Chapitre 7 - Programme volontaire de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Table des matières

7.1 La maladie

Remarque : L'utilisation du terme « tremblante » renvoie uniquement à la tremblante classique; la certification ne vise pas la tremblante « atypique », laquelle n'est pas liée à la tremblante classique des points de vue clinique, pathologique, biochimique et épidémiologique.

Étiologie

  • 1. La tremblante, une maladie mortelle, touche le système nerveux central des ovins et des caprins. Elle appartient à la famille des maladies connue sous le terme d'encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). La cause exacte de cette maladie continue de mobiliser les chercheurs, mais on sait qu'une protéine prion anormale y est associée. Cette protéine prion anormale transforme les protéines prions normales de l'hôte en forme anormale. On croit que l'accumulation de cette protéine prion anormale est la cause des signes cliniques de la maladie.

Espèces sensibles

  • 2. La tremblante est une maladie naturelle des ovins et des caprins domestiques et sauvages (mouflons).

Répartition

  • 3. La tremblante a été observée pour la première fois chez des moutons il y a plus de 250 ans, et c'est en 1938 qu'elle a été signalée au Canada. Elle a été diagnostiquée chez des ovins et des caprins au Canada et on a signalé la majorité des cas au Québec et en Ontario. La maladie sévit actuellement dans de nombreux pays à travers le monde où se pratique l'élevage de petits ruminants. La Nouvelle-Zélande et l'Australie sont des pays reconnus exempts de la maladie.

Épidémiologie

  • 4. La principale méthode de contamination pour la plupart des animaux est à la suite de contacts avec des moutons ou des chèvres atteints de la tremblante et leur environnement contaminé. On pense que la tremblante se transmet le plus souvent de la femelle infectée à sa progéniture à la naissance par contact avec le placenta et les liquides placentaires, qui contiennent de grandes quantités de prions infectieux. Les animaux sains sont infectés en mangeant ou en léchant des matières contaminées par la tremblante dans l'aire d'agnelage ou de mise bas. Les agneaux et les chevreaux nouveau-nés qui partagent le même environnement contaminé (enclos de mise bas) sont extrêmement sensibles à l'infection. Les animaux matures qui partagent le même environnement sont aussi à risque.

La transmission de la tremblante entre animaux a été démontrée en absence d'agnelage, et des prions infectieux ont été trouvés dans les fèces, la salive et le lait provenant d'animaux atteints de tremblante en stade clinique ou sous-clinique. Par conséquent, le pâturage dans lequel se sont alimentés les petits ruminants infectés ou les bâtiments dans lesquels ils ont été gardés antérieurement, peuvent présenter un risque de transmission. De plus, les animaux en période d'incubation de la maladie, et même les animaux qui n'ont jamais présenté de signes cliniques de tremblante, peuvent être à l'origine de l'infection d'autres animaux.

Les prions anormaux sont extrêmement résistants à la désinfection par les méthodes traditionnelles, car ils résistent très bien aux agents d'inactivation chimiques et physiques et demeurent stables dans des gammes de pH et de températures étendues. Même si le titre infectieux baisse beaucoup avec le temps, on a démontré que ces prions peuvent persister plusieurs années dans l'environnement. Des rapports indiquent qu'une contamination environnementale survenue même 16 ans auparavant peut résulter en la réintroduction de la tremblante.

Rien de ce qu'on a observé jusqu'ici n'indique que le sperme joue un rôle dans la transmission de la tremblante du mouton. Diverses études portant sur la transmission potentielle de la tremblante par les embryons ont abouti à des résultats contradictoires. La recherche dans ce domaine a été évaluée et le Code sanitaire pour les animaux terrestres de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) dit présentement que lorsqu'on autorise l'importation ou le transport d'embryons d'ovins collectés in vivo, aucune condition se rapportant à la tremblante du mouton ne devrait être nécessaire, peu importe le statut sanitaire des populations d'ovins et de caprins du pays, de la zone ou du compartiment d'exportation. Ces conditions s'appliquent tant et aussi longtemps que les embryons sont manipulés conformément aux exigences de collecte et de manipulation des embryons de l'OIE.

Effets génétiques

  • 5. On a constaté que les caractéristiques génétiques influent beaucoup sur la sensibilité des moutons à la tremblante. En ce moment, dans le cas des chèvres, les études portant sur les caractères génétiques donnés et la sensibilité à la tremblante sont plus limitées et moins claires.

Dans l'état actuel de la recherche, il y aurait diverses formes de protéines prions chez le mouton : certaines sont très sensibles à la transformation structurale qui aboutit à la forme anormale qu'on trouve chez les sujets atteints de la tremblante, tandis que les autres sont résistantes à ce type de changement. Comme tous les mammifères, le mouton est diploïde, ce qui signifie que toutes ses cellules renferment deux copies de chaque chromosome, et donc également deux copies du gène qui code le prion normal. Les gènes se composent de codons. Un codon est une portion d'ADN qui détermine la nature de l'acide aminé qui se trouvera à un emplacement donné dans une protéine (dans ce cas-ci, le prion). Le prion est constitué de 256 acides aminés; par conséquent, il y a 256 codons qui déterminent la nature et l'emplacement de ces acides aminés dans la protéine. Dans les publications traitant de la sensibilité à diverses souches de la tremblante du mouton, il est essentiellement question des codons 171, 154 et 136. En Amérique du Nord, on s'intéresse surtout aux codons 171 et 136. La présence d'une arginine (R) au codon 171 confère à la protéine prion la résistance aux changements structuraux associés à la protéine prion de la tremblante du mouton. La présence de glutamine (Q) ou d'histidine (H) – considérée comme un Q au codon 171 – est associée à la sensibilité de la protéine prion aux changements structuraux associés à la tremblante. La présence d'alanine (A) au codon 136 confère à la protéine prion la résistance aux changements structuraux associés à la tremblante, alors que la présence de valine (V) au codon 136 peut la rendre plus sensible aux changements structuraux. La présence d'un V au site 136 est liée à celle d'un Q au site 171, de sorte que le R ne peut se trouver au site 171 lorsqu'un V se trouve au site 136.

La sensibilité à la tremblante en vertu des codons 171 et 136 peut être illustrée comme suit :
Génotype des moutons (codons 136 et 171) Sensibilité à la tremblante classique
AA RR Négligeable
AA QR Très faible
AV QR Intermédiaire
AA QQ
AV QQ
VV QQ
Élevé

On ne sait toujours pas de manière définitive si les animaux qui possèdent des génotypes moins sensibles ne sont pas infectés lorsque l'agent de la tremblante est présent ou si l'infection ne donne simplement lieu à aucun symptôme clinique.

La très grande majorité des moutons atteints de tremblante dont on a déterminé le génotype en Amérique du Nord étaient homozygotes QQ au codon 171. Dans le monde, un petit nombre de moutons QR se sont avérés positifs à l'égard de la tremblante du mouton. Dans de tels cas, on examine les acides aminés du codon 136, et il semble que, dans les populations QR, les sujets hétérozygotes portant un A et un V au codon 136 soient plus sensibles. Bien que l'on n'ait rapporté aucun cas de tremblante chez les animaux ayant un génotype RR au codon 171 en Amérique du Nord, on a signalé deux cas en Europe.

Les derniers développements de la recherche indiquent que le génotype du fœtus peut influer sur la migration et l'accumulation du prion anormal dans le placenta d'une brebis infectée. Le placenta d'une brebis infectée QQ en 171 portant un fœtus QQ en 171 accumule une grande quantité de prion anormal, qui est ensuite excrété durant la mise bas ou l'avortement. Par contre, le prion anormal ne s'accumule pas dans le placenta d'un fœtus de génotype QR en 171 ou RR en 171. Il s'ensuit que l'utilisation d'un bélier RR en 171 peut prévenir l'excrétion du prion anormal à l'agnelage, et ce, même chez les brebis infectées.

Il est important que les producteurs comprennent que le génotypage de la sensibilité à la tremblante n'est pas un dépistage de la maladie. Un mouton QQ en 171 n'a pas nécessairement la tremblante, tout comme il n'est pas absolument garanti qu'un mouton RR en 171 ne sera jamais atteint de tremblante. L'ACIA n'a nullement l'intention de demander que les producteurs entreprennent une sélection pour améliorer la résistance à la tremblante du cheptel ovin du Canada. Le génotypage de la sensibilité à la tremblante est un outil qui peut servir dans le cadre d'un plan de gestion globale du risque de tremblante dans une installation. Pour décider s'il est opportun de faire génotyper son troupeau, le producteur doit prendre en compte divers facteurs comme la race, la prévalence d'animaux RR en 171 dans le troupeau, la gestion du troupeau de brebis et divers autres indices de reproduction.

Signes cliniques

  • 6. Les signes cliniques de la tremblante apparaissent rarement avant l'âge de 18 mois et varient beaucoup. Dans la majorité des cas, la maladie est diagnostiquée chez des animaux de deux à cinq ans. Comme aucun signe clinique perceptible ne se manifeste avant un stade avancé de la maladie chez bien des animaux, une transmission significative de l'agent peut survenir avant que la maladie ne se révèle de façon visible. Les signes cliniques varient beaucoup. Cependant, l'amaigrissement et la faiblesse, avec ou sans tremblements et troubles de coordination, sont les signes le plus souvent observés pendant toute la durée de la maladie dans les cas cliniques au Canada. Les animaux peuvent seulement avoir un lainage en mauvais état ou on peut tout simplement les retrouver morts.

    Lorsque la tremblante donne lieu à des manifestations neurologiques, il s'agit la plupart du temps des signes suivants :

    • tremblements et incoordination;
    • changement de l'état mental (appréhension, grincement des dents et agressivité); et
    • perturbations sensorielles (prurit ou démangeaisons, chute de la laine, excoriations et inflammation cutanée, réflexe de mordillage et léchage excessif).

Diagnostic différentiel

  • 7. Pour le diagnostic différentiel, dans les premiers stades cliniques de la maladie, il faut considérer :
    • les ectoparasites (poux, acariens);
    • l'hypomagnésémie;
    • la toxémie de gestation (cétose);
    • la rage;
    • la listériose;
    • la maedi-visna;
    • le pseudorage (la maladie d'Aujeszky);
    • la sarcocystose.

Diagnostic en laboratoire

  • 8. La tremblante se diagnostique par la détection du prion anormal dans le cerveau ou les tissus lymphoïdes. Pour le diagnostic en laboratoire chez les animaux morts, on soumettra les tissus suivants : l'obex et les ganglions lymphatiques rétro pharyngiens. Le prion anormal peut parfois être détecté chez les très jeunes animaux, mais la détection est généralement plus fiable chez les animaux de plus d'un an. Habituellement, on effectue une analyse préliminaire (épreuve immunoenzymatique [ELISA]) et si cette analyse décèle la présence potentielle de la tremblante, elle est suivie par des analyses de confirmation à l'aide de l'épreuve immunohistochimie et/ou du Western blot.

La détection du prion anormal à l'aide d'une biopsie de la membrane nictitante ou du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale chez l'animal vivant présente une spécificité élevée. Cependant, cette méthode est moins sensible et cela entraîne de faux négatifs. Pour obtenir une sensibilité maximale, l'analyse de la membrane nictitante devrait être utilisée pour les brebis de génotype QQ en 171 âgées de plus de 14 mois. De même, l'analyse du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale devrait être utilisée pour les brebis de génotype QQ en 171 âgées de plus de 12 mois et pour les chèvres de plus de 12 mois. L'analyse du tissu lymphoïde est utile pour déceler l'infection dans un troupeau, mais elle n'est pas fiable pour certifier qu'un animal est indemne de la maladie.

Le génotypage pour la tremblante n'est pas une analyse visant à détecter la maladie; il nous renseigne sur la sensibilité relative de l'animal à la tremblante. Lorsqu'on cherche à déterminer si une installation est infectée, c'est au sein de la classe des animaux les plus sensibles qu'on a les meilleures chances de découvrir la maladie.

Immunité

  • 9. Aucune réaction immunitaire au prion de la tremblante n'a été mise en évidence.

Santé publique

  • 10. Rien n'indique que la tremblante présente un danger pour l'humain.

7.2. Politique et principes de lutte

Énoncé de politique

Le Programme volontaire de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante (PVCTT) est un programme volontaire canadien auquel les producteurs de petits ruminants sont libres de s'inscrire ou non. Tout propriétaire d'installation de moutons ou de chèvres qui accepte de se conformer avec le PVCTT peut s'inscrire. Par contre, une fois inscrit au Programme, l'éleveur doit respecter les Normes nationales. L'objectif du PVCTT est d'offrir aux propriétaires la possibilité de faire reconnaître leur troupeau comme présentant un risque négligeable de tremblante. Le Programme concerne la certification des troupeaux uniquement à l'égard de la tremblante classique, et non de la tremblante atypique, laquelle n'est pas liée à la tremblante classique des points de vue clinique, pathologique, biochimique et épidémiologique.

Le Programme a été conçu pour donner aux producteurs un moyen pour détecter et combattre cette maladie au sein de leur troupeau et, du même coup, voir leurs exploitations reconnues comme des troupeaux à risque négligeable pour la tremblante selon le nombre d'années d'adhésion au Programme. L'adhésion au Programme et l'atteinte du statut certifié donne l'assurance à un éventuel acheteur, que l'animal qu'il va acheter provient d'un troupeau à risque négligeable de tremblante. La reconnaissance de ce statut peut favoriser l'accès aux marchés national et internationaux. Le Programme sert également à la surveillance de la tremblante au Canada, et contribue au Programme national d'éradication de la tremblante.

Fondement législatif

En vertu de l'article 2 de la Loi sur la santé des animaux, le Règlement sur les maladies déclarables désigne la tremblante comme une maladie déclarable. Quiconque soupçonne qu'un animal présente des signes apparentés à cette maladie doit signaler l'animal à un vétérinaire relevant d'un bureau de district de l'ACIA.

Le rôle principal du gouvernement fédéral à l'égard du PVCTT est d'en développer les Normes nationales et d'en vérifier l'application.

Certification aux fins d'exportation

Tout animal provenant d'un troupeau inscrit au PVCTT peut être certifié et endossé par l'ACIA comme faisant partie d'un programme satisfaisant aux normes nationales minimales. L'ACIA veillera à obtenir la reconnaissance internationale de ces normes. Les certificats attestant l'inscription et le niveau du troupeau au PVCTT sont délivrés par l'administrateur régional du Programme de la Fédération canadienne du mouton (FCM).

Principes de lutte et d'éradication

Bien qu'il n'y ait aucune épreuve qui permet de garantir formellement qu'un animal vivant n'est pas atteint de la tremblante, un certain nombre de moyens permettent d'évaluer le risque de tremblante dans un troupeau de moutons ou de chèvres. Les épreuves utilisées pour déterminer le statut du PVCTT d'un troupeau comprennent les examens post-mortem, les analyses du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale, le génotypage, l'absence de signes cliniques de la tremblante et la prévention de l'exposition à la maladie pendant une période déterminée.

La certification peut être obtenue par trois voies différentes. La première voie est la même pour les ovins et pour les caprins, soit la surveillance des animaux matures qui meurent, l'absence de signes cliniques de la tremblante et la prévention de l'exposition à la maladie. La deuxième voie est le dépistage de la tremblante dans le troupeau de moutons par l'analyse des follicules lymphoïdes prélevés dans la membrane nictitante ou la muqueuse recto-anale des animaux au profil génétique le plus sensible; et pour les troupeaux de chèvres, par le prélèvement d'échantillons de la muqueuse recto-anale. Lorsque les analyses de ces échantillons de follicules lymphoïdes se révèlent négatives, on effectue la surveillance des animaux matures qui meurent et prévient l'exposition à la maladie. Enfin, la troisième voie, qui s'applique seulement aux moutons, consiste à obtenir par sélection génétique des animaux résistants à la tremblante, puis à pratiquer une surveillance continue des animaux matures qui meurent.

