Chapitre 13 – Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique – juillet 2017
13.6 Annexe 1B : Procédures de prélèvement des noeuds lymphatiques – juillet 2017

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

La tête entière peut être envoyée à l'état frais ou congelé à un laboratoire approuvé par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) (voir le Module 13.6, Annexe 1C).

La MDC est une maladie à déclaration obligatoire. Par conséquent, si l'animal présente des symptômes pour lesquels la MDC constitue un diagnostic différentiel, le bureau de district local de l'ACIA peut être contacté pour l'échantillonnage.

Les échantillons présentés en vertu du Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique (PVCT MDC) doivent avoir été prélevés par un vétérinaire accrédité, un vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT (notamment les inspecteurs de ferme à gibier) ou une personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC ou un laboratoire approuvé (ou un vétérinaire ou inspecteur de l'ACIA).

Personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC : Une personne qui a suivi la formation appropriée et qui est reconnu par son administrateur régional apte à recueillir et à conserver les échantillons pour le dépistage de la MDC et la tenue adéquate de registres, et qui est autorisée par son administrateur régional à effectuer ce type d'activités sur les cervidés d'élevage dans le cadre du PVCT. Une personne reconnue responsable du prélèvement des échantillons peut être un tiers approuvé ou un exploitant de ferme de cervidés. Elle doit mener ses activités sans lien de dépendance avec le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et ne peut pas prélever des échantillons de ses propres animaux. Une personne agréée responsable du prélèvement des échantillons est responsable de s'assurer que, pour tous les cervidés présentés pour un prélèvement d'échantillons, tous les dispositifs d'identification ont été vérifiés in situ.

Tiers approuvé : Une personne qui n'est pas le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, qui n'a pas de lien de dépendance avec le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et qui est approuvée par l'administrateur régional à titre de fournisseur de programme admissible, et qui possède la formation et les qualifications nécessaires pour dispenser certains aspects du PVCT. Les tiers approuvés peuvent être le personnel d'un ministère ou d'un organisme provincial ou territorial, un propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, un vétérinaire accrédité par l'ACIA, un technicien en santé animale ayant obtenu un permis d'exercice auprès de l'organisme d'attribution de permis provincial approprié et supervisé par le vétérinaire accrédité, ou un vétérinaire ou un inspecteur de l'ACIA.

Pour le dépistage de la MDC chez les cervidés d'élevage en vertu du PVCT, les noeuds lymphatiques rétro-pharyngiens (NLRP) doivent être prélevés en plus de l'obex.

Observer que le dispositif d'identification approuvé est in situ avant d'extraire les tissus destinés à l'analyse, consigner tous les renseignements relatifs à l'identification individuelle des animaux sur le formulaire propre à la MDC et s'assurer tous leurs dispositifs d'identification (y compris les étiquettes de la Santé des animaux) accompagnent les échantillons envoyés au laboratoire.

Remarque : Cette technique est illustrée sur le CD de formation intitulé « Encéphalopathies spongiformes transmissibles : Surveillance et prélèvement d'échantillons » qui est publié par l'ACIA et distribué par les vétérinaires de district.

Technique de prélèvement des noeuds lymphatiques rétro-pharyngiens

Instruments recommandés :

  • un couteau à désosser de taille moyenne;
  • des pinces à dents de souris;
  • des ciseaux (optionnels).

Voici une technique recommandée de prélèvement de tissus des NLRP. Les noeuds lymphatiques décrits dans la présente annexe sont les NLRP médiaux qui se situent en profondeur et entre la base du larynx (trachée) et la base du crâne. Ils sont « enfouis » à l'intérieur d'une zone de tissu conjonctif blanchâtre et sont situés d'un côté ou de l'autre du pharynx, et du haut du cou et de la mâchoire.

  1. Placer la tête du cervidé à l'envers (sur sa face dorsale) sur une surface de travail propre et stérile, le trou occipital face à soi et le museau pointant dans la direction opposée (voir figure 6).
    Figure 6 – Tête du cervidé sur sa face dorsale, dans l'orientation correcte.

    Figure 6 – Tête du cervidé sur sa face dorsale, dans l'orientation correcte

  2. À l'aide d'un couteau à désosser de taille moyenne, pratiquer la première incision vers le haut en partant du dessus du trou occipital jusqu'à la surface (et à travers la peau si présente) (voir figure 7).
  3. Pratiquer la deuxième incision à partir du même point, en demeurant près de la base du crâne et en déplaçant le couteau vers le bas et la droite, comme pour désosser le tissu (voir figure 7).
    Figure 7 – Emplacement des incisions nécessaires pour accéder aux NLRP enfouis.

    Figure 7 – Emplacement des incisions nécessaires pour accéder aux NLRP enfouis

  4. Pratiquer la troisième incision, toujours à partir du même point, mais cette fois en se dirigeant vers le bas et la gauche, toujours en restant près du crâne (voir figure 7).
  5. Écarter les deux rabats créés. Une zone de tissu conjonctif blanc et de gras apparaît de chaque côté de l'ouverture. Les NLRP sont relativement grands, fermes et encapsulés dans le tissu fibreux blanc (voir figure 8).
    Figure 8 – Emplacement des NLRP enfouis.

    Figure 8 – Emplacement des NLRP enfouis

    (Photo publiée avec l'aimable autorisation du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec [MAPAQ].)

  6. Disséquer carrément les noeuds lymphatiques fermes, de couleur beige, enfouis dans le tissu conjonctif blanc, à l'aide des doigts gantés et/ou d'une paire de ciseaux (voir figure 9).
    Figure 9 – NLRP de couleur beige après leur dissection de la capsule de tissu conjonctif.

    Figure 9NLRP de couleur beige après leur dissection de la capsule de tissu conjonctif

Communiquer avec le laboratoire et demander les instructions relatives à la préparation des échantillons (à l'état frais ou congelé). S'assurer que tous les dispositifs d'identification et les étiquettes de l'animal accompagnent l'échantillon lors de l'envoi au laboratoire approuvé.

Date de modification :