. Le contrôle des populations d'insectes peut limiter la propagation et les dommages causés par des ravageurs transmis par le biais d'insectes.

Des seuilsNote de bas de page 1 pour les ravageurs non réglementés peuvent être établis pour déclencher l'utilisation d'un traitement. Il devrait être reconnu que ce qui constitue un seuil est complexe, étant donné qu'il existe différents seuils selon la culture et le ravageur. Dans le cadre de la décision concernant les seuils de traitement, il y a une différence entre la suppression, l'éradication et la gestion.

Liste de vérification d'auto-évaluation : Pratiques de gestion

Environnement externe
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les mauvaises herbes et les plantes volontaires sont contrôlées à l'intérieur et autour du lieu de production.
Une zone exempte de mauvaises herbes est maintenue autour du lieu de production.
Les débris organiques ne s'accumulent pas et sont éliminés rapidement.
Environnement interne
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les conditions d'hygiène sont respectées par un nettoyage régulier du pavillon de serre, des toilettes, du coin-repas, des allées piétonnières et des rangées de culture.
Tout l'équipement, les charrettes, les contenants et les outils sont nettoyés et désinfectés régulièrement.
Des produits recommandés et appropriés sont utilisés pour nettoyer et désinfecter le lieu de production.
Pendant la période d'exploitation, la station d'emballage et la plate-forme de chargement sont nettoyées et désinfectées au moins une fois par jour, en étant certain de nettoyer sous les niveleurs de quai.
Les conditions de croissance sont gérées de manière à soutenir la croissance des cultures tout en minimisant la vulnérabilité aux ravageurs.
Des mesures de biosécurité sont prises afin d'éviter ou minimiser la propagation des ravageurs aux nouvelles cultures ou aux autres cultures pendant le processus de retrait.
Nutriments, milieux de culture et gestion de l'eau
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
L'eau qui provient de la recirculation de l'eau, d'étangs, de cours d'eau ou d'autres sources d'eau de surface est désinfectée au besoin.
L'équipement pour la désinfection de l'eau qui est utilisé pour désinfecter l'eau d'irrigation est correctement entretenu.
L'accumulation de l'eau à l'intérieur et autour du lieu de production est minimisée.
Les milieux de culture et les nutriments de sources organiques sont achetés auprès de fournisseurs dignes de confiance.
Produits importés, matériel végétal et sélection des semences
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les produits importés ou domestiques, le matériel végétal et les semences reçus par le lieu de production sont inspectés pour les ravageurs.
Les semences sont achetées d'une source ayant des mesures de biosécurité en place.
Produits et approches de protection des cultures contre les ravageurs courants
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les seuils pour les ravageurs servent à déclencher l'utilisation de mesures de contrôle.
Les vecteurs de ravageurs sont reconnus et gérés, éliminés ou contrôlés.
Une photo à l'intérieur d'une serre montrant cinq longues rangées de plantes de concombre longs anglais.
Photo : Avec la permission de Glen Sweetman, ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan

2.2 Vecteurs de ravageurs

Résultat visé :

Mise en œuvre des mesures de biosécurité à des points critiques des voies de transmission de ravageurs.

Avantages : En gérant les vecteurs et en interrompant les voies de transmission des ravageurs, il est possible de réduire les dommages causés aux cultures et de limiter les pertes économiques. La mise en œuvre de mesures de biosécurité proactives peut atténuer le risque d'introduction et de propagation des ravageurs si elles sont mises en application à un point critique d'une voie de transmission. Parmi les voies de transmission des ravageurs, notons les insectes, les personnes et le vent.

Risques

Les ravageurs peuvent souvent se propager ou être introduits dans un lieu de production au moyen de plusieurs vecteurs. Par exemple, les Aleyrodidae peuvent se disperser par voie aérienne, mais peuvent parcourir des distances beaucoup plus grandes lorsqu'ils sont transportés par le vent; les spores fongiques mobiles peuvent se déplacer beaucoup plus loin lorsqu'ils sont transportés par l'eau d'irrigation.

