Guide à l'intention des producteurs d'abeilles découpeuses de la luzerne pour la norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole
Section 2: Gestion des opérations

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

2.1 Acquisition des intrants de production

Objectifs

Le producteur n'utilise que des intrants de production recommandés provenant de sources connues et fiables.

Description

Termes clés

Les intrants de production incluent les produits consommables :

  • produits de traitement (produits de lutte contre les maladies, les parasites et les insectes nuisibles, ce qui comprend les traitements chimiques), et
  • produits de nettoyage et désinfectants.

Les abeilles (voir la section 1.1) ainsi que le matériel apicole réutilisable, les autres équipements, les vêtements, les gants, etc. ne sont pas considérés comme des intrants de production (voir les sections 2.3, 2.5 et 2.6).

Recommandé : conseillé par un spécialiste de la découpeuse de la luzerne, un gouvernement, ou une association de l'industrie apicole pour utilisation aux fins de gestion des découpeuses de la luzerne.

Sources connues et fiables : fournisseurs connus d'intrants de production non périmés (dans le cas de certains produits de traitement) et adéquatement étiquetés. Les associations apicoles ou les responsables de programmes apicoles provinciaux sont en mesure de fournir des listes de sources connues et fiables d'intrants de production, le cas échéant.

Risques

Les risques associés à l'utilisation d'intrants de production qui ne sont pas recommandés ou qui ne sont pas obtenus de sources connues et fiables sont les suivants :

Réduction de l'efficacité des traitements

  • L'achat et/ou l'utilisation de produits de traitement périmés peuvent réduire l'efficacité des traitements.
  • Les produits de traitement non recommandés pour la découpeuse de la luzerne peuvent être moins efficaces que les traitements recommandés, et leur emploi peut présenter un risque juridique pour le producteur.

Pratiques recommandées

1. Sources provinciales d'intrants de production

  1. Si possible, acheter de fournisseurs recommandés ou d'entreprises de fournitures apicoles reconnues répertoriées par une association apicole provinciale ou l'apiculteur provincial, le cas échéant.
  2. Acheter les intrants de production de fournisseurs connus et fiables.

2. Produits recommandés

  1. Utiliser seulement des produits de traitement et d'assainissement qui sont recommandés pour la découpeuse de la luzerne selon l'étiquette des produits (produits homologués pour usage limité), ou selon un spécialiste de la découpeuse de la luzerne, une association apicole provinciale ou un service apicole d'un gouvernement provincial, le cas échéant.
  2. S'assurer que les produits pouvant être périmés ne le sont pas. Suivre les instructions d'entreposage si le produit doit être entreposé dans des conditions spéciales (p. ex. température, lumière, humidité).

Tenue de registres

Aucun registre n'est requis pour les intrants de production utilisés dans l'élevage de la découpeuse de la luzerne.

2.2 Manipulation et élimination des intrants de production

Objectifs

Le producteur prévient la dégradation et la contamination des intrants de production en adoptant des pratiques d'entreposage et d'élimination sûres et sécuritaires.

Description

Les intrants de production incluent les produits consommables :

  • produits de traitement (produits de lutte contre les maladies, les parasites et les insectes nuisibles, ce qui comprend les traitements chimiques), et
  • produits de nettoyage et désinfectants.

Risques

  • Les biorisques associés à une manipulation et à une élimination inadéquates des intrants de production sont la réduction de l'efficacité des traitements, si les produits de traitement sont dégradés ou périmés.

Pratiques recommandées

Manipulation et élimination des produits de traitement :

  1. Entreposer les produits chimiques de traitement conformément aux instructions figurant sur l'étiquette, si besoin est.
  2. Appliquer le système de gestion d'inventaire fondé sur l'écoulement des stocks selon le principe premier entré, premier sorti.
  3. Éliminer les produits périmés ou en surplus qui ne seront pas utilisés, conformément aux instructions figurant sur l'étiquette.

Tenue de registres

Aucun registre n'est requis pour la manipulation des intrants de production utilisés dans l'élevage de la découpeuse de la luzerne.

2.3 Acquisition de matériel apicole

Objectifs

Le producteur se procure son matériel apicole de sources connues et fiables. Il s'assure que le matériel usagé est accompagné des permis nécessaires, le cas échéant, et nettoie et désinfecte ou traite ce matériel dès sa réception.

Description

Termes clés

Matériel apicole

  • inclut l'équipement de nidification réutilisable (blocs de nidification, matériel de couverture du fond des blocs de nidification, panneaux et courroies), ainsi que les plateaux et les abris.
  • exclut les intrants de production (voir la section 2.1), et l'équipement de traitement, les outils, les véhicules, et d'autres équipements, dont il est question à la section 2.7.
  • peut être acheté à l'état neuf ou usagé.

Les pièces de matériel apicole suivantes sont toutes acceptables. Des pratiques de manipulation et d'assainissement adéquates doivent être appliquées à toutes ces pièces de matériel pour qu'elles puissent être utilisées de façon continue dans une exploitation.

Blocs de nidification

  1. blocs en polystyrène
  2. stratifiés de bois
  3. stratifiés de polystyrène

Matériel de couverture du fond des blocs de nidification

  1. garnissage de polyester contrecollé
  2. géotextile
  3. coton de rembourrage
  4. mousse

Plateaux

  1. bois
  2. plastique
  3. carton, ciré ou non
  4. l'obtention de plateaux avec grillages sur le dessus et/ou en dessous devrait être envisagée au moment de remplacer les anciens plateaux. Les grillages améliorent la circulation de l'air, ce qui assure une bonne température d'incubation et accroît l'efficacité des traitements chimiques.

Abris

  1. La plupart des types d'abris sont convenables, dont ceux faits de plastique, de toile, de bois et de métal.

Recommandé : conseillé par un spécialiste de la découpeuse de la luzerne, un gouvernement, ou une association de l'industrie apicole pour utilisation aux fins de gestion des découpeuses de la luzerne.

