Norme nationale de biosécurité à la ferme pour les moutons
1 Introduction

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

1.1 La biosécurité : pourquoi est-elle importante pour l'industrie du mouton au Canada?

On croit souvent que la biosécuritéNote de bas de page 1 ne sert qu'à éviter l'apparition de maladies animales exotiques (MAE) ou catastrophiques. Toutefois, en plus d'avoir un effet positif sur la prévention des MAE, les mesures de biosécurité énoncées dans la Norme nationale de biosécurité à la ferme pour les moutons (la « Norme ») sont destinées à aider, de façon proactive, à réduire les risques de maladies endémiques. Ces maladies sont courantes à différents degrés dans les fermes au Canada. Si elles peuvent être réduites, la productivité du troupeau ainsi que la santé financière de l'industrie pourront être améliorées. Les pratiques de biosécurité visent également à réduire le risque de transmission lorsqu'une maladie émergente est découverte.

La biosécurité à la ferme est une série de pratiques de gestion visant à minimiser, prévenir ou contrôler :

  1. l'introduction d'agents pathogènes sur la ferme
  2. la propagation au sein de la ferme
  3. la dispersion de ces agents pathogènes à l'extérieur de la ferme qui peuvent avoir des effets négatifs sur l'économie, l'environnement et la santé humaine.

Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA)

Afin de se protéger de façon proactive contre les problèmes de santé de troupeau, les producteurs de moutons ont besoin d'être informés par rapport aux maladies préoccupantes sur leur ferme et aux risques de maladies endémiques et exotiques pouvant survenir dans leur troupeau. Les risques associés à certaines maladies surviennent périodiquement dans les productions d'animaux d'élevage, mais ils peuvent être gérés en appliquant des mesures de biosécurité pratiques à l'échelle de la ferme.

Sur une ferme de moutons, un plan de biosécurité cible :

  1. L'exclusion : réduire l'introduction d'agents pathogènes dans les fermes de moutons.
  2. La gestion : réduire la propagation des agents pathogènes au sein de la ferme.
  3. Le confinement : réduire la propagation des agents pathogènes entre les fermes ou entre les populations animales.

La biosécurité concerne l'ensemble des risques potentiels, qu'ils soient immédiatement manifestes ou non. Un animal infecté par un agent pathogène peut ne pas présenter de signes de maladie (p. ex. baisse d'appétit, fièvre, diarrhée). Néanmoins, l'agent pathogène peut se reproduire dans l'animal et être excrété dans la salive, les sécrétions nasales et vaginales, les fèces, l'urine, le lait ou les aérosols provenant du système respiratoire. Ces agents pathogènes peuvent ne pas être visibles et contaminer le milieu environnant, notamment les bâtiments, l'équipement, les outils et les autres animaux.

La biosécurité vise particulièrement les risques de transmission de maladies. Les agents pathogènes peuvent être transmis de plusieurs façons :

  • par contact direct entre animaux, ce qui comprend la transmission entre deux moutons dont l'un excrète l'agent pathogène;
  • par contact indirect via des outils, de l'équipement et des instruments contaminés (comme les aiguilles, les seringues, les mangeoires et les ciseaux à onglons), des personnes en contact avec des moutons, des insectes, des animaux et insectes nuisibles ou tout autre vecteur

La biosécurité vise les risques ayant des répercussions sur la viabilité des fermes. Les maladies et les organismes nuisibles peuvent :

