Pseudorage - Fiche de renseignements

Qu'est-ce que la pseudorage?

La pseudorage, aussi appelée maladie d'Aujeszky, est une maladie virale responsable d'une affection neurologique et respiratoire chez les porcs, les hôtes naturels du virus.

On a signalé des cas sporadiques d'infection chez d'autres espèces (les bovins, les moutons, les chèvres, les chiens, les chats, les visons, les renards, les ratons laveurs et les rats), causant une affection neurologique fatale caractérisée par des symptômes semblables à ceux de la rage et un prurit intense.

La pseudorage présente-t-elle un risque pour la santé humaine?

Non. La pseudorage ne présente aucun risque pour la santé humaine.

Quels sont les signes cliniques de la pseudorage?

Les porcs présentent des symptômes de la pseudorage qui varient selon l'âge. Ce sont toutefois les plus jeunes qui en sont atteints le plus gravement.

  • Nouveaux-nés et porcelets allaités : Chez les très jeunes porcelets, la maladie se traduit par une incapacité de bouger ou de se tenir debout; ils peuvent rester assis comme des chiens en raison d'une paralysie des membres postérieurs. Les porcelets un peu plus âgés ont de la fièvre, perdent l'appétit, vomissent et souffrent de troubles du système nerveux (p. ex., troubles de la coordination, somnolence, spasmes musculaires, convulsions, paralysie). Chez les porcs allaités, le taux de mortalité est près de 100 pour cent.
  • Porcelets sevrés : Le taux de mortalité est faible (de cinq à dix pour cent). Ces porcelets peuvent présenter les signes cliniques mentionnés précédemment, mais les symptômes respiratoires, comme la toux, les éternuements et une respiration laborieuse, sont plus importants.
  • Porcs en croissance et en finition : Les troubles respiratoires constituent le symptôme le plus fréquent. Le taux de mortalité est très faible (d'un à deux pour cent).
  • Porcs adultes : L'infection est souvent mineure ou les porcs sont asymptomatiques. Les truies peuvent éprouver des difficultés de reproduction (p. ex., mortalité embryonnaire précoce, avortement, foetus momifiés, naissance de porcelets morts-nés ou faibles et tremblants).

Chez d'autres espèces, la pseudorage est presque toujours mortelle et se caractérise notamment par un prurit intense, une forte tendance à se gratter et à s'automutiler, une incapacité de se lever, des troubles de coordination, la paralysie et une mort rapide.

Dans quelles régions la pseudorage sévit-elle?

La présence de la pseudorage a été signalée dans la plupart des pays, à l'exception du Canada, du Groenland, de l'Australie et des pays africains.

Les États-Unis mènent une campagne d'éradication dynamique depuis 1989 et, en 2004, les porcs domestiques dans tous les états étaient considérés exempts du virus. Cependant, on sait que le virus de la pseudorage est présent dans les porcs sauvages, et ces animaux présentent un risque permanent pour la population domestique.

Comment la pseudorage est-elle transmise et comment se propage-t-elle?

Très contagieuse chez les porcs, la pseudorage peut se propager rapidement à un troupeau entier. Le virus se transmet surtout par les voies respiratoires et le contact museau à museau. Les porcelets peuvent être infectés in utero ou quand ils sont allaités par une truie infectée.

La pseudorage est un virus herpétique : lorsqu'un animal est infecté, il l'est pour la vie et peut répandre le virus tout en étant asymptomatique.

Le virus peut aussi se propager par l'entremise d'eau contaminée, entrant en contact avec des vêtements, des chaussures ou de l'équipement contaminés, en particulier par temps frais et humide, ce qui contribue à la survie du virus. Il existe également des indications de transmission aéroportée du virus.

Comment la pseudorage est-elle diagnostiquée?

On procède à des épreuves de laboratoire sur des échantillons de tissus et de sang pour détecter le virus et ses anticorps.

Quel est le traitement utilisé contre la pseudorage?

Il n'existe pas de traitement spécifique contre la pseudorage. La vaccination peut prévenir la maladie et atténuera les signes cliniques en cas d'infection aiguë. On y recourt d'ailleurs couramment dans certains pays pour combattre la pseudorage. Aux États-Unis, la vaccination fait partie intégrante du programme d'éradication.

Que fait-on pour protéger le bétail canadien contre une éclosion de pseudorage?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) impose des exigences réglementaires rigoureuses qui s'appliquent aux animaux et aux produits animaux importés de pays où la pseudorage a été signalée. C'est l'Agence des services frontaliers du Canada ou l'ACIA qui se charge de faire respecter ces exigences grâce aux inspections effectuées aux points d'entrée.

La pseudorage est une « maladie à déclaration obligatoire » en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Cela signifie que tous les cas suspects doivent être déclarés à l'ACIA et font l'objet d'une enquête immédiate par des inspecteurs.

Quelles mesures prendrait l'ACIA en cas d'éclosion de pseudorage au Canada?

La stratégie d'intervention d'urgence du Canada en cas d'éclosion de pseudorage vise à :

  • éradiquer la maladie;
  • rétablir le plus rapidement possible le statut sanitaire du Canada comme pays exempt de pseudorage.

Pour tenter d'éradiquer la pseudorage, l'ACIA appliquerait sa politique d'abattage sanitaire qui comprend ce qui suit :

  • la destruction sans cruauté de tous les animaux infectés et exposés au virus;
  • la surveillance et le retraçage de tous les animaux potentiellement infectés ou exposés au virus;
  • des mises en quarantaine et des mesures de contrôle des déplacements des animaux rigoureuses pour empêcher la propagation du virus;
  • la décontamination complète des lieux contaminés;
  • le zonage pour circonscrire les régions contaminées et celles exemptes de la maladie.

Les propriétaires d'animaux dont on a ordonné la destruction pourraient être indemnisés.

Renseignements additionnels

Date de modification :