Vidéos : Préserver grâce à la science

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver grâce à la science

Présentation de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver grâce à la science - Transcription et Sous-Titres

(Voix hors champ du narrateur)

Nous sommes l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Mais l'ACIA, c'est bien plus que les aliments.

(Montage : champ de blé, vache qui broute, famille qui déjeune à la table de la cuisine)

L'ACIA se spécialise dans la sauvegarde des végétaux, des animaux et des aliments, pour améliorer la santé et le bien-être de la population, de l'environnement et de l'économie du Canada. C'est notre mission.

(Montage : bac de poivrons rouges, employés de l'ACIA réalisant différentes activités d'inspection en forêt, dans des champs et en laboratoire, gens faisant l'épicerie)

(Panneau routier : Agence canadienne d'inspection des aliments, 3851 Fallowfield, Canada)

À titre d'organisme de règlementation à vocation scientifique – fiable et respecté des Canadiens et de la communauté internationale, l'ACIA est vouée à l'excellence. C'est notre vision.

(Montage : femme dans un laboratoire examinant une boîte de Pétri, un homme et une femme se serrent la main, conteneurs d'expédition et marchandises en cours de chargement dans un avion)

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

Pour préserver les végétaux, les animaux et les aliments au Canada, il faut des approches modernes... et un outil essentiel pour réaliser cette mission, c'est... La science.

(Texte : Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver grâce à la science)

(Interlocuteur à l'écran : chef de la salubrité des aliments pour le Canada et vice-présidente de la Direction générale des sciences, Dre Martine Dubuc)

(Vidéo en médaillon dans le coin supérieur droit de l'écran montrant des employés de l'ACIA réalisant différentes activités d'inspection)

L'Agence canadienne d'inspection des aliments est un organisme à vocation scientifique. Notre approche doit être rigoureuse. Nous devons maintenir nos connaissances et nos outils à jour et prendre des décisions fondées sur des évidences. Cette approche scientifique a permis à l'Agence canadienne d'inspection des aliments d'obtenir une excellente réputation internationale en ce qui a trait à la protection des végétaux, à la santé animale et à la salubrité des aliments.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : employés de l'ACIA portant un sarrau de laboratoire réalisant différentes activités d'inspection en laboratoire et avec des plantes)

Depuis 1997, l'Agence canadienne d'inspection des aliments applique les règlements fédéraux et fait respecter les normes en matière de Protection des végétaux, de Santé des animaux, et de salubrité des aliments au Canada.

(Carte du Canada sur laquelle se superposent des illustrations de trois employés de l'ACIA : un en salopette, un portant un sarrau de laboratoire, et un en complet)

Chaque jour, plus de 6 000 professionnels de l'ACIA travaillent à protéger les Canadiens partout au pays. Ils aident à préserver la santé des végétaux et des animaux, à prévenir les risques à la salubrité des aliments, et à gérer les enquêtes de sécurité sanitaire des aliments. Ils sont également en charge des rappels et protègent les marchés des pratiques déloyales.

(Texte : 75 571 échantillons analysés par les laboratoires des végétaux en 2014-2015)

L'ACIA joue également un rôle important dans l'élaboration de normes internationales, dans l'accès aux nouveaux marchés, et en facilitant le commerce – tout en se voulant l'Agence la plus moderne possible.

(Texte : Exportations agricoles du Canada en 2014 : Plus de 56 milliards de dollars)

(Texte : 4e exportateur en importance, de produits agricoles au monde)

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

(Darlene Blair, chef de la protection des végétaux du Canada, regarde dans un microscope. Elle se tourne pour s'adresser à la caméra.)

Certains ignorent qu'une partie de notre travail est de faire respecter les contrôles à l'importation et à l'exportation. Nous protégeons l'économie en travaillant à garder les phytoravageurs à l'extérieur du pays – ces organismes nuisibles pouvant menacer les végétaux et les cultures canadiennes, premier maillon de notre chaîne alimentaire.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : vaches à la ferme, camion de transport sur une autoroute, inspecteur discutant avec un agriculteur)

L'ACIA contribue aussi à protéger les animaux canadiens contre les maladies, et établit les règles pour qu'ils soient transportés sans cruauté. Elle veille à la sûreté des aliments du bétail et à l'efficacité des vaccins vétérinaires, tout en gérant les incidents et les urgences liés aux maladies animales.