Un animal suspect est un animal chez lequel la tremblante est une alternative possible du diagnostic différentiel.

L'ACIA met en œuvre des procédures d'enquête sur les maladies dès qu'un cas clinique suspect est déclaré.

Un animal positif à l'égard de la tremblante est un animal chez lequel des résultats positifs officiels à la tremblante ont été signalés par le Laboratoire national de l'ACIA et de référence de l'OIE concernant la tremblante, en utilisant au moins deux tests de dépistage de la tremblante approuvés par l'ACIA (p. ex., ELISA, immunohistochimie, Western blot) effectués sur le cerveau et/ou le tissu lymphoïde.

Tout cas confirmé de tremblante résulte en une suspension immédiate du PVCTT. L'ACIA déclenche la prise de mesures strictes d'éradication de la maladie pour éliminer l'infection des installations où elle a été détectée, pour déterminer la source de l'infection et pour retracer le chemin d'une propagation de l'infection qui pourraient provenir des installations et l'éradiquer.

7.3 Responsabilités du vétérinaire accrédité

Activités préliminaires

  • 1. Se procurer et lire le chapitre sur le PVCTT dans le Manuel du vétérinaire accrédité, y compris les Normes nationales du PVCTT. La Fédération canadienne du mouton (FCM) est l'administrateur du PVCTT ainsi que l'évaluateur du statut. Les Normes nationales du PVCTT et d'autres renseignements destinés aux vétérinaires accrédités sont également disponibles sur le site Web de Tremblante Canada de la FCM.
  • 2. Planifier une rencontre avec le vétérinaire de district local de l'ACIA afin d'examiner les tâches d'un vétérinaire accrédité pour le PVCTT et les procédures qui doivent être respectées. À ce moment, on suggère d'organiser une séance de tutorat ou un examen des techniques d'échantillonnage pour la tremblante chez les petits ruminants.
  • 3. Établir une entente d'accréditation valide (contrat) avec le bureau de district de l'ACIA pour la mise en œuvre du PVCTT.
  • 4. Conseiller au producteur de communiquer avec l'administrateur régional du PVCTT de la FCM afin de connaître les exigences pour prendre part au programme de certification, le faire avancer et maintenir la certification pour chacune des trois voies. L'étape pour faire une demande d'inscription au PVCTT est reportée pour les deuxième et troisième voies jusqu'au respect des conditions supplémentaires. Les demandes d'inscription du PVCTT sont disponibles sur le site Web de Tremblante Canada et les procédures d'inscription sont décrites à la section 2 des Normes nationales du PVCTT.
  • 5. Le vétérinaire accrédité et le propriétaire devraient déterminer laquelle des trois voies de certification ils entendent suivre. (Les voies du PVCTT sont décrites aux paragraphes 13 à 27 ci-dessous.) Le vétérinaire accrédité devrait aussi évaluer les installations, la gestion du troupeau et la tenue de registres afin d'évaluer le niveau potentiel de réussite du producteur, et de déterminer si des changements doivent être apportés à la tenue de registres ou à la gestion du troupeau pour assurer le respect des exigences du PVCTT.

Responsabilités générales

  • 6. Le PVCTT est réalisé en collaboration avec les producteurs, les vétérinaires accrédités, les organisations nationales d'intervenants, les laboratoires approuvés et l'ACIA. Les rôles et les responsabilités de chacun de ces partenaires sont énumérés dans les Normes nationales du PVCTT.
    • Les responsabilités générales d'un vétérinaire accrédité sont énumérées à la section 1.4 Mise en application du Programme des Normes.
    • Les responsabilités du propriétaire comprennent celles énumérées à la section 1.6 Producteurs et à la section 3. Règles générales des Normes. Le propriétaire est également responsable de respecter toutes les exigences de la voie choisie.

Inspection physique, inventaire et rapport annuels

  • 7. Les règles générales pour les trois voies de certification se trouvent à la section 3 des Normes nationales du PVCTT. Chaque voie possède également des exigences individuelles énumérées dans les Normes.
  • 8. Le vétérinaire accrédité doit visiter l'installation inscrite au moins une fois par année. Il doit superviser la conduite de l'inventaire physique annuel du troupeau conformément à la section 3.10 L'inventaire des troupeaux des Normes nationales du PVCTT. Une tierce partie possédant la formation nécessaire, soit des techniciens en santé animale ou des étudiants en médecine vétérinaire, peut participer. Tous les moutons et chèvres de l'installation doivent être inventoriés et le vétérinaire accrédité doit les examiner pour déceler la présence de signes cliniques de tremblante.
  • 9. Le vétérinaire accrédité est responsable du rapport annuel d'inventaire. La base du rapport annuel d'inventaire est la conciliation de l'inventaire annuel de l'année courante avec celui de l'année précédente. Les exigences pour le rapport annuel sont énumérées à la section 3.11 Rapports annuels des Normes nationales du PVCTT.
  • 10. Lorsque le vétérinaire accrédité considère que le rapport consigne adéquatement la réconciliation de l'inventaire, il signe le rapport. L'éleveur fait parvenir le document à l'administrateur du PVCTT et à l'évaluateur de statut au cours du trimestre anniversaire (du 1er janvier au 31 mars, du 1er avril au 30 juin, du 1er juillet au 30 septembre et du 1er octobre au 31 décembre) de l'inscription du troupeau au Programme. En plus du rapport, l'éleveur soumet une demande d'admission au niveau de certification suivant ou de renouvellement de la certification si son troupeau est déjà certifié.

Analyse des animaux morts

  • 11. L'analyse des animaux morts est l'élément le plus important du Programme, et l'omission de faire analyser, sans donner de raison valable, ne serait-ce qu'un seul animal, compromettra le statut du troupeau dans le Programme de certification. Les exigences détaillées pour l'analyse des animaux morts sont énumérées dans les règles générales et dans les exigences particulières pour les voies des Normes nationales du PVCTT. Le producteur et le vétérinaire accrédité devraient déterminer le laboratoire le plus près approuvé pour la surveillance de la tremblante. Le vétérinaire accrédité ou le producteur peut envoyer la tête des animaux ou un échantillon de tissus cérébraux directement au laboratoire. Le vétérinaire accrédité doit expliquer au producteur comment couper la tête des animaux morts et préciser que les échantillons doivent être conservés au congélateur. Les têtes et les échantillons peuvent être accumulés et envoyés ou apportés par lots au laboratoire. Voir la section 7.5 Annexe E pour connaître les procédures d'échantillonnage des tissus cérébraux.

Animaux malades

  • 12. Les Normes nationales du PVCTT exigent que les propriétaires d'installations fassent une déclaration pour les moutons et les chèvres de plus de 12 mois qui sont malades pendant plus de deux semaines, à l'exception des blessures. Le vétérinaire accrédité sera responsable de surveiller l'évolution de l'état de l'animal et déclarer le cas à l'ACIA si un diagnostic différentiel de tremblante est établi. Le vétérinaire accrédité devrait enseigner au propriétaire comment reconnaître les signes cliniques de la tremblante et lui fournir de l'information sur l'épidémiologie de cette maladie.

Voies de certification du Programme volontaire des troupeaux à l'égard de la tremblante

Voie 1 : Acquisitions limitées et surveillance

  • 13. Cette voie s'applique aux chèvres et aux moutons.
  • 14. Le vétérinaire accrédité devrait aviser le producteur qu'à l'heure actuelle, la voie 1 est la seule du PVCTT canadien qui a été conçue à l'aide des lignes directrices contenues dans le chapitre sur la tremblante de l'OIE pour une installation exempte de tremblante. La voie 1 consiste à n'acquérir des animaux que de troupeaux d'un statut égal ou supérieur et à assurer une surveillance continue en soumettant les animaux morts à des tests de dépistage de la tremblante.
  • 15. Toutes les exigences décrites dans les Normes nationales du PVCTT s'appliquent aux troupeaux qui suivent dans cette voie. Ce module du Manuel du vétérinaire accrédité (MVA) comprend les Normes; celles-ci sont également disponibles sur le site Web de Tremblante Canada sous des normes et règles du PVCTT. Dans les Normes, la section 3. Règles générales et la section 4. Règles particulières, voie de certification 1 décrivent les règles générales et particulières de cette voie.
  • 16. Cette voie du Programme comporte six niveaux, du niveau d'entrée (niveau E) au niveau le plus élevé (certifié). Il faut un minimum de cinq ans (un an par niveau, E, D, C, B et A) à un troupeau inscrit pour qu'il atteigne le niveau certifié. Une fois que le troupeau a atteint ce niveau, il le conserve indéfiniment, pourvu qu'il continue de satisfaire aux exigences qui s'appliquent. Pour se qualifier d'installation exempte de tremblante, il faut respecter les lignes directrices du chapitre sur la tremblante de l'OIE pendant une période de sept ans.

Voie 2 (A et B) : Dépistage chez les animaux vivants et surveillance

Voie 2A – Biopsie de la membrane nictitante
Voie 2B – Biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale
  • 17. La voie 2A ne peut s'appliquer qu'aux moutons; elle ne s'applique pas aux chèvres. La voie 2B s'applique aux moutons et aux chèvres.
  • 18. Le vétérinaire accrédité devrait aviser le producteur qu'à l'heure actuelle, ces voies de certification, bien que fondées sur des principes scientifiques reconnus internationalement, ne correspondent pas aux lignes directrices du chapitre sur la tremblante de l'OIE pour une installation exempte de tremblante. La voie 2 comprend le dépistage de tous les animaux sensibles à l'aide d'une analyse de la membrane nictitante (moutons seulement) ou d'une biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale. Des résultats négatifs indiquent, avec une certitude raisonnable, que la maladie n'est pas présente au sein du troupeau et entraînent une élévation du statut. Comme pour la voie 1, la voie 2 consiste à n'acquérir des animaux que de troupeaux d'un statut égal ou supérieur et à assurer une surveillance continue en soumettant les animaux morts à des tests de dépistage de la tremblante.
  • 19. Toutes les exigences décrites dans les Normes nationales du PVCTT s'appliquent aux troupeaux qui suivent cette voie. Ce module du MVA comprend les Normes; celles-ci sont également disponibles sur le site Web de Tremblante Canada sous des normes et règles du PVCTT. Dans les Normes, la section 3. Règles générales et la section 5. Règles particulières, voie de certification 2A et Règles particulières, voie de certification 2B décrivent les règles générales et particulières de cette voie.
  • 20. Cette voie du Programme comporte trois niveaux, du niveau d'entrée (niveau B) au niveau le plus élevé (certifié). Il faut un minimum de deux ans (un an par niveau, B et A) à un troupeau inscrit pour qu'il atteigne le niveau certifié. Une fois que le troupeau a atteint ce niveau, il le conserve indéfiniment, pourvu qu'il continue de satisfaire aux exigences qui s'appliquent.
  • 21. Un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT doit prélever les échantillons appropriés pour le dépistage chez les animaux vivants. Voir la section 7.5 Annexe C et Annexe D pour connaître les procédures d'échantillonnage.

Voie 3 : Sélection génétique

  • 22. Cette voie ne peut s'appliquer qu'aux moutons; elle ne s'applique pas aux chèvres. On peut entrer dans cette voie de deux façons : le dépistage effectué sur le troupeau entier ou le dépistage effectué sur les béliers seulement.
  • 23. Le vétérinaire accrédité devrait aviser le producteur qu'à l'heure actuelle, cette voie de certification, bien que fondée sur des principes scientifiques reconnus internationalement, ne correspond pas aux lignes directrices de l'OIE pour une installation exempte de tremblante. La voie 3 est fondée sur la sélection génétique pour la résistance à la tremblante, à l'aide du génotypage, et sur l'élimination de tout animal sensible à la tremblante du troupeau reproducteur. Une surveillance continue au moyen des animaux morts se poursuit pour détecter toute présence de la maladie.
  • 24. Toutes les exigences décrites dans les Normes nationales du PVCTT s'appliquent aux troupeaux qui suivent cette voie. Les Normes sont disponibles dans ce module du MVA et aussi sur le site Web de Tremblante Canada sous des normes et règles du PVCTT. Dans les Normes, la section 3. Règles générales (les parties 3.20 et 3.21 discutent du génotypage), la section 6. Dépistage génétique effectué sur le troupeau entier et la section 7. Dépistage génétique effectué sur les béliers seulement décrivent les règles générales et particulières de cette voie.
  • 25. Il existe deux façons distinctes pour les producteurs afin de préparer leur troupeau en vue de la présentation d'une demande d'inscription à cette voie de certification. On conseille au vétérinaire accrédité d'aider le producteur à opter ou non pour la voie 3 et, dans l'affirmative, s'il optera pour le dépistage génétique effectué sur le troupeau entier (section 6 des Normes) ou s'il choisira le dépistage génétique effectué sur les béliers seulement (section 7 des Normes) comme démarche d'inscription dans cette voie. La méthode de dépistage génétique effectué sur les béliers seulement permet de sélectionner et utiliser uniquement des béliers génotype RR en 171. La méthode de dépistage génétique effectué sur le troupeau entier permet d'attester du génotype de tous les reproducteurs et de n'utiliser que des béliers et de brebis de génotypes AA en 136, QR en 171 et RR en 171. Il peut s'agir d'une démarche consistant en plusieurs étapes d'analyses et de décisions. Le producteur peut commencer par faire génotyper seulement les béliers géniteurs afin de déterminer s'il y a une base génétique de résistance à la tremblante qui soit suffisante pour la réalisation d'un programme de sélection avec des béliers de génotype RR en 171 sans qu'il y ait une perte importante des autres caractères de reproduction. Si la base génétique de résistance n'est pas suffisante chez les béliers, le producteur peut décider de faire génotyper le reste des géniteurs de son troupeau, ce qui lui permettra de déterminer s'il y a une base génétique de résistance suffisante chez les brebis et les béliers pour sélectionner pour ' la résistance à la tremblante sans perte importante des autres caractères de reproduction.
  • 26. Cette voie du Programme comporte deux niveaux, du niveau d'entrée (niveau A), lorsqu'on a déterminé que le génotype de tous les moutons reproducteurs est AA en 136, QR en 171 ou RR en 171, au niveau le plus élevé (certifié). Après 12 mois au niveau A, le producteur peut demander d'avancer au niveau certifié. Une fois que le troupeau a atteint ce niveau, il le conserve indéfiniment, pourvu qu'il continue de satisfaire aux exigences qui s'appliquent.
  • 27. Un vétérinaire accrédité pour le PVCTT doit superviser le prélèvement des échantillons appropriés pour le génotypage. Voir la section 7.5 Annexe B pour connaître les procédures de prélèvement des échantillons et l'Annexe G pour obtenir une liste des laboratoires approuvés par l'ACIA pour le génotypage.

7.4 Normes nationales relatives au Programme volontaire de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante

Introduction

Le Programme volontaire de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante (PVCTT) est un programme facultatif. Son but est de permettre aux producteurs de détecter et de combattre cette maladie au sein de leur troupeau et, du même coup, voir leurs exploitations reconnues comme des élevages à risque négligeable pour la tremblante selon le nombre d'années d'adhésion au programme. Un producteur de moutons ou de chèvres peut adhérer au PVCTT à condition qu'il accepte d'en respecter les règles. Le programme concerne la certification des troupeaux à l'égard de la tremblante classique uniquement et non de la tremblante « atypique », laquelle n'est pas liée à la tremblante classique des points de vue clinique, pathologique, biochimique et épidémiologique. La tremblante atypique pourrait, en réalité, être une affection dégénérative spontanée non contagieuse touchant les moutons âgés. Ainsi, tout au long du présent document, lorsque le terme « tremblante » est utilisé, il renvoie uniquement à la tremblante classique.

Étant donné qu'il n'existe pas de tests qui permettent d'écarter la possibilité que la maladie soit présente chez l'animal vivant, le statut « risque négligeable de tremblante » est déterminé par les résultats de tests de surveillance réalisés sur les animaux morts, le dépistage de toute présence de la maladie dans les troupeaux, le retrait des animaux génétiquement vulnérables, des restrictions relatives à l'ajout de nouveaux animaux au troupeau et l'absence de signes cliniques.