Sources connues et fiables : fournisseurs de matériel apicole connus pour leurs produits de qualité. Les associations apicoles ou les responsables de programmes apicoles provinciaux sont en mesure de fournir des listes de sources connues et fiables de matériel apicole, le cas échéant.

Traitement : désinfection à l'aide de produits chimiques, de la chaleur ou d'autres moyens, pour tuer tous les organismes susceptibles d'infester ou d'infecter les abeilles saines. Les traitements diffèrent selon les organismes nuisibles.

Risques

Le principal risque associé au fait d'introduire du matériel apicole usagé dans une exploitation est l'exposition d'abeilles saines à des organismes nuisibles. (Voir aussi les sections 1.1 et 1.3, sous Gestion de la santé des abeilles). Le risque est particulièrement élevé dans le cas du couvain plâtré; le stade végétatif du champignon responsable de cette maladie est inactif, mais les spores peuvent demeurées viables sur l'équipement durant plusieurs années. Le matériel apicole réutilisé au sein d'une exploitation présente aussi un risque de propagation d'organismes nuisibles et devrait être traité de façon à éliminer les risques qu'il présente avant réutilisation.

Le matériel endommagé ou brisé – par exemple les blocs de nidification fissurés et les dommages causés par les souris – accroît aussi la vulnérabilité des abeilles aux parasites et aux insectes nuisibles. La principale méthode de lutte contre les parasites et les insectes nuisibles consiste à utiliser du matériel neuf ou en bon état, des nids bien construits et des mesures de lutte contre les ravageurs constituant une nuisance (section 2.8).

Pratiques recommandées

1. Achat de matériel apicole

  1. Dans la mesure du possible, acheter du matériel neuf de sources connues et fiables.
  2. Éviter d'acheter des cellules d'abeilles en blocs de nidification (section 1.1)
  3. Acheter du matériel neuf ou usagé d'entreprises de fournitures apicoles réputées, d'apiculteurs connus et fiables, et de fournisseurs appliquant des programmes de biosécurité. Éviter d'acheter de tierces parties de l'extérieur de l'industrie apicole ou de fournisseurs dont la fiabilité ne peut être vérifiée.
  4. Faire des recherches sur les fournisseurs inconnus avant de faire affaire avec eux :
    1. Visiter leurs installations, faire des observations sur place (ou obtenir de l'information par entrevue téléphonique), et poser des questions sur leurs antécédents d'exposition à des agents pathogènes et leurs pratiques de gestion.
    2. Demander à voir des exemples de leurs registres et la documentation qu'ils fournissent.
    3. Demander des références concernant d'autres clients, et faire des vérifications auprès de ces clients.
  5. Inspecter et choisir le matériel apicole neuf ou usagé selon les critères suivants :
    1. absence de fissures ou de trous dans les blocs de nidification;
    2. plateaux à joints bien ajustés, sans fissures et sans débris.

2. Réception de matériel apicole usagé

  1. Éviter d'acquérir du matériel usagé.
  2. Si du matériel usagé doit être acquis, ne l'accepter que si ses antécédents d'exposition à des agents pathogènes sont connus.
  3. Isoler le matériel usagé acheté des autres équipements, et le nettoyer et le désinfecter avant usage.
  4. Voir l'annexe D pour la description détaillée des traitements de désinfection.

3. Conformité à la réglementation régissant l'importation de matériel apicole usagé

  1. L'importation de matériel apicole usagé pour la découpeuse de la luzerne est interdite en vertu du Règlement sur la santé des animaux (partie VI, article 57).

Tenue de registres

Des registres consignant les informations suivantes doivent être tenus pour assurer l'efficacité du système de gestion :

  • achats de matériel apicole neuf et usagé
  • traitements appliqués au matériel usagé

2.4 Gestion et entretien du matériel apicole

Objectifs

Le producteur inspecte régulièrement le matériel apicole et, au besoin, prend les mesures qui s'imposent pour réduire le plus possible ses effets néfastes sur la santé des abeilles.

Description

La gestion, le nettoyage, la désinfection, l'élimination et l'entretien du matériel apicole d'une manière permettant de prévenir l'introduction d'organismes nuisibles ou de les éliminer réduisent le biorisque.

Mots clés

Le matériel apicole inclut l'équipement de nidification réutilisable (blocs de nidification, matériel de couverture du fond des blocs de nidification, panneaux et courroies), ainsi que les plateaux et les abris.

La gestion comprend la manipulation, l'entreposage, le nettoyage, la désinfection et l'élimination.

L'entretien comprend les réparations, les inspections et les éliminations de matériel courantes.

Risques

Les agents pathogènes peuvent survivre des années sur les surfaces du matériel apicole, ainsi que dans et sur les débris foliaires des cellules et les cellules après émergence des abeilles. D'autres insectes nuisibles et parasites peuvent survivre sur de plus courtes périodes dans ou sur le matériel apicole. Ces organismes nuisibles peuvent se transmettre directement ou indirectement.

Pratiques recommandées

1. Inspections courantes

  1. Être à l'affût de signes de fissures, de dommages causés par des prédateurs (comme les souris), de signes de vandalisme, de dommages causés par l'eau, de la pourriture ou de la rouille.
  2. Inspecter minutieusement, au moins une fois par année, tout le matériel apicole afin d'y déceler tout dommage éventuel :
    1. Avoir à l'esprit que le meilleur moment pour inspecter les blocs de nidification est après l'extraction des cellules d'abeilles, et avant la préparation des nids pour déploiement au champ.
    2. Repérer les signes de dommages causés par les rongeurs quand les nids sont au champ et avant de les rapporter du champ.
    3. Accroître la fréquence des inspections quand les quantités de parasites et autres organismes nuisibles demeurent aux seuils de traitement établis par le producteur ou les dépassent.

