Le Canada continue d'être reconnu comme pays à risque maîtrisé pour l'ESB

L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) établit le statut sanitaire du cheptel bovin d'un pays à l'égard de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en se fondant sur l'évaluation des risques et sur d'autres critères. Le cheptel bovin d'un pays peut être classé dans trois catégories :

  • risque négligeable à l'égard de l'ESB;
  • risque maîtrisé à l'égard de l'ESB;
  • risque indéterminé à l'égard de l'ESB.

Depuis 2007, le Canada est reconnu par l'OIE comme un pays présentant un risque maîtrisé à l'égard de l'ESB. Les conditions de cette catégorie sont semblables à celles de la catégorie de pays à risque négligeable, sauf que les pays à risque maîtrisé qui comptent des cas indigènes d'ESB doivent aussi faire la preuve qu'ils ont mis en place un programme d'éducation et de déclaration et des mesures efficaces d'interdiction frappant les aliments du bétail. De surcroit, tant les pays à risque négligeable que les pays à risque maîtrisé sont tenus d'identifier et d'assurer le suivi des cohortes de naissance et d'alimentation des animaux reconnus pour être infectés par l'agent de l'ESB et d'empêcher leur introduction dans les chaînes alimentaires humaines et animales et sur le marché d'exportation.

Conformément au Code sanitaire pour les animaux terrestres de l'OIE, la détection de cas d'ESB n'aura aucune incidence sur le statut sanitaire actuel du Canada à l'égard de l'ESB pourvu que :

  1. le pays continue de satisfaire aux exigences relatives au risque maîtrisé;
  2. les bovins vivants destinés à l'exportation sont identifiés au moyen d'un système d'identification permanente;
  3. les bovins destinés à l'exportation sont nés après la date d'entrée en vigueur de l'interdiction frappant les aliments du bétail.

Exigences pour obtenir le statut de pays à risque maîtrisé

Pour satisfaire aux exigences du statut de pays à risque maîtrisé, le pays doit démontrer qu'il se conforme aux dispositions du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l'OIE, en particulier celles qui s'appliquent aux domaines suivants :

  • les politiques conçues pour protéger la santé animale et humaine se fondent sur l'évaluation appropriée des risques;
  • des programmes de sensibilisation à l'ESB, d'information et de déclaration ont été mis en œuvre;
  • une interdiction frappant les aliments du bétail appropriée est en place;
  • des capacités de diagnostic existent au sein du système de laboratoire;
  • la surveillance de l'ESB a été menée conformément aux lignes directrices de l'OIE à l'égard de l'ESB.

L'OIE recommande que les pays qui importent des produits provenant de pays à risque maîtrisé exigent :

  • des inspections ante mortem et post mortem;
  • que la viande provienne de bovins qui n'ont pas été étourdis par injection d'air ni soumis au jonchage;
  • que la viande fraîche et les produits de viande ne contiennent aucune matière à risque spécifiée (MRS) ni de viande mécaniquement séparée du crâne ou de la colonne vertébrale de bovins âgés de plus de 30 mois.

Incidence sur la demande de reconnaissance du Canada comme pays à risque négligeable par l'OIE

L'un des critères de l'OIE pour que le Canada soit considéré comme étant à risque négligeable à l'égard de l'ESB est de démontrer que les animaux infectés dans leur cheptel sont nés il y a plus de onze ans. Auparavant, la plus récente date de naissance d'un cas d'ESB au Canada était le 23 août 2004 (cas Note de bas de page *). Maintenant qu'il a été confirmé que le nouveau cas détecté en février 2015 était né en mars 2009, cela retardera la demande de reconnaissance du Canada comme pays à risque négligeable à l'égard de l'ESB. Aux termes des critères actuels de l'OIE, le Canada ne pourra pas demander le statut de pays à risque négligeable avant que onze années ne se soient écoulées à partir de la date de naissance du cas le plus récent. Cependant, le Canada continue d'être reconnu comme pays à risque maîtrisé pour l'ESB.

Date de modification :