Pour parvenir au statut certifié, on peut choisir entre trois voies distinctes. La première consiste à n'acquérir d'animaux que de troupeaux d'un statut égal ou supérieur et à assurer une surveillance continue en soumettant les animaux morts à des tests de dépistage de la tremblante. Ce programme comporte six niveaux, du niveau d'entrée (niveau E) jusqu'au niveau le plus élevé (certifié). Un minimum de cinq ans (un an à chaque niveau, soit E, D, C, B, A) est nécessaire pour qu'un troupeau inscrit atteigne le niveau certifié du programme. Parmi les trois voies proposées, la première est la seule qui correspond aux normes de l'OIE. Pour être admissible en tant qu'établissement exempt de tremblante, les normes de l'OIE doivent être observées pendant au moins sept ans. Il est important de ne pas confondre cette définition de « risque négligeable » avec celle acceptée par le Canada : les troupeaux inscrits au PVCTT sont considérés comme étant à risque négligeable de tremblante classique une fois qu'ils ont atteint le niveau certifié, qui peut être obtenu après cinq ans d'adhésion au programme.

La deuxième voie de certification consiste à recourir au génotypage des moutons afin d'identifier les adultes dont le génotype est sensible à la tremblante (les chèvres ne sont pas génotypées), puis de dépister les animaux au moyen d'une analyse de la membrane nictitante ou d'une biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale. Des résultats négatifs indiquent, avec une certitude raisonnable, que la maladie n'est pas présente au sein du troupeau et qu'une demande peut être présentée pour que le troupeau accède au niveau B. Une surveillance continue des animaux morts se poursuit pour détecter toute présence de la maladie.

La troisième voie de certification consiste à procéder au génotypage et à éliminer tous les moutons dont le génotype est sensible à la tremblante au sein du troupeau reproducteur. Le troupeau peut alors faire l'objet d'une demande pour accéder au niveau A. Une surveillance continue des animaux morts se poursuit pour détecter toute présence de la maladie.

Le PVCTT est réalisé en collaboration avec les producteurs, les vétérinaires accrédités, les intervenants d'organisations nationales, les gouvernements provinciaux, les laboratoires approuvés et l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Les rôles assumés par chacun de ces organismes peuvent varier selon les régions du Canada.

1. Rôles et responsabilités

1.1 Élaboration des normes nationales et audit

Ce rôle et les responsabilités inhérentes sont assumés par l'ACIA dans toutes les situations. L'ACIA est responsable de l'élaboration, au moyen d'un processus de consultation, de normes (minimales) nationales du programme de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante. Ces normes sont modifiées et mises à jour au besoin. Il incombe à l'ACIA de faire connaître les normes nationales en vigueur aux organismes responsables de l'administration régionale (Voir le point 1.2 ci-dessous).

Là où l'administration régionale est endossée par un organisme autre que l'ACIA, l'ACIA doit examiner tout programme de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante proposé pour une région précise du Canada et déterminer son équivalence aux normes nationales de certification des troupeaux publiées à l'égard de la tremblante. Seuls les programmes de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante qui, selon l'ACIA, respectent les normes nationales, feront l'objet de négociations auprès des partenaires commerciaux internationaux pour la reconnaissance du programme et les certificats d'exportation qui y sont associés seront endossés par l'ACIA.

L'ACIA doit auditer la conception et la mise en œuvre du programme, afin de s'assurer que le programme de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante dans une région précise du Canada respecte les normes nationales.

L'ACIA est également responsable de la conception et de la mise en œuvre d'un programme d'assurance de la qualité pour les laboratoires n'appartenant pas à l'ACIA, qui réalisent des tests de dépistage de l'encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) et pour les laboratoires effectuant le génotypage dans le but de déceler la sensibilité à la tremblante. Tous les tests de confirmation sur des échantillons de tissus suspects ou positifs seront réalisés par un laboratoire de l'ACIA. Lorsque les résultats s'avèrent positifs, l'ACIA mettra en œuvre un programme officiel de lutte contre la maladie. Si les résultats du génotypage de deux laboratoires différents ne concordent pas, un test de génotypage final sera réalisé par un laboratoire de l'ACIA.

Il revient à l'ACIA de s'assurer qu'un un rapport, accessible au public (p. ex. publié sur le site Web), sur tous les troupeaux inscrits et affichant leur statut est conservé. Ce rapport sera mis à jour chaque trimestre.

1.2 Administrateur régional

Ce rôle et les responsabilités inhérentes peuvent être assumés par un groupe sectoriel provincial ou national, le gouvernement provincial ou le réseau des programmes de l'ACIA. L'administrateur régional est responsable de l'inscription et de l'adhésion au programme de certification des troupeaux à l'égard de la tremblante pour une région précise du Canada et doit :

  • concevoir un programme respectant les normes nationales;
  • créer et distribuer une entente (formulaire de demande) pour l'inscription au programme;
  • concevoir et distribuer les formulaires requis pour le programme, dont les formulaires de demande, les rapports annuels, les rapports d'inventaire et les certificats de statut des troupeaux;
  • recueillir et compiler toutes les données sur les troupeaux inscrits dans la région donnée;
  • délivrer des certificats précisant le statut d'un troupeau;
  • délivrer un certificat dénotant qu'un mouton appartient à un troupeau inscrit au programme de certification et précisant le statut du troupeau;
  • informer, tous les trimestres, le coordonnateur du PVCTT de l'ACIA du statut de tous les troupeaux inscrits; et
  • concevoir un processus d'appel visant les décisions relatives au PVCTT (p. ex. conformité aux normes nationales).

1.3 Évaluation ou évaluateur du statut

L'évaluation du statut des troupeaux peut être assumée par un groupe sectoriel provincial ou national, le gouvernement provincial ou le bureau de district de l'ACIA. L'évaluateur du statut est chargé :

  • de recevoir et d'étudier les demandes dûment remplies pour l'inscription au PVCTT;
  • d'admettre le troupeau au niveau approprié du programme ou de communiquer au producteur ou au vétérinaire responsable les exigences non satisfaites empêchant l'inscription du troupeau au programme à ce moment précis;
  • de s'assurer que l'inventaire initial et les inventaires annuels du troupeau, ainsi que les registres supplémentaires pour tous les ajouts et les retraits, sont complets;
  • de suspendre le statut de certification du troupeau à l'égard de la tremblante en cas de non-conformité;
  • de mener une enquête sur les troupeaux ayant fait l'objet d'une suspension, puis de redonner ou révoquer le statut de certification des troupeaux l'égard de la tremblante;
  • d'informer l'administrateur régional du PVCTT des changements apportés au statut du troupeau (ajouts, suspensions, révocations) dès qu'ils surviennent; et
  • de mettre en œuvre le processus d'appel afin de déterminer s'il y a lieu d'accorder une exemption au propriétaire d'un troupeau inscrit qui ne s'est pas conformé aux normes nationales du programme.

1.4 Mise en application du programme

Le programme est mis en application par un vétérinaire accrédité par l'ACIA. Un vétérinaire de l'ACIA ou bien un vétérinaire employé par un ministère provincial qui assume le rôle d'évaluateur du statut ou d'administrateur régional peut également mettre le programme en application et peut agir partout où les services d'un vétérinaire accrédité sont exigés par les normes. La partie du rapport initial ou annuel qui porte sur l'inventaire peut être réalisée par un vétérinaire accrédité, un technicien en santé animale supervisé par un vétérinaire accrédité, un vétérinaire de l'ACIA ou le personnel d'un ministère ou d'un organisme provincial qui assume le rôle d'évaluateur du statut ou d'administrateur régional.

Des vétérinaires praticiens sont autorisés (accrédités) par l'ACIA ou le gouvernement provincial compétent à réaliser les inspections, à prélever des échantillons à des fins de diagnostic ou de génotypage et à vérifier les registres.

Pour obtenir son accréditation, un vétérinaire doit suivre avec succès la formation indiquée dans le Manuel du vétérinaire accrédité ou l'équivalent provincial.

Le vétérinaire accrédité doit signer le formulaire de demande rempli par le propriétaire.

Si le propriétaire décide de ne plus faire affaire avec le vétérinaire accrédité qui a signé le premier formulaire de demande, il doit demander au nouveau vétérinaire accrédité de signer une copie du formulaire ou, si la situation a changé, un nouveau formulaire de demande.

Dans les rares cas où un troupeau a fait l'objet de mesures de lutte contre la maladie demandées par l'ACIA en raison de résultats positifs au dépistage de la tremblante, un vétérinaire de l'ACIA pourrait agir à titre de responsable de la mise en application du programme pour le PVCTT durant la période de suivi obligatoire pour la surveillance des cadavres d'animaux, pour une période de cinq ans, et ce, quelle que soit la voie choisie.

Le personnel responsable de la mise en application du programme doit  :

  • passer en revue les exigences du programme et répondre aux questions du propriétaire des lieux inscrits au programme ou pour lesquels une demande d'adhésion a été présentée;
  • apprendre au propriétaire à reconnaître les signes cliniques de la tremblante et le renseigner au sujet de l'épidémiologie de la maladie et de la gestion du troupeau;
  • effectuer ou superviser un inventaire du troupeau, y compris vérifier le respect des exigences pour tous les mâles qui ont reçu un niveau de certification individuel;
  • évaluer la santé du troupeau afin de repérer tout mouton ou toute chèvre présentant des signes de tremblante;
  • aviser immédiatement l'ACIA de l'existence de tout animal soupçonné d'être cliniquement atteint de tremblante;
  • comparer les registres afin de s'assurer que les exigences du programme sont satisfaites;
  • signer et soumettre des rapports, dont l'inventaire annuel, à l'évaluateur du statut;
  • prélever des échantillons ou en superviser le prélèvement et les soumettre à des fins de génotypage;
  • prélever des échantillons de tissus des animaux morts et les soumettre si le propriétaire en fait la demande;
  • identifier les bâtiments d'un lieu qui auraient pu être utilisés pour l'alimentation, l'abreuvement, le confinement ou la naissance des petits ruminants (au besoin);
  • se familiariser avec les agents prionicides et la concentration à laquelle ils doivent être préparés; et
  • superviser et approuver le nettoyage et la désinfection d'un lieu (au besoin).

1.5 Laboratoires

L'approbation d'un laboratoire s'accompagne d'une formation et de la mise en œuvre d'un programme d'assurance de la qualité établi par l'ACIA. Un membre du personnel du laboratoire doit avoir suivi la formation de l'ACIA afin d'être en mesure de superviser les tests relatifs à la tremblante et d'assurer le respect du programme d'assurance de la qualité. Les laboratoires offrant des services de tests de diagnostic dans le cadre du PVCTT sont chargés :

  • de recueillir, de préparer et d'analyser les échantillons de tissus, conformément au protocole national de l'ACIA pour le diagnostic de la tremblante ou d'effectuer le génotypage des échantillons de sang pour analyser le codon 136 et 171 du gène d'incubation de la tremblante;
  • de participer au programme d'assurance de la qualité conçu par la Direction des laboratoires de l'ACIA;
  • de soumettre les échantillons suspects au laboratoire de l'ACIA compétent (Ottawa – Fallowfield) pour confirmation (les résultats ne sont pas divulgués ni au propriétaire ni au vétérinaire accrédité);
  • de fournir les formulaires requis;
  • de fournir les contenants d'expédition appropriés;
  • d'aviser le propriétaire, le vétérinaire accrédité responsable du troupeau et l'évaluateur du statut des résultats négatifs;
  • de déterminer si un échantillon de tissu permet de diagnostiquer la tremblante et aviser le propriétaire, le vétérinaire accrédité et l'évaluateur du statut des échantillons qui ne le permettent pas; et
  • de disposer des tissus et des carcasses, conformément aux règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur en matière d'environnement. (Les carcasses dont le test était positif doivent être éliminées par enfouissement ou incinération.)

1.6 Producteurs

Dans ce programme, un propriétaire est une personne qui possède un lieu et les animaux sur les lieux. Un producteur est une personne chargée des soins et de la manipulation de tous les animaux sur un lieu; il peut ou ne peut être le propriétaire.

Le propriétaire d'un troupeau qui souhaite s'inscrire au PVCTT est chargé :

  • d'identifier les animaux de son troupeau;
  • de fournir les installations et l'aide nécessaires à l'inspection et à la manipulation des animaux;
  • d'obtenir les services d'un vétérinaire accrédité par l'ACIA ou par le gouvernement provincial compétent pour mettre en application le PVCTT;
  • d'aider le vétérinaire accrédité à effectuer les inventaires annuels;
  • d'obtenir, de tenir à jour et de compiler tous les documents pertinents relatifs aux acquisitions et aux départs d'animaux (tenir des registres);
  • selon la voie de certification choisie, de soumettre des échantillons de tissus adéquats pour analyse en laboratoire, avec identification adéquate des animaux;
  • de signaler immédiatement au vétérinaire de district de l'ACIA tout animal soupçonné d'être cliniquement atteint de tremblante;
  • d'accepter, par suite d'un préavis raisonnable, de donner accès aux animaux et aux registres afin que le vétérinaire accrédité, l'organisme provincial de réglementation et l'ACIA puissent les inspecter; et
  • de déterminer, dans le cas où un nouveau troupeau est admis dans un nouveau lieu à des fins de maintien d'un statut plus élevé, s'il y a eu des petits ruminants dans ce lieu au cours des 10 dernières années.

2. Administration

2.1 Marche à suivre pour l'inscription

Le propriétaire du troupeau communique avec le vétérinaire de district local de l'ACIA afin de connaître les organismes responsables du PVCTT dans la région où se trouve le troupeau.

Le propriétaire communique avec l'administrateur régional du PVCTT pour obtenir un formulaire de demande.

Le propriétaire ne peut joindre qu'une seule voie de certification à la fois. Plus particulièrement, chaque troupeau et tous les animaux en faisant partie ne peuvent être inscrits qu'à une seule voie de certification à la fois.

Une demande est remplie et soumise à l'organisme responsable de l'évaluation du statut. La voie de certification choisie doit être indiquée sur le formulaire de demande. Ce dernier doit être accompagné des documents suivants :

  • le plan des lieux, décrivant l'emplacement de tous les bâtiments et des pâturages auxquels les animaux ont accès;
  • l'inventaire initial du troupeau, préparé par le vétérinaire accrédité dans les trois mois précédant la présentation de la demande;note en bas de page 1 et
  • un plan de tenue des registres (objectif : les registres doivent être examinés complètement et efficacement à chaque inspection annuelle).

Les troupeaux conformes à toutes les exigences du programme depuis un certain nombre d'années précédant la demande peuvent être admis plus rapidement à un niveau supérieur du PVCTT.

On exigera d'un propriétaire actuellement inscrit qui souhaite changes de voie de certification de recommencer au premier niveau de la nouvelle voie de certification. Si les exigences de programme de la nouvelle voie de certification sont respectées, on pourra reconnaître le nombre d'années consécutives de conformité accomplies avant la demande pour la nouvelle voie de certification. L'entrée à un niveau avancé pourra donc être possible.

Un troupeau qui a été soumis au Programme de lutte contre la tremblante de l'ACIA peut être admis au niveau de certification dont il satisfait aux exigences.

Le producteur qui forme un nouveau troupeau par l'acquisition d'animaux affichant un statut D ou supérieur et qui prévoit conserver ce statut, doit remplir la demande et suivre en tous points le protocole décrit précédemment, mais en plus, il doit rédiger une lettre comportant l'une des déclarations suivantes au sujet du lieu de résidence du troupeau :

  • il n'y a pas eu de petits ruminants dans ce lieu depuis les 10 dernières années;
  • c'est inconnu s'il y a eu des petits ruminants dans ce lieu au cours des 10 dernières années; ou
  • il y a eu des petits ruminants dans ce lieu dans les 10 dernières années.

