Tuberculose et faune sauvage – Fiche d’information

Les animaux sauvages sont-ils vulnérables à la tuberculose bovine?

Oui, la tuberculose bovine est une maladie bactérienne infectieuse chronique causée par Mycobacterium bovis (M. bovis) qui touche une grande variété de mammifères, notamment la faune sauvage, le bétail et les humains.

La tuberculose bovine est-elle courante chez les animaux sauvages?

Dans certaines parties du monde où la tuberculose bovine a persisté, la faune sauvage, par exemple, le blaireau d'Europe au Royaume-Uni et en Irlande, le phalanger-renard en Nouvelle-Zélande et le sanglier en Espagne, a constitué le réservoir de l'infection et a transmis la maladie au bétail, contrecarrant ainsi les efforts pour éradiquer la maladie chez les populations d'animaux d'exploitation. Même si les activités de surveillance indiquent que l'infection n'est pas courante chez les animaux sauvages d'Amérique du Nord, la tuberculose bovine s'est établie chez le wapiti, le cerf de Virginie et le bison dans certaines zones géographiques précises.

Au Canada, deux populations sauvages sont connues pour être infectées par la tuberculose bovine : le bison des bois du nord de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest adjacents dans la région du parc national du Canada Wood Buffalo, et le wapiti et des cerfs du sud-ouest du Manitoba dans la région du parc national du Canada du Mont-Riding.

Les animaux sauvages peuvent-ils transmettre la tuberculose bovine aux autres animaux sauvages et au bétail?

Bien que de nombreuses espèces sauvages soient vulnérables à l'infection par la bactérie, on croit que la plupart des espèces sauvages ne peuvent pas maintenir la maladie dans leur population sans que l'infection leur soit transmise par une autre espèce (p. ex. le bétail infecté), qu'il se produise un changement dans la population ou qu'un comportement aggravant la propagation de la maladie soit adopté. Au Canada, on croit que seul le wapiti et des cerfs infecté du sud-ouest du Manitoba est responsable de la transmission de la maladie au bétail du parc national du Canada du Mont-Riding.

Que fait l'ACIA pour lutter contre la tuberculose bovine chez les populations d'animaux sauvages?

La responsabilité de la lutte contre la maladie revient à l'Agence, qui a la compétence légale sur les espèces sauvages. Dans les parcs nationaux, les animaux sont sous la responsabilité de l'Agence Parcs Canada. Les animaux errants ou sur une terre publique provinciale sont sous la responsabilité de la province. L'ACIA n'a pas de programme spécifiquement conçu pour lutter contre la maladie au sein des populations sauvages, mais elle peut fournir des renseignements, des avis, un appui scientifique et des services de laboratoire aux agences responsables de ces populations.

Comment lutte-t-on contre la tuberculose bovine dans une population d'animaux sauvages?

Le problème de la tuberculose bovine chez les animaux sauvages est complexe, car il y a des limites aux mesures concrètes pouvant être prises, et il faut prendre en compte les intérêts des diverses parties prenantes. Une série d'options de gestion du risque a été adoptée sous diverses juridictions, dont certaines au Canada. Elles incluent les suivantes :

  • Réduction ou dépopulation des populations sauvages, et remplacement de ces populations par des populations indemnes
  • Mesures de biosécurité efficaces sur les lieux de l'exploitation pour protéger le bétail et les aliments des animaux sauvages
  • Mesures pour prévenir l'appâtage et certains comportements de regroupement des animaux sauvages
  • Participation continue aux efforts de surveillance et d'analyse pour protéger le bétail des animaux sauvages potentiellement malades
  • Vaccination des animaux sauvages pour réduire la transmission de la maladie au bétail
  • Zone tampon sans animaux sauvages pour empêcher les contacts entre les animaux sauvages et le bétail

L'ensemble des mesures appliquées varie d'une région à une autre selon les espèces sauvages réservoirs, la densité des populations et le régime de gestion de la faune.

Les humains peuvent-ils contracter la tuberculose bovine pour avoir dépecé un animal sur le terrain ou consommé la viande d'un animal infecté?

Bien que la tuberculose bovine ne se transmette pas facilement aux humains, quiconque manipulant un animal infecté ou consommant la viande de cet animal risque de contracter la maladie. Quiconque chasse le bison dans la région du parc national canadien Wood Buffalo ou le wapiti et le cerf dans la région du parc national du Canada du Mont-Riding doit connaître les symptômes de la maladie. On recommande aux chasseurs de prendre des mesures de biosécurité, entre autres de porter des gants de plastique et de rester en amont du vent lorsqu'ils manipulent des animaux sauvages potentiellement infectés, et de laver leurs mains, leurs couteaux et leurs vêtements avec de l'eau chaude savonneuse après avoir dépecé un animal sur le terrain. Il faut s'assurer que la viande est bien cuite. Les chasseurs qui suspectent que l'animal qu'ils ont tué est infecté doivent communiquer avec leur agence provinciale ou fédérale et demander un avis médical s'ils croient qu'ils peuvent avoir été exposés à la maladie.

Que fait l'ACIA lorsque du bétail canadien a été exposé à des animaux sauvages malades?

Par mesure de précaution, les bovins, le bison, le wapiti et le cerf sont soumis à des analyses de dépistage de la tuberculose bovine. Si des animaux d'élevage ont des résultats d'analyse positifs, une ordonnance de destruction est émise et des tissus sont prélevés aux fins d'examen en laboratoire. Reportez-vous à Quoi devez-vous vous attendre si votre exploitation est sous enquête pour plus d'activités d'information après un résultat de test positif.

Pourquoi les animaux domestiques infectés par la tuberculose bovine ou exposés à cette maladie doivent-ils être détruits?

Le Canada a un programme d'analyse et d'éradication strict pour les animaux domestiques. Parce que la période d'incubation de la tuberculose peut être longue et que les analyses ne révèlent pas toujours cette maladie, une exigence réglementaire stipule que tous les animaux infectés et tous les animaux vulnérables exposés doivent être détruits.

Programmes provinciaux concernant la faune

Renseignements additionnels

Date de modification :