Avis au grand public - Prévenir la maladie dans les petits élevages non commerciaux et chez les oiseaux de compagnie

Le 22 octobre 2015, Ottawa : Le risque de réémergence de l'Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) à l'automne 2015 demeure important, ainsi que le potentiel d'avoir une incidence négative sur la santé et le bien-être des volailles. La mise en œuvre de pratiques de biosécurité préventives peut réduire ce risque.

En 2014–2015, l'IAHP a entraîné la dépopulation d'environ 250 000 oiseaux au Canada, en plus des 47,5 millions de poulets et des 7,1 millions de dindes aux États-Unis (É.-U.). Au Canada, l'IAHP a été retrouvé dans 3 élevages commerciaux en Ontario, ainsi que dans 11 élevages commerciaux et 2 petits élevages non commerciaux en Colombie-Britannique; l'IAHP a également été retrouvée dans 223 installations aux É.-U.

La biosécurité est la première ligne de défense des propriétaires d'oiseaux contre toutes les maladies aviaires infectieuses, y compris l'IAHP.

Les oiseaux sauvages peuvent être porteurs de maladies sans présenter de symptômes, la saison de migration est donc un bon moment pour examiner les mesures de biosécurité que vous avez mises en place et effectuer les ajustements nécessaires. Des pratiques simples et peu coûteuses peuvent être très efficaces pour garder ces maladies graves à distance de vos oiseaux.

  1. Éviter le contact avec les oiseaux sauvages et les autres animaux – Couvrir les aires de nourriture et d'eau et conserver les stocks de nourriture dans des récipients scellés.
  2. Garder les choses propres – Nettoyer et désinfecter couramment et minutieusement tout ce qui entre en contact avec vos oiseaux, comme les casiers à œufs, les cages, les bottes, les outils ou l'équipement.
  3. Limiter le contact avec les visiteurs – Les gens peuvent porter les maladies d'une place à une autre au moyen des vêtements ou des chaussures. Si les visiteurs interagissent avec vos oiseaux, les bonnes pratiques de précaution comprennent la distribution de couvre-chaussures, l'assurance que les vêtements sont propres, et l'accès à un lavabo ou une solution désinfectante pour les mains pour que les personnes qui entrent et sortent de la propriété puissent se laver les mains.
  4. Isoler les nouveaux oiseaux et les oiseaux malades – Les périodes d'isolement recommandées varient entre deux semaines et un mois. Consulter un vétérinaire pour s'assurer que les oiseaux sont en santé avant qu'ils ne soient permis de se joindre au reste de votre élevage.
  5. Connaître les symptômes de la maladie et les surveiller – Parler avec un vétérinaire si vous pensez que vos oiseaux sont malades.

Même si de nombreuses mesures de prévention des maladies sont probablement déjà en place sur votre ferme, il est important de les examiner régulièrement. Les propriétaires d'oiseaux sont encouragés à communiquer avec l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) s'ils ont des questions à propos de la biosécurité pour leurs petits élevages non commerciaux. Que votre ferme soit pour le plaisir, le profit ou l'autosuffisance, il y a une abondance de ressources sur le site Web de l'ACIA à propos de protéger votre élevage. Consulter l'adresse www.inspection.gc.ca/biosecurite/oiseaux.

Voici d'autres liens utiles :

Votre bureau municipal peut aussi fournir des renseignements sur les règlements sur les petits élevages dans votre région.

De plus, quiconque trouve un oiseau sauvage mort est encouragé à communiquer avec le Réseau canadien de la santé de la faune (RCSF) au 1-866-544-4744 ou à visiter le site Web du RCSF.

L'enquête canadienne sur les oiseaux sauvages fait partie des efforts mondiaux pour détecter les virus de l'IAHP qui pourraient menacer la santé humaine et animale, et pour identifier et surveiller les modifications aux virus de l'influenza aviaire circulant chez les oiseaux sauvages. L'enquête est une partie importante de la stratégie de prévention et de préparation à l'influenza aviaire du Canada.

Date de modification :