Norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole
À propos du présent document

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Pourquoi une Norme nationale?

La présente Norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole constitue le fondement d'un programme exhaustif volontaire qui vise à fournir des directives aux propriétaires ou aux gestionnaires œuvrant dans les trois principaux secteurs apicoles au Canada : abeilles mellifères, abeilles découpeuses de la luzerne et bourdons. Le présent document a été élaboré en partenariat avec des représentants de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), du Conseil canadien du miel (pour le compte des associations provinciales d'apiculteurs et de producteurs de miel), des apiculteurs en chef provinciaux et de l'Association canadienne des professionnels de l'apiculture. L'appui financier nécessaire à son élaboration a été fourni par Agriculture et Agroalimentaire Canada dans le cadre de l'initiative Cultivons l'avenir.

L'industrie apicole canadienne applique des pratiques de biosécurité à la ferme depuis de nombreuses années. La présente Norme nationale vise à fournir aux petites et grandes exploitations apicoles une approche uniforme à l'échelle nationale axée sur la mise en place de pratiques de biosécurité. L'élaboration de normes de biosécurité à la ferme est une initiative nationale qui touche tous les secteurs de l'industrie agricole, tant des élevages que des cultures. L'apiculture a été désignée secteur prioritaire pour l'élaboration d'une norme de biosécurité volontaire à la ferme.

Valeur de l'industrie apicole canadienne

Selon l'Initiative canadienne de pollinisation (CANPOLIN), le Canada est le douzième plus important producteur de miel au monde. En 2010, la récolte de miel canadienne a été évaluée à 146 millions de dollars. Les quelques 7 700 apiculteurs canadiens ont produit 35 000 tonnes de mielNote de bas de page 1. Au Canada, la production moyenne de miel est estimée à environ 60 kg par ruche, soit plus du double de la production moyenne mondiale. Les produits apicoles (p. ex. cire) et la vente d'abeilles et d'équipement apicole génèrent également des revenus importants.

En plus de la valeur du miel et des produits apicoles au Canada, de nombreuses cultures dépendent de la pollinisation effectuée par les espèces d'abeilles domestiquées. Les cultures dépendant de la pollinisation, comme celles des fruits et des légumes, ont connu un essor rapide au Canada. La contribution annuelle de l'abeille domestique à la valeur des récoltes est estimée à 1,3 à 1,7 milliard de dollars, soit 10 à 20 fois la valeur du mielNote de bas de page 2.

La contribution à titre d'agents pollinisateurs des autres abeilles, incluant la découpeuse de la luzerne et les bourdons, est plus difficile à estimer, mais elle s'élève certainement à plusieurs centaines de millions de dollars. L'abeille' découpeuse de la luzerne est utilisée en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba pour la pollinisation des cultures semencières de luzerne, dont la contribution à l'économie canadienne est évaluée à 40 millions de dollars. L'abeille' découpeuse de la luzerne assure également environ la moitié de la pollinisation des cultures semencières de canola hybride (qui génèrent annuellement des recettes monétaires agricoles de 325 millions de dollars) et participe à la pollinisation d'autres cultures semencières de légumineuses et de bleuets nains.

Les bourdons sont utilisés pour la pollinisation de 25 cultures différentes, incluant les cultures de fruits (en particulier de petits fruits) et de légumes et certaines cultures semencières. On estime que 95 % des bourdons sont utilisés pour la pollinisation des cultures de tomates et de poivrons de serre, dont la valeur est estimée à 800 millions de dollars annuellementNote de bas de page 3. Selon CANPOLIN, la contribution des bourdons à la pollinisation des tomates de serre s'élève à environ 12 % de la valeur de cette culture en OntarioNote de bas de page 4.

À qui ce document s'adresse-t-il?

Cette Norme nationale a été élaborée en tant qu'outil à l'intention des personnes et des entreprises qui manipulent et élèvent des abeilles, en particulier des abeilles mellifères, des abeilles découpeuses de la luzerne et des bourdons. Un guide fournit aux producteurs de chaque secteur des renseignements détaillés sur la façon d'atteindre les résultats visés dans la Norme nationale.