(Interlocuteur : Dr Harpreet Kochhar, vétérinaire en chef pour le Canada, dans une ferme)

Notre travail est essentiel pour un approvisionnement alimentaire sûr et accessible. On peut s'imaginer que nous sommes « inspecteurs des aliments », mais notre rôle est bien plus large. Nous pratiquons la biosécurité afin de protéger et de minimiser les risques pour les animaux terrestres et aquatiques.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : cour de triage, navire à charge, avion en vol, inspecteurs en laboratoire, édifice du Parlement du Canada)

Préserver la salubrité des aliments et la santé des animaux et des végétaux dans un marché mondial en évolution rapide présente un réel défi. Il faut conjuguer l'application de la science sur le terrain à une législation moderne.

(Texte : Des règles plus strictes, 4 statuts, 13 règlements)

(Texte : Disposition législative, Loi et règlement sur la salubrité des aliments au Canada)

La Loi sur la salubrité des aliments au Canada a permis de rationaliser les lois canadiennes touchant à la salubrité. En renforçant l'autorité de l'ACIA, cette loi lui permet de mieux faire son travail grâce à un système cohérent axé sur la prévention.

(Montage : homme achetant de la nourriture à un marché extérieur, groupes de personnes assises autour d'une table de conseil, tableau des valeurs nutritives, intérieur d'un supermarché, chef [homme] et livreur [homme] se serrant la main à côté d'un camion rempli de pommes de terre)

Pour aider les intervenants à comprendre les changements et qu'ils en bénéficient, l'ACIA a consulté une dizaine de milliers de Canadiens sur la manière de mettre en vigueur la Loi sur la salubrité des aliments au Canada. L'Agence a aussi tenu des consultations sur l'impact possible de cette Loi sur les petites et les très petites entreprises.

(Montage : homme faisant défiler la page Facebook de l'ACIA sur un iPad, écran d'ordinateur affichant la page Twitter de l'ACIA, mains tapant sur le clavier d'un ordinateur portatif, femme assise devant un ordinateur, deux écrans d'ordinateur avec la page Web de l'ACIA affichée à gauche, et la page Twitter de l'ACIA affichée à droite, homme parlant au téléphone, deux hommes se tenant devant un camion transportant du grain)

Moderniser ne veut pas simplement dire actualiser les lois. Il s'agit aussi de renouveler nos façons de faire. L'ACIA tient à bien répondre aux besoins et aux exigences des consommateurs et des industries – de manière intégrée, ponctuelle et sûre – que ce soit en ligne, au téléphone ou en personne.

(Montage : homme à l'intérieur de la cabine d'un camion, inspecteur [homme] tenant une tablette renforcée dans un boisé, lecture d'un code CUP d'une étiquette, lecture numérique de 16,44 °F, différents plans d'employés de l'ACIA au travail)

À l'aide d'outils et de formations de pointe, l'ACIA vise à interpréter et appliquer les lois canadiennes en matière d'agriculture et de salubrité des aliments de manière uniforme, en intégrant la science et l'analyse des risques à chacune de ses décisions. La surveillance et l'application de la loi en seront ainsi plus uniformes, prévisibles et transparentes.

(Montage : champ de maïs; trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas; drapeau canadien flottant avec des montagnes recouvertes de neige en arrière-plan)

Quels que soient les changements à l'horizon, l'ACIA vise l'excellence en matière de santé végétale et animale et de salubrité des aliments – pour tous les Canadiens.

(Boule en rotation avec différentes icônes de médias sociaux sur celle-ci et reflétées en arrière-plan, avec le texte inspection.gc.ca/RestezBranches écrit sous celle-ci)

(Signature du Ministère : Canadian Food Inspection Agency / Agence canadienne d'inspection des aliments)

(Mot-symbole « Canada »)

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des végétaux grâce à la science

Darlene Blair, chef de la protection des végétaux du Canada, parle de l'importance de la santé des végétaux.

