Fiche de renseignements - Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB)

Qu'est-ce que l'ESB?

L'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est une maladie fatale évolutive du système nerveux des bovins. Il s'agit d'une encéphalopathie spongiforme transmissible ou EST. Voici quelques autres EST : tremblante du mouton, maladie débilitante chronique des cerfs et des wapitis et maladie de Creutzfeldt-Jakob chez les humains. La cause exacte de l'ESB est inconnue, mais cette maladie est associée à la présence d'une protéine anormale appelée prion. On ne connaît actuellement ni traitement ni vaccin contre la maladie.

L'ESB au Canada

L'ESB est une maladie déclarable au Canada depuis 1990.

En 1993, un cas d'ESB a été diagnostiqué chez une vache de boucherie importée de Grande-Bretagne en 1987. L'animal a été abattu et le gouvernement fédéral a immédiatement pris des mesures supplémentaires pour contrer tout risque d'infection du bétail canadien.

Au Canada, le premier cas d'ESB chez un animal né sur son territoire a été détecté en mai 2003.

Signes et symptômes de l'ESB

L'ESB est une maladie inhabituelle parce que l'intervalle qui s'écoule entre le moment de l'exposition d'un animal et la manifestation des signes cliniques varie en moyenne entre quatre et cinq ans.Les animaux atteints d'ESB peuvent montrer un certain nombre de symptômes différents, dont de la nervosité ou un comportement agressif, une posture anormale, un manque de coordination ou de la difficulté à se lever de la position couchée, une baisse de la production de lait et une perte de poids, malgré une hausse d'appétit. Ces symptômes peuvent durer de deux à six mois, avant que l'animal ne succombe à la maladie.

Transmission de l'ESB

Selon les scientifiques, la dissémination de la maladie chez les bovins en Grande-Bretagne était due au fait d'avoir nourri ces animaux avec des produits protéiques fabriqués à partir de viande de bovins ou de moutons infectés. Cela s'est produit à la fin des années 1970 et au début des années 1980. La situation a été aggravée parce qu'il était pratique normale à cette époque de donner à manger des produits d'équarrissage de bovins abattus à d'autres bovins. La protéine liée à l'ESB est résistante aux méthodes normales d'inactivation comme la chaleur. Cela signifie qu'elle ne sera pas nécessairement complètement détruite par le processus d'équarrissage et qu'elle pourra rester active dans le matériel équarri. En 1988, la Grande-Bretagne a interdit l'utilisation des produits d'équarrissage dans les aliments du bétail, éliminant de ce fait de la chaîne alimentaire du matériel qui risquait d'être contaminé. Par conséquent, depuis l'hiver 1992-1993, le nombre de cas d'ESB signalés en Grande-Bretagne a baissé progressivement. Par ailleurs, d'autres méthodes possibles de transmission font encore l'objet d'enquêtes scientifiques.

Diagnostic de l'ESB

Il n'existe pas d'épreuve pour diagnostiquer l'ESB chez les animaux vivants, même si un diagnostic provisoire peut être établi en fonction des signes cliniques. Le diagnostic ne peut être confirmé que par examen microscopique du cerveau à la mort de l'animal.

Quelles mesures le Canada a-t-il mises en place pour protéger la salubrité des aliments et la santé animale contre l'ESB?

Le Canada, ainsi que de nombreux autres pays, ont pris des précautions afin d'empêcher l'introduction et la propagation de l'ESB. Voici certaines de ces mesures :

Date de modification :