2. Élimination et réparation de matériel

  1. Déterminer si le matériel endommagé peut être réparé ou devrait être éliminé, puis procéder comme suit :
    1. La partie endommagée d'un bloc de nidification peut devoir être enlevée, et si cela ne permet plus que la structure restante soit bien fixée aux autres blocs de nidification au moyen des courroies et que le nid puisse passer dans l'extracteur de cellules, alors le bloc doit être éliminé.
    2. Éliminer, plutôt que réparer, tout matériel de couverture du fond des blocs de nidification endommagé.
    3. Réparer ou éliminer les plateaux endommagés.
    4. Réparer ou éliminer les abris endommagés.
  2. Adopter une stratégie de remplacement des blocs de nidification et du matériel de couverture du fond des blocs de nidification suivant laquelle par exemple 20 pour cent de tous les blocs de nidification et 50 pour cent du matériel de couverture du fond des blocs de nidification sont remplacés chaque année.

3. Nettoyage et gestion des débris

  1. Enlever les débris, comme le matériel foliaire, les poussières et les cellules vides après émergence, du matériel apicole avant de procéder à la désinfection. Les débris pourraient certes être désinfectés, mais les surfaces qu'ils recouvrent pourraient ne pas bien l'être, d'où une réduction de l'efficacité de la désinfection. Les techniques suivantes peuvent être utilisées pour le nettoyage :
    1. grattage
    2. brossage ou balayage
    3. lavage sous pression
    4. air comprimé ou forcé
  2. Idéalement, le nettoyage des blocs de nidification, des plateaux et des autres équipements devrait se faire dans une aire réservée à cette fin. Ainsi, le risque associé aux débris de nettoyage et aux eaux usées se trouvera confiné à cette aire désignée.

4. Élimination du matériel et des débris

  1. Isoler le matériel éliminé de l'équipement en usage dans l'exploitation, ainsi que des cellules d'abeilles entreposées, des aires d'incubation, ou d'autres secteurs où peuvent se trouver des cellules ou des abeilles saines.
    1. Éliminer les blocs de nidification, le matériel de couverture du fond des blocs de nidification et les plateaux rejetés ainsi que les débris par brûlage, enfouissement sur place ou envoi à un site d'enfouissement.
    2. Si l'équipement rejeté et les débris sont envoyés à un site d'enfouissement, manipuler ces déchets avec soin de façon à éviter tout contact avec des abeilles, des insectes ou des rongeurs.
      • Placer des bennes à ordures dans les aires de nettoyage désignées, les aires de traitement des cellules d'abeilles, les aires de réparation du matériel, et toute autre aire où il y a des débris et du matériel endommagé.
      • Éliminer les déchets au fur et à mesure conformément à la réglementation provinciale et municipale.

5. Désinfection du matériel

  1. Désinfecter annuellement toutes les pièces de matériel apicole qui sont réutilisées dans l'exploitation, quels que soient les matériaux dont elles sont faites.
  2. Voir l'annexe D pour la description détaillée des traitements de désinfection.

6. Entreposage

  1. Entreposer à part l'équipement usagé.
  2. Bien nettoyer et entretenir les aires d'entreposage des déchets.

Tenue de registres

Un registre consignant l'information suivante doit être tenu pour assurer l'efficacité du système de gestion :

  • traitements appliqués au matériel.

2.5 Mesures d’assainissement personnel

Objectifs

Le producteur prend toutes les précautions nécessaires pour prévenir le plus possible la propagation d'organismes nuisibles occasionnée par des contacts d'humains avec les abeilles et l'équipement.

Description

Les contacts entre humains et abeilles peuvent se produire par contact direct avec les mains nues, ou par contact avec l'équipement de protection personnelle.

La section 2.7 décrit l'équipement de traitement, les véhicules, les chariots-élévateurs et les palettes utilisés dans une exploitation.

Risques

Les déplacements du producteur entre les installations d'entreposage, de traitement et d'incubation présentent un risque de propagation de pathogènes par les mains, les gants ou l'équipement. Globalement, ce risque est jugé très faible; cependant, il est considéré comme élevé au moment de la manipulation des cellules d'abeilles traitées et avant le déploiement des abeilles au champ, ou durant le transfert de matériel apicole au champ. Le risque en cause ici concerne les maladies et la propagation de pathogènes, particulièrement celui responsable du couvain plâtré. Le risque de propagation de parasites et d'insectes nuisibles en pareilles circonstances est faible.

Pratiques recommandées

En général, si les niveaux de couvain plâtré sont faibles, il n'est pas nécessaire de mettre en œuvre des mesures particulières. Cependant, si des niveaux élevés de couvain plâtré persistent ou si un nouveau pathogène virulent apparaît dans la population d'abeilles, alors le producteur devrait prendre des mesures préventives supplémentaires pour lutter contre la propagation du pathogène.

De façon générale, les producteurs doivent être conscients que les humains peuvent entraîner une propagation de pathogènes, et que dans certaines circonstances, une gestion plus serrée peut s'avérer nécessaire pour réduire le risque.

1. Séquence des manipulations

  1. Idéalement, on doit manipuler les abeilles saines et le matériel qui a été nettoyé et désinfecté avant de manipuler des abeilles ou du matériel contaminés.

2. Lavage des mains (si on ne porte pas de gants)

  1. Toujours se laver les mains après avoir manipulé du matériel ou des cellules d'abeilles contaminés.
  2. Se laver les mains avec de l'eau et du savon, une solution faible d'eau de Javel, ou du désinfectant pour les mains.
  3. Se sécher les mains avec du papier à main ou une serviette propre.