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des végétaux grâce à la science - Transcription et Sous-Titres

(Voix hors champ du narrateur)

Nous sommes l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Mais l'ACIA, c'est bien plus que les aliments.

(Montage : champ de blé, vache qui broute, famille qui déjeune à la table de la cuisine)

L'ACIA se spécialise dans la sauvegarde des végétaux, des animaux et des aliments, pour améliorer la santé et le bien-être de la population, de l'environnement et de l'économie du Canada. C'est notre mission.

(Montage : bac de poivrons rouges, employés de l'ACIA réalisant différentes activités d'inspection en forêt, dans des champs et en laboratoire, gens faisant l'épicerie)

(Panneau routier : Agence canadienne d'inspection des aliments, 3851 Fallowfield, Canada)

À titre d'organisme de règlementation à vocation scientifique – fiable et respecté des Canadiens et de la communauté internationale, l'ACIA est vouée à l'excellence. C'est notre vision.

(Montage : femme dans un laboratoire examinant une boîte de Pétri, un homme et une femme se serrent la main, conteneurs d'expédition et marchandises en cours de chargement dans un avion)

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

Pour préserver les végétaux, les animaux et les aliments au Canada, il faut des approches modernes... et un outil essentiel pour réaliser cette mission, c'est... La science.

(Texte : Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des végétaux grâce à la science)

Les végétaux constituent le premier maillon de la chaîne alimentaire.

(Montage : champ de blé, intérieur d'une maison écologique, main cueillant une tomate et concombre en épicerie, navire de charge sur un plan d'eau)

Les végétaux sont également essentiels à l'économie canadienne : l'industrie agricole du pays génère plus de 22 milliards de dollars en exportations seulement.

(Montage : arbres en forêt, inspecteur de l'ACIA [homme] marchant dans un boisé, gros plan d'un insecte sur un arbre)

Pour protéger la biodiversité et la base de ressources végétales canadiennes, l'ACIA travaille à prévenir l'introduction et la propagation de ravageurs, en particulier ceux qui risquent de menacer la sécurité alimentaire, l'environnement et l'économie du Canada.

(Texte : Le Canada réglemente plus de 240 phytoravageurs)

(Texte : Depuis 2001, les exportations de produits végétaux ont augmenté de 160 %)

(Montage : poivrons jaunes sur un convoyeur, cour de triage dans un port)

L'ACIA s'assure aussi que le Canada n'exporte pas d'organismes nuisibles ailleurs dans le monde. Elle travaille étroitement avec les partenaires internationaux sur des normes phytosanitaires fondées sur la science qui protègent notre réputation internationale et entretiennent les échanges commerciaux.

(Interlocuteur : Darlene Blair, chef de la protection des végétaux, dans un laboratoire avec un microscope et des échantillons d'insectes derrière elle)

Nous aspirons à minimiser les risques pour les ressources végétales canadiennes. Nous développons des contrôles à l'importation et à l'exportation et sommes chargés de les appliquer. Nous effectuons des inspections, faisons progresser la science des végétaux et l'appliquons. Notre travail dépasse l'agriculture – nous sommes responsables d'une importante variété de ressources végétales, y compris les forêts.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : arbres en forêt, camion chargé de troncs d'arbres, parc à bois débités)

(Texte : Le Canada est le plus important exportateur de produits forestiers au monde)

L'industrie canadienne des produits forestiers contribue pour près de 20 milliards de dollars au Produit intérieur brut du pays et emploie plus de 200 000 personnes.

(Interlocuteur : Darlene Blair, chef de la protection des végétaux, dans un laboratoire avec un microscope et des échantillons d'insectes derrière elle)

Le cas de l'agrile du frêne démontre bien l'effet dévastateur des phytoravageurs sur l'industrie et l'environnement. Décelé pour la première fois en 2002, cet envahisseur nuisible nous aura coûté environ 2 milliards de dollars en traitement, enlèvement et remplacement d'arbres.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : arbres en forêt, carte sans description du Canada avec une illustration de six agriles du frêne sur l'est de l'Ontario et l'ouest du Québec, groupe de quatre personnes marchant en forêt, inspecteur de l'ACIA [homme] dans un boisé, un agrile du frêne sur une feuille, tomates sur un convoyeur, travailleurs mettant des poivrons en sac)

L'ACIA travaille en partenariat avec d'autres organismes gouvernementaux pour ralentir la propagation de l'agrile du frêne. Des stratégies de contrôle, des politiques robustes et une collaboration internationale soutenues par des inspections rigoureuses ont permis de tenir de nombreux phytoravageurs dangereux à l'extérieur du pays, protégeant ainsi ressources végétales et emplois.