Dans le cas où le producteur forme un nouveau troupeau par l'acquisition d'animaux affichant un statut D ou supérieur et qu'il prévoit conserver ce statut dans un lieu où il y a eu des petits ruminants (ou c'est inconnu s'il y en a eu) dans les 10 dernières années, il doit remplir la demande et suivre en tous points le protocole décrit précédemment, et accepter de suivre le protocole de nettoyage et de désinfection approuvé pour le PVCTT sous la supervision du vétérinaire accrédité, avant d'introduire des animaux sur la propriété. Pour que le producteur conserve le statut plus élevé, le vétérinaire accrédité doit certifier à l'administrateur que le nettoyage et la désinfection ont été faits de manière satisfaisante avant que les animaux soient admis dans les lieux.

Le propriétaire d'un troupeau qui adhère au PVCTT et annule son inscription dans les 24 mois suivants devra attendre trois ans suivant la date d'annulation avant de s'inscrire de nouveau au PVCTT (susceptible d'appel).

En outre, les propriétaires de troupeaux qui obtiennent une inscription temporaire et qui ne satisfont pas aux exigences de l'inscription totale au PVCTT ne seront pas autorisés à  se réinscrire au programme pendant trois ans à partir de la date d'acceptation de leur inscription temporaire (susceptible d'appel).

2.2 Avancement et rétrogradation

Un propriétaire peut présenter une demande d'avancement du statut de certification de son troupeau s'il satisfait aux conditions suivantes :

  • les lieux ne font pas actuellement l'objet de mesures prises par l'ACIA dans le cadre du programme sur la tremblante; et
  • le troupeau satisfait aux exigences minimales applicables à son niveau de certification actuel.

Pour que le statut de certification du troupeau puisse être haussé, le propriétaire doit soumettre une demande à l'évaluateur du statut, accompagnée du rapport annuel justifiant l'admissibilité du troupeau à l'avancement, pour examen et approbation. La demande doit être remplie et signée par le propriétaire et le vétérinaire accrédité au dossier.

L'évaluateur du statut étudie le rapport annuel et approuve l'avancement ou signale les lacunes l'en empêchant.

Lorsque des lacunes sont identifiées, l'évaluateur du statut peut décider de maintenir le niveau du troupeau jusqu'à ce qu'on y ait remédié, de rétrograder ou de suspendre le statut du troupeau. La décision écrite doit être remise au participant au programme, et une copie doit être envoyée au vétérinaire accrédité ainsi qu'à l'administrateur régional.

Les propriétaires de troupeaux inscrits au PVCTT (niveau E ou niveau supérieur) auxquels on a attribué une cote de niveau E à la suite de l'achat d'une ou de plusieurs femelles provenant d'un troupeau non inscrit ou d'un troupeau de niveau E ne pourront pas introduire d'autres femelles provenant d'un troupeau non inscrit ou d'un troupeau de niveau E pour une période de trois ans à compter de la date de l'introduction ou du déclassement précédent (susceptible d'appel).

Peu importe la voie de certification utilisée, le propriétaire d'un troupeau certifié doit présenter chaque année une demande de confirmation de ce niveau. Le propriétaire doit présenter à l'évaluateur du statut, pour examen et approbation, une demande de maintien du statut certifié ainsi que le rapport annuel démontrant que toutes les exigences courantes ont été satisfaites. La demande doit être remplie et signée par le propriétaire et le vétérinaire accrédité responsable du troupeau.

2.3 Suspension/révocation de l'enregistrement/appels

Si le propriétaire d'un troupeau inscrit enfreint les règles du programme, l'organisme responsable de l'évaluation du statut suspend temporairement le statut de certification du troupeau et, après avoir examiné la situation, peut décider de redonner le statut au troupeau, le rétrograder ou lui révoquer son statut et le retirer du programme.

Un propriétaire dont le troupeau fait l'objet d'un examen pouvant mener à son retrait du programme se voit donner l'occasion de présenter tout renseignement pertinent à l'évaluateur du statut, à condition de le faire, au plus tard, dans les trente jours suivant la suspension.

Le statut de tout troupeau dont le propriétaire omet de soumettre un rapport d'inspection dans le mois suivant la fin du trimestre anniversaire est automatiquement suspendu.

L'évaluateur du statut avise par écrit le propriétaire et le vétérinaire accrédité des raisons de la décision et donne au propriétaire la possibilité de faire appel dans les 60 jours suivants. L'avis comprend le nom et l'adresse de la personne responsable au sein du comité d'appel, tel qu'établi par l'évaluateur du statut.

Un propriétaire dont le troupeau a été retiré du programme pour infraction aux règles de celui-ci peut présenter une nouvelle demande après avoir satisfait aux conditions stipulées dans le programme. Dans un tel cas, le propriétaire doit soumettre une preuve satisfaisante à l'évaluateur du statut que des mesures ont été prises pour s'assurer que le troupeau continuera dorénavant de satisfaire aux exigences du programme. Quand un troupeau est réadmis au programme, le niveau de son statut dépendra de la raison de sa suspension. On ne redonnera pas automatiquement au troupeau le niveau qu'il avait avant sa suspension. Si le troupeau a été retiré du programme en raison de la falsification de renseignements, de l'omission de déclarer à un inspecteur vétérinaire qu'un animal pourrait être atteint de tremblante ou de toute autre action pouvant exposer d'autres animaux à la tremblante, le propriétaire peut perdre le privilège de s'inscrire au programme.

Si un troupeau inscrit s'avère soit atteint de tremblante, soit une source de tremblante, son statut de certification est immédiatement suspendu. Le troupeau est alors assujetti au programme d'éradication de la tremblante régi par la Loi sur la santé des animaux et le Règlement sur la santé des animaux. À la fin des procédures d'éradication de ce programme, le troupeau peut être admis de nouveau au PVCTT selon la voie et le niveau appropriés.

Le producteur peut en appeler de la décision concernant l'avancement ou la rétrogradation si la demande d'avancement était incomplète ou non satisfaisante. Il peut également en appeler d'une suspension temporaire ou d'une révocation de son inscription, mais pas des deux.

2.4 Rapports

Les résultats de tous les rapports, y compris les renseignements concernant les inscriptions, les tests, les suspensions, les révocations et les changements de statut, sont distribués au propriétaire, au vétérinaire accrédité et au vétérinaire de district de l'ACIA.

L'administrateur régional publiera, sur le site Web de Tremblante Canada, la liste de tous les troupeaux inscrits au programme, ainsi que leur voie et leur statut actuel. Les troupeaux dont le rapport n'est pas soumis à l'évaluateur du statut dans le délai prévu sont identifiés comme « suspendus » sur le site Web.

Le rapport trimestriel publié par l'ACIA est rédigé, puis distribué automatiquement à toutes les provinces et/ou publié sur le site Web. Il fournit une liste de tous les troupeaux inscrits et certifiés, accompagnée de leur voie et du statut de certification.

Des registres sur les aliments fournis aux animaux doivent être tenus, conformément à la Loi sur la santé des animaux et au Règlement sur la santé des animaux.

2.5 Révision du programme

Le PVCTT sera révisé annuellement ou lorsque les données scientifiques sont disponibles et que des changements s'imposent.

3. Règles générales

Les participants aux trois voies de certification doivent respecter les exigences qui suivent.

3.1

Tout propriétaire d'un lieu où des moutons ou des chèvres sont gardés doit avoir le droit de se prévaloir du programme de certification, à la condition que le propriétaire et le lieu satisfassent aux exigences du programme et que le propriétaire ne se soit pas fait retirer (annuler) le droit de participer au PVCTT.

3.2

Tous les moutons et toutes les chèvres d'un lieu doivent faire partie du troupeau inscrit au programme, peu importe qui est le propriétaire des animaux.

3.3

Les lieux multiples doivent être visés par la même entente de certification s'ils appartiennent au même propriétaire et sont contigus les uns des autres.

Les lieux multiples qui ne sont pas contigus les uns des autres doivent tout de même être inclus dans la même entente de certification si les petits ruminants sur les lieux respectent la définition de troupeau établi.

Les lieux multiples qui ne sont pas contigus peuvent être visés par différentes ententes de certification (c.-à-d. des troupeaux différents ayant des statuts distincts), si ces lieux ne sont pas considérés comme étant un troupeau établi (voir la définition), incluant aucun échange d'animaux, aucun contact direct ou indirect (utilisation partagée du pâturage, des installations, de l'équipement) des animaux.

3.4

Le propriétaire du troupeau doit retenir les services d'un vétérinaire accrédité (ou ayant une autorité équivalente) pour mettre en application le PVCTT. En apposant sa signature sur le formulaire de demande, le vétérinaire accrédité accepte de jouer le rôle que commande la mise en œuvre du PVCTT dans le troupeau identifié.

3.5

Le propriétaire d'un troupeau doit signaler à son vétérinaire accrédité toute maladie (sauf les blessures) dont est atteint(e) un mouton ou une chèvre âgé(e) de plus de 12 mois qui dure plus de deux semaines. Le vétérinaire accrédité est alors chargé d'en surveiller l'issue et de signaler le cas à l'ACIA si la tremblante est incluse dans le diagnostic différentiel. Si l'ACIA détermine que l'animal est suspect à l'égard de la tremblante, les procédures du programme d'éradication de la tremblante de l'ACIA doivent alors être suivies. S'il s'avère que le troupeau est infecté par la tremblante ou qu'il en est une source, son statut de certification sera immédiatement suspendu. Le troupeau sera ensuite assujetti au programme d'éradication de la tremblante de l'ACIA régi par la Loi sur la santé des animaux et le Règlement sur la santé des animaux.

3.6

Tous les animaux âgés de 12 mois et plus doivent porter deux dispositifs d'identification distincts.

3.7

Les animaux âgés de moins de 12 mois doivent être identifiés de façon à ce que leur propriétaire soit en mesure de les retracer dans l'inventaire du troupeau. Ils doivent porter un dispositif d'identification distinct et approprié (en vertu des règlements applicables) lorsqu'ils changent de propriétaire ou sont transportés à l'extérieur de leur lieu d'élevage habituel (p. ex. exposition, centre d'insémination ou encan).

3.8

Les propriétaires doivent tenir des registres détaillés pour chaque mouton ou chèvre né(e) sur leur lieu ou y entrant, peu importe à qui appartient l'animal ou qui en est responsable. Ces registres doivent être conservés pour une période de cinq ans après le départ de l'animal du troupeau ou après son décès. Ils doivent être mis à la disposition du responsable de la mise en application du programme ou de l'inspecteur de l'ACIA à tout moment et être présentés lors de l'inventaire annuel.

Pour chaque animal faisant partie du troupeau, le registre doit contenir au moins les informations de base ci-dessous, qui doivent être présentées comme partie des rapports annuels :

  • les identifiants de l'animal;
  • sa date d'introduction dans le troupeau (jour, s'il est connu, mois et année);
  • son sexe;
  • sa source (né dans le troupeau, acheté ou prêté);
  • si l'animal n'est pas né dans le troupeau, le nom et l'adresse de la personne dont il a été acquis, ainsi que :
    • le certificat de statut du troupeau d'origine dans le cas d'une femelle;
    • le certificat de statut du troupeau d'origine dans le cas d'un mâle ou la documentation pour les béliers dont le génotype est 136AA 171RR ou 136AA 171QR, conformément au point 4.11 de la première voie de certification;
    • une liste des mâles qui sont tenus à l'écart du troupeau, leur niveau de certification individuel et les documents à l'appui, conformément au point 4.11 de la première voie de certification;
  • si l'animal a quitté le troupeau, la date de son départ;
  • les raisons du départ de l'animal accompagnées de la documentation appropriée (facture de transport si l'animal a été déplacé, reçu s'il a été vendu, attestation de décès);
  • les registres pour les agneaux et les chevreaux abattus (de moins de 12 mois) peuvent être déclarés en groupes;
  • les rapports de test de la tremblante pour les animaux morts de plus de 12 mois; et
  • les rapports de test de la tremblante pour tous les tests requis effectués sur des animaux vivants lorsqu'on a recours au protocole d'échantillonnage de rechange de la première voie de certification.

Informations additionnelles exigées pour la voie de certification 3 :

  • les identifiants du père et de la mère; et
  • les résultats de génotypage requis pour la voie de certification 3.

3.9

Le lait et le colostrum de brebis ou de chèvre, ou encore leurs produits dérivés, qui sont destinés à des moutons ou à des chèvres ne doivent provenir que d'animaux du même troupeau ou d'un troupeau de statut égal ou supérieur en vertu du PVCTT. L'utilisation de lait ou de colostrum de brebis ou de chèvre ou de leurs produits dérivés provenant d'un troupeau de statut inférieur en vertu du PVCTT ou d'un troupeau qui ne fait pas partie du programme entraînera un déclassement de statut pour le troupeau receveur. Le lait et le colostrum de brebis ou de chèvre, ou leurs produits dérivés, provenant d'un animal positif ou suspect à l'égard de la tremblante ou d'un animal génétiquement vulnérable et exposé à la maladie (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ, 136AV 171QR) ne doivent pas être utilisés. Le lait et le colostrum de vache et leurs produits dérivés peuvent être utilisés. Les normes de biosécurité appropriées doivent être respectées pour l'approvisionnement en lait et en colostrum, peu importe qu'il s'agisse de lait de vache ou d'une autre source.

L'inventaire des troupeaux

3.10

Il appartient au vétérinaire accrédité ou à une tierce partie œuvrant sous la supervision d'un vétérinaire accrédité d'effectuer l'inventaire initial et annuel des troupeaux. L'inventaire doit identifier tous les moutons et toutes les chèvres du lieu. Au cours de l'inspection faite au moment de l'inventaire, il faut identifier individuellement (avec des étiquettes) tous les animaux du troupeau âgés de plus de 12 mois et le vétérinaire accrédité doit vérifier si ces derniers présentent des symptômes cliniques de la tremblante. Si le troupeau comporte un nombre extrêmement élevé d'animaux et que l'inventaire est fait électroniquement, tous les animaux âgés de plus de 12 mois doivent être identifiés individuellement et leur identifiant doit être vérifié physiquement au cours de l'année. Cependant, durant l'inspection annuelle de l'inventaire, il ne faut vérifier l'identifiant que d'un échantillon aléatoire représentatif d'animaux. Des tableaux d'échantillonnage sont disponibles sur demande. Si un inspecteur vétérinaire de l'ACIA effectue l'inspection du troupeau dans le cadre du programme de lutte contre la tremblante, cet examen peut remplacer en totalité ou en partie l'inspection annuelle exécutée par le vétérinaire accrédité.

Rapports annuels

3.11

Le rapport annuel présente les éléments suivants :

  • les données d'identification de chaque mouton ou chèvre se trouvant sur le lieu au moment de l'inventaire;
  • tous les dispositifs d'identification installés sur chaque mouton ou chèvre, notamment sur les jeunes nés dans l'année et sur tout animal ayant perdu les dispositifs qu'on lui avait installés;
  • tous les moutons et toutes les chèvres qui sont entrés sur le lieu ou les ont quittés depuis le dernier inventaire;
  • les déplacements des agneaux et des chevreaux abattus (de moins de 12 mois) peuvent être signalés en groupes;
  • le statut du troupeau d'origine des moutons et des chèvres qui sont entrés sur le lieu;
  • les génotypes de tous les béliers qui arrivent sur les lieux lorsque le génotypage est requis;
  • tous les mâles qui sont tenus à l'écart du troupeau et le niveau de certification pour chacun d'entre eux;
  • tous les décès;
  • la destination de tous les moutons et toutes les chèvres qui ont quitté les lieux, attestée par des actes de vente ou, si un sujet n'a pas été vendu, un document signé indiquant sa destination;note en bas de page 2
  • les résultats d'analyses de laboratoire appropriés (génotypage ou test de dépistage de la tremblante); et
  • une lettre signée par le producteur pour documenter que la provenance du lait ou du colostrum de brebis ou de chèvre ou de leurs produits dérivés destinés à des moutons ou à des chèvres, après la dernière demande de surclassement provient du même du troupeau ou des troupeaux de statut supérieur ou égal en vertu du PVCTT.