Un autre exemple est le thrips, qui peut être introduit dans le lieu de production par le vent à travers des évents et des portes. Une fois qu'il est introduit dans un lieu de production, le thrips peut propager des virus partout dans l'aire de production et peut être transmis d'une aire de production à une autre par les milieux de culture, l'équipement et les employés. Des mesures de biosécurité comme un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) qui comprennent des mesures destinées à l'atténuation des insectes peuvent aider à prévenir la propagation des ravageurs dans le lieu de production.

Il existe un risque d'introduction et de propagation à l'égard de tous les produits entrants qui pénètrent dans les différentes zones du lieu de production, particulièrement ceux de sources externes. Par exemple, les produits entrants tels que des produits destinés à être emballés ou remballés peuvent présenter un risque d'introduction de ravageurs dans la station d'emballage. Des produits entrants comme les transplants, les milieux de culture et les semences présentent un risque d'introduction de ravageurs dans les aires de production. Afin d'atténuer ces risques, les produits entrants devraient être inspectés dès leur entrée dans le lieu de production et avant leur utilisation. Pour faciliter ces inspections, les employés devraient recevoir une formation sur l'identification des ravageurs. De plus, des photos des ravageurs peuvent être affichées dans les aires du lieu de production où les produits entrants sont reçus et inspectés pour aider à l'identification des ravageurs. Veuillez consulter la section 3.4 Produits entrants pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des risques liés aux produits entrants.

Aire de production

Les semences peuvent être les hôtes de ravageurs tels que les virus et les chancres bactériens. Cela est particulièrement vrai pour les semences de tomate. Étant donné que des ravageurs ne sont pas visibles lors de l'inspection, les semences devraient être achetées d'un fournisseur capable de fournir un certificat attestant que les semences sont exemptes de ravageurs. Une fois les semences reçues par le lieu de production, un certain pourcentage des semences peuvent être soumises à un examen afin de vérifier quelles sont exemptes de ravageurs.

Les milieux de culture peuvent contenir des ravageurs et devraient être achetés d'un fournisseur digne de confiance. À leur arrivée, les milieux de culture devraient être inspectés pour la présence de ravageurs et si un ravageur est détecté, un traitement pourrait s'avérer nécessaire avant leur utilisation. Parmi les options de traitement figurent la pasteurisation thermique, la solarisation ou la fumigation.

Au moment de l'achat de transplants, il est possible dans certaines régions d'inspecter le matériel afin de détecter la présence de ravageurs sur le lieu de production du multiplicateur. Dans d'autres régions, les transplants devraient être inspectés dès leur entrée dans l'aire de réception du lieu de production.

Station d'emballage

Les produits destinés à être emballés et remballés provenant de sources canadiennes ou étrangères devraient être inspectés en profondeur afin de détecter la présence de ravageurs dès leur arrivée à la station d'emballage et pendant le remballage.

Aire de production et station d'emballage

Les personnes, les véhicules et l'équipement peuvent également constituer un vecteur de ravageurs. Des bains de pieds ainsi que des combinaisons et des couvre-chaussures jetables peuvent être utilisés pour atténuer l'introduction et la propagation de ravageurs par les personnes. Le nettoyage et le retrait de débris organiques peuvent contribuer à atténuer l'introduction et la propagation au moyen des véhicules et de l'équipement. Veuillez consulter la section 3.3 Déplacement des personnes, des véhicules et de l'équipement pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des mesures de biosécurité qui peuvent être appliquées pour atténuer l'introduction et la propagation de ravageurs par les personnes.