3. Gants et vêtements

  1. Laver et désinfecter les gants réutilisables souillés avant de les réutiliser pour manipuler du matériel ou des cellules d'abeilles non contaminés. Les gants toilés peuvent être lavés dans une solution d'eau de Javel. Les gants en caoutchouc doivent être frottés, alors qu'ils sont portés, avec du détergent pour les mains et un tampon ou de la poudre à récurer.
  2. Laver régulièrement les combinaisons ou autres vêtements dans une solution d'eau de Javel et/ou les faire sécher au soleil. Les rayons solaires UV peuvent être efficaces pour tuer les pathogènes.

Tenue de registres

Aucun registre n'est requis pour les pratiques d'assainissement personnel.

2.6 Aménagement des installations

Objectifs

Les installations sont aménagées de manière à ce qu'elles soient faciles à nettoyer, à l'épreuve des abeilles (si nécessaire) et conformes aux normes gouvernementales (le cas échéant). Elles doivent être munies des dispositifs de régulation de l'éclairage et de la température nécessaires pour assurer un entreposage sûr des abeilles et des intrants de production. Elles doivent également être conçues de manière à y faciliter la surveillance des organismes nuisibles et la lutte contre ces organismes.

Description

Le terme organismes nuisibles désigne les pathogènes, les parasites et les insectes nuisibles.

Les installations doivent être à l'épreuve des organismes nuisibles et conçues de manière à faciliter les activités de confinement, d'inspection, de surveillance, de traitement, de nettoyage et de désinfection du matériel en cas de risque d'introduction ou de propagation d'organismes nuisibles.

Les installations bien conçues et munies de dispositifs de climatisation et de dépoussiérage limitent l'exposition des cellules d'abeilles entreposées aux organismes nuisibles, et empêchent la dégradation des intrants de production, comme les produits de traitement. Les pièces d'entreposage munies d'un dispositif de régulation de la température peuvent également être utilisées pour traiter efficacement le matériel apicole, et pour limiter la croissance des organismes nuisibles.

Le dépoussiérage est particulièrement important pour le traitement des découpeuses de la luzerne, car les poussières peuvent contenir des spores de l'agent responsable du couvain plâtré et ainsi causer la réinfection des installations, des blocs de nidification ou des cellules d'abeilles non contaminés.

L'exploitation devrait comporter les installations suivantes :

  • installations d'entreposage des nids, des blocs de nidification, du matériel apicole et des cellules d'abeilles;
  • installations de traitement des cellules d'abeilles;
  • installations d'incubation;
  • installations de construction des blocs de nidification;
  • installations d'entreposage pour les intrants de production (p. ex. produits de traitement, produits de nettoyage);
  • autres installations d'entreposage.

La gestion des installations s'étend aux parties extérieures des bâtiments et aux aires de chargement.

Risques

La section 2.7 donne une description des biorisques associés aux surfaces des installations. Le risque de transmission d'organismes nuisibles à des abeilles saines résultant d'un contact avec les surfaces des installations est relativement faible, mais les risques suivants doivent être considérés avec attention :

  • Durant leur entreposage, les cellules d'abeilles peuvent être vulnérables aux organismes nuisibles, aux parasites, aux rongeurs, au manque de ventilation et aux températures inadéquates.
  • Les produits de traitement entreposés peuvent se dégrader s'ils sont exposés à une chaleur excessive ou à la lumière, d'où une réduction de leur efficacité.
  • L'efficacité de certains traitements peut être modifiée par la température et la ventilation. Par exemple, la fumigation au paraformaldéhyde doit être réalisée dans une installation étanche aux vapeurs où la température peut être régulée, avec ventilation.
  • Si on ne peut isoler physiquement les aires désinfectées ou propres des aires contaminées, sales ou poussiéreuses, il y aura risque de réinfection dans l'exploitation.

Pratiques recommandées

1. Aménagement des bâtiments

Idéalement, il faut :

  1. Paver les aires de chargement.
  2. Niveler les chaussées et les voies d'accès et en assurer un bon drainage.
  3. Choisir des composantes structurales rondes et lisses (p. ex. garnitures diverses) et disposer les conduites de plomberie, d'électricité et d'aération de manière à prévenir l'accumulation de poussière et de débris (p. ex. résidus de grattage ou abeilles mortes) difficiles à éliminer.
  4. Appliquer un fini de couleur claire facilitant les inspections visuelles et le nettoyage.
  5. Maintenir le périmètre extérieur des bâtiments exempt de végétation et de débris.
  6. Éviter qu'il y ait des éléments saillants recouverts sur l'extérieur des bâtiments, qui pourraient être utilisés comme sites de nidification par des organismes nuisibles.
  7. Veiller à ce que les installations d'entreposage des blocs de nidification remplis et des cellules d'abeilles soient suffisamment grandes pour ne pas être surchargées et pour favoriser une bonne circulation de l'air et le maintien d'une température et d'une humidité adéquates uniformes.
  8. Établir les installations apicoles à distance des endroits où vivent des animaux de ferme ou de compagnie.
  9. Installer un équipement de dépoussiérage efficace dans les installations de traitement des cellules d'abeilles.
  10. Veiller à ce que les bâtiments soient bien isolés pour faciliter la régulation de la température.

2. Matériaux de revêtement

Idéalement, il faut :

  1. Choisir des matériaux de revêtement faciles à laver et à désinfecter pour les murs et les planchers :
    1. Les matériaux acceptables comprennent le béton, le bois, les matériaux de cloison sèche, le métal et le plastique.
  2. Choisir des matériaux très résistants à l'eau, à la rouille, à la corrosion et à la pourriture.
  3. Utiliser des matériaux de couleur claire, non toxiques, résistant au lavage à pression :
    1. Éviter les planchers en terre battue.
    2. Avoir à l'esprit que le bois peint est meilleur que le bois non peint.
    3. Veiller à ce que des plinthes soient installées pour prévenir l'accumulation de matières au bas des murs.

