Peste porcine africaine - Fiche de renseignements

Qu'est-ce que la peste porcine africaine?

La peste porcine africaine (PPA) est une virose contagieuse qui s'attaque aux porcs.

En Afrique, le virus touche les porc sauvages (phacochères et potamochères), mais ces derniers ne présentent pas de signes cliniques; ils servent donc d'hôtes au virus.

Cette maladie est plus susceptible d'apparaître chez certaines espèces de porcs. La PPA peut entraîner un taux de mortalité élevé chez les porcs infectés suivants :

  • Porcs domestiques
  • Sangliers
  • Porcs sauvages américains

Le virus peut survivre plusieurs mois dans la viande de porc fraîche et les produits du porc transformés.

La PPA présente-t-elle un risque pour la santé humaine?

Non. La PPA ne présente aucun risque pour la santé humaine.

Quels sont les signes cliniques de la PPA?

Les signes cliniques de la PPA peuvent être bénins ou graves et ressembler beaucoup à ceux de la peste porcine.

La PPA peut occasionner un taux élevé de mortalité dans les troupeaux affectés et peut causer des saignements internes chez les animaux atteints. Les souches du virus de la PPA les plus destructrices peuvent provoquer ce qui suit :

  • Saignements sous-cutanés et hémorragies des organes internes
  • Diarrhée sanguinolente
  • Forte fièvre
  • Perte d'appétit
  • Mort rapide
  • Vomissements

Ces souches de la PPA entraînent la mort de presque la totalité des porcs infectés. Les porcs ayant contracté les souches les plus bénignes présentent des signes cliniques moins graves, comme une légère fièvre, diminution de l'appétit et une apathie.

Les signes cliniques de la PPA chronique comprennent un amaigrissement extrême, une pneumonie et un gonflement des ganglions lymphatiques. Les porcs sauvages africains (phacochères et potamochères) infectés ne présentent pas de signes cliniques.

Dans quelles régions la PPA sévit-elle?

La maladie est présente dans la plupart des pays de l'Afrique subsaharienne.

En juin 2007, on a détecté la présence de la PPA en Géorgie, un pays de l’Europe de l’Est. La maladie a probablement été introduite par le biais d’importation de viande contaminée. Malgré les efforts d’éradication, des porcs sauvages ont contracté la maladie, qui s’est aussi propagée dans des pays avoisinants (Arménie, Azerbaïdjan et Russie).

La PPA n'a jamais été observée au Canada.

Comment la PPA est-elle transmise et comment se propage-t-elle?

La PPA peut se propager directement entre les porcs malades et ceux en santé. Le virus se propage par contact avec le sang, les tissus, les sécrétions et les déjections des porcs infectés.

Le sang d'un porc récemment infecté contient une grande quantité du virus de la PPA.

Les animaux qui se rétablissent peuvent devenir des porteurs chroniques. Le virus persiste également dans les tissues organiques des animaux après leur mort. La maladie se propage d'un pays à l'autre principalement par l'entremise de personnes qui nourrissent des porcs avec des restes d'aliments destinés aux rebuts infectés par le virus et mal cuits.

Le virus peut également se propager par des modes de transmission indirecte. Les tiques molles sont porteuses du virus. En Afrique, elles constituent le principal mode de transmission, en particulier entre les porcs sauvages indigènes et les animaux domestiqués.

Le virus survit longtemps à l'extérieur de l'hôte; il peut donc se propager par l'entremise d'objets contaminés, comme l'équipement agricole, les vêtements et les aliments du bétail.

Comment diagnostique-t-on la PPA?

Un propriétaire ou un vétérinaire peut soupçonner la présence de la PPA d'après les signes cliniques et les lésions pathologiques observés chez les porcs atteints, ainsi que d'après le haut taux de mortalité dans les troupeaux touchés.

Il est essentiel de procéder à des épreuves de laboratoire pour déceler la présence du virus et confirmer le diagnostic.

Quel est le traitement utilisé pour guérir la PPA?

Il n'existe aucun vaccin contre la PPA ni traitement pour la guérir.

Que fait-on pour protéger le bétail canadien contre une éclosion de PPA?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) impose des exigences réglementaires rigoureuses qui s'appliquent aux animaux et aux produits animaux importés de pays où la PPA a été signalée. Les inspecteurs de l'ACIA et ceux de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) appliquent ces règlements aux points d'entrée au pays.

La PPA est une maladie à déclaration obligatoire en vertu du Règlement sur les maladies déclarables, et tous les cas doivent être déclarés à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Quelles mesures prendrait l'ACIA en cas d'éclosion de PPA au Canada?

La stratégie d'intervention d'urgence du Canada en cas d'éclosion de PPA est la suivante :

  • Éradiquer la maladie;
  • Rétablir le plus rapidement possible le statut sanitaire du Canada comme pays exempt de PPA.

Pour tenter d'éradiquer la PPA, l'ACIA appliquerait sa politique d'abattage sanitaire qui comprend ce qui suit :

  • La destruction sans cruauté de tous les animaux infectés et exposés au virus
  • La surveillance et le retraçage de tous les animaux potentiellement infectés ou exposés au virus
  • Des mises en quarantaine et des mesures de contrôle des déplacements des animaux rigoureuses pour empêcher la propagation du virus
  • La décontamination en profondeur des lieux contaminés
  • Le zonage pour circonscrire les régions contaminées et celles exemptes de la maladie.

Les propriétaires des animaux dont l'ACIA ordonné la destruction peuvent être admissibles à une indemnisation.

Renseignements additionnels

Date de modification :