Avis d'entretien

L'entretien du réseau, prévu de 13:00 h à 14:00 h (heure normale de l'Est) le 26 novembre pourrait causer des interruptions à l'accès des sites du web et des applications de l'ACIA. Nous vous remercions de votre patience.

Voici votre bulletin numérique : Les chroniques de l'ACIA

Mise à jour trimestrielle sur les activités – Hiver 2017

Une bannière affichant le texte Les chroniques de l'ACIA au milieu. La bannière est composée de trois images côte à côte, y compris des mains tenant une laitue, un poulet et des aliments en train de cuire dans une poêle.

Les scientifiques de l'ACIA à la recherche du Code-barres du vivant

Trois caricatures de scientifiques travaillant avec des tubes d'essai. Il y a un graphique d'une souche d'ADN s'étendant au centre de l'image.

L'acide désoxyribonucléique (ADN) est ce qui rend chaque personne ou chaque espèce unique. Il s'agit de la double hélice qui constitue vos gènes. C'est pourquoi vous ressemblez à vos parents et vous vous distinguez de tous les autres humains.

Imaginez un monde où tous les êtres vivants pourraient être identifiés par l'analyse et l'extraction de l'ADN.

En collaboration avec ses partenaires nationaux et internationaux, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) travaille à une telle initiative. Il s'agit du projet Code-barres du vivant – (anglais seulement) mené par l'Institut de la biodiversité de l'Ontario, situé à l'Université de Guelph, là où les codes-barres d'ADN ont été utilisés pour la première fois.

En utilisant une séquence génétique très courte, les espèces peuvent être identifiées un peu comme les codes-barres servent à identifier les produits à l'épicerie. En fin de compte, la mission des codes-barres d'ADN est de cataloguer toutes les espèces vivantes dans la base de données Code-barres du vivant – (anglais seulement).

En janvier 2016, le ministre de la Santé du Canada a annoncé un investissement du gouvernement fédéral en soutien au Code-barres du vivant, une contribution de 323 000 $ de l'ACIA sur 18 mois pour appuyer la collaboration scientifique avec l'Institut de la biodiversité de l'Ontario, Université de Guelph.

L'accès à la base de données du Code-barres du vivant permettrait de vérifier l'ADN de n'importe quelle espèce et aiderait l'ACIA dans ses activités d'application des règlements. Par exemple, l'Agence serait mieux outillée pour détecter la fraude alimentaire en vérifiant les espèces de poissons et de fruits de mer en vente qui pourraient être présentées de façon trompeuse. Lorsque l'étiquette de l'emballage porte l'inscription « morue », le produit en question devrait être de la morue.

L'ACIA pourrait également identifier rapidement les ravageurs envahissants qui menacent l'agriculture et les forêts canadiennes.

« Cette technologie est carrément révolutionnaire! » de dire Cameron Duff, directeur exécutif de la Direction des sciences de la protection des végétaux de l'ACIA.

Cartouches d'acide désoxyribonucléique portant l'étiquette du code-barres d'une espèce distincte.
Cartouches d'ADN portant l'étiquette du code-barres d'une espèce distincte.

Les insectes envahissants peuvent causer d'importants dommages – même catastrophiques – aux forêts et aux cultures canadiennes. Le problème est le suivant : de nombreux ravageurs – comme certains insectes et les œufs qu'ils pondent – se ressemblent. À l'heure actuelle, les spécimens sont habituellement identifiés à l'œil : forme, taille et couleur.

« Au lieu d'avoir à envoyer une masse d'œufs à un laboratoire d'entomologie, où il pourrait s'écouler des mois avant que l'échantillon se développe et que l'espèce puisse être identifiée, il suffirait de quelques jours pour arriver au même résultat grâce aux codes-barres d'ADN », explique Cameron Duff.

« Je crois que c'est une technologie très puissante qui pourrait permettre d'identifier un insecte potentiellement nuisible sans avoir un spécimen entièrement développé ou intact », affirme le chercheur Delano James de l'ACIA.