3. Installations à l'épreuve des rongeurs, des oiseaux et des insectes

Idéalement, il faut :

  1. Veiller à ce que les portes ferment bien et soient munies de rebords empêchant l'entrée des organismes nuisibles.
  2. Veiller à ce que les fissures et points d'entrée autour des portes, des fenêtres et des entrées de services publics soient scellés ou calfeutrés, et à ce que les prises d'air et les ouvertures des ventilateurs puissent être fermées.

4. Installations à température contrôlée

  1. Respecter les exigences en matière de température pour l'entreposage et l'incubation. Une unité frigorifique, une unité de chauffage, un système de ventilation, des ventilateurs brasseurs d'air et/ou un conditionneur d'air pourraient être nécessaires.
  2. Maintenir les installations d'entreposage des blocs de nidification remplis et des cellules d'abeilles à 4°C–10°C.
  3. Installer des thermomètres et des hygromètres dans les installations d'entreposage et d'incubation.
  4. Envisager d'installer des systèmes de surveillance électronique et d'alarme pour la température (et l'humidité) dans les installations d'entreposage.

5. Ventilation et circulation d'air dans les installations d'entreposage et d'incubation

  1. Installer des ventilateurs, des conduites d'aération, des échangeurs ou des brasseurs d'air et des systèmes de ventilation pour faciliter la ventilation et la circulation de l'air.
  2. Installer des dispositifs de régulation sur les appareils de traitement de l'air.
  3. Prévoir une ventilation adéquate dans les installations suivantes :
    1. installations d'incubation
    2. installations d'entreposage des cellules d'abeilles
    3. chambres de fumigation au paraformaldéhyde
  4. Prévoir une entrée d'air adéquate dans les installations suivantes :
    1. installations d'incubation
    2. chambre de fumigation au paraformaldéhyde
  5. Assurer une ventilation adéquate dans les installations utilisées pour l'entreposage du paraformaldéhyde.
  6. Veiller à ce que les chambres de fumigation au paraformaldéhyde soient hermétiques.
  7. Ranger les blocs de nidification, les cellules d'abeilles, les plateaux et les autres équipements d'une manière assurant une bonne circulation d'air.
  8. Installer des sources d'alimentation électrique de secours.

6. Dépoussiérage des installations de traitement des cellules d'abeilles

  1. Le dépoussiérage peut se faire avec les équipements suivants :
    1. dépoussiéreur à sacs filtrants ou cyclone
    2. système de filtration d'air
    3. ventilateur d'extraction
  2. Les pièces où sont traitées les cellules d'abeilles devraient être hermétiquement isolées des installations d'entreposage et d'incubation.

7. Éclairage

Idéalement, il faut :

  1. Réduire le plus possible l'éclairage dans les installations d'entreposage des cellules d'abeilles afin d'inhiber l'activité des abeilles, des parasites et des insectes nuisibles.
  2. Fournir un niveau d'éclairage suffisant pour effectuer les inspections et les autres tâches d'entretien dans toutes les installations.

8. Isolement

On peut isoler les aires d'entreposage les unes des autres en utilisant des bâtiments distincts ou des pièces séparées munies de portes bien ajustées, ou encore des rideaux en plastique.

Idéalement, des aires d'entreposage isolées devraient être aménagées pour :

  1. la réception des abeilles et du matériel achetés;
  2. les cellules d'abeilles infectées, infestées ou suspectes;
  3. le traitement des cellules d'abeilles;
  4. la réparation et la préparation des blocs de nidification;
  5. l'incubation;
  6. l'entreposage des nids remplis et des cellules d'abeilles.

9. Nettoyage et élimination des déchets

Idéalement, il faut :

  1. Disposer d'un approvisionnement en eau suffisant pour le lavage à pression et d'un système d'élimination des liquides.
  2. Utiliser des contenants à déchets étanches et à l'épreuve des insectes et des rongeurs.

Tenue de registres

Aucun registre n'est requis pour l'aménagement des installations.

2.7 Entretien des lieux, des bâtiments, des véhicules et des autres équipements

Objectifs

Le producteur applique un programme d'assainissement et d'entretien visant toutes les installations et tous les bâtiments, les véhicules et l'équipement.

Description

Les organismes nuisibles capables de survivre sur et dans les installations, les bâtiments, les véhicules et autres équipements peuvent se propager directement aux abeilles.

Le producteur doit gérer, nettoyer, désinfecter et entretenir les installations, les bâtiments, les véhicules et autres équipements de manière à prévenir l'introduction d'organismes nuisibles ou à détruire ces derniers et à ainsi réduire le biorisque posé par ces organismes.

L'entretien des systèmes à l'intérieur des bâtiments (p. ex. ventilation, systèmes de régulation de la température et de l'humidité, éclairage) contribue à réduire la vulnérabilité et l'exposition des cellules d'abeilles entreposées aux organismes nuisibles.

Risques

Les pathogènes peuvent survivre sur de nombreux types de surfaces et dans des substances comme les débris foliaires. Des pathogènes peuvent être propagés si le producteur manipule des abeilles ou des cellules d'abeilles contaminées avec un véhicule ou un autre type d'équipement et utilise par la suite ces mêmes équipements pour manipuler des abeilles saines. Les insectes nuisibles et les parasites peuvent survivre sur les équipements, les bâtiments et le matériel apicole inutilisé seulement pour de courtes périodes habituellement, ce qui rend relativement faible le risque de propagation de ces organismes par l'entremise des installations et autres équipements. L'application d'un programme d'assainissement comprenant le nettoyage et la décontamination des installations diminue encore ce risque, ce qui est de toute première importance pour les producteurs dont les installations renferment des niveaux élevés d'organismes nuisibles.

Le tableau 4 décrit les niveaux de risque pour les diverses aires et surfaces de l'exploitation.