Importance de la biosécurité

Appliquée à l'industrie apicole, la biosécurité à la ferme désigne l'ensemble des pratiques de gestion requises pour prévenir l'introduction et la propagation d'agents pathogènes, de parasites, d'insectes nuisibles et de prédateurs (collectivement qualifiés d'organismes nuisibles) dans les exploitations apicoles.

L'efficacité d'un programme de biosécurité repose sur la compréhension et l'application rigoureuse de toutes les mesures requises pour prévenir la transmission d'organismes nuisibles parmi les populations animales élevées ou les populations végétales cultivées, y compris leur introduction (bioexclusion), leur propagation parmi les populations (biogestion) et leur libération dans l'environnement (bioconfinement). Lorsqu'une composante du programme comporte des lacunes ou lorsque les mesures de biosécurité ne sont pas appliquées de façon exhaustive, des organismes nuisibles peuvent s'introduire dans les colonies d'abeilles et y persister.

Chaque fois que des abeilles ou du matériel infectés ou infestés sont introduits dans une exploitation, les colonies d'abeilles saines risquent d'être exposées à des organismes nuisibles. Une telle situation peut résulter d'introductions intentionnelles ou du mélange involontaire d'abeilles provenant d'autres exploitations. À l'intérieur d'une exploitation, la manipulation et le partage d'eau ou de nourriture entre colonies peuvent favoriser la propagation d'organismes nuisibles. La formation, la surveillance, l'application de mesures de gestion préventives (incluant la conception du matériel et des installations) et la mise en place rapide de mesures d'interventions sont nécessaires pour atténuer ces risques.

Avantages liés à l'application de bons principes de biosécurité

L'application de mesures de biosécurité rigoureuses comporte de nombreux avantages pour l'industrie apicole et les exploitants apicoles, car elle permet notamment :

  • d'accroître la sécurité alimentaire en garantissant des pollinisateurs sains;
  • d'améliorer la production et la pollinisation en garantissant des colonies d'abeilles en meilleure santé;
  • de réduire les pertes et autres impacts économiques occasionnés par les organismes nuisibles;
  • de réduire les risques d'exposition, d'introduction et de propagation d'organismes nuisibles;
  • de réduire le temps et l'argent affectés aux traitements et à la lutte contre les organismes nuisibles;
  • d'accroître la qualité marchande des abeilles et des produits apicoles aux échelles nationale et internationale;
  • d'assurer la poursuite ou une reprise rapide du commerce interprovincial et international en cas d'épidémies ou d'infestations graves;
  • de promouvoir la vente d'abeilles et de matériel apicole usagé et la prestation de services de pollinisation;
  • d'accroître l'efficacité des traitements antiparasitaires et des mesures de lutte contre les organismes nuisibles;
  • de réduire le risque d'apparition d'une résistance aux traitements;
  • de prévenir le risque de dévastation résultant de l'introduction d'une nouvelle menace à la biosécurité.

Élaboration du présent document

Durant l'élaboration de la Norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole et des guides du producteur pour chaque secteur de l'industrie, la priorité a été accordée aux mesures de biosécurité les plus susceptibles de réduire les risques et de prévenir la propagation d'organismes nuisibles contagieux. Le présent document est fondé sur des principes clairs et scientifiquement établis et énonce une série de mesures visant à prévenir l'introduction et la propagation d'organismes nuisibles dans les exploitations apicoles. Il décrit les pratiques de gestion permettant de protéger l'état de santé général des abeilles.

La série de résultats visés dans la présente Norme de biosécurité a été élaborée en collaboration étroite avec des représentants des divers secteurs de l'industrie apicole, incluant le comité consultatif sur la biosécurité des abeilles (CCBA) dont les membres représentent des utilisateurs potentiels du présent document (voir la liste des membres de ce comité présentée à l'annexe A). Ce comité a déterminé les domaines qui se prêtent à des interventions pratiques et efficaces fondées sur une approche objective et impartiale tirant profit des résultats de recherche publiés, de la réglementation existante, des manuels de pratiques de gestion reconnus et de diverses recommandations en matière de traitements.