Le rapport doit être soumis à l'évaluateur du statut au cours du trimestre anniversaire où le troupeau certifié a été inscrit. Le niveau de certification entre en vigueur le jour où le troupeau est admis au programme, et le trimestre anniversaire est celui dans lequel se situe cette date d'entrée les années suivantes (1er janvier au 31 mars, 1er avril au 30 juin, 1er juillet au 30 septembre, 1er octobre au 31 décembre).

Dans tous les cas, il incombe en fin de compte au propriétaire de clarifier toute question ou préoccupation susceptible d'être soulevée sur l'inventaire durant l'examen du rapport annuel par l'évaluateur de statut.

Test sur des animaux morts

3.12

Si aucun échantillon convenable d'animaux morts n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de  18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié. Si un producteur inscrit à la première voie de certification a un petit troupeau, et que le fait d'abattre sans cruauté un animal à des fins d'analyse aurait une incidence importante sur ce troupeau, le producteur pourrait continuer d'avancer dans cette voie  en ayant recours au protocole d'échantillonnage de rechange pour les animaux vivants décrit au point 4.5.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

3.13

La tête de l'animal peut être soumise directement par le producteur à un laboratoire provincial approuvé, ou le vétérinaire accrédité peut prélever des échantillons du cerveau qu'il soumettra à un laboratoire provincial approuvé ou à un bureau de district de l'ACIA d'où ils sont acheminés à un laboratoire de l'ACIA (dans le cadre du programme national de surveillance de la tremblante). Des échantillons du cerveau peuvent être prélevés par un technicien en santé animale ou par un autre vétérinaire sous la supervision du vétérinaire accrédité. Par contre, ce dernier demeure responsable du prélèvement et de la soumission des échantillons. Dans tous les cas, la tête (ou l'échantillon) devrait être réfrigéré(e) ou congelé(e) immédiatement.

Le propriétaire doit communiquer avec le laboratoire, ou le vétérinaire accrédité doit communiquer avec le bureau de district de l'ACIA avant d'envoyer la tête, laquelle doit porter les données d'identification de l'animal.

3.14

Si des animaux moribonds sont abattus sans cruauté à la ferme par une balle dans la tête, le laboratoire qui reçoit la tête de l'animal mort doit prélever un échantillon et soumettre le cerveau et un ganglion lymphatique de la tête (rétropharyngien, mandibulaire ou membrane nictitante) à des fins de tests de dépistage de la tremblante.

3.15

Si l'animal mort n'est pas trouvé immédiatement, ou si le vétérinaire accrédité ou le laboratoire ne peut intervenir dans les 36 heures suivant le décès, la tête de l'animal doit être congelée par le propriétaire et soumise comme spécimen congelé. La congélation rend possible l'analyse de tissus qui, autrement, seraient inutilisables pour les tests de diagnostic de la tremblante.

3.16

Les animaux âgés de plus de 12 mois soumis à une nécropsie de routine peuvent être considérés comme des animaux morts s'ils sont soumis à des analyses visant le dépistage de la tremblante.

3.17

Les spécimens doivent satisfaire aux exigences établies par le protocole de diagnostic approuvé par l'ACIA, qui garantit la fiabilité et l'exactitude des résultats. Si un spécimen reçu est inapproprié, le laboratoire l'ayant reçu doit en aviser l'évaluateur du statut et le vétérinaire accrédité responsable du troupeau. L'un ou l'autre de ces mandataires fera enquête. Si la négligence du producteur en est la cause ou si la situation est récurrente, on considère alors que les exigences du programme n'ont pas été remplies, et le statut du troupeau est suspendu.

3.18

Il suffira de soumettre à des analyses un maximum de cinq animaux provenant d'un groupe de sujets morts d'une cause identique tel que déterminé par un vétérinaire ou un pathologiste vétérinaire, au cours d'une même période épidémiologique (qui ne dépasse pas quatre semaines).

Exemption de l'obligation de soumettre des têtes

3.19

L'évaluateur du statut devrait soustraire d'emblée les cas suivants à l'obligation de présenter les têtes à moins qu'il ne soupçonne que les conditions énoncées n'aient pas été satisfaites ou que l'on abuse de l'exemption au détriment du programme de certification des troupeaux.

A. Destruction de moutons par incendie

Un certificat ou une lettre d'un agent compétent d'un service d'incendie doit accompagner le rapport annuel.

B. Mise à mort et dépouillement de la tête d'un mouton par un prédateur

Un certificat ou une lettre d'un agent compétent de protection de la faune ou de tout autre fonctionnaire responsable des enquêtes sur de tels incidents doit accompagner le rapport annuel.

C. Vol

Un rapport de l'agent de police qui a fait enquête sur le vol doit accompagner le rapport annuel.

D. Perte ou destruction d'un échantillon qui n'est plus en possession du propriétaire (par exemple un vétérinaire ou un laboratoire accrédité). Les laboratoires reconnus devraient noter à la réception du spécimen que l'obex était absent et en indiquer la raison.

Une lettre (rédigée par le responsable) donnant des précisions sur la perte du spécimen doit accompagner le rapport annuel.

E. Toute autre raison qui échappe de façon raisonnable au contrôle du propriétaire et qui entraîne la destruction ou la disparition du corps (par exemple lors d'une inondation)

Une lettre ou un rapport rédigé(e) par une tierce partie acceptable, qui décrit en détail la raison pour laquelle le spécimen n'a pu être présenté, doit accompagner le rapport annuel.

L'échantillonnage et les tests à des fins de génotypage

3.20

Des échantillons (p. ex. des échantillons de sang) peuvent être prélevés à des fins de génotypage par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT ou par une tierce partie supervisée par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT (p. ex. des étudiants en médecine vétérinaire ou des techniciens vétérinaires). Les moutons génotypés doivent porter des identifiants approuvés et le numéro d'identification officiel à 15 chiffres est fourni avec la soumission de l'échantillon.

3.21

Il faut déterminer le génotype des béliers reproducteurs 136AA RR en 171 à deux reprises : soit en utilisant une généalogie prédictive parallèlement à des analyses dans un laboratoire approuvé par l'ACIA, soit en effectuant des analyses dans un laboratoire approuvé par l'ACIA ainsi que tout autre laboratoire. Les résultats du génotypage uniquement pour le codon 171 chez des animaux 171RR sont considérés comme acceptables, car on sait que le R ne se trouve jamais au site 171 lorsque le V est au site 136 (la présence d'un V au site 136 est liée à celle d'un Q au site 171).

Les résultats doivent concorder. Sinon, il faut prélever un autre échantillon sur l'animal et l'envoyer au laboratoire de l'ACIA pour que l'on puisse en déterminer le génotype.

Le génotype des brebis reproductrices doit être déterminé en utilisant la généalogie prédictive ou les analyses de laboratoire.

Les échantillons prélevés sur les brebis peuvent être envoyés à n'importe quel laboratoire approuvé par l'ACIA.

Lorsqu'on procède au génotypage, on devrait envisager d'utiliser deux types de tissus différents (sang, follicule pileux ou frottis buccal), surtout si l'on cherche à confirmer le génotype des animaux 136AA 171QR, et ce, en raison du phénomène de chimérisme sanguin. Les analyses d'un échantillon de sang typique ont une valeur limitée dans les rares cas d'animaux chimériques.

Échange d'information

3.22

Tous les renseignements au sujet du troupeau, notamment les inventaires, les résultats de tests, les documents relatifs aux achats et aux ventes d'animaux ou d'embryons et les décès doivent être mis à la disposition du propriétaire, de l'ACIA, de l'évaluateur du statut, de l'administrateur régional et du vétérinaire accrédité. Le propriétaire doit aussi autoriser la publication du statut du troupeau dans le cadre du programme.

4. Règles particulières, voie de certification 1

Remarque : Il s'agit d'une voie applicable aux moutons et aux chèvres.

4.1

Ce programme comporte six niveaux, du niveau d'entrée (niveau E) au niveau le plus élevé (certifié). Il faut un minimum de cinq ans (un an par niveau, E, D, C, B, A) à un troupeau inscrit pour qu'il atteigne le niveau certifié de la première voie. Une fois que le troupeau atteint ce niveau, il le conserve indéfiniment, pourvu qu'il continue de satisfaire aux exigences qui s'appliquent.

4.2

Le niveau de certification entre en vigueur le jour où le troupeau est admis au programme, et le trimestre d'anniversaire est celui dans lequel se situe cette date d'entrée les années suivantes (1er janvier au 31 mars, 1er avril au 30 juin, 1er juillet au 30 septembre, 1er octobre au 31 décembre).

4.3

Des échantillons de cerveau prélevés sur tous les moutons et toutes les chèvres âgés de plus de 12 mois qui meurent à la ferme ou y sont abattus sans cruauté (cadavres d'animaux) doivent être envoyés à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante.

4.4

On doit soumettre à des tests de dépistage de la tremblante tous les animaux âgés de plus de 12 mois qui meurent à la ferme ou y sont abattus sans cruauté. Dans le cas des animaux non visés par les exemptions automatiques décrites dans le présent document, et dont on ne peut obtenir d'échantillon, les propriétaires devront se conformer aux exigences stipulées par l'évaluateur de statut. Les participants au programme qui sont en désaccord avec la décision de l'évaluateur de statut peuvent en appeler de cette décision.

4.5

Si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié. Si le troupeau est génotypé, un animal génétiquement susceptible doit être alors sélectionné. Par la suite, il sera abattu sans cruauté aux fins d'analyse. Si un producteur inscrit à la première voie de certification a un petit troupeau, et que le fait d'abattre sans cruauté un animal à des fins d'analyse aurait une incidence importante sur ce troupeau, le producteur pourrait continuer d'avancer dans cette voie en ayant recours au protocole d'échantillonnage de rechange pour les animaux vivants décrit ci-dessous.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur  de demeurer inscrit au programme,  au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

Protocole d'échantillonnage de rechange pour les animaux vivants

On pourra accéder à ce protocole lorsqu'un processus de soumission, d'épreuve et de paiement dans un laboratoire approuvé est disponible.

Pour être admissible à l'avancement, l'échantillonnage pour les animaux vivants doit comprendre les éléments suivants :

  • Il faut prélever à des fins d'analyse une biopsie de la membrane nictitante ou du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale chez tous les animaux admissibles du troupeau. Les animaux pour lesquels on a obtenu des résultats de test valides au cours des 12 derniers mois sont exemptés;
  • Il faut faire analyser les échantillons d'au moins trois animaux admissibles et obtenir des résultats de test valides pour chacun d'entre eux;
  • Les animaux admissibles sont définis comme suit : tous les moutons 171QQ âgés de plus de 14 mois (pour la biopsie de la membrane nictitante) et tous les moutons 171QQ et toutes les chèvres âgées de plus de 12 mois (pour la biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale);
  • Le prélèvement doit être fait par un vétérinaire accrédité contractuel et l'échantillon doit être analysé pour la tremblante par un laboratoire approuvé par l'ACIA à cette fin;
  • Les animaux chez lesquels on a prélevé des échantillons à des fins d'analyses doivent obtenir un résultat de test valide, ce qui est considéré comme un résultat de test négatif. Si les résultats sont non concluants, il faut faire un deuxième prélèvement et de nouvelles analyses; et
  • Si le propriétaire utilise le présent protocole d'échantillonnage pour les animaux vivants afin de satisfaire aux exigences pour l'avancement à un autre niveau du programme, il pourra passer du niveau A au niveau certifié seulement s'il a accumulé au moins autant de résultats de test valides qu'il y avait d'animaux admissibles dans le troupeau au moment de son inscriptionnote en bas de page 3 (on peut combiner les résultats de test pour les animaux vivants et ceux des animaux morts).

4.6

L'introduction de femelles ou d'embryons, certificat zoosanitaire à l'appui, n'aura aucune incidence sur le niveau de certification, pourvu qu'ils proviennent de l'une des sources suivantes :

  • de troupeaux inscrits au PVCTT à un niveau de certification égal ou supérieur à celui du troupeau (on tiendra compte du trimestre anniversaire); ou
  • d'un pays que l'ACIA reconnaît comme indemne d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et de tremblante; ou
  • d'un troupeau inscrit (le jour de l'exportation ou du prélèvement de l'embryon) à un niveau de certification égal ou supérieur du programme de certification pour la tremblante du pays, de la région ou de la zone d'origine, programme que l'ACIA juge équivalent au programme canadien; ou
  • Les embryons de moutons in vivo de génotype 136AA 171RR, obtenus de donneurs dont les dossiers permettent de retracer tous les troupeaux et les établissements de résidence, lorsque ces donneurs ne sont pas des animaux positifs à la tremblante, des animaux suspects à l'égard de la tremblante ou des animaux sensibles exposés à la tremblante.

4.7

A) L'introduction de mâles, avec documents à l'appui, n'aura aucune incidence sur le niveau de certification, et ces mâles recevront le statut du troupeau, pourvu qu'ils proviennent de l'une des sources suivantes :

  • de troupeaux inscrits au PVCTT à un niveau de certification égal ou supérieur à celui du troupeau (on tiendra compte du trimestre anniversaire); ou
  • d'un pays que l'ACIA reconnaît comme indemne d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et de tremblante; ou
  • d'un troupeau inscrit (le jour de l'exportation) à un niveau de certification égal ou supérieur du programme de certification pour la tremblante du pays, de la région ou de la zone d'origine, programme que l'ACIA juge équivalent au programme canadien; ou
  • les béliers de génotype 136AA 171RR ou 136AA 171QR, issus d'un troupeau de moutons, peu importe le statut du troupeau, qui ne fait pas l'objet à l'heure actuelle de mesures de contrôle de la maladie de la tremblante. Le propriétaire doit obtenir une lettre du vendeur attestant que le troupeau du bélier ne fait pas l'objet à l'heure actuelle de mesures de contrôle de la maladie de la tremblante, et le génotype du bélier doit être déterminé à deux reprises, conformément aux exigences énoncées aux points 3.20 et 3.21. Les déplacements des béliers dont le génotype est 136AA 171RR ou 136AA 171QR ne sont pas limités, et ce, à l'intérieur comme à l'extérieur du troupeau, sauf qu'ils ne doivent pas se trouver à un endroit faisant actuellement l'objet de mesures de contrôle de la tremblante.

B) L'introduction de mâles n'aura aucune incidence sur le niveau de certification, quelle que soit leur provenance, pourvu qu'ils soient gardés dans les conditions suivantes :

  • ils ne doivent pas être positifs ou suspects à l'égard de la tremblante. Ils ne peuvent pas être sensibles à la tremblante et avoir été exposés à cette maladie. Le propriétaire doit obtenir une lettre du vendeur attestant que le troupeau ne fait pas l'objet à l'heure actuelle de mesures de contrôle de la maladie de la tremblante;
  • ils doivent être tenus à l'écartnote en bas de page 4 des femelles, sauf pendant la période de reproduction;
  • ils doivent être tenus à l'écartnote en bas de page 4 des agneaux, des chevreaux et des installations de mise bas en tout temps; et
  • ils obtiennent un niveau de certification individuel, mais le premier niveau attribué sera le niveau E. Pour avancer au prochain niveau, le propriétaire doit s'assurer que les béliers ne sont pas en contact avec des animaux de troupeaux qui ne participent pas au programme ou de niveau moins élevé. Ces animaux doivent être identifiés séparément sur l'inventaire annuel.
  • les mâles importés des États Unis en vertu de l'option 2c) de la politique d'importation « Exigences relatives à l'importation de petits ruminants de reproduction, domestiques ou de captivité en provenance des États Unis » doivent respecter les conditions de cette politique et tenus à l'écartnote en bas de page 4 des femelles, sauf pendant la période de reproduction, ainsi que des agneaux et des chevreaux et des installations de mise bas en tout temps. De plus, ils ne doivent jamais quitter les lieux d'importation sans autorisation écrite de l'ACIA. L'autorisation écrite peut être accordée pour des activités qui correspondent à la définition de contact limité. Une autorisation écrite peut aussi être accordée pour que des boucs importés quittent temporairement les lieux à des fins de monte en main; cependant, cela serait considéré comme du mélange et leur statut individuel serait modifié en conséquence à leur retour.

