Guide de biosécurité pour le secteur des légumes de serre
Annexe 1 : Exemple de fiche signalétique sur le thrips

Thrips – Fiche signalétique

Identification

Ordre : Thysanoptera
Famille : Thripidae

Les espèces de ravageurs comprennent les suivantes :

Thrips des petits fruits – Frankliniella occidentalis
Thrips des fleurs – Frankliniella tritici
Thrips de l'oignon – Thrips tabaci
Thrips des serres – Heliothrips haemorrhoidalis
Thrips rayé des serres – Hercinothrips femoralis
Parthenothrips dracaenae
Gynaikothrips ficorum

Cycle de vie

Le thrips pond ses œufs dans les tissus végétaux. Il comporte deux stades larvaires (Fig. 1) et deux stades de jeûne, c'est-à-dire la prénymphe et la nymphe (Fig. 2) et le stade adulte (Fig. 3). Les larves se nourrissent sur le revers des feuilles. À son deuxième stade larvaire, l'insecte tombe sur le sol pour former la prénymphe, puis la nymphe. Les adultes émergent pour se nourrir de feuilles, de bourgeons, de fruits et de fleurs, selon les espèces. La plupart des espèces comportent des mâles et femelles, mais le thrips de l'oignon est parthénogénétique (sa reproduction a lieu sans accouplement). Le thrips préfère les conditions plus sèches, comme le long des allées et au bout des rangs.

Figure 1. 1er et 2e stades larvaires du thrips des petits fruits
Une photo du premier et deuxième stades larvaires des thrips des petits fruits à la surface d'une feuille. La larve de premier stade est plus petite que celle du deuxième stade.
Figure 2. Prénymphe et nymphe du thrips des petits fruits
Une photo d'une prénymphe et une nymphe d'un thrips des petits fruits à la surface d'une feuille. Celle de couleur plus claire est la prénymphe. Celle de couleur plus foncée est la nymphe.
Figure 3. Adulte du thrips des petits fruits
Une photo d'un thrips des petits fruits adultes à la surface d'une feuille.

Dommages

Les larves et adultes ont des pièces buccales pour « percer et sucer » qui leur permettent de percer la paroi cellulaire pour en retirer le contenu. Le thrips se nourrit de plusieurs cellules dans une même zone avant de passer à une autre partie de la plante (Figure 4). Il laisse derrière lui des particules ou des déjections huileuses, selon l'espèce. Les dommages causés par leur alimentation engendrent la mort de la cellule. Dans les tissus en croissance active, les cellules tuées peuvent déforment la croissance des feuilles, des fleurs et des fruits.

Figure 4. Dommages causés par l'alimentation « percer et sucer » (thrips des petits fruits)
Une photo des dommages causés par les thrips des petits fruits qui se nourrissent de la feuille.

Surveillance

Larves : Examiner le revers des feuilles.
Adultes : Examiner le revers des feuilles, des fleurs (Figure 5) et des fruits; tapoter la plante au-dessus d'une feuille de papier blanche; utiliser des cartes collantes jaunes ou bleues dans ou juste au-dessus du feuillage de la plante; ou utiliser des plantes-piège.

Figure 5. Spécimens adultes de thrips des petits fruits dans une fleur
Une photo d'un thrips des petits fruits adulte sur une fleur.

Gestion

Le thrips est très difficile à gérer et exige une attention constante.

Prévention : Mettre en quarantaine et inspecter le matériel végétal entrant, faire tremper les boutures dans un champignon entomopathogène si l'étiquette le permet, et diffuser de façon préventive des agents de lutte biologique.

Réaction : Assurer un suivi régulier pour déterminer le nombre de thrips que contient la culture, afin de pouvoir pulvériser des pesticides si la population surpasse le seuil économique ou pour déterminer l'efficacité des agents de lutte biologique ou des applications de pesticides. Les plantes-piège, comme le souci jaune, peuvent activement attirer les thrips hors des cultures. Des rubans adhésifs peuvent être disposés dans les cultures pour capturer les adultes en vol. Les aspersions et les pulvérisations d'eau aériennes peuvent permettre de déloger les thrips des plantes.

Toutes les images sont protégées par les droits d'auteur de Olds College

Date de modification :