Guide général du producteur - Norme nationale de biosécurité pour les fermes avicoles
À propos du document

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

À qui s'adresse ce document?

Le Guide général du producteur est une source d'information sur la Norme nationale de biosécurité pour les fermes avicoles. Il aide les producteurs avicoles à élaborer des plans de biosécurité dans leur ferme afin de réduire le risque d'introduction et de propagation des maladies infectieuses dans les troupeaux de volailles. L'amélioration de la biosécurité à la ferme protège les intérêts économiques du producteur et de l'industrie dans son ensemble. Elle contribue de plus à réduire le risque que certaines maladies de la volaille pourraient poser pour la santé humaine.

Le Guide général du producteur et la Norme nationale de biosécurité pour les fermes avicoles constituent le fondement d'un programme complet visant à fournir des directives aux propriétaires ou aux exploitants de tous les secteurs de l'aviculture au Canada. Le présent Guide est destiné à l'ensemble des particuliers et des entreprises qui manipulent et élèvent des volailles, y compris les grands producteurs de volailles soumis à la gestion de l'offre, les propriétaires de petits troupeaux et d'autres propriétaires d'oiseaux domestiques. Il fournit des recommandations pour atteindre les Objectifs énoncés dans la Norme nationale de biosécurité pour les fermes avicoles.

La Norme et le Guide du producteur qui l'accompagne ont but de faciliter l'élaboration de protocoles de biosécurité propres aux exploitations pour les secteurs qui ne font pas déjà partie d'une association provinciale ou qui ne participent pas à un programme de Reconnaissance de la salubrité des aliments à la ferme (PSAF) - tels que les secteurs commerciaux et non commerciaux non réglementés. Les PSAF, mis au point par l'industrie, traitent officiellement d'un grand nombre de volets liés à la biosécurité et constitueront les principaux instruments de mise en œuvre pour les propriétaires inscrits, s'il y a lieu.

Le Guide est fondé sur des principes clairs et scientifiquement établis. Il expose une série de mesures visant à empêcher l'entrée des agents pathogènes dans un lieu abritant des volailles ou leur sortie.

Importance de la biosécurité

Il n'existe aucune définition officielle du terme « biosécurité », mais on s'entend maintenant pour dire qu'il décrit les mesures requises pour se protéger contre l'introduction et la propagation des maladies.

Les éleveurs de volailles ont tout intérêt à connaître les risques et à mettre en œuvre des procédures pour réduire les risques de développement et de propagation des maladies. Lorsqu'un oiseau est infecté par un agent pathogène, il ne présente pas nécessairement de signes cliniques évidents de la maladie. Néanmoins, cet agent pathogène peut se reproduire dans le corps de l'oiseau, qui excrète ensuite cet organisme dans l'environnement par l'entremise de ses sécrétions corporelles, notamment les excréments, les urates provenant des reins et les aérosols produits par le système respiratoire. Les organismes présents dans ces excrétions contaminent les matières environnantes, qui contaminent à leur tour d'autres oiseaux. Si un oiseau vulnérable entre en contact avec des agents pathogènes en nombre suffisant pour venir à bout de son système immunitaire, l'oiseau est alors infecté et le cycle se poursuit. L'agent pathogène se propage de plus en plus rapidement dans l'environnement à mesure qu'il infecte d'autres oiseaux.

En outre, les agents pathogènes peuvent évoluer avec le temps, devenant ainsi plus ou moins virulents. En se propageant librement au sein d'un troupeau ou entre des troupeaux de différentes générations, les organismes sont plus susceptibles de subir des altérations génétiques et peuvent ainsi causer une maladie plus grave affectant les volailles, d'autres espèces animales et les humains.

Les agents pathogènes étant microscopiques, ils sont invisibles à l'œil nu. Cependant, on peut les trouver en grand nombre dans des matières visibles, notamment la poussière, les gouttelettes d'eau en suspension dans l'air et les matières fécales. Une particule de poussière peut contenir une dose infectante. Cette infime quantité de matière contaminée peut se dissimuler sur l'équipement, les vêtements, les chaussures ou même sur les mains, et permet à la maladie de se propager d'un troupeau à l'autre.

Les éclosions récentes de maladies au Canada et à l'étranger démontrent clairement l'impact grave que peuvent avoir les maladies aviaires sur les activités et le gagne-pain des gens et les collectivités locales. Cet impact peut aller de l'abattage intégral de dizaines de milliers d'oiseaux à l'annulation de spectacles ou d'événements sportifs. La période pendant laquelle les mesures d'urgence sont en place peut varier, selon la rapidité avec laquelle on peut combattre efficacement la maladie.

Certaines maladies, connues sous le nom de zoonoses, peuvent infecter les volailles et les humains. Il est donc important d'adopter des mesures de biosécurité efficaces afin de prévenir la transmission de maladies aux humains.

Il incombe à tous les éleveurs d'oiseaux d'assumer la responsabilité de protéger leurs activités commerciales ou passe-temps en réduisant les risques liés à la propagation des maladies.

La mise en pratique de bons principes de biosécurité procure des avantages clairs :

  • oiseaux en santé
  • réduction du risque de pertes de recettes et de coûts importants
  • protection de la santé humaine
  • absence de restriction sur les déplacements d'oiseaux
  • protection d'autres industries, dont les fournisseurs d'aliments pour volaille, et
  • protection des marchés d'exportation

Utilisation de ce document

Le Guide général du producteur fait complément à la Norme jusque dans sa structure. Il est divisé en trois sections (les mêmes que dans la Norme) qui représentent le fondement d'un système de biosécurité au fonctionnement harmonieux :

  1. Gestion de l'accès
  2. Gestion des animaux
  3. Gestion de l'exploitation

Dans chaque section, les Objectifs de la Norme sont suivis des renseignements actuels sur une série de pratiques de biosécurité présentées à titre d'exemples de mesures que les producteurs peuvent mettre en application pour atteindre l'Objectif. Le Guide offre la marge de manœuvre requise pour répondre aux besoins variables et complexes de l'industrie avicole. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive de toutes les mesures que l'on peut prendre pour atteindre les Objectifs. Beaucoup d'exemples portent sur le secteur commercial mais peuvent être transposés à d'autres secteurs. Les mesures de biosécurité optimales ou très efficaces sont indiquées dans des encadrés sous le titre « Idéalement ». Elles représentent l'idéal pour les producteurs désireux de mettre en œuvre des mesures de biosécurité plus rigoureuses. D'autres documents d'orientation destinés à un secteur donné pourront être élaborés ultérieurement.

La biosécurité est optimale lorsque les bases et leurs composantes sont en place et qu'elles sont gérées correctement. Si un élément constitutif présente une lacune ou que les mesures de biosécurité ne sont pas bien mises en œuvre, il y a un risque que la maladie puisse faire son apparition ou demeurer non détectée dans un troupeau.

Chaque éleveur de volailles doit se concentrer sur l'atteinte d'un niveau de maîtrise dans chacune des composantes sur son exploitation. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept de la biosécurité ou qui disposent de ressources limitées ou, encore, lorsque l'atteinte complète des Objectifs n'est pas réaliste ou possible, le Guide offre des exemples de mesures à prendre pour réduire les risques dans le cadre des opérations quotidiennes.

Le Glossaire présenté à la fin du document fournit les définitions de certains termes utilisés dans le texte. Le Guide comprend également plusieurs annexes, dont un aide-mémoire pour auto-évaluation. On peut utiliser cet aide-mémoire pour inscrire rapidement les Objectifs qui sont facilement atteints et ceux qui nécessitent des efforts plus soutenus.

Date de modification :