Tableau 4. Niveaux de risque pour les diverses aires et surfaces.
Aire ou surface Risque
Installations de traitement des cellules d'abeilles, aire de mise en plateaux Risque modéré à élevé. Le traitement des cellules d'abeilles et la mise en plateaux produisent beaucoup de poussières pouvant transporter des spores pathogènes. Il est nécessaire d'assurer un bon dépoussiérage et de nettoyer et désinfecter régulièrement les aires concernées.
Installations d'incubation Risque modéré. Les abeilles saines peuvent être exposées à des parasites ou à l'infection par transmission directe par des abeilles adultes ou transmission indirecte via des humains ou l'équipement. La lutte contre les parasites et le nettoyage, la désinfection et l'entretien des bâtiments peuvent réduire ce risque.
Aires extérieures Risque faible. Bien que les organismes nuisibles puissent survivre sur le matériel dans les aires extérieures, le risque de leur propagation aux cellules d'abeilles depuis ces aires demeure faible. Une telle propagation pourrait se produire par transmission indirecte via des humains, des ravageurs constituant une nuisance ou l'équipement. Le fait de ne pas laisser d'équipement inutilisé dans les aires extérieures, de lutter contre les mauvaises herbes et d'assurer un bon entretien général de ces aires réduit ce risque.
Installations d'entreposage des blocs de nidification remplis et des cellules d'abeilles Risque faible. Les cellules d'abeilles saines peuvent être exposées à l'infection par transmission indirecte via des humains ou l'équipement. Les dommages causés par les rongeurs peuvent accroître la vulnérabilité et l'exposition des abeilles aux parasites et autres organismes nuisibles, et certains organismes nuisibles peuvent consommer des cellules d'abeilles. On peut réduire ce risque en nettoyant, en désinfectant et en entretenant bien les bâtiments.
Installations d'entreposage général et autres bâtiments Risque faible. Le matériel de nidification peut être endommagé par les rongeurs, et le matériel de traitement pourrait être endommagé dans les installations d'entreposage mal entretenues.
Véhicules de transport et chariots-élévateurs Risque faible. Les organismes nuisibles peuvent survivre pour des périodes de durée variable sur les surfaces de l'équipement de transport. On peut réduire ce risque en utilisant des véhicules et des chariots-élévateurs propres et désinfectés pour déplacer les cellules d'abeilles et le matériel apicole durant l'incubation ou le transport des abeilles vers les champs en vue de leur déploiement.

Termes clés

Aire de nettoyage désignée : Endroit, situé à l'extérieur ou dans un bâtiment, réservé aux activités de nettoyage.

Autres équipements : Équipements utilisés pour déplacer les cellules d'abeilles et les blocs de nidification, et pour traiter les cellules d'abeilles.

Nettoyage mécanique (grattage, brossage, balayage, aspiration, air) : Assainissement visant à enlever les matières étrangères présentes sur les surfaces à l'aide d'une brosse, d'un balai, des mains ou d'autres moyens mécaniques.

Assainissement (nettoyage) : Toute activité qui nettoie physiquement un objet ou une surface en y enlevant les matières étrangères. L'assainissement peut consister en un nettoyage mécanique ou en un lavage (p. ex. lavage à pression), et peut être combiné à la désinfection.

Désinfection (désinfecter) : Procédure consistant à tuer les organismes pathogènes ou à les rendre inactifs (au moyen par exemple d'eau de Javel, de la chaleur ou d'une fumigation).

Pratiques recommandées

1. Entretien des aires extérieures

  1. Enlever tout équipement inutilisé et, si possible, toute structure qui pourraient être utilisés par des organismes nuisibles.
  2. Niveler et entretenir les voies d'accès et les aires extérieures. Assurer un bon drainage de l'eau.
  3. Enlever les mauvaises herbes aux abords des bâtiments, car elles peuvent favoriser les ravageurs constituant une nuisance.

2. Assainissement des bâtiments et du matériel

  1. Nettoyer minutieusement les installations d'entreposage des blocs de nidification remplis et des cellules d'abeilles ainsi que les installations de traitement des cellules d'abeilles et d'incubation une fois par année avant que la nouvelle production soit ramenée des champs à la fin de l'été. Enlever les débris, balayer les planchers là où cela est possible, et nettoyer avec une laveuse à pression les planchers, les murs et les plafonds qui peuvent l'être.
  2. Après avoir manipulé de l'équipement contaminé lors de l'incubation des abeilles ou de leur déploiement au printemps, nettoyer les chariots-élévateurs, les véhicules de transport et les autres équipements avant de manipuler les cellules d'abeilles et le matériel apicole non contaminés.
  3. Dépoussiérer quotidiennement l'aire de traitement des cellules d'abeilles par aspiration, circulation d'air ou balayage. La poussière doit être sortie du bâtiment et transportée à un site d'enfouissement ou enfouie sur place.

3. Désinfection des bâtiments et du matériel

  1. Si des véhicules, du matériel ou des bâtiments ont été utilisés pour manipuler des cellules d'abeilles ou du matériel apicole contaminés, ou si les niveaux de couvain plâtré atteignent les seuils établis par le producteur ou les dépassent, utiliser les techniques suivantes pour la désinfection :
    1. Veiller d'abord à ce qu'il n'y ait pas de poussières, de saletés et de débris sur les surfaces des bâtiments, des véhicules et du matériel.
    2. Désinfecter les surfaces avec des produits tels que l'eau de Javel, ou les traiter avec du paraformaldéhyde (équipement et pièce d'incubation).