(Montage : homme scrutant la page Restez branchés de l'ACIA sur un iPad, écran d'ordinateur montrant la page Pinterest de l'ACIA)

(Texte : Plus de 10 000 abonnés sur Twitter pour les dossiers de l'ACIA liés à la protection des végétaux)

Grâce aux médias sociaux et au Web, l'ACIA est en mesure de fournir au public une information accessible sur la gestion des organismes nuisibles et ce, en temps opportun.

(Montage : deux hommes assis sur de l'équipement agricole, labourant un champ, pendant qu'un troisième homme les regarde, différents plans d'aliment lors de la transformation et en magasin)

En protégeant la santé des végétaux, l'ACIA contribue à sauvegarder l'environnement et l'économie du Canada – et la santé de tous les Canadiens. Grâce au travail de l'ACIA, nous jouissons d'un accès sécuritaire à une gamme remarquable d'aliments et de produits végétaux provenant de partout au pays et dans le monde.

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

La santé des végétaux fait partie d'un ensemble plus vaste qui englobe la santé animale et la salubrité des aliments – une approche intégrée au profit des Canadiens, de leur environnement et de l'économie.

(Montage : champ de maïs; trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas; drapeau canadien flottant avec des montagnes recouvertes de neige en arrière-plan)

Quels que soient les changements à l'horizon, l'ACIA vise l'excellence en matière de santé végétale et animale et de salubrité des aliments – pour tous les Canadiens.

(Boule en rotation avec différentes icônes de médias sociaux sur celle-ci et reflétées en arrière-plan, avec le texte inspection.gc.ca/RestezBranches écrit sous celle-ci)

(Signature du Ministère : Canadian Food Inspection Agency / Agence canadienne d'inspection des aliments)

(Mot-symbole « Canada »)

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des animaux grâce à la science

Dr Harpreet Kochhar, vétérinaire en chef du Canada, parle de l'importance de la santé animale.

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des animaux grâce à la science - Transcription et Sous-Titres

(Voix hors champ du narrateur)

Nous sommes l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Mais l'ACIA, c'est bien plus que les aliments.

(Montage : champ de blé, vache qui broute, famille qui déjeune à la table de la cuisine)

L'ACIA se spécialise dans la sauvegarde des végétaux, des animaux et des aliments, pour améliorer la santé et le bien-être de la population, de l'environnement et de l'économie du Canada. C'est notre mission.

(Montage : bac de poivrons rouges, employés de l'ACIA réalisant différentes activités d'inspection en forêt, dans des champs et en laboratoire, gens faisant l'épicerie)

(Panneau routier : Agence canadienne d'inspection des aliments, 3851 Fallowfield, Canada)

À titre d'organisme de règlementation à vocation scientifique – fiable et respecté des Canadiens et de la communauté internationale, l'ACIA est vouée à l'excellence. C'est notre vision.

(Montage : femme dans un laboratoire examinant une boîte de Pétri, un homme et une femme se serrent la main, conteneurs d'expédition et marchandises en cours de chargement dans un avion)

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

Pour préserver les végétaux, les animaux et les aliments au Canada, il faut des approches modernes... et un outil essentiel pour réaliser cette mission, c'est... La science.

(Texte : Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver la santé des animaux grâce à la science)

Les animaux sont au cœur du système alimentaire canadien.

(Montage : vaches et porcelets dans un contexte agricole, homme sur une embarcation sortant un casier de l'eau, palettes d'œufs sur un convoyeur)

(Texte : Le Canada a conclu des ententes en matière d'exportation avec 38 pays, pour les animaux terrestres et aquatiques vivants)

L'Agence canadienne d'inspection des aliments protège ce système, notamment en veillant à la santé des animaux terrestres et aquatiques, et à la sécurité des aliments pour animaux et des produits d'origine animale.

