Brucellose - Fiche de renseignements

Qu'est-ce que la brucellose?

La brucellose est une maladie causée par diverses espèces de la bactérie Brucella. Il s'agit d'une maladie chronique et contagieuse.

Celle-ci peut toucher plusieurs espèces de mammifères, mais plus particulièrement les bovins, les porcs, les bisons, les wapitis, les cerfs, les chèvres, les moutons, les chevaux et les autres ruminants.

Toutefois, il convient de noter que la brucellose est une zoonose, c'est-à-dire qu'elle peut être transmise d'un animal à un être humain.

Il existe divers types de brucellose, notamment :

  • La brucellose bovine (Brucella abortus), qui affecte principalement les bovins, les bisons et les wapitis
  • La brucellose du porc (Brucella suis), qui affecte principalement les porcs
  • La brucellose caprine/ovine (Brucella melitensis), qui affecte principalement les chèvres et les moutons

Les humains peuvent contracter tous les types de brucellose, dont un quatrième type, appelé la brucellose « rangiférine ». Cette version de la maladie touche les rennes et les caribous dans le nord du Canada.

Où trouve-t-on la brucellose?

Cette maladie est présente, à divers degrés, dans la plupart des pays du monde. La majeure partie de l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et les pays de l'Europe de l'Ouest ont éradiqué la brucellose de leur bétail. Les États-Unis sont aussi près d'y arriver.

Le Canada a lancé un programme d'éradication de la brucellose bovine du bétail dans les années 1940, et a été déclaré exempt de la maladie en 1985. Quelques cas isolés de brucellose bovine ont par la suite été signalés, le dernier cas à survenir dans un cheptel bovin date de 1989, en Saskatchewan.

En qui a trait à la brucellose porcine ou caprine/ovine, aucun cas n'a été signalé au sein du bétail ou de la faune sauvage au pays.

Le Canada a deux réservoirs sauvages de brucellose :

  • On retrouve la brucellose bovine au sein des troupeaux de bisons sauvages qui sillonnent le parc national du Canada Wood Buffalo, qui s'étend de part et d'autre de la frontière entre l'Alberta et les Territoires-du-Nord-Ouest.
  • On retrouve la brucellose rangiférine au sein de troupeaux de caribous et de rennes, dans le Canada arctique et subarctique.

Des plans de gestion sont mis en place pour prévenir la propagation de la brucellose de ces populations sauvages au bétail domestique.

Comment la brucellose se transmet-elle et comment se propage-t-elle?

Les animaux peuvent être infectés par la brucellose de diverses façons, dont :

  • Par contact direct avec des tissus ou des fluides infectés provenant d'un animal infecté
  • La consommation de colostrum ou de lait d'un animal infecté
  • La consommation de nourriture ou d'eau contaminée par des tissus ou des fluides infectés

Quels sont les signes cliniques d'un animal infecté par la brucellose?

À la suite de l'infection, la bactérie se propage dans les systèmes sanguin et lymphatique de l'animal, infectant de nombreux tissus, plus particulièrement les organes reproductifs, les glandes mammaires et les articulations. Cette infection peut entraîner des avortements, des rejetons affaiblis et l'infertilité.

Dans le cas des bovins, l'avortement est le principal signe clinique de la maladie. La plupart des animaux perdent leur foetus durant la première grossesse qui suit l'infection. Néanmoins, les grossesses suivantes ne seront pas affectées, mais ces animaux demeurent porteurs pour le reste de leur vie, et ils peuvent continuer à répandre de grandes quantités de bactéries durant les naissances subséquentes, et parfois dans leur lait.

Les mâles infectés peuvent développer des infections testiculaires qui réduisent par la suite leur fertilité. Certains animaux infectés souffriront d'infections aux articulations, particulièrement aux genoux. Ces derniers peuvent alors avoir les articulations enflées, ils peuvent boiter et ces bêtes risquent d'être moins productives.

Dans le cas des chevaux, en plus de causer des avortements, la brucellose peut également causer l'apparition de plaies suppurantes sur la tête et dans le cou.

Tout animal infecté peut demeurer porteur toute sa vie.

La brucellose représente-t-elle un risque pour la santé humaine?

Bien que la brucellose puisse causer une maladie appelée « fièvre ondulante » chez les humains, les cas sont rares au Canada. Les pratiques sanitaires utilisées dans les abattoirs ainsi que la pasteurisation du lait permettent dans la plupart des cas d'éviter les cas de brucellose chez les humains.

L'infection chez les humains peut être évitée en s'abstenant de consommer des produits laitiers non pasteurisés (p. ex., lait, fromage) ou en manipulant les animaux infectés et leurs tissus avec précaution.