4. Entretien des bâtiments

  1. Maintenir les bâtiments dans un état optimal :
    1. une fois par année, examiner les bâtiments pour veiller à ce que soient scellées toutes les ouvertures susceptibles de favoriser l'entrée de rongeurs et d'autres ravageurs constituant une nuisance.
    2. examiner quotidiennement toutes les installations d'entreposage et d'incubation pour s'assurer que les systèmes de chauffage, de refroidissement, de régulation de l'humidité, de circulation d'air et de ventilation fonctionnent correctement pour maintenir une qualité de l'air adéquate (p. ex. température et humidité). Utiliser les techniques suivantes pour surveiller ces paramètres :
      • Installer des thermostats et des hygromètres et les relier à un système d'alarme.
      • Examiner régulièrement les installations en personne.

5. Établissement d'aires désignées pour le nettoyage des véhicules et des équipements

  1. Nettoyer les véhicules et l'équipement portatif dans des aires de nettoyage désignées, et éliminer les eaux usées adéquatement :
    1. Les eaux usées sont confinées ou dérivées à bonne distance des abeilles. Utiliser si possible une laveuse à pression pour nettoyer les aires de nettoyage désignées après y avoir nettoyé des équipements, du matériel ou des véhicules contaminés.

Tenue de registres

Un registre consignant l'information suivante doit être tenu pour assurer l'efficacité du système de gestion :

  • activités de nettoyage et d'assainissement
  • traitements visant les équipements et les bâtiments
  • activités d'entretien des lieux, des bâtiments et des équipements

2.8 Lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs constituant une nuisance

Objectifs

Le producteur applique un programme de lutte intégrée contre les mauvaises herbes et les ravageurs.

Description

Termes clés

Mauvaises herbes : Plantes indésirables, incluant les plantes spontanées et les plantes cultivées, poussant à l'intérieur ou autour des abris ou des bâtiments.

Ravageurs constituant une nuisance : Rongeurs (p. ex. souris et campagnols), mouffettes, ratons laveurs, et certains oiseaux.

Risques

Les mauvaises herbes qui poussent à l'intérieur et aux abords des abris et des bâtiments peuvent :

  • procurer des sites de nidification à des ravageurs.
  • retenir l'humidité et ainsi favoriser certains pathogènes, comme celui responsable du couvain plâtré, et réduire la chaleur dans les abris, ce qui nuit au butinage et à la santé des abeilles.
  • empêcher le producteur d'effectuer des inspections périodiques et de prendre soin des abeilles.

Les ravageurs constituant une nuisance peuvent :

  • consommer des abeilles et des cellules d'abeilles,
  • perturber les abeilles,
  • endommager le matériel apicole, et
  • faire des nids.

Pratiques recommandées

1. Surveillance

À chaque visite à un abri, vérifier s'il y a des mauvaises herbes, des ravageurs ou des signes d'infestation ou de perturbation :

  1. matériel apicole endommagé ou pillé, et
  2. présence de mauvaises herbes dans l'abri, et présence de mauvaises herbes et de plantes cultivées aux abords de l'entrée de l'abri.

2. Mesures de lutte générales

  1. Éliminer des abris et de leurs abords les équipements inutilisés ou brisés, les déchets et tout autre objet pouvant attirer des ravageurs.
  2. Envisager de recourir à des chiens ou à des dispositifs solaires ou à pile actionnant des lumières clignotantes ou un appareil sonore pour éloigner les ravageurs.

3. Lutte contre les mauvaises herbes

  1. Faucher une bande de terrain devant l'abri – prendre soin de ne pas perturber les abeilles.
  2. Utiliser un taille-bordure ou arracher les mauvaises herbes à l'intérieur de l'abri.
  3. Si des herbicides (p. ex. glyphosate) sont utilisés, appliquer des produits ne présentant aucun danger autour des abris, éviter l'application pendant les périodes où les abeilles volent ou durant la floraison des mauvaises herbes, et suivre les instructions figurant sur l'étiquette des produits.
  4. Éliminer les mauvaises herbes et autres plantes susceptibles de procurer des sites de nidification aux ravageurs autour des entrées et aux abords des installations.

4. Lutte contre les rongeurs

  1. Pour lutter contre les rongeurs dans les bâtiments ou les abris :
    1. Installer des pièges.
    2. Utiliser des poisons à rongeurs recommandés.
    3. Assurer un entretien régulier des bâtiments et fermer, couvrir ou éliminer les ouvertures par lesquelles les rongeurs peuvent entrer.
    4. Utiliser des chats, des chiens ou d'autres animaux familiers dans les bâtiments.
    5. Installer un répulsif à ultrasons.
    6. Surveiller régulièrement les appâts, les pièges et les poisons, et remplacer les appâts et les poisons au besoin.

5. Lutte contre les oiseaux

  1. Retirer des abris et des bâtiments tous les nids.

6. Vandalisme et vol

  1. Surveiller les signes de vandalisme et réparer ou remplacer le matériel touché.
  2. Avertir la police en cas de récidive.

Tenue de registres

Un registre consignant l'information suivante doit être tenu pour assurer l'efficacité du système de gestion :

  • mesures de lutte contre les ravageurs constituant une nuisance

2.9 Formation et éducation

Objectifs

Toutes les personnes qui travaillent dans l'exploitation ou qui utilisent ou manipulent des abeilles ont reçu une formation appropriée et sont régulièrement informées des risques pour la biosécurité et des éventuels changements apportés aux protocoles existants.

Description

Termes clés

Personnel : Toutes les personnes qui travaillent à l'exploitation, soit le propriétaire/producteur principal, les membres de sa famille et les employés.

Un programme de formation en biosécurité est en place, de la documentation a été élaborée ou un accès à la documentation pertinente a été prévu, et des séances de formation et de mise à jour des connaissances sont organisées afin d'informer le personnel sur les objectifs, les principes et les processus associés à la biosécurité concernant la découpeuse de la luzerne.

Des procédures normalisées d'exploitation (PNE) écrites et illustrées décrivant chacune des étapes des tâches à effectuer sont élaborées pour l'exploitation.