Liste de vérification d'auto-évaluation : Vecteurs de ravageurs
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les voies de transmission des ravageurs dans le lieu de production ont été analysées et des points critiques ont été déterminés.
Le programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) comprend des mesures d'atténuation axées sur ces points critiques dans les voies de transmission.
Les produits entrants sont reçus, inspectés et entreposés dans un endroit désigné éloigné de l'aire de production et de la station d'emballage.
Les employés ont reçu une formation sur l'identification des ravageurs.
Des photos de ravageurs sont affichées dans la station d'emballage et les aires où les produits entrants sont reçus et inspectés.
Des bains de pieds sont utilisés dans le lieu de production et la station d'emballage.
Aire de production
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Le nettoyage d'automne et la rotation des cultures sont utilisés pour interrompre le cycle de vie des ravageurs.
L'eau est surveillée et analysée pour détecter la présence de pathogènes.
Les semences sont achetées d'un fournisseur capable de fournir un certificat attestant que les semences sont exemptes de ravageurs.
Un pourcentage des semences achetées est analysé afin de vérifier qu'elles sont exemptes de ravageurs.
Les milieux de culture sont achetés d'un fournisseur digne de confiance.
Les transplants sont inspectés avant l'admission au lieu de production.
Station d'emballage
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Les produits canadiens ou importés destinés à être emballés ou remballés sont inspectés pour la présence de ravageurs lors de leur arrivée à la station d'emballage.
Des combinaisons et des couvre-cheveux sont portés dans la station d'emballage.

2.3 Surveillance des ravageurs

Résultat visé :

Réduire au minimum les pertes de production par la détection précoce des ravageurs.

Avantages : L'élaboration et la mise en œuvre de programmes de surveillance et de dépistage permettent la détection de ravageurs courants et nouveaux. Un programme de surveillance comprend l'inspection du matériel tel que les nouvelles plantes lorsqu'elles arrivent au lieu de production et un programme de dépistage comprend l'inspection des plantes en production afin de détecter la présence de ravageurs. Un programme de dépistage aidera à déterminer le moment où le nombre de ravageurs est sur le point d'atteindre un certain seuil. Un programme de dépistage de routine favorise également l'efficacité des mesures de contrôle, des pratiques de production et des traitements à être administrés.

Risques

Aire de production

Un programme de dépistage pourrait avoir recours à un responsable du dépistage ou un consultant en cultures qui effectuerait des inspections de manière régulière dans le but de détecter la présence de ravageurs et déterminer si leurs seuils ont été atteints. Un registre des résultats devrait être conservé, qui précise le lieu, l'origine des plantes et le constat de la gravité de chaque ravageur trouvé.

Un programme de dépistage pourrait également faire ressortir des moments particuliers au cours du cycle de production ou certaines périodes où les options de contrôle auraient de meilleures chances de réussir ou seraient plus économiques. Par exemple, le dépistage pourrait être augmenté lors de la période de récolte des fermes avoisinantes étant donné que ceci peut augmenter les chances d'introduire le thrips dans l'aire de production. Pour un autre exemple, notons qu'à automne la population de pucerons ailés femelles augmente sur les cultures à l'extérieur. Ceci peut augmenter le risque que les pucerons entrent dans l'aire de production par l'entremise des évents ou des portes et augmente la possibilité que ces pucerons introduisent des virus tels que le virus de la mosaïque du concombre (VMC).

Des dispositifs tels que des rubans collants ou des pièges à phéromones peuvent également être répartis au travers des cultures pour détecter les insectes. De plus, les lumières ultraviolettes (UV) peuvent servir à attirer un large éventail d'insectes, particulièrement lors des mois plus frais.

Station d'emballage

Les dispositifs de surveillance tels que les cartes collantes peuvent être utilisés pour détecter les ravageurs dans les stations d'emballage. Ces dispositifs peuvent être placés près des machines d'emballage et dans les aires où les produits importés ou de sources canadiennes est entreposé. Les dispositifs devraient également être installés autour des quais de déchargement et des portes par lesquels le produit entre dans la station d'emballage.

Aire de production et station d'emballage

Les employés travaillant dans l'aire de production et la station d'emballage devraient recevoir une formation sur l'identification des ravageurs les plus courants. Des fiches signalétiques et des affiches sur les ravageurs dans les aires de repos et la salle à manger peuvent éduquer les employés quant à l'identification de ravageurs. L'annexe 1 est un exemple de fiche signalétique sur les ravageurs. Communiquez avec des consultants, des spécialistes de la lutte antiparasitaire intégrée (LAI), des associations de secteurs ou des conseillers agricoles provinciaux pour obtenir des affiches sur l'identification des ravageurs.