(Interlocuteur : Dr Harpreet Kochhar, vétérinaire en chef pour le Canada, dans une ferme, nourrissant un mouton)

L'ACIA est outillée pour gérer rapidement et efficacement les nombreuses menaces à la santé animale. Ainsi, nous protégeons aussi la santé humaine, l'approvisionnement alimentaire et l'économie canadienne. En imaginant notre rôle, la plupart des gens pensent sans doute aux vaches et aux autres animaux d'élevage. Mais nous sommes responsables d'une panoplie d'animaux, et d'espèces aquatiques.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : océan, inspectrice de l'ACIA recueillant des échantillons d'animaux aquatiques depuis un plan d'eau, main ramassant un homard vivant, saumons nageant)

Les vétérinaires et les scientifiques de l'ACIA surveillent la santé des poissons à nageoire, des mollusques et des crustacés récoltés à des fins commerciales. Ils aident également à maintenir les élevages de saumon et les saumons sauvages exempts de maladies.

(Texte : 80 000 emplois au Canada dans les industries de la pêche commerciale et de l'aquaculture)

(Montage : plan de plongée d'un cours d'eau, vaches broutant avec un bâtiment agricole en arrière-plan, images d'inspecteurs de l'ACIA dans des fermes)

(Texte : Le Canada importe des animaux dans 32 pays, Ses échanges totalisent 278 millions de dollars)

(Montage : camion de transport sur une autoroute, navire de charge chargé de conteneurs d'expédition)

Qu'ils aient affaire à des espèces aquatiques ou terrestres, les vétérinaires de l'ACIA travaillent avec leurs homologues provinciaux et internationaux pour gérer les contrôles à l'importation. Ces contrôles visent à prévenir l'introduction de maladies au pays et garder les marchés internationaux ouverts aux producteurs canadiens. On préserve ainsi la confiance dans le système d'inspection et de certification du Canada.

(Montage : vaches mangeant à la ferme, bœuf sur une tablette de supermarché)

(Texte : Exportations de bœuf du Canada d'une valeur de 1,9 milliard de dollars en 2014)

L'ACIA règlemente aussi les aliments du bétail. Nos programmes de surveillance rigoureux ont permis de contrôler l'ESB, ou encéphalopathie spongiforme bovine, d'origine alimentaire. En conséquence, les éleveurs de bœuf canadiens peuvent vendre leurs produits partout dans le monde, préservant ainsi les emplois de milliers de Canadiens.

(Interlocuteur : Dr Harpreet Kochhar, vétérinaire en chef pour le Canada, dans une ferme, nourrissant un mouton)

Si une urgence liée à la santé animale se manifestait, nous devrions pouvoir retracer les animaux. Pour ce faire, les fermiers canadiens doivent marquer les bovins, les bisons, les moutons et les porcs avec des étiquettes d'identification par radiofréquence. Cela permet d'informer le Centre national des opérations d'urgence de l'ACIA de l'emplacement des animaux partout au pays.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : vaches et poulets à la ferme, travailleur se lavant les mains, clôture sur une ferme, équipement passé à grande eau)

La santé animale est une responsabilité partagée. Toute personne qui travaille avec des animaux – sur une ferme, dans une foire ou ailleurs – a son rôle à jouer. Des précautions simples et habituelles comme se laver les mains, nettoyer les enclos et entretenir les clôtures réduisent le risque d'introduction et de propagation de maladie.

(Interlocuteur : Dr Harpreet Kochhar, vétérinaire en chef pour le Canada, dans une ferme, nourrissant un mouton)

Le mandat de l'ACIA comprend le bien-être des animaux d'élevage et des animaux domestiques pendant leur transport. L'Agence veille à ce que le transport des animaux soit conforme aux Règlements sur la santé animale.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : camion de transport garé faisant l'objet d'une inspection, véhicules sur une autoroute, un chien, un chat et un oiseau qui mange une banane)

Le contrôle des animaux entrant au Canada est également une responsabilité partagée. Par exemple, les agents des services frontaliers demandent aux voyageurs de déclarer les animaux domestiques comme les chiens, les chats et les oiseaux – ainsi que leur nourriture – pour s'assurer qu'ils sont en bonne santé et exempts de contamination.