  • réduire la productivité en réduisant la production laitière, le gain de poids et/ou le taux d'agnelage;
  • augmenter les frais vétérinaires et les coûts de main-d'œuvre associés à la vaccination et au traitement du troupeau;
  • avoir des répercussions sur le bien-être des animaux, entraînant des souffrances et des interventions du producteur ou du médecin vétérinaire;
  • avoir des répercussions sur la consommation domestique en suscitant des préoccupations chez les détaillants et en ébranlant la confiance des consommateurs à l'égard des produits de moutons canadiens;
  • réduire le prix que les producteurs obtiennent pour leurs animaux et leurs produits en raison de préoccupations liées à la diminution de la qualité et de l'innocuité des produits;
  • causer la fermeture de marchés d'exportation;
  • réduire les revenus de la ferme en raison de la diminution de la commercialisation;
  • réduire la valeur de la terre agricole en raison de la contamination directe (p. ex., la paratuberculose, la tremblante) et réduire les revenus associés;
  • contaminer les aliments en entreposage, entraînant des pertes et des coûts supplémentaires;
  • entraîner des saisies de la viande suite à une contamination avec des agents tels que Cysticercus ovis ou la lymphadénite caséeuseNote de bas de page 2.

En plus d'avoir des effets néfastes sur l'économie agricole, les maladies et les organismes nuisibles peuvent avoir des effets défavorables sur l'environnement et la santé humaine.

Les bénéfices associés à la mise en place de pratiques de biosécurité à la ferme sont significatifs. Pensons, par exemple, à :

  • une meilleure santé financière des fermes;
  • l'amélioration de la santé et du bien-être des animaux;
  • la diminution de l'utilisation de médicaments vétérinaires, réduisant les coûts et le risque de résistance aux antibiotiques;
  • un meilleur accès aux marchés locaux et canadiens;
  • la protection de la santé humaine;
  • une meilleure santé financière pour les travailleurs de la ferme et pour les industries de services, comme les fournisseurs d'aliments, les transformateurs et les médecins vétérinaires.

1.2 Élaboration de la Norme

L'ACIA élabore des normes nationales de biosécurité pour le bétail et la volaille en collaboration avec les associations de producteurs, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les milieux universitaires et Agriculture et Agroalimentaire Canada. Chaque secteur a ses propres exigences opérationnelles et ses pratiques qui doivent être pris en considération dans chaque norme de biosécurité.

La Fédération canadienne du mouton (FCM) et le gouvernement du Canada reconnaissent que la santé animale commence sur la ferme à l'aide d'un programme de santé animale. La mise en place de mesures pour maintenir les animaux en bonne santé et l'implantation de stratégies pour prévenir l'introduction et la propagation de maladies sont les objectifs du plan de biosécurité à la ferme.

La Norme nationale de biosécurité à la ferme pour les moutons a été élaborée sur une période de deux ans dans le cadre d'un ensemble d'activités coordonnées :

  1. Le Bureau de la biosécurité animale (BBA) de l'ACIA et la FCM ont conclu un partenariat pour élaborer une norme de biosécurité pour l'industrie du mouton.
  2. Un comité consultatif, constitué de producteurs, d'experts des milieux universitaires, de dirigeants de l'industrie et de représentants des gouvernements fédéral et provinciaux, a été formé afin d'orienter l'élaboration de la Norme et du Guide national de planification de la biosécurité pour les producteurs de moutons (le « Guide »)Note de bas de page 3.
  3. Une firme de consultants, sélectionnée par un processus d'appel d'offres concurrentiel, a été chargée de certaines activités pour les promoteurs du projet.
  4. Une revue des recherches publiées, des documents liés à la biosécurité et des programmes existants a permis de connaître les programmes liés à la biosécurité, les études sur la mise en œuvre de mesures de biosécurité et les pratiques exemplaires appliquées dans les fermes de moutons au Canada et ailleurs dans le monde. Les lacunes dans les pratiques visant les risques de biosécurité connus et celles que présentent les programmes de biosécurité actuels ont également été identifiées.
  5. Une étude comparative des pratiques appliquées dans les fermes de moutons à l'échelle du Canada a fourni un aperçu du niveau actuel d'adoption de pratiques en matière de biosécurité et de santé animale et a permis de relever les lacunes ainsi que les pratiques exemplaires en vigueur dans les fermes participantes.
  6. Les ébauches de la Norme et du Guide ont été revues après des consultations avec le comité consultatif et les intervenants de l'industrie, puis le document a été publié dans sa version finale.
  7. Un produit de communication a été créé pour aider les producteurs dans toutes les régions du pays à élaborer, à mettre en œuvre et à afficher leurs plans de biosécurité à la ferme.