4.8

Le certificat de statut du troupeau accompagnant l'achat des animaux ou embryons est le document à présenter pour attester le niveau de certification du troupeau d'origine.

4.9

Si l'on acquiert un ou plusieurs animaux ou embryons qui proviennent de troupeaux inscrits au PVCTT à un niveau de certification égal, mais dont le trimestre anniversaire est ultérieur à celui du troupeau, le trimestre anniversaire du troupeau d'accueil deviendra celui du troupeau d'origine. Si un ou plusieurs animaux ou embryons provenant d'un troupeau non inscrit sont introduits, le trimestre anniversaire du producteur inscrit deviendra le trimestre au cours duquel les nouveaux animaux ou embryons ont été introduits. S'ajoute à cela la pénalité de rétrogradation ou de maintien au niveau E. Le trimestre anniversaire d'un troupeau ne changera pas si l'on y introduit des embryons ou des mâles qui satisfont aux exigences de génotype énoncées aux points 4.6 ou 4.7. Le trimestre anniversaire d'un troupeau ne changera pas si l'on y introduit des mâles qui satisfont aux exigences de logement énoncées au point 4.7.

4.10

Si l'on acquiert des animaux ou des embryons qui proviennent de troupeaux à un niveau de certification inférieur, le statut du troupeau d'accueil est limité au niveau du troupeau d'origine dont le statut est le plus bas. Si les animaux ou les embryons sont issus d'un troupeau non inscrit, le niveau de certification du troupeau d'accueil est réduit au niveau E. Le trimestre anniversaire d'un troupeau ne changera pas si l'on y introduit des embryons ou des mâles qui satisfont aux exigences de génotype énoncées aux points 4.6 ou 4.7. Le trimestre anniversaire d'un troupeau ne changera pas si l'on y introduit des mâles qui satisfont aux exigences de logement énoncées au point 4.7.

4.11

À l'exception des contacts limités (voir les définitions), le fait d'ajouter des animaux de troupeaux non inscrits ou de troupeaux au statut de certification inférieur occasionne une rétrogradation du troupeau au niveau du troupeau d'origine dont le statut est le plus bas (niveau E si les animaux sont mêlés à des animaux provenant d'un troupeau non inscrit).

4.12

De la semence peut provenir de troupeaux non inscrits ou de troupeaux de n'importe quel niveau de certification, sans que le niveau de certification du troupeau d'accueil ne soit affecté, à la condition que, le jour de l'insémination, l'animal donneur ne soit pas atteint de tremblante (animal positif) ni soupçonné de l'être. L'animal donneur ne peut pas non plus être un animal sensible à la tremblante qui a été exposé à la maladie. La semence doit satisfaire aux exigences du programme national d'insémination artificielle.

4.13

Le producteur doit présenter tous les ans, à l'évaluateur du statut, une demande pour l'avancement ou le maintien du statut de troupeau dans le PVCTT. La demande doit être accompagnée du rapport annuel (y compris l'inventaire du troupeau) et de tous les documents à l'appui.

5. Règles particulières, voie de certification 2A – Membrane nictitante

Remarque : Cette voie de certification ne s'applique pas aux chèvres.

5.1

Des échantillons de sang sont prélevés chez toutes les animaux de plus de 14 mois et envoyés à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le génotypage. Le prélèvement des échantillons (p. ex. les échantillons de sang) nécessaires au génotypage doit être fait par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT ou par une tierce partie (p. ex. un étudiant en médecine vétérinaire ou un technicien vétérinaire) supervisée par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT.

5.2

Il faut prélever un échantillon de tissu lymphoïde de la membrane nictitante chez tous les animaux de plus de 14 mois chez lesquelles le génotype QQ en 171 (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ) a été déterminé; ce prélèvement sera fait par un vétérinaire accrédité contractuel et l'échantillon sera analysé à l'égard de la tremblante par un laboratoire approuvé par l'ACIA à cette fin. Il faut soumettre à une biopsie un minimum de 50 animaux pour que le propriétaire puisse continuer dans cette voie.

5.3

Si tous les résultats des tests de dépistage de la tremblante sont négatifs, on peut présenter une demande officielle d'inscription au PVCTT. Si la demande est acceptée, on attribue au troupeau le niveau B.

5.4

Dès l'admission dans le PVCTT, des échantillons de cerveau prélevés sur des moutons et des chèvres âgés de plus de 12 mois qui meurent à la ferme (cadavres d'animaux) doivent être soumis à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante. Si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié. Si le troupeau est génotypé, un animal génétiquement susceptible doit être alors sélectionné. Par la suite, il sera abattu sans cruauté aux fins d'analyse.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

5.5

Les exigences du point 4.6 au point 4.12 concernant l'introduction d'animaux, d'embryons et de semence dans un troupeau s'appliquent à cette voie de certification.

5.6

Pour pouvoir présenter une demande d'avancement au niveau A, il faut soumettre les moutons reproducteurs achetés d'autres exploitations avant l'adhésion au PVCTT (moutons qui n'étaient pas âgés d'au moins 14 mois au moment de la première épreuve et n'avaient donc pas subi le test de la membrane nictitante) à des épreuves de génotypage et de la membrane nictitante conformément aux étapes énoncées aux points 5.1 et 5.2 ci-dessus. Les résultats obtenus doivent être présentés en même temps que le rapport annuel et la demande d'avancement au niveau A.

5.7

Les conditions pour l'avancement au niveau certifié sont les mêmes que celles de la voie 1. Une fois le niveau certifié atteint, le troupeau le conserve pourvu que toutes les exigences relatives à ce niveau (surveillance des cadavres d'animaux, acquisitions) soient respectées. Une demande accompagnée du rapport annuel, y compris l'inventaire des animaux et de tous les documents à l'appui doit être présentée tous les ans à l'évaluateur du statut.

Règles particulières, voie de certification 2B – Biopsie rectale du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale

Remarque : Cette voie de certification peut s'appliquer aux moutons et aux chèvres. S'il s'agit d'un troupeau de chèvres suivant cette voie, commencez au point 5.10.

5.8

Des échantillons de sang sont prélevés chez tous les moutons de plus de 12 mois et envoyés à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le génotypage. Le prélèvement des échantillons (p. ex. les échantillons de sang) nécessaires au génotypage doit être fait par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT ou par une tierce partie (p. ex. un étudiant en médecine vétérinaire ou un technicien vétérinaire) supervisée par un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT.

5.9

Il faut prélever un échantillon du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale chez tous les moutons de 12 mois et plus chez lesquels le génotype QQ en 171 (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ) a été déterminé; ce prélèvement sera fait par un vétérinaire accrédité contractuel et l'échantillon sera analysé à l'égard de la tremblante par un laboratoire approuvé par l'ACIA à cette fin. Il faut soumettre à une biopsie un minimum de 50 moutons pour que le propriétaire puisse continuer dans cette voie.

5.10

Il faut prélever un échantillon du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale chez toutes les chèvres de 12 mois et plus; ce prélèvement sera fait par un vétérinaire accrédité contractuel et l'échantillon sera analysé à l'égard de la tremblante par un laboratoire approuvé par l'ACIA à cette fin. Il faut soumettre à une biopsie un minimum de 50 chèvres pour que le propriétaire puisse continuer dans cette voie.

5.11

Si tous les résultats des tests de dépistage de la tremblante sont négatifs, le producteur peut présenter une demande officielle d'inscription au PVCTT. Si la demande est acceptée, on attribue au troupeau le niveau B.

5.12

Dès l'admission dans le PVCTT, le propriétaire doit soumettre des échantillons de cerveau prélevés sur des moutons ou des chèvres âgés de plus de 12 mois qui meurent à la ferme (cadavres d'animaux) à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante. Si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié. Si le troupeau est génotypé, un animal génétiquement susceptible doit être alors sélectionné. Par la suite, il sera abattu sans cruauté aux fins d'analyse.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

5.13

Les exigences du point 4.6 au point 4.12 concernant l'introduction d'animaux, d'embryons et de semence dans un troupeau s'appliquent à cette voie de certification.

5.14

Pour pouvoir présenter une demande d'avancement au niveau A, il faut soumettre tous les animaux reproducteur achetés d'autres exploitations avant l'adhésion au PVCTT, qui n'avaient pas 12 mois ou plus (et donc n'avaient pas subi une biopsie rectale) lors de la première épreuve, à un génotypage et à une biopsie rectale (s'il s'agit de moutons), comme stipulé au point 5.8 et 5.9 et à une biopsie rectale (s'il s'agit de chèvres), comme stipulé au point 5.10. Les résultats obtenus doivent être présentés en même temps que le rapport annuel et la demande d'avancement au niveau A.

5.15

Les conditions pour l'avancement au niveau certifié sont les mêmes que celles de la voie 1. Une fois le niveau certifié atteint, le troupeau le conserve pourvu que toutes les exigences relatives à ce niveau (surveillance des cadavres d'animaux, acquisitions) soient respectées. Une demande accompagnée du rapport annuel (y compris l'inventaire des animaux) et de tous les documents à l'appui doit être présentée tous les ans à l'évaluateur du statut.

6 & 7. Règles particulières, voie de certification 3

Remarque : Cette voie de certification ne s'applique pas aux chèvres.

Il existe deux façons distinctes pour le producteur afin de préparer son troupeau en vue de la présentation d'une demande d'inscription à cette voie de certification.

6. Dépistage génétique effectué sur le troupeau entier

6.1

Des échantillons de sang sont prélevés chez tous les moutons reproducteurs et envoyés à un laboratoire approuvé par l'ACIA à des fins de génotypage. Il faut déterminer deux fois le génotype des mâles reproducteurs 136AA 171RR et, une fois celui des femelles reproductrices. (Voir les sections 3.20 et 3.21 sous Règles générales pour obtenir de plus amples renseignements.)

6.2

Une fois les résultats obtenus, toutes les femelles et tous les mâles de reproduction chez lesquels le génotype QQ en 171 (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ) ou 136AV 171QR est déterminé sont retirés du troupeau reproducteur.

Si un sujet reproducteur maintenu au sein du troupeau s'est accouplé, il faudra déterminer le génotype de ses descendants et ainsi établir si ceux-ci peuvent aussi être conservés.

6.3

Après avoir retiré du troupeau les moutons de génotype QQ en 171 (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ) et 136AV, 171QR, le producteur met à jour son inventaire sous la supervision d'un vétérinaire accrédité pour appliquer le PVCTT, et cet inventaire doit attester que tous les moutons reproducteurs présents sont de génotype 136AA 171RR ou 136AA 171QR. À ce stade, le propriétaire du troupeau peut demander officiellement d'être admis dans le PVCTT. Si sa demande est acceptée, on attribue au troupeau le niveau A.

6.4

Dès l'admission dans le PVCTT, le producteur doit soumettre des échantillons de cerveau prélevés sur des moutons âgés de plus de 12 mois qui meurent à la ferme (cadavres d'animaux) à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante. Si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

6.5

Tous les sujets reproducteurs nouvellement introduits (achetés) doivent être du génotype 136AA 171QR ou 136AA 171RR, constat qui serait fait par un laboratoire approuvé par l'ACIA. La même restriction s'applique à la semence.

6.6

Les descendants de brebis (y compris les embryons) issus d'un accouplement entre deux animaux dont au moins un est du génotype 136AA RR en 171 peuvent être conservés dans le troupeau à des fins de reproduction sans qu'il soit nécessaire d'effectuer le génotypage.

6.7

Les descendants (y compris les embryons) issus de tout accouplement autre que celui où au moins l'un des parents est du génotype 136AA RR en 171 doivent être génotypés ou retirés du troupeau au plus tard à l'âge de 12 mois. Les descendants du génotype QQ en 171 doivent être retirés au plus tard à l'âge de 12 mois.

6.8

Après un an d'application continue des restrictions qui visent le génotype des animaux introduits et la surveillance des animaux qui meurent, et une fois qu'est établi un deuxième inventaire annuel qui atteste par des documents la composition fidèle du troupeau, le propriétaire peut demander l'avancement dans le PVCTT au niveau certifié.

6.9

Une fois que le troupeau a reçu le statut « certifié », il le maintient pourvu que les exigences appliquées à ce niveau soient respectées (génotypage des descendants issus d'accouplements entre parents dont le génotype n'est pas RR en 171 et restrictions génotypiques visant les sujets reproducteurs achetés ou le germoplasme; surveillance des cadavres d'animaux). Une demande accompagnée du rapport annuel (y compris l'inventaire des animaux) et de tous les documents à l'appui doit être présentée tous les ans à l'évaluateur du statut.

7. Dépistage génétique effectué sur les béliers seulement

7.1

Le producteur commence par sélectionner des béliers reproducteurs chez lesquels le génotype 136AA RR en 171 est attesté. Il faut déterminer deux fois le génotype des mâles reproducteurs 136AA RR en 171. (Voir les sections 3.20 et 3.21 sous Règles générales pour obtenir de plus amples renseignements.)

7.2

Au cours des cycles de reproduction subséquents, le producteur élimine les moutons de manière à pouvoir attester par des documents (registres de troupeau) que tous ceux qui restent sont des descendants d'un bélier de génotype 136AA 171RR.

7.3

Tous les mâles reproducteurs subséquents, qu'il s'agisse de sujets de remplacement naturels ou d'animaux achetés ou prêtés, doivent être de génotype 136AA 171RR. La semence doit provenir de béliers de génotype 136AA 171RR. Toutes les femelles reproductrices, autres que les sujets de remplacement naturels, et les embryons doivent être attestés 136AA QR ou 136AA RR en 171 par génotypage.

7.4

À cette étape, le producteur dressera, sous la supervision d'un vétérinaire accrédité pour mettre en application le PVCTT, un inventaire annuel et attestera par des documents le retrait des sujets QQ en 171 (136AA 171QQ, 136AV 171QQ, 136VV 171QQ) and 136AV 171QR et des animaux dont le génotype n'a pas été déterminé. À ce stade, il peut aussi présenter une demande officielle d'inscription au PVCTT. Si la demande est acceptée, on attribue au troupeau le niveau A.

7.5

Dès l'admission dans le programme, des échantillons de cerveau prélevés sur tous les moutons de plus de 12 mois qui meurent à la ferme (cadavres d'animaux) doivent être soumis à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante. Si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on devra tuer (par abattage ou euthanasie) au moins un animal âgé de 18 mois ou plus qui est dans le troupeau depuis au moins 18 mois et soumettre au laboratoire un échantillon approprié.

Comme solution de rechange, si aucun échantillon convenable n'a été soumis à des fins d'analyse au cours d'une période de 12 mois ou plus, on pourrait permettre au producteur de demeurer inscrit au programme, au même niveau, pour une autre année (afin de lui donner le temps d'élever un animal à des fins d'abattage et d'analyse). Si le producteur est certifié, il encourra une pénalité de statut d'un an, et le statut de son troupeau sera rétrogradé, passant du niveau certifié au niveau A.

7.6

Après un an de mise en œuvre continue des restrictions visant le génotypage des animaux introduits et de surveillance à l'égard des cadavres d'animaux, et une fois qu'est dressé un deuxième inventaire annuel qui décrit, documents à l'appui, la composition fidèle du troupeau, le propriétaire peut demander d'avancer au niveau « certifié » du PVCTT.

7.7

Une fois que le troupeau a reçu le statut certifié, il le maintient pourvu que les exigences appliquées à ce niveau soient respectées (sélection de béliers reproducteurs de remplacement chez lesquels le génotypage a été effectué à deux reprises, sélection des brebis achetées et surveillance des animaux morts). Une demande accompagnée du rapport annuel (y compris l'inventaire des animaux) et de tous les documents à l'appui doit être présentée tous les ans à l'évaluateur du statut.