Le plus souvent, les espèces envahissantes se propagent par des déplacements transfrontaliers de produits. Les codes-barres à ADN pourraient permettre d'établir des pratiques plus fiables et plus efficaces pour les organismes de réglementation qui doivent déterminer la présence d'espèces qui présentent des risques.

Les échanges commerciaux en bénéficieraient aussi. Un des modes courants d'introduction des ravageurs constitue le déplacement transfrontalier des emballages en bois. Lorsqu'une espèce est identifiée rapidement et sans équivoque, les partenaires commerciaux sont en meilleure position pour convenir des approches réglementaires à adopter. Un des défis à relever découle du manque d'uniformité dans l'identification des espèces entre les partenaires commerciaux. Tout retard ou toute mauvaise identification des espèces envahissantes peut créer des problèmes entre les partenaires commerciaux, allant de restrictions commerciales inutiles à l'introduction d'une espèce envahissante non détectée.

Les employés de l'ensemble du réseau de laboratoires de l'ACIA collaborent pour mettre au point et éprouver la technologie. Des projets comme l'Initiative de recherche et développement en génomique, le Projet sur les espèces envahissantes et de quarantaine et le Programme de partenariats pour les applications de la génomique ont tous contribué à améliorer les méthodes existantes et à donner une nouvelle capacité pour accélérer les processus d'identification des espèces.

Les employés de l'ACIA ont établi des liens avec l'Institut de la biodiversité de l'Ontario, des partenaires fédéraux comme Agriculture et Agroalimentaire Canada et Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada, de même qu'avec des intervenants internationaux. Les partenariats visent à obtenir le plus de données possible de partout dans le monde (Afrique, Asie, Europe, région du Pacifique, Amérique du Nord et Amérique du Sud), tous les intervenants travaillant à l'intégration et à l'adoption internationales des données Code-barres du vivant.

« L'ACIA est fondée sur la science et nous sommes fières de faire partie de ce projet de recherche de pointe. Le travail pourrait réduire considérablement les risques pour nos ressources végétales et animales et avoir une incidence positive sur la réglementation alimentaire. J'ai hâte de voir ce que l'avenir réserve et j'ai la ferme conviction qu'au bout du compte, les investissements dans ce travail réduiront les coûts associés à l'amélioration et à la protection de la santé des végétaux et des animaux et à la réglementation alimentaire, » affirme Cameron Duff.

Partenariat en sciences : Le code-barres du vivant

Abonnez-vous aujourd'hui!

Tenez-vous au fait du changement qui a lieu à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Abonnez-vous à notre service listserv d'avis par courriel sur les initiatives de modernisation pour des mises à jour concernant les prochaines éditions de ce bulletin.

Le saviez-vous?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a récemment reçu une mention honorable dans le cadre de la remise du Prix Coupe-paperasse d'or de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) pour son service « Demandez à l'ACIA ». Les juges de la FCEI ont déclaré que « Demandez à l'ACIA » offre exactement ce que les propriétaires d'entreprise cherchent, soit un service à la clientèle réactif et uniforme. Voilà qui vaut de l'or! Pour obtenir des réponses à vos questions d'ordre réglementaire, faites appel au service « Demandez à l'ACIA ».

Possibilités de consultation et de mobilisation

La consultation est une activité clé de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Elle appuie un gouvernement ouvert et transparent. De nombreuses consultations ont lieu au cours de l'hiver 2017, y compris le projet de Règlement sur la salubrité des aliments au Canada, le recouvrement des coûts, l'étiquetage des aliments, entre autres. Nous vous encourageons à consulter la liste complète des possibilités de consultation et de mobilisation, informez-vous et faites connaître votre opinion.

Questions ou suggestions

Si vous avez des questions au sujet des exigences réglementaires ou d'autres questions techniques concernant votre entreprise, veuillez visitez « Demandez à l'ACIA ».

Si vous avez des questions au sujet d'un des articles dans Les chroniques de l'ACIA ou si vous aimeriez suggérer un article pour une prochaine édition, veuillez nous faire parvenir un courriel à l'adresse CFIA-Modernisation-ACIA@inspection.gc.ca

Prochaines Éditions

Date de modification :