De plus, les employés devraient recevoir une formation sur la façon de signaler la présence d'un nouveau ravageur dans le lieu de production.

Liste de vérification d'auto-évaluation : Surveillance de ravageurs

Aire de production
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Un programme de dépistage a été mis en œuvre dans les aires de production.
Un registre des résultats du programme de dépistage est conservé.
Le programme de dépistage est ajusté en fonction des périodes plus susceptibles au cours du cycle de production des cultures.
Station d'emballage
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Un programme de surveillance est utilisé pour inspecter les produits entrants.
Un registre des résultats du programme de surveillance est conservé.
Aire de production et station d'emballage
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Des dispositifs tels que les cartes collantes jaunes ont été installés dans l'aire de production et la station d'emballage.
Les dispositifs sont inspectés par du personnel ayant reçu une formation.
Les employés ont reçu une formation en matière d'identification des ravageurs.
Des fiches signalétiques sur les ravageurs et des affiches de ravageurs sont placées dans la station d'emballage et dans les pièces communes telles que les aires de repos et la salle à manger afin d'aider les employés à identifier les ravageurs.
Les employés ont reçu une formation concernant processus à suivre pour signaler la détection d'un ravageur.
Les renseignements concernant les nouvelles questions liées aux ravageurs dans le lieu de production sont communiqués aux employés.

2.4 Intervention auprès des ravageurs

Résultat visé :

Un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) est élaboré afin d'intervenir auprès des ravageurs courants. Des plans d'intervention officiels sont créés pour les ravageurs posant un problème considérable.

Avantages : Lorsqu'un ravageur est détecté, un processus de prise de décision est enclenché pour déterminer si le ravageur a franchi le seuil, si une intervention est nécessaire, le moment de l'intervention et la détermination des mesures de contrôle les plus appropriées. En fonction du ravageur détecté et du niveau du seuil, la prise de mesures de contrôle peut ne pas être toujours nécessaire, car les ravageurs ne posent pas tous les mêmes risques. Les ravageurs réglementés par le Canada ont un seuil de tolérance zéro et leur présence doit obligatoirement être signalée lorsqu'ils sont détectés. Même les ravageurs non réglementés peuvent faire l'objet d'une tolérance zéro ou d'un bas seuil s'ils représentent une préoccupation d'ordre économique importante pour les producteurs. Par exemple, un producteur peut avoir un seuil de tolérance zéro pour un ravageur qui est réglementé par un pays représentant un marché d'exportation important. L'établissement d'un programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) et de plans d'intervention implique une analyse des risques en matière de ravageurs afin de déterminer l'ampleur de la réponse requise, et à quel seuil une intervention est nécessaire. La préparation de plans d'intervention ou de procédures détaillés avant de détecter un ravageur peut permettre une réponse efficace et en temps opportun, ce qui peut réduire les pertes de production.

Risques

Ravageurs réglementés

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) conserve la liste des ravageurs réglementés par le Canada, qui comprend des insectes, acariens, mollusques, nématodes, champignons, bactéries, virus, phytoplasmes et certaines plantes parasites. À la détection d'un ravageur réglementéNote de bas de page 2, l'ACIA ainsi que le gouvernement provincial ou territorial approprié doivent être avisés pour signaler la détection.

Un plan d'intervention à l'égard d'un ravageur réglementé devrait comprendre les coordonnées du bureau local de l'ACIA, des conseillers agricoles provinciaux et des associations du secteur. Le plan d'intervention devrait comprendre des mesures de biosécurité pour prévenir la propagation des ravageurs à l'extérieur de la zone infestée en empêchant le va-et-vient de matériel végétal, de personnes et d'équipement de la zone. Veuillez vous référer à la section 3.2 Zones biosécuritaires concernant les mesures de biosécurité pour atténuer le risque de propagation des ravageurs des zones d'accès restreint (ZAR).