Définitions

Certificat de statut du troupeau :
document délivré par l'administrateur régional qui précise l'emplacement et le statut du troupeau ainsi que la date de délivrance, et sur lequel figure la liste de tous les animaux ayant quitté le troupeau après leur vente. (Flock/herd status certificate)
Contact limité :
contacts fortuits entre des animaux en dehors des lieux d'élevage habituels au sein du troupeau, lors de foires, d'expositions, de ventes aux enchères et de séjour en centre de production de sperme. Les contacts limités n'incluent pas tout contact, fortuit ou non, avec un animal au cours de la mise bas ou pendant la période de 30 jours ou moins suivant une mise bas ou un avortement ou lorsqu'il y a un écoulement vaginal visible. Sont exclues aussi les activités où des contacts illimités surviennent, comme le partage d'un enclos, le partage d'une section dans un véhicule de transport ou un séjour au sein d'autres troupeaux à des fins de reproduction ou autre. (Limited contact)
Animal positif à la tremblante :
Animal pour lequel le laboratoire national de l'ACIA et de référence de l'OIE pour la tremblante du mouton a signalé des résultats positifs à la suite d'au moins deux épreuves approuvées par l'ACIA pour le diagnostic de la tremblante (p. ex., test ELISA, épreuve immunohistochimique, transfert Western) et effectuées sur des tissus cérébraux ou lymphoïdes. (Scrapie positive)
Animal sensible exposé à la tremblante :
Toute chèvre et tout mouton de génotype 171QQ ou 136AV 171QR qui résidait sur les lieux d'une exploitation lorsque celle-ci a été déclarée infectée par la tremblante par une autorité compétente (c.-à-d. l'ACIA). (Scrapie exposed susceptible animal)
Animal suspect à l'égard de la tremblante :
Tout animal chez lequel la tremblante fait partie des possibilités de diagnostic différentiel. (Scrapie suspect)
Aire contiguë :
Exploitations qui partagent des frontières communes et où les petits ruminants des deux exploitations peuvent se côtoyer. (Contiguous)
Dispositif d'identification unique (identifiant unique) :
permanent, unique, sécuritaire et retraçable (p. ex. identification électronique, tatouage, étiquette inaltérable). Tant que le programme national d'identification obligatoire des chèvres n'ait pas été mis en œuvre, on peut utiliser les chaînes de cou et les colliers pour identifier les chèvres. (Unique identification device)
Mélangés (mêlés) :
animaux regroupés qui ont des contacts physiques entre eux. Cette notion exclut les contacts limités (p. ex. contacts à travers une clôture ou une cloison d'enclos lors d'une exposition ou d'une vente), mais englobe la présence d'animaux dans une même section d'un véhicule de transport, où il y a possibilité de contacts physiques. (Commingled (mixed)
Troupeau :
au sens du Règlement sur la santé des animaux. (Flock or herd)
Troupeau établi :
tous les animaux de la même exploitation (lieu d'élevage) ou tous les animaux qui ont le même propriétaire ou sont sous la même supervision dans deux exploitations ou plus entre lesquelles il y a des transferts d'animaux entre ces exploitations ou des contacts indirects, incluant l'utilisation partagée des lieux d'hébergement, des installations ou des pâturages. (Established flock or herd)
AA en 136 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 136 du gène prion de la tremblante permet de classer l'animal comme homozygote à l'égard de l'alanine (A). (136AA)
AV en 136 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 136 du gène prion de la tremblante permet de classer l'animal comme hétérozygote à l'égard de la valine (V) et de l'alanine (A). (136AV)
VV en 136 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 136 du gène prion de la tremblante permet de classer l'animal comme homozygote à l'égard de la valine (V). (136VV)
QQ en 171 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 171 du gène du prion de la tremblante ne comporte pas d'arginine (R) (y compris la glutamine et l'histidine; QQ, QH, HH). (171QQ)
QR en 171 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 171 du gène du prion de la tremblante ne permet pas de classer l'animal comme homozygote à l'égard de l'arginine (R), l'arginine étant repérée sur un allèle et non sur l'autre (y compris la glutamine et l'histidine; QR ou HR). (171QR)
RR en 171 :
comprend tous les résultats de génotypage où le codon 171 du gène   prion de la tremblante permet de classer l'animal comme homozygote à l'égard de l'arginine (R). (171RR)

7.5 Annexes

Annexe A : Prélèvement de tissus cérébraux

La tête entière peut être envoyée à l'état frais ou congelé à un laboratoire approuvé.

La tremblante n'est pas considérée comme un pathogène humain. Toutefois, il faut prendre les précautions sanitaires habituellement recommandées contre une vaste gamme d'agents pathogènes. Porter des vêtements de protection, des gants et un masque protecteur pour le prélèvement d'échantillons d'encéphale. Éviter tout contact direct avec les tissus cérébraux. Le personnel qui se trouve sur les lieux où les tissus sont prélevés doit prendre les précautions nécessaires pour éviter d'ingérer l'agent de la maladie.

Des précautions contre la transmission de la maladie aux petits ruminants et à l'environnement sont justifiées. On recommande que la tête de l'animal soit placée sur une toile de plastique jetable. La toile doit être assez grande afin de recouvrir tout l'espace de travail. Puisque les prions sont particulièrement résistants aux méthodes physiques et chimiques conventionnelles de décontamination, consultez l'Annexe E afin de pouvoir utiliser les désinfectants appropriés.

L'image représente une cuillère et un couteau à pamplemousse

Technique de prélèvement de l'obex

Instruments recommandés :

  • couteau d'autopsie pour la désarticulation de la tête (au besoin);
  • cuillère ou couteau pour l'ablation de l'obex; et
  • pinces à dents de souris.

Autres instruments optionnels :

  • scalpel; et
  • ciseaux.

La cuillère ou le couteau destinés à l'ablation de l'obex peuvent être fabriqués avec les ustensiles du service à pamplemousse Jessica de marque Zwilling J.A. Henckels. On peut aussi modifier un couteau à beurre ou une cuillère concave (concavité de 6 mm) assez longue. Le tranchant du couteau doit être aiguisé. Les bords de la cuillère doivent être limés à 22-26 mm dans sa partie la plus large, puis affûtés comme une lame.

L'image représente une tête de mouton placée sur sa face dorsale, avec l'ouverture du canal rachidien qui vous fait face

À l'aide d'un couteau d'autopsie, désarticuler la tête de la carcasse au niveau de l'articulation atlanto-occipitale. Placer la tête sur la table, sur sa face dorsale, le trou occipital (l'ouverture du canal rachidien) face à soi.

En tenant les pinces de la main gauche, saisir la dure-mère (la membrane épaisse recouvrant la mœlle épinière) et avec les ciseaux, tenus dans la main droite, pratiquer une incision le long de la ligne médiane, de façon à former deux rabats. (Cette étape n'est pas obligatoire.) Enlever le sang coagulé autour de la mœlle épinière.

Cette imagine montre l'utilisation d'une pince tenant la dure-mère d'une main et la section de la dure-mère par des ciseaux de l'autre main

Ces images montrent l'utilisation de pinces pour tenir la dure-mère, pendant que les nerfs crâniens sont séparés de la moëlle épinière

Tout en tenant la dure-mère avec les pinces de la main gauche, séparer les nerfs crâniens de la mœlle épinière. On peut exécuter cette opération avec des ciseaux ou encore avec la cuillère ou le couteau à obex en passant l'un ou l'autre de ces ustensiles autour de la mœlle épinière, le côté plat de la cuillère ou du couteau contre la mœlle (voir la position de la cuillère ou du couteau à obex par rapport à la mœlle épinière sur l'image suivante). Il s'agit de l'étape du dégagement de la mœlle épinière la plus importante. Celle-ci doit être parfaitement libre de toute attache (nerfs crâniens) et ce, dans toutes les directions. Si la mœlle épinière n'est pas assez dégagée, il sera impossible d'aller suffisamment loin vers l'avant pour prélever l'obex ou il manquera l'un des côtés.

Insérer la cuillère ou le couteau à obex, la face vers le bas, dans le canal vertébral et pousser l'ustensile de manière à ce que le bout s'enfonce le plus loin possible dans le crâne. Ainsi, le bout de la cuillère ou du couteau devrait être au-dessus de la partie de la mœlle située immédiatement à l'avant de l'obex et juste derrière les appendices cérébelleux.

Cette image montre l'insertion de la cuillère à obex, la face vers le bas, dans le canal vertébral

Identification des nerfs du cerveau - Example 1. Description ci-dessous.

Prélèvement de tissus cérébraux - Example 1

l'image est le diagram du canal vertébral et les appendices cérébelleux. La liste des parties du canal vertébral et les appendices cérébelleux en partant du haut à droite descendant vers le bas : les appendices cérébelleux, le trou occipital, la moelle épinière au haut du crâne, l'obex et le cervelet.

Identification des nerfs du cerveau - Example 2. Description ci-dessous.

Prélèvement de tissus cérébraux - Example 2

l'image est le diagram du canal vertébral et les appendices cérébelleux. La liste des parties du canal vertébral et les appendices cérébelleux en partant du haut à droite descendant vers le bas : les appendices cérébelleux, le gran os foremen, le trou occipital, la moelle le haut du crâne, l'obex et le cervelet.

Saisir la tête et, si l'on est droitier, la tenir dans la main gauche, la face dorsale vers le bas. En poussant vers le bas avec l'index, faire glisser la pointe de la cuillère ou du couteau à obex, en un mouvement de va-et-vient, par-dessus la mœlle épinière pour que celle-ci se sépare du reste de l'encéphale, juste devant l'obex, et derrière les appendices cérébelleux. Faire pivoter le crâne avec l'autre main dans la direction opposée à la cuillère ou au couteau pour faciliter le sectionnement de la mœlle épinière.

Ces images montrent la manipulation du bout de la cuillère, par un mouvement  de va-et-vient au dessus de la moëlle épinière, pour la séparer du reste du cerveau

Ces images montrent la manipulation du bout de la cuillère, par un mouvement  de va-et-vient au dessus de la moëlle épinière, pour la séparer du reste du cerveau

Cet image montre la cuillère à obex retirant doucement du canal la portion sectionnées d'encéphale

À l'aide de la cuillère ou du couteau à obex, retirer délicatement du canal la partie de l'encéphale qui a été sectionnée. L'obex est reconnaissable à sa dépression en forme de V. Il constitue la région la plus importante pour le diagnostic.

Cet image montre le tronc cérébral prélevé, incluant l'obex.  L'obex est reconnaissable à sa dépression en forme de V

Cet image montre le tronc cérébral prélevé, incluant l'obex.  L'obex est reconnaissable à sa dépression en forme de V

Cet image montre le tronc cérébral avec la moëlle épinière, l'obex et le tronc cérébral identifié

Communiquer avec le laboratoire approuvé par l'ACIA auquel les échantillons seront envoyés et demander les instructions relatives à la préparation des échantillons (à l'état frais ou congelé).

On peut congeler les échantillons et les expédier en lots à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour l'épreuve ELISA (au besoin).

Puisque le retraçage est crucial lorsqu'un animal est identifié comme positif à la tremblante, il est essentiel de s'assurer que l'échantillon soumis est lié de façon irréfutable au bon animal en enregistrant son numéro d'identification national ou autre identifiant unique.

Les tissus prélevés pour la surveillance de la tremblante peuvent être emballés et expédiés en tant que échantillons animaux exemptés, conformément au Règlement sur le transport des marchandises dangereuses. La méthode d'emballage de base en quatre composantes peut être utilisée. Après fixation, l'échantillon doit être placé dans un premier emballage étanche (sac du type Whirl-Pak) sur lequel on appose une étiquette. Il doit ensuite être inséré dans un deuxième emballage étanche et robuste (sac du type Whirl-Pak) avec un matériau pouvant absorber tout le liquide en cas de bris. Le tout doit être placé dans un emballage offrant une protection (p. ex. boîte de carton résistant) contre les dommages matériels externes. La description du contenu sur le bordereau d'expédition du transporteur doit comprendre les inscriptions suivantes : « échantillons animaux exemptés ».

Annexe B : Prélèvement de sang pour le génotypage

Pour la mise en œuvre du PVCTT, les échantillons peuvent être prélevés à des fins de génotypage par un vétérinaire accrédité à cette finou par une tierce partie supervisée par un vétérinaire accrédité à cette fin (p. ex., des étudiants en médecine vétérinaire ou des techniciens vétérinaires). Les moutons génotypés doivent porter les identifiants approuvés et le numéro d'identification officiel (à 15 chiffres) fourni lors de la soumission de l'échantillon.

Ces images montrent des moutons sur qui du sang est prélevé dans la veine jugulaire

Ponction veineuse jugulaire

Afin de faciliter le prélèvement rapide d'échantillons de sang de plusieurs moutons en un minimum de temps, il est recommandé de ne pas s'évertuer à mettre l'animal sur le dos. Il vaut mieux le laisser debout et l'immobiliser pour la ponction veineuse.

Tout en bloquant l'orifice supérieur du thorax, trouver par palpation ou par approximation l'emplacement de la veine jugulaire et y introduire l'aiguille du Vacutainer.

Pour chaque animal, on utilisera une aiguille uniservice afin d'éviter la contamination croisée d'ADN.

Prélever de 7 à 10 ml de sang dans un tube (à bouchon lilas ou violet) contenant de l'acide éthylènediaminetétracétique (EDTA).

S'assurer que les paramètres d'identification de l'échantillon et de l'animal correspondent de manière irréfutable.

Les échantillons doivent être conservés à 4 °C jusqu'à leur expédition. Les envoyer au laboratoire le plus tôt possible. Vérifier auprès de chaque laboratoire s'il a des préférences quant aux conditions et au jour de l'envoi des échantillons.

Échantillons de tissus pour le génotypage

D'autres tissus comme le cerveau et les poils peuvent être utilisés. Vérifiez auprès des laboratoires particuliers afin de connaître leurs préférences de sélection de tissus. Étant donné qu'il faut envoyer au laboratoire la tête ou un échantillon d'encéphale pour le dépistage de la tremblante, il serait plus simple que le laboratoire envoie un échantillon d'encéphale pour le génotypage.

Annexe C : Prélèvement de follicules lymphoïdes de la membrane nictitante

Cette procédure d'échantillonnage sur un animal vivant est effectuée seulement sur les moutons. Dans la majorité des cas, la procédure de biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale (Annexe D) est la procédure d'échantillonnage préférée sur un animal vivant.

Puisque des tissus lymphoïdes possiblement infectieux pour la la tremblante sont recueillis et que le site de prélèvement (l'œil) est une voie possible de pénétration de l'agent de la tremblante, il est nécessaire de prendre des précautions pour empêcher la transmission de la tremblante.

Les instruments peuvent être manipulés de l'une des façons suivantes :

  • On peut se servir d'instruments à usage unique qu'on jette après les avoir utilisés pour un seul animal.
  • On peut utiliser des instruments à usages multiples désinfectés à l'aide d'un produit et suivant un protocole reconnus pour être prionicides. (Voir annexe E.)
  • On peut également, pour chaque mouton, déposer les pinces et ciseaux utilisés dans un sac portant les paramètres d'identification du mouton échantillonné et les garder jusqu'à ce que les résultats des épreuves soient connus. Si, pour un animal particulier, les résultats se révèlent positifs, il est recommandé de jeter la trousse d'instruments correspondant à l'animal. Si, par contre, les résultats sont négatifs, les instruments correspondants peuvent être désinfectés suivant le protocole habituel et réutilisés normalement.

Technique

Il faut une personne pour immobiliser l'animal.

S'assurer, en vérifiant les paramètres d'identification de l'animal, que son génotype est 171 QQ.

Mettre quelques gouttes d'un anesthésique ophtalmique local (proparacaïne, lidocaïne ou xylocaïne) dans l'œil choisi.