Les intervenants suivants ont participé à l'élaboration de la présente Norme de biosécurité et des guides du producteur ou ont été consultés dans le cadre de ce processus :

  • tous les apiculteurs en chef provinciaux;
  • les associations de producteurs;
  • le Conseil canadien du miel (CCM);
  • les associations d'éleveurs d'abeilles découpeuses de la luzerne (Alberta, Saskatchewan, Manitoba);
  • les spécialistes et les chercheurs affiliés au secteur de l'élevage des bourdons;
  • le Bureau de la biosécurité animale de l'ACIA.

Pour obtenir une rétroaction directe des producteurs, l'équipe a :

  • réalisé une série d'études de cas à la ferme;
  • mené un processus de consultation sur l'ensemble des pratiques de gestion. Tous les éleveurs actifs connus d'abeilles découpeuses de la luzerne et de bourdons ont été invités à participer. Plus de 600 éleveurs d'abeilles mellifères (10 % des 6 000 apiculteurs répertoriés) et 86 éleveurs d'abeilles découpeuses de la luzerne (28 % des quelques 300 producteurs répertoriés) ont participé à cette ronde de consultation.
  • réalisé des entrevues ciblées avec des fournisseurs et des utilisateurs de bourdons pour la pollinisation de diverses serricultures et grandes cultures.
  • favorisé la participation d'intervenants choisis à la révision du présent document.

Utilisation du présent document

L'industrie apicole canadienne forme une vaste clientèle cible qui englobe des apiculteurs amateurs, des producteurs commerciaux de miel, des fournisseurs de services de pollinisation à forfait utilisant des abeilles domestiques ou des abeilles découpeuses de la luzerne et des exploitants serricoles. Selon les situations, seule une fraction des principes énoncés dans la présente Norme ou les guides du producteur pourront s'appliquer. Pour en faciliter l'application, la présente Norme est structurée en deux sections, à savoir :

  • Gestion de la santé des abeilles
  • Gestion des opérations

Chacune de ces sections est divisée en sous-sections qui comportent un résultat visé bien précis.

Chaque résultat visé correspond à une cible de bonnes pratiques que tous les éleveurs d'abeilles devraient mettre en œuvre pour prévenir l'introduction et la propagation d'organismes nuisibles dans leurs colonies. Chaque section est résumée et brièvement décrite et présente une liste des risques associés à chaque résultat visé et des exemples de stratégies de gestion permettant d'atteindre le résultat visé.

Un glossaire présente les définitions de certains termes utilisés dans le texte.

Les utilisateurs sont invités à se référer au guide du producteur conçu à leur intention pour obtenir une description détaillée de ces pratiques et d'outils utiles (p. ex. modèles de registres suggérés, liste d'auto-évaluation) et des listes de ressources.

Toutes les personnes qui gèrent une exploitation apicole devraient appliquer les principes de biosécurité à chaque composante de leur exploitation. Pour les personnes qui sont peu familières avec le concept de biosécurité ou qui disposent de ressources limitées, ou lorsqu'il n'est ni pratique ni utile d'atteindre complètement chacun des résultats visés, les trois guides du producteur proposent une série de pratiques facilitant l'atteinte des résultats visés.

L'industrie apicole est dynamique. De nouveaux produits et de nouvelles stratégies et techniques de lutte antiparasitaire feront leur apparition au gré des progrès scientifiques réalisés dans le domaine de la gestion des abeilles. De nouvelles menaces à la biosécurité émergeront. La présente Norme doit donc être considérée comme un document évolutif. Les principes de base qui y sont énoncés et les guides du producteur qui l'accompagnent continueront de s'appliquer dans le futur. Il appartient à chaque producteur de maintenir continuellement ses connaissances à jour et de tenir compte des présentes recommandations pour intégrer les pratiques de biosécurité à ses opérations.

Date de modification :