(Trois icônes animées : vache, blé et assiette contenant un repas)

La santé animale fait partie d'un ensemble qui comprend également la santé des végétaux et la salubrité des aliments – le tout contribuant à l'approche globale fondée sur le concept d'une « seule santé ».

(Montage : champ de maïs; trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas; drapeau canadien flottant avec des montagnes recouvertes de neige en arrière-plan)

Quels que soient les changements à l'horizon, l'ACIA vise l'excellence en matière de santé végétale et animale et de salubrité des aliments – pour tous les Canadiens.

(Boule en rotation avec différentes icônes de médias sociaux sur celle-ci et reflétées en arrière-plan, avec le texte inspection.gc.ca/RestezBranches écrit sous celle-ci)

(Signature du Ministère : Canadian Food Inspection Agency / Agence canadienne d'inspection des aliments)

(Mot-symbole « Canada »)

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver les aliments grâce à la science

Dre Martine Dubuc, chef de la salubrité des aliments du Canada et vice-présidente de la Direction générale des sciences, parle de l'importance de la salubrité des aliments.

Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver les aliments grâce à la science - Transcription et Sous-Titres

(Voix hors champ du narrateur)

Nous sommes l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Mais l'ACIA, c'est bien plus que les aliments.

(Montage : champ de blé, vache qui broute, famille qui déjeune à la table de la cuisine)

L'ACIA se spécialise dans la sauvegarde des végétaux, des animaux et des aliments, pour améliorer la santé et le bien-être de la population, de l'environnement et de l'économie du Canada. C'est notre mission.

(Montage : bac de poivrons rouges, employés de l'ACIA réalisant différentes activités d'inspection en forêt, dans des champs et en laboratoire, gens faisant l'épicerie)

(Panneau routier : Agence canadienne d'inspection des aliments, 3851 Fallowfield, Canada)

À titre d'organisme de règlementation à vocation scientifique – fiable et respecté des Canadiens et de la communauté internationale, l'ACIA est vouée à l'excellence. C'est notre vision.

(Montage : femme dans un laboratoire examinant une boîte de Pétri, un homme et une femme se serrent la main, conteneurs d'expédition et marchandises en cours de chargement dans un avion)

(Trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas)

Pour préserver les végétaux, les animaux et les aliments au Canada, il faut des approches modernes... et un outil essentiel pour réaliser cette mission, c'est... La science.

(Texte : Agence canadienne d'inspection des aliments : Préserver les aliments grâce à la science)

(Montage : femme travaillant dans un laboratoire, différents légumes/fruits)

Grâce à la rigueur scientifique de l'ACIA, notre système de salubrité des aliments est l'un des meilleurs au monde.

(Interlocuteur à l'écran : chef de la salubrité des aliments pour le Canada et vice-présidente de la Direction générale des sciences, Dre Martine Dubuc)

(Vidéo en médaillon dans le coin supérieur droit de l'écran montrant des bâtiments agricoles, de la viande dans une épicerie)

Chaque jour, de la ferme à la table, nous veillons à protéger les Canadiens ontre les risques pouvant affecter les aliments, et à effectuer une gestion efficace des risques.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : inspectrice de l'ACIA avec une employée d'usine se tenant devant un support à viande transformée, homme appuyant sur le bouton d'un appareil dans une usine, machine déposant des œufs dans un emballage)

Le travail de l'ACIA inclut l'inspection des installations de transformation des aliments afin de vérifier que les entreprises utilisent les bons outils et se conforment à la réglementation.

(Montage : un homme et une femme qui vérifient des aliments en laboratoire, tubes à essai, homme portant un masque, une résille et un casque qui examine de l'équipement à l'aide d'une lampe de poche, avion montant dans les airs)

Les experts de l'ACIA testent également les importations par échantillonnage aléatoire. De plus, ils visitent d'autres pays pour veiller à ce que les aliments importés au Canada correspondent à nos exigences rigoureuses en matière de salubrité alimentaire.