1.3 Utilisation de la Norme

La Norme définit le cadre de travail et la portée de la planification de la biosécurité dans le secteur ovin au Canada en établissant un ensemble de normes minimales de biosécurité qui peuvent être utilisées par les producteurs de moutons dans toutes les régions. Elle a été élaborée afin d'assister les producteurs de moutons dans l'élaboration des plans de biosécurité propres à leurs opérations à la ferme, servir de guide pour une amélioration continue et encourager un niveau élevé de soins.

De plus, la Norme a été élaborée pour donner une idée aux fournisseurs des producteurs de moutons, aux consommateurs et aux différents intervenants de la direction que l'industrie prend pour l'élaboration de programmes de biosécurité à la ferme. Ces personnes peuvent donc soutenir directement les efforts des producteurs de moutons par rapport à la biosécurité, élaborer d'autres programmes coordonnés avec les pratiques de biosécurité à la ferme et coordonner les activités entre les secteurs d'animaux d'élevage.

En particulier, il est attendu que la Norme et le Guide soient coordonnés et utilisés avec les registres d'animaux propres à chaque producteur et leur plan de santé du troupeau, le programme de salubrité à la ferme de la FCM, les programmes et les règlements de bien-être animal, les programmes de l'industrie pour la gestion des maladies, les plans environnementaux à la ferme et les initiatives de traçabilité présentement en place à l'échelle régionale, provinciale et/ou nationale au Canada. En fait, certaines parties de la Norme et du Guide peuvent être dupliquées de ces programmes et initiatives pour s'assurer qu'ils sont complets et indépendants. Les publics visés par la Norme sont :

  • les producteurs : pour comprendre les principes et la raison d'être de la Norme et établir un cadre de travail pour planifier la biosécurité à la ferme;
  • les organisations du secteur : pour résoudre les questions commerciales et la gestion des maladies.
  • les médecins vétérinaires : pour contribuer aux programmes de gestion de la santé du troupeau et servir de référence afin d'aider les producteurs à préparer leur plan de biosécurité;
  • les milieux universitaires : pour orienter les plans de recherche en santé des moutons, en biosécurité et en production et encourager l'application des résultats des travaux actuellement en cours dans ces domaines;
  • les acheteurs et les consommateurs : pour comprendre les principes que les producteurs de moutons visent à appliquer et servir de base commune pour l'évaluation de l'approvisionnement et des fournisseurs du marché canadien;
  • les gouvernements fédéral et provinciaux : pour appuyer les discussions internationales et interprovinciales sur les pratiques d'élevage et servir de fondement pour l'élaboration de politiques et le financement par les organismes publics;
  • les gouvernements internationaux : pour servir de source de renseignements sur les pratiques de biosécurité recommandées sur les fermes canadiennes;
  • les délégations étrangères : pour servir de source de renseignements sur les attentes lors de la visite de fermes de moutons et favoriser leur compréhension générale des pratiques de l'industrie canadienne.

La Norme décrit les principes directeurs, la structure et l'approche relative à la planification en plus de fournir la description détaillée des objectifs et des stratégies qui y sont associées. Les personnes ayant besoin de détails supplémentaires sur les pratiques et les plans appliqués à la ferme peuvent consulter le Guide qui a été élaboré en guise de complément à la Norme. Le Guide est un document de référence à l'intention des producteurs pour l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan de biosécurité.