Ravageurs non réglementés

Le programme LAI d'un lieu de production devrait comprendre un plan d'intervention lors de la détection d'un ravageur. Un plan d'intervention peut comprendre les étapes suivantes :

  • Confirmation de l'identité du ravageur.
  • Détermination du risque posé par le ravageur.
  • Détermination du seuil du ravageur et si celui-ci a été franchi.
  • Application des mesures de contrôle, au besoin.
  • Restriction du va-et-vient du matériel végétal, des cultures, des personnes et de l'équipement de la zone infestée.
  • Nettoyage des chaussures, des mains et de l'équipement en quittant la zone infestée.
  • Évaluation des mesures de contrôle et du plan d'intervention.

Les seuilsNote de bas de page 3 pour les ravageurs non réglementés peuvent être établis pour déclencher l'utilisation d'un traitement. Il devrait être reconnu que ce qui constitue un seuil est complexe, étant donné qu'il existe différents seuils selon la culture et le ravageur. Dans le cadre de la décision concernant les seuils de traitement, il y a une différence entre la suppression, l'éradication et la gestion.

Le plan d'intervention devrait également comprendre des mesures de biosécurité pour prévenir la réinfestation des cultures par le matériel infesté. Afin de limiter la propagation des ravageurs, le matériel infesté ne devrait pas être mélangé ou entrer en contact avec d'autres cultures, et devrait être éliminé de manière sécuritaire loin du lieu de production ou enterré. Veuillez vous référer à la section 2.1 Pratiques de gestions : Environnement interne et la section 3.5 Produits sortants à l'égard des mesures de biosécurité liées à l'élimination.

Conservez des registres de l'emplacement, de la date, du type de culture du matériel infesté et des mesures de contrôle qui ont été appliquées. Ces renseignements pourraient être utiles pour évaluer la réussite de la stratégie d'intervention et pour l'amélioration continue du plan d'intervention.

Ravageurs réglementés et non réglementés

Tant pour les ravageurs réglementés que non réglementés, l'efficacité du plan d'intervention devrait être évaluée périodiquement afin d'encourager l'efficacité et l'amélioration continue.

Liste de vérification d'auto-évaluation : Intervention auprès des ravageurs

Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Lorsqu'un ravageur inconnu est détecté, un échantillon est envoyé à un laboratoire, conseiller agricole, consultant, chercheur, ou l'ACIA pour une identification exacte du ravageur.
Les employés connaissent les ravageurs réglementés et non réglementés préoccupants pour le lieu de production.
Ravageurs réglementés
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
On communique avec l'ACIA lorsqu'un ravageur réglementé est détecté au lieu de production.
Le va-et-vient du matériel végétal, des cultures, des personnes et d'équipement entrant et sortant de la zone infestée est limité.
Ravageurs non réglementés
Mesures de biosécurité Oui Parfois Non Sans objet
Le programme de lutte antiparasitaire intégrée (LAI) comprend un plan d'intervention pour les ravageurs non réglementés.
Le va-et-vient des personnes et de l'équipement entrant et sortant de la zone infestée est limité.
Les employés qui quittent la zone infestée désinfectent leurs mains et chaussures afin de prévenir la propagation de ravageurs.
Les employés suivent les protocoles liés au déroulement du travail afin de prévenir la propagation de ravageurs d'une zone infestée à une zone non infestée.
Le cas échéant, les outils, l'équipement et les caisses quittant une zone infestée sont désinfectés.
La connaissance des voies de transmission des ravageurs est utilisée pour déterminer les mesures de biosécurité requises lors de l'élimination du matériel infesté afin d'atténuer le risque de propagation de ravageurs.
La zone est vérifiée fréquemment à l'égard de la propagation de ravageurs.
Des registres de l'infestation de ravageurs sont conservés, comprenant l'emplacement, la date, le type de culture et les mesures de contrôle mises en place.
Les registres sont utilisés pour évaluer et améliorer le plan d'intervention auprès des ravageurs.
Date de modification :