Comment diagnostique-t-on la brucellose?

Il existe une vaste gamme de tests sanguins pour déceler la présence de la brucellose, en détectant les anticorps produits pour contrer la bactérie. Dans quelques cas, si les animaux sont à l'étape où ils sont porteurs latents de l'infection, le test sérologique sera négatif.

La meilleure méthode pour obtenir un diagnostic définitif de brucellose est de cultiver l'organisme à partir des tissus ou des fluides. Des tests modernes peuvent maintenant détecter la présence de l'ADN de la bactérie dans ces tissus et ces fluides.

Existe-t-il des traitements ou des vaccins contre la brucellose?

La bactérie qui cause la brucellose réagit à certains antibiotiques. Par contre, le traitement du bétail infecté n'élimine pas l'infection efficacement, car la bactérie peut se « cacher » dans les cellules des ganglions lymphatiques et celles d'autres organes. Le traitement antibiotique s'étale sur une longue période, ce qui ne convient pas aux animaux et n'élimine pas toujours l'infection, se contentant de créer une rémission temporaire.

Des vaccins ont été développés pour prévenir les symptômes (l'avortement, l'infertilité, etc.) de la brucellose chez les animaux. Malheureusement, ces mêmes vaccins ne préviennent pas nécessairement l'infection de l'animal par la bactérie. Certains vaccins peuvent interférer avec les tests diagnostics, car ils entraînent la création d'anticorps qui sont impossibles à distinguer de ceux produits lors d'une véritable infection.

La vaccination des bovins contre la brucellose n'est pas autorisée au Canada. Afin d'être considéré comme exempt de la brucellose selon les critères établis par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), un pays ne peut pas pratiquer la vaccination contre une maladie.

Comment l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) arrive-t-elle à maintenir le bétail du Canada exempt de la brucellose?

L'ACIA veille à maintenir le bétail canadien exempt de brucellose grâce à une série de programmes dont le but est :

  • de prévenir l'introduction de l'infection par des vérifications d'importation;
  • grâce à la surveillance, de déceler tout animal infecté dans la population aussitôt que possible;
  • de mener des enquêtes approfondies sur tous les cas suspects de maladie qui sont signalés à l'ACIA;
  • d'éliminer toute infection confirmée au sein du bétail, par l'abattage obligatoire de tout animal infecté ou exposé.

La brucellose (Brucella abortus, Brucella suis, Brucella melitensis) est une maladie à déclaration obligatoire au Canada. Cela signifie que toute personne qui croit qu'un animal souffre de la brucellose doit immédiatement en informer un vétérinaire de l'ACIA.

De plus, des programmes de surveillance sont en place pour les secteurs de l'élevage des bovins, des porcs, des bisons, des wapitis et des cerfs. Dans le cas des bovins et des porcs, la surveillance s'effectue par des examens des cheptels. Des échantillons de sang d'animaux choisis aléatoirement lors de l'abattage sont recueillis et analysés dans les laboratoires de l'ACIA.

Ces précautions sont appuyées par des tests continus sur le bétail qu'on retrouve sur les marchés aux enchères dans le Nord de l'Alberta et dans le nord-est de la Colombie-Britannique, étant donné que les bisons sauvages qui circulent autour du parc national du Canada Wood Buffalo sont infectés par la brucellose.

Dans le cas des bisons, des wapitis et des cerfs d'élevage, la surveillance s'effectue en recueillant des échantillons de sang lors de l'abattage, à des fins d'analyse en laboratoire. Les troupeaux de wapitis et de cerfs sont également examinés périodiquement sur les lieux mêmes de la ferme.

Que se passe-t-il si on détecte la brucellose chez du bétail au Canada?

Si des cas de brucellose chez des animaux d'élevage canadiens sont détectés, l'ACIA met immédiatement en place des mesures de lutte de la maladie. Ces dernières comprennent l'abattage sans cruauté et l'élimination de tous les animaux infectés, ainsi que des animaux qui ont été exposés à cette infection. Nous offrons une compensation financière pour les animaux abattus dont l'ACIA a ordonné l'abattage.

Les zones contaminées des fermes infectées doivent par la suite être nettoyées et désinfectées. Une fois que ces zones sont pourvues à nouveau, le cheptel sera soumis à des examens périodiques pour confirmer que l'infection a été enrayée.

Les animaux des troupeaux ayant été en contact avec le bétail infecté avant l'infection doivent également être évalués et examinés, afin de déterminer tout cas supplémentaire et de déterminer la source possible de l'infection.

Date de modification :