Déclaration de la chef adjointe de la salubrité des aliments

Le 23 novembre 2018

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) mène une enquête sur la salubrité des aliments concernant l'éclosion actuelle d'infections à E. coli O157 associées à la consommation de la laitue romaine au Canada et aux États-Unis.

La protection de la santé des Canadiens et des Canadiennes contre les maladies d'origine alimentaire constitue la plus grande priorité de l'ACIA. Nous prenons des mesures immédiates et rapides lorsque des aliments contaminés se trouvent sur le marché.

Les maladies qui ont été détectées dans le cadre de cette éclosion d'E. coli O157 sont survenues sur une période de quelques semaines de la mi-octobre au début de novembre. Le défi que doivent relever les enquêteurs en matière de salubrité des aliments consiste à déterminer l'origine particulière du produit, l'exploitation agricole ainsi que la date de la récolte de la laitue romaine qui étaient dans le marché de l'est du Canada à ce moment-là.

En collaborant avec les partenaires de la santé provinciaux et fédéraux, l'ACIA commence son processus de traçage en aval fondé sur l'historique alimentaire des patients recueillis par les responsables de la santé publique. Ces renseignements nous aident à cerner les produits, des épiceries ou des restaurants communs parmi ceux qui sont tombés malades. Une fois que ces points sont établis, une enquête plus approfondie est menée à l'égard des fournisseurs, des distributeurs ou des grossistes communs jusqu'à l'exploitation agricole source et la date de récolte. Si la source peut être déterminée, l'enquête consiste à confirmer la salubrité des produits de ce producteur qui sont actuellement dans le marché.

En ce qui concerne la situation actuelle, les données épidémiologiques signalaient que la laitue romaine était le produit commun. Toutefois, aucune source de contamination n'a été déterminée jusqu'à maintenant. Tous les produits échantillonnés dans le cadre de cette enquête se sont révélés négatifs pour E. coli O157 et nous n'avons pas été en mesure de trouver un produit contaminé dans le marché canadien.

Le délai entre l'ingestion de l'aliment, le début des symptômes et la capacité de lier le cas à une grappe de maladies précise est égal et souvent plus long que la durée de conservation du produit qui a causé la maladie. Cela signifie qu'une fois qu'une enquête débute concernant les éléments potentiels, les aliments périssables ne sont plus sur le marché ou ne sont plus disponibles aux fins d'analyse.

De plus, il est important de rappeler que nous sommes à la recherche d'une petite quantité de laitue romaine contaminée par l'E. coli O157 parmi la grande quantité de laitue romaine salubre qui est achetée, servie et consommée quotidiennement au Canada.

En fait, depuis le 1er avril 2017, l'Agence canadienne d'inspection des aliments a également analysé plus de 2000 échantillons de salades et légumes frais importés, y compris la laitue romaine et les salades préemballées contenant de la laitue romaine dans le cadre de son programme régulier de vérification microbiologique.

Le fait qu'il n'y ait eu aucun résultat positif malgré ce niveau d'analyse permet de confirmer que la laitue compte de très faibles niveaux de contamination.

Nous savons que les Canadiens et les Canadiennes souhaitent être rassurés quant à la salubrité des aliments qu'ils consomment et qu'ils donnent à leur famille. C'est la raison pour laquelle l'Agence canadienne d'inspection des aliments a augmenté le nombre de ses échantillons et de ses analyses de la laitue romaine partout au Canada à la lumière de la situation actuelle. Le programme d'échantillonnage concerne la laitue romaine provenant de différentes zones de culture et différentes périodes de récolte.

L'ACIA collabore étroitement avec des partenaires de la santé fédéraux et provinciaux et nos homologues américains dans le but de déterminer la façon dont le produit est contaminé afin que la cause profonde puisse être réglée. Ces travaux sont en cours, et nous nous engageons à tenir les Canadiens et les Canadiennes au courant.

Date de modification :