(Texte : 105,5 milliards de dollars : Valeur de la production de l'industrie canadienne de transformation des aliments et des boissons)

(Montage : employée d'usine déplaçant un support de viande suspendue, tableau des valeurs nutritives d'un emballage de viande transformée)

Au Canada, l'ACIA analyse la composition des produits alimentaires transformés, en plus d'établir et d'appliquer les lois en matière d'étiquetage...

(Montage : gens faisant l'épicerie)

L'Agence contribue à développer et à mettre en œuvre des pratiques de marché soutenant une concurrence loyale à tous les niveaux de commercialisation.

(Montage : cueillette d'un poivron rouge depuis une vigne, poivrons ajoutés à une pile de légumes mis en sac par des employés qui portent un sarrau de laboratoire, des gants et une résille, sacs de poivrons sur un convoyeur)

Malgré toutes les précautions, la nourriture ne peut jamais être totalement exempte de risque. Une contamination peut se produire à n'importe quelle étape.

(Montage : femme en laboratoire inspectant un sac de poivrons rouges, homme portant un sarrau de laboratoire utilisant un ordinateur portatif, groupe de personnes travaillant dans une salle d'intervention d'urgence)

L'ACIA effectue quelque 3 000 enquêtes de salubrité alimentaire par année. Travaillant en étroite collaboration avec les intervenants des gouvernements et de l'industrie, l'Agence suit des protocoles établis pour répondre rapidement et efficacement aux incidents de salubrité alimentaire.

(Texte : Moyenne de 300 rappels d'aliments par année)

Tout soupçon de violation déclenche le processus de rappel.

Une enquête sur la salubrité alimentaire et une évaluation des risques pour la santé sont alors immédiatement mis en œuvre.

(Montage : main tapant sur un clavier, écran d'ordinateur montrant la page d'accueil de l'ACIA avec le bandeau des rappels affiché, homme tenant un iPad qui affiche un gazouillis à propos d'un rappel, main qui tient un téléphone intelligent affichant une page Web sur les risques pour la santé)

S'il faut faire un rappel, les détaillants et les consommateurs en sont rapidement alertés – par Internet et les médias sociaux, dans un langage facile à comprendre.

(Interlocuteur à l'écran : chef de la salubrité des aliments pour le Canada et vice-présidente de la Direction générale des sciences, Dre Martine Dubuc)

(Vidéo en médaillon dans le coin supérieur droit de l'écran montrant des gens qui travaillent dans une boulangerie, un homme travaillant dans un laboratoire, des gens qui magasinent dans un marché extérieur, un drapeau flottant à l'extérieur d'un immeuble de bureaux)

Industrie, gouvernement et public : nous avons tous un rôle à jouer relativement à la salubrité des aliments. Nous travaillons étroitement avec les ministères provinciaux et fédéraux, ainsi qu'avec des agences telles Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada, l'Agence des services frontaliers du Canada, et de même que les organismes à but non lucratif.

(Voix hors champ du narrateur)

(Montage : champ agricole, équipement agricole servant à la récolte, emballage de concombres, femmes travaillant dans un laboratoire, plan d'eau entouré d'une forêt, conteneurs d'expédition en cours de déchargement d'un navire, gens magasinant à un marché extérieur)

Des végétaux aux animaux, de la récolte à la transformation, aucun système n'est à 100 % exempt de risque. Mais l'ACIA sait que par la rigueur scientifique et des approches modernes, le Canada renforcera encore davantage sa position concurrentielle dans le complexe marché mondial d'aujourd'hui.

(Montage : champ de maïs; trois icônes animées : blé, vache, et assiette contenant un repas; drapeau canadien flottant avec des montagnes recouvertes de neige en arrière-plan)

Quels que soient les changements à l'horizon, l'ACIA vise l'excellence en matière de santé végétale et animale et de salubrité des aliments – pour tous les Canadiens.

(Boule en rotation avec différentes icônes de médias sociaux sur celle-ci et reflétées en arrière-plan, avec le texte inspection.gc.ca/RestezBranches écrit sous celle-ci)

(Signature du Ministère : Canadian Food Inspection Agency / Agence canadienne d'inspection des aliments)

(Mot-symbole « Canada »)

Date de modification :