Appliquer sur la surface bulbaire de la membrane nictitante une goutte de solution d'histamine à 1 %. Cette solution permet de repérer beaucoup plus facilement la région des follicules lymphoïdes en la rendant hyperémiée ainsi que légèrement saillante et irrégulière.

Remarque : La solution d'histamine peut être préparée par une pharmacie vétérinaire, par exemple :

  • Veterinary Pharmacy, chemin Imperial, Guelph (Ontario) 519-824-7887; ou
  • Strathcona Prescription Centre, 8225, 105e Rue, Edmonton (Alberta) T6E 4H2, 780-432-0394 ou 1-888-433-2334.

Laisser les gouttes agir pendant 5 ou 6 minutes.

Cet image montre une pince qui saisit le bord de la membrane nictitante d'un mouton

Saisir le bord de la membrane nictitante avec des pinces à tissu, le retourner et observer la surface ventrale (bulbaire) de la membrane nictitante.

Cet image montre du des ciseaux coupant du tissu lymphoïde de la troisième paupière

À l'aide de ciseaux (des Metzenbaum, de préférence), les lames posées à plat sur la membrane nictitante, prélever les follicules lymphoïdes repérés. Placer l'échantillon prélevé par biopsie dans une cassette étiquetée doublée d'un tampon de biopsie (c.-à-d., Leica Microsystems – 1 x 1,25; catalogue no 3801000). Placer la ou les cassettes dans un contenant étanche avec du formol tamponné à 10 % à pH neutre pour la fixation (voir les notes ci-dessous), le ratio tissus/formol étant de 1:10.

Envoyer le ou les échantillons à un laboratoire pouvant effectuer le dépistage de la tremblante par un test d'immunohistochimie sur les tissus lymphoïdes.

Remarques :

  • Si des tissus formolés prélevés par biopsie de la membrane nictitante sont soumis, l'échantillon (ou les échantillons) doit être fixé dans le formol pendant au moins 24 heures, mais pas plus de 5 jours selon la taille de l'échantillon. La pénétration du formol est d'au moins 5 mm d'épaisseur de tissu par jour et doit être selon un ratio de 1 h 10 (tissus/formol).
  • Ne jamais utiliser de marqueur permanent pour étiqueter les cassettes, car l'encre risque de s'étaler et de disparaître au cours du traitement. Un crayon HB no 2 (ou un marqueur pour histologie résistante à l'alcool) convient le mieux à l'étiquetage des cassettes.
  • Les contenants qui sont appropriés pour la procédure de fixation doivent être propres, exempts de débris, étanches, pouvant être scellés, en plus de permettre un accès facile aux cassettes. Pour obtenir un ratio tissus/formol adéquat, placer environ 20 cassettes dans un contenant de 500 ml et 30 cassettes dans un contenant de 750 ml. Des contenants pour histologie répondant aux paramètres nécessaires des contenants de fixation d'échantillons sont disponibles chez Starplex Scientific® – (anglais seulement) d'Etobicoke, en Ontario.

Annexe D : Biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale

Cette procédure d'échantillonnage sur un animal vivant est effectuée sur les moutons et les chèvres. Dans la majorité des cas, la procédure de biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale est la procédure d'échantillonnage préférée sur un animal vivant.

Comme les tissus lymphoïdes qu'on prélève peuvent être infectieux et que le site du prélèvement peut, théoriquement, servir de voie de pénétration (tissu rectoanal) à l'agent de la tremblante, il est nécessaire de prendre des précautions pour empêcher la transmission de la tremblante lorsqu'on échantillonne des troupeaux susceptibles d'être une source de l'agent de la maladie.

Les instruments peuvent être manipulés de l'une des façons suivantes :

  • On peut se servir d'instruments à usage unique qu'on jette après les avoir utilisés pour un seul animal.
  • On peut utiliser des instruments à usages multiples désinfectés à l'aide d'un produit et suivant un protocole reconnus pour être prionicides (Voir Annexe E).
  • On peut également, pour chaque prélèvement, déposer les pinces et ciseaux utilisés dans un sac portant les paramètres d'identification de l'animal échantillonné et les garder jusqu'à ce que les résultats des épreuves soient connus. Si, pour un animal particulier, les résultats se révèlent positifs, il est recommandé de jeter la trousse d'instruments correspondant à cet animal. Si, par contre, les résultats sont négatifs, les instruments correspondants peuvent être désinfectés suivant le protocole habituel et réutilisés normalement.

Technique

Une personne doit se charger d'immobiliser l'animal en le maintenant appuyé contre un mur ou dans un coin.

Vérifier l'identification de l'animal. S'il s'agit d'un mouton, vérifier également que son génotype est QQ en 171.

On peut appliquer, avec un doigt ganté, une crème anesthésique/analgésique (lidocaïne et prilocaïne) sur la muqueuse de la partie distale du rectum. On peut utiliser, par exemple, de l'EMLA (mélange eutectique d'anesthésiques locaux); il s'agit d'une émulsion huile/eau d'un mélange eutectique à parts égales de crèmes à base de lidocaïne et de prilocaïne produit par AstraZeneca Canada Inc. La lidocaïne et la prilocaïne, deux substances solides à la température ambiante, constituent un mélange eutectique sous forme d'huile dont le point de fusion est 16 °C. Si le prélèvement est fait à l'aide d'un spéculum rectal, avant de l'introduire dans le rectum, appliquer une quantité généreuse de crème analgésique, celle-ci ayant aussi des propriétés lubrifiantes. Laisser la crème analgésique/anesthésique agir pendant environ cinq minutes.

Palper/visualiser la jonction recto-anale. Les échantillons doivent être prélevés à environ 1-2 cm avant cette jonction (partie proximale). Les meilleurs sites de prélèvement comprennent les surfaces dorso-latérale (à 10 et à 2 heures) et ventrolatérale (à 4 et à 8 heures) de la muqueuse. Prélever des tissus aux emplacements situés à 10 et à 2 heures et, au besoin, à 4 et à 8 heures. Éviter la voûte et le plancher (6 et 12 heures). Au moyen de pinces, soulever la muqueuse/crypte de manière à former une « tente » de tissu. Exciser cette tente à l'aide de ciseaux. Placer l'échantillon prélevé par biopsie dans une cassette étiquetée doublée d'un tampon de biopsie (c.-à-d., Leica Microsystems – 1 x 1,25; catalogue no 3801000). Placer la ou les cassettes dans un contenant étanche avec du formol tamponné à 10 % à pH neutre pour la fixation (voir les notes ci-dessous), le ratio tissus/formol étant de 1:10.

Pour plus amples renseignements, voir la Ramalt Biopsy Sample Technique – (disponible en anglais seulement).

Envoyer le ou les échantillons à un laboratoire pouvant effectuer le dépistage de la tremblante par un test d'immunohistochimie sur les tissus lymphoïdes.

Remarques :

  • En cas de soumission de tissus formolés prélevés par biopsie du tissu lymphoïde associé à la muqueuse recto-anale, l'échantillon (ou les échantillons) doit être fixé dans le formol pendant au moins 24 heures, mais pas plus de 5 jours selon la taille de l'échantillon. La pénétration du formol est d'au moins 5 mm d'épaisseur de tissu par jour et doit être selon un ratio de 1 h 10 (tissus/formol).
  • Ne jamais utiliser de marqueur permanent pour étiqueter les cassettes, car l'encre risque de s'étaler et de disparaître au cours du traitement. Un crayon HB no 2 (ou un marqueur pour histologie résistante à l'alcool) convient le mieux à l'étiquetage des cassettes.
  • Les contenants qui sont appropriés pour la procédure de fixation doivent être propres, exempts de débris, étanches, pouvant être scellés, en plus de permettre un accès facile aux cassettes. Pour obtenir un ratio tissus/formol adéquat, placer environ 20 cassettes dans un contenant de 500 ml et 30 cassettes dans un contenant de 750 ml. Des contenants pour histologie répondant aux paramètres nécessaires des contenants de fixation d'échantillons sont disponibles chez Starplex Scientific® d'Etobicoke, en Ontario.

Annexe E : Précautions sanitaires et désinfectants

L'agent de la tremblante n'est pas considéré pathogène pour l'homme. Il faut toutefois prendre les précautions sanitaires habituellement recommandées contre les agents pathogènes. Porter des vêtements de protection, des gants et un masque protecteur pour le prélèvement d'échantillons d'encéphale. Éviter tout contact direct avec les tissus cérébraux. Le personnel qui se trouve sur les lieux où les tissus sont prélevés doit prendre les précautions nécessaires pour éviter d'ingérer l'agent de la maladie.

Les prions sont particulièrement résistants aux méthodes physiques et chimiques conventionnelles de décontamination. Les désinfectants habituels comme le Virkon ne sont pas efficaces contre les prions. Les instruments et les surfaces doivent être désinfectés avec soit de l'hypochlorite de sodium ou de l'hydroxyde de sodium. Les protocoles recommandés comprennent :

Il est recommandé de déposer la tête de l'animal sur une toile de plastique jetable. La toile doit couvrir toute la surface de travail. Les gants et les vêtements de protection jetables utilisés et les restes d'animaux doivent être enfouis ou incinérés.

Instruments

Les instruments et le matériel réutilisables doivent demeurer humides entre le moment où ils sont exposés à du matériel infectieux et leur nettoyage et décontamination ultérieurs.

  • Nettoyer à fond avec un essuie-tout, puis faire tremper dans une solution de chlore disponible à 2 % pendant 1 heure à 20 °C;
  • Nettoyer à fond avec un essuie-tout, faire tremper dans une solution de NaOH 2M pendant 1 heure à 20 °C, bien rincer à l'eau, puis passer à l'autoclave (entre 134 et 138 °C pendant 18 minutes); ou
  • Nettoyer à fond avec un essuie-tout, faire tremper dans une solution de NaOH 1M ou de chlore disponible à 2 % pendant 1 heure, rincer à l'eau, transférer dans un bassin d'eau, et chauffer à l'autoclave à 121 °C pendant 1 heure.

Surfaces :

  • Nettoyer à fond, puis asperger les surfaces d'une solution de 2 % de chlore disponible pendant 1 heure à 20 °C, puis rincer à l'eau; ou
  • Nettoyer à fond, puis asperger les surfaces d'une solution de NaOH 2M pendant 1 heure à 20 °C, puis rincer à l'eau.

Produits chimiques

  • Il est possible de se procurer de l'hydroxyde de sodium (NaOH) en cristaux chez Fisher Scientific. Pour obtenir une solution de NaOH 2 molaires, dissoudre 80 grammes de cristaux de NaOH dans un litre d'eau et bien remuer.
  • La solution d'hypochlorite de sodium (NaOCl) peut être préparée avec de l'eau de Javel de qualité industrielle ou commerciale (Javex, par exemple). Diluer l'eau de Javel jusqu'à une concentration finale de 2 % (20 000 ppm) de chlore actif. Par exemple, sachant que la teneur en chlore actif (indiquée sur l'étiquette) de la plupart des marques d'eau de Javel du marché est de 6 %, mélanger une partie d'eau de Javel à 6 % avec deux parties d'eau (rapport 1:2) pour obtenir la concentration voulue (2 %) de chlore actif.

Annexe F : Nettoyage et désinfection d'un lieu

Le nettoyage et la désinfection (N et D) d'un lieu sont applicables dans certaines situations lorsqu'un troupeau du PVCTT possédant un statut de niveau D ou supérieur se déplace vers un nouveau lieu et désire garder ce statut. Les propriétaires qui n'entreprennent pas de faire approuver les activités de N et D requises, n'auront pas le droit de conserver leur statut. Des détails sont fournis dans la section 2 des Normes nationales du PVCTT.

Si le nettoyage et la désinfection des lieux sont nécessaires, les activités doivent être supervisées par le vétérinaire accrédité et suivre un protocole de désinfection approuvé comme suit :

  • Le nettoyage et la désinfection s'appliquent aux structures où des petits ruminants ont été gardés (à l'intérieur ou à l'extérieur) ou ont mis bas.
  • Enfouir ou composter la litière, le fumier et les déchets de ces zones d'habitat ou de mise bas. Si le compostage est choisi comme méthode, le matériel est composté pendant six mois et ensuite éliminé sur un terrain auquel ni moutons ou chèvres ont accès.
  • Retirer le sol de surface (d'un à deux pouces plus profond que l'endroit où la surface se brise) des zones extérieures déterminées d'agnelage, de mise bas ou d'habitat, puis en disposer sur des terres auxquelles les moutons et les chèvres n'ont pas accès.
  • Retirer les débris organiques, puis désinfecter superficiellement les structures de béton, de métal et de bois qui ont été en contact avec les petits ruminants, y compris les bacs d'eau et les abreuvoirs, à l'aide d'une solution d'hypochlorite de sodium (à une concentration de 2 % de chlore actif) ou d'hydroxyde de sodium (NaOH à une concentration de deux molaires). (Voir Annexe E.)
  • On suggère que le vétérinaire accrédité du troupeau approuve le nettoyage avant de procéder à la désinfection. Ceci permet de répéter le nettoyage, s'il ne s'est pas avéré adéquat, sans avoir à répéter l'étape plus difficile et dangereuse de la désinfection.

Annexe G : Liste des laboratoires

Laboratoires approuvés par l'ACIA pour le génotypage à l'égard de la tremblante

Animal Health Laboratory – (disponible en anglais seulement)
Division des services de laboratoire
Université de Guelph
419, rue Gordon, Édifice 89
C. P. 3612
Guelph (Ontario) N1H 6R8
Téléphone : 519-824-4120 (poste 54530)
Télécopieur : 519-8270961

USDA Laboratories - PDF (7 ko) – (anglais seulement)
Les laboratoires approuvés par le département de l'Agriculture des États-Unis (USDA) pour le génotypage à l'égard de la tremblante sont également approuvés par la Division de la santé des animaux terrestres de l'ACIA en ce qui concerne l'exportation et l'analyse de certification des troupeaux. La liste actuelle des laboratoires approuvés par l'USDA pour le génotypage à l'égard de la tremblante se trouve sur le site Web du Animal and Plant Health Inspection Service de l'USDA sous la rubrique Approved Laboratories for Genotype Testing – (disponible en anglais seulement).

Laboratoires approuvés par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante à l'aide du test Bio-Rad ELISA

Alberta Agriculture and Rural Development
Agri-Food Laboratories Branch – (disponible en anglais seulement)
TSE Laboratory
6909 - 116e rue
Edmonton (Alberta) T6H 4P2
Téléphone : 780-422-4830
Télécopieur : 780-415-4527

Animal Health Laboratory – (disponible en anglais seulement)
Division des services de laboratoire
Université de Guelph
419, rue Gordon, Édifice 89
C. P. 3612
Guelph (Ontario) N1H 6R8
Téléphone : 519-824-4120 (poste 54530)
Télécopieur : 519-8270961

Prairie Diagnostic Services Inc. – (disponible en anglais seulement)
59, rue Campus
Saskatoon (Saskatchewan) S7N 5B4
Téléphone : 306-966-7316

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Laboratoire d'épidémiosurveillance animale du Québec
3220, rue Sicotte
Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 7X9
Téléphone : 450-778-6542
Télécopieur : 450-778-6535

Remarque : Des échantillons peuvent aussi être envoyés au Laboratoire d'Ottawa (Fallowfield), de Lethbridge ou de Saint-Hyacinthe par l'entremise d'un bureau de district de l'ACIA dans le cadre du Programme national de surveillance de la tremblante.

Laboratoires approuvés par l'ACIA pour le dépistage de la tremblante dans la membrane nictitante et la biopsie des tissus lymphoïdes associés à la muqueuse recto-anale grâce à l'immunohistochimie

Le Laboratoire d'Ottawa (Fallowfield) de l'ACIA est actuellement le seul laboratoire effectuant le test d'immunohistochimie (IHC). Contactez votre bureau de district pour vérifier si l'ACIA peut effectuer ce test.

Date de modification :