Risques

  • exposition des abeilles saines à des maladies, à des insectes nuisibles ou à des parasites et/ou propagation de ces maladies et organismes parmi les abeilles;
  • pertes économiques dues à des identifications et traitements erronés ou tardifs des maladies, insectes nuisibles ou parasites;
  • administration de traitements inappropriés causée par des identifications erronées des maladies, insectes nuisibles ou parasites;
  • erreurs dans l'administration des traitements compromettant l'efficacité de ceux-ci ou entraînant de quelque autre façon des effets négatifs sur la santé des abeilles;
  • risques d'atteinte à la santé et à la sécurité du personnel lors de l'administration des traitements.

Pratiques recommandées

Le producteur peut accroître ses connaissances et améliorer son plan de formation du personnel en :

  • joignant les rangs de l'association apicole de sa province;
  • en consultant les ressources mises à sa disposition par :
    • l'association provinciale de l'industrie apicole;
    • le gouvernement provincial (le cas échéant);
    • un spécialiste de la découpeuse de la luzerne.

1. Procédures normalisées d'exploitation

Des PNE sont élaborées et mises à jour au moins une fois par année pour les processus suivants :

  1. surveillance et déclaration (méthodes de surveillance, fréquence standard et fréquence accrue en cas d'urgence, et taux d'échantillonnage);
  2. protocole de quarantaine;
  3. méthodes de prévention;
  4. administration des traitements;
  5. tenue de registres;
  6. autres PNE jugées utiles par le producteur.

2. Étendue, portée et contenu de la formation

L'étendue et la portée de la formation en biosécurité doivent être adaptées à l'ampleur des tâches des employés, des membres de la famille ou du producteur principal; toutefois, toutes les personnes qui travaillent à l'exploitation devraient avoir une compréhension générale des objectifs, des principes et des procédés de biosécurité applicables au domaine apicole.

La formation en biosécurité doit couvrir les éléments suivants :

  1. principes et risques dans le domaine de la biosécurité, et importance de la biosécurité pour l'exploitation considérée et l'industrie apicole canadienne dans son ensemble;
  2. compréhension des éléments suivants :
    1. biorisques posés par les organismes nuisibles et pathogènes courants, nouveaux et exotiques, et cycle vital de ces organismes,
    2. vecteurs ou voies d'entrée des risques dans l'exploitation,
    3. relations avec le cycle vital des abeilles,
    4. conditions d'entreposage et autres facteurs favorisant ou entravant la propagation des risques, et
    5. impacts potentiels sur les abeilles et la production d'abeilles;
  3. procédures de surveillance et d'échantillonnage. Le producteur principal doit avoir suivi une formation sur les procédures de surveillance et d'échantillonnage et connaître les circonstances justifiant la mise en œuvre d'un plan d'intervention standard ou d'un plan d'intervention d'urgence. L'ensemble du personnel participant à la réception et au traitement des cellules d'abeilles devrait bien connaître le protocole d'échantillonnage approprié et les procédures d'établissement des lots;
  4. pratiques recommandées pour prévenir la propagation de maladies, d'insectes nuisibles ou de parasites durant la conduite des activités apicoles courantes :
    1. entreposage, rangement et manipulation des nids et des cellules d'abeilles,
    2. traitement des cellules d'abeilles,
    3. pratiques relatives à l'incubation, et
    4. méthodes culturales;
  5. méthodes d'administration des traitements :
    1. compréhension et interprétation des instructions figurant sur l'étiquette des produits,
    2. accessibilité et application des recommandations de l'industrie en vigueur relatives aux traitements, et
    3. sécurité des employés affectés à la manipulation et à l'administration des traitements;
  6. réglementation en vigueur régissant par exemple l'homologation, et l'achat, la vente et les traitements des cellules d'abeilles;
  7. contacts clés;
  8. exigences liées à la tenue de registres à l'exploitation;
    1. système pour l'établissement et l'enregistrement des lots, etc.

3. Moment et fréquence de la formation

Le personnel

  1. reçoit la formation pertinente avant d'être affecté à telle ou telle tâche.
  2. reçoit annuellement une formation de suivi ou de rappel sur la biosécurité, au début de chaque période d'exploitation.
  3. reçoit une formation de mise à jour des connaissances selon les besoins durant la période d'exploitation.

4. Méthodes de formation

La formation peut prendre les formes suivantes :

  1. séances ou rencontres d'initiation tenues sur place,
  2. formation en cours d'emploi sous supervision directe,
  3. auto-formation, et
  4. ateliers de démonstration, séminaires ou ateliers offerts par le gouvernement provincial, des associations apicoles, des organisations privées, etc.

5. Documents d'appui à la formation

Pour faciliter l'apprentissage :

  1. les documents d'appui à la formation sont illustrés, bien structurés et rédigés dans un langage simple (non scientifique).
  2. les documents d'appui à la formation sont traduits, selon les besoins.

Les documents d'appui à la formation peuvent prendre les formes suivantes :

  1. la Norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole et le présent Guide du producteur
  2. PNE écrites
  3. vidéos
  4. démonstrations
  5. photos et illustrations
  6. affiches
  7. exemples commentés (p. ex. étiquettes de produits, formulaires de rapports)
  8. notes de service et courriels
  9. cahiers ou listes de vérification pour l'autoévaluation (sur papier ou en version électronique)
  10. bulletins, fiches d'information, recommandations concernant les traitements (sur papier ou en ligne)

Tenue de registres

Idéalement, un registre de la formation dispensée à chaque employé est tenu.

Les registres devraient contenir les éléments suivants :

  • titres des séminaires, ateliers et cours dispensés et/ou certificats d'attestation de participation;
  • description du contenu et dates des séances de formation dispensées aux employés;
  • document signé par les membres du personnel indiquant qu'ils ont lu et compris les PNE.
Date de modification :