1.4 Structure de la Norme

Garder les animaux en santé est une pratique de longue date et couronnée de succès sur de nombreuses fermes canadiennes. Les producteurs de moutons dans toutes les régions appliquent actuellement à différents niveaux des pratiques de biosécurité. Par contre, plusieurs nouveaux défis sont maintenant rencontrés en agriculture :

  • augmentation du nombre d'agents pathogènes nouveaux ou émergeants;
  • plus d'attention sur les maladies zoonotiques;
  • davantage d'accent sur la prévention des maladies plutôt que le traitement;
  • changement dans l'épidémiologie des maladies attribuable à une concentration des animaux et des personnes dans des situations agricoles intensives;
  • mondialisation et mouvement de masse des personnes et des biens
  • plus d'attention sur la traçabilité;
  • nouvelles pratiques de production en agriculture.

Ces facteurs encouragent les producteurs de bétail à augmenter leur engagement à l'égard de la biosécurité et à examiner leurs pratiques de biosécurité actuelles à la ferme.

Il est donc important que la Norme et le Guide concordent avec les pratiques de production quotidiennes des producteurs de moutons au Canada. Afin de tenir compte de ces influences, tout en considérant que les pratiques de biosécurité doivent être adaptées à chaque ferme selon leurs procédures opérationnelles et leurs installations physiques, les éléments ci-dessous ont été pris en considération lors de l'élaboration de la Norme.

La Norme de biosécurité pour les moutons est :

  • un outil volontaire basé sur les résultats visés utilisé pour élaborer et mettre à jour les protocoles de biosécurité pour les producteurs de moutons;
  • un guide révisé par les pairs servant à orienter les producteurs de tous les secteurs de l'industrie (viande, fibre et lait) et s'appliquant à tous les types de ferme;
  • un cadre de travail et un ensemble de pratiques permettant aux producteurs d'élaborer un protocole de biosécurité qui correspond à leurs propres opérations;
  • fondée sur les pratiques exemplaires actuellement appliquées dans l'industrie du mouton au Canada et ailleurs dans le monde ainsi que sur la documentation disponible en matière de biosécurité dans les fermes de moutons;
  • élaborée à l'aide des directives et de l'appui d'un comité consultatif qui comprend des producteurs, des médecins vétérinaires et des experts de l'industrie;
  • une source de documents éducatifs pour appuyer la formation et l'enseignement destinés aux travailleurs des fermes, aux membres de la famille, aux fournisseurs de services et à tout visiteur de la ferme;
  • un outil d'auto-évaluation et un ensemble de recommandations pour s'améliorer par rapport à la biosécurité dans les fermes de moutons;
  • un appui pour les transactions commerciales : la connaissance des mesures de biosécurité et des programmes de santé du troupeau augmentera la confiance des acheteurs d'animaux vivants;
  • une ressource complète sur les pratiques de biosécurité appliquées à la ferme lorsqu'elle est combinée à celles qui font actuellement partie du programme de salubrité des aliments à la ferme;
  • un moyen d'aider à augmenter la productivité des fermes de moutons canadiennes.

La Norme repose sur quatre principes de biosécurité à la ferme :

  1. Pratiques de gestion de la santé des animaux
  2. Tenue de registres
  3. Ferme, installations et équipement
  4. Personnes

Un objectif a été établi pour chaque principe et une série de stratégies a été élaborée afin de fournir une orientation générale pour réduire les risques de transmission de maladies. Cette approche axée sur les objectifs permet aux producteurs de concevoir des plans de biosécurité adaptés à leur ferme. Pour chaque stratégie, un ensemble de pratiques de gestion des risques est présenté dans le Guide afin d'être adapté en fonction des besoins de la ferme et de l'aménagement des lieux et des installations des producteurs. Ainsi, la Norme et le Guide offrent la flexibilité requise pour accommoder toutes les pratiques de production et les types de ferme à travers le Canada.

Un glossaire où sont définis les termes courants de la biosécurité à la ferme se trouve en annexe. Les termes dans le glossaire sont en mis en gras la première fois qu'ils apparaissent dans la Norme.

Date de modification :