Les chroniques de l'ACIA

Édition 2 – Juillet 2017

Une bannière affichant le texte Les chroniques de l'ACIA au milieu. La bannière est composée de trois images côte à côte, y compris des mains tenant une laitue, un poulet et des aliments en train de cuire dans une poêle.

Le projet BioSAFE se sert de patrons génétiques pour étudier les espèces envahissantes des forêts

Image ayant en son centre un insecte et une hélice d'ADN

Le Canada est le plus grand exportateur de produits forestiers au monde, exportant des produits d'une valeur de 33 milliards de dollars vers environ 175 pays chaque année. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) fait équipe avec Ressources naturelles Canada et FPInnovations afin de décoder les génomes des insectes et des pathogènes qui menacent l'industrie d'exportation forestière florissante du Canada à l'aide d'un nouveau projet intitulé : Biosurveillance des espèces exotiques envahissantes (BioSAFE).

Le financement de ce projet a été accordé par l'entremise du Concours génome Canada — Les ressources naturelles et l'environnement : les solutions génomiques aux défis sectoriels de 2015. La recherche du projet BioSAFE est un investissement de lutte proactive contre les effets potentiellement dévastateurs sur le plan financier et écologique des ravageurs des forêts.

Les insectes et les pathogènes envahissants entraînent des pertes financières s'élevant à environ 800 millions de dollars par année. Comprendre la base génétique des espèces envahissantes et des maladies est essentiel à la création de nouveaux outils de détection et de lutte contre ces ravageurs de forêt. Le projet BioSAFE se servira de la génomique, de l'étude de l'ADN d'un organisme, afin de mieux comprendre les menaces que posent ces ravageurs à la santé des forêts, aux industries et à l'environnement.

Cameron Duff, la chef des opérations scientifiques de l'ACIA, travaillant avec M. Richard Hamelin, Ph.D., de l'Université de la Colombie-Britannique et Mme Ilga Porth, Ph.D., de l'Université Laval, dirigera une équipe de scientifiques dans le cadre du projet de 8,6 millions de dollars. L'équipe créera une nouvelle série d'outils d'analyse pouvant effectuer l'analyse d'un échantillon, comme un œuf ou une larve d'insecte, et déterminer, selon son ADN et seulement en quelques heures, si l'échantillon provient d'une espèce envahissante.
Les outils seront utilisés pour détecter quatre des espèces envahissantes de parasites et de maladies forestiers les plus dévastateurs :

  • le longicorne asiatique;
  • la maladie hollandaise de l'orme;
  • l'encre des chênes rouges;
  • la spongieuse asiatique.

La surveillance des espèces envahissantes est un défi puisqu'il peut être difficile d'établir leur point d'origine ainsi que les lieux et les moyens de propagation. Lors de l'évaluation d'épidémies, les scientifiques s'acharnent à une course contre la montre pour déterminer comment les espèces se propagent et comment éradiquer ou contrôler le problème.

Les terres forestières canadiennes, dont la superficie est de 347 millions d'hectares, sont sensibles à ces insectes et maladies à propagation rapide et plus de 20 millions d'hectares de forêts canadiennes sont déjà affectés.

Les arbres affectés ont un rendement de produits plus faible et ceci menace donc les exportations. L'ACIA limite l'entrée de produits contenant des insectes et des maladies dangereuses, tout comme le font les gouvernements d'autres pays.

Le projet possède des possibilités de grandes retombées positives pour l'environnement et les échanges commerciaux. On s'attend à ce que les outils réduisent considérablement le temps nécessaire pour analyser les chargements de végétaux et de produits forestiers destinés à l'importation et à l'exportation, diminuant ainsi les délais et les coûts aux industries et aux autorités d'inspection.

« En collaborant avec des experts provenant de nos universités et de nos homologues des gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de concevoir et de mettre en œuvre cette technologie, nous créons aussi un réseau intégré afin de mieux protéger les forêts et l'environnement naturel du Canada », dit Cameron Duff, chef des opérations scientifiques de l'ACIA.

Abonnez-vous aujourd'hui!

Tenez-vous au fait du changement qui a lieu à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Abonnez-vous à notre service listserv d'avis par courriel sur les initiatives de modernisation pour des mises à jour concernant les prochaines éditions de ce bulletin.

Le saviez-vous?

Nos scientifiques effectuent la surveillance de la santé d'animaux sauvages et domestiques en effectuant des analyses de dépistage sur plus de 400 000 échantillons par année.

Possibilités de consultation et de mobilisation

La consultation est une activité clé de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Elle appuie un gouvernement ouvert et transparent. Nous vous encourageons à consulter la liste complète des possibilités de consultation et de mobilisation, informez-vous et faites connaître votre opinion.

Questions ou suggestions

Si vous avez des questions au sujet des exigences réglementaires ou d'autres questions techniques concernant votre entreprise, veuillez visitez « Demandez à l'ACIA ».

Si vous avez des questions au sujet d'un des articles dans Les chroniques de l'ACIA ou si vous aimeriez suggérer un article pour les prochaines éditions, veuillez nous faire parvenir un courriel à l'adresse CFIA-Modernisation-ACIA@inspection.gc.ca.

Édition précédente

Date de modification :