Guide national de biosécurité de l'utilisateur pour les exploitations et sites de rassemblement du secteur équin
Section 6 : Nouveaux chevaux, retour de chevaux, chevaux en visite, déplacement et transport

But : Les déplacements des chevaux se font de manière à minimiser le risque d'introduire et de propager les agents pathogènes.

Description : Les nouveaux chevaux peuvent poser un risque d'introduction considérable de maladies aux chevaux résidents. Il est essentiel d'établir le statut sanitaire de chaque cheval et de s'assurer qu'il y a assez d'espace et de personnel pour offrir les soins de routine avant de les ajouter au troupeau.

6.1 Nouveaux chevaux (points à considérer), nouveaux arrivants et retour de chevaux

But : Déterminer le statut sanitaire des nouveaux chevaux et l'harmoniser avec celui du troupeau résident. Cela orientera les procédures qui peuvent avoir besoin d'être prises avant d'introduire des chevaux dans le troupeau. Séparer les chevaux nouvellement arrivés ou de retour et mettre en œuvre des mesures basées sur le risque pour protéger la santé des autres chevaux.

Description : Les nouveaux chevaux peuvent apporter des maladies dans votre troupeau. Même s'il est facile d'identifier les chevaux visiblement malades et de les séparer des autres chevaux afin de réduire la propagation de la maladie, les chevaux infectés de manière subclinique (ils semblent en bonne santé, mais ils sont porteurs d'un agent pathogène) posent un défi. C'est pour cette raison que les mesures régulières pour séparer tous les nouveaux arrivants des chevaux résidents sont importantes. Bien que des mesures puissent être prises pour réduire ce risque (par exemple, dépistage de maladies et les examens médecins vétérinaires avant l'arrivée), selon les tests utilisés et le stade de l'infection, certains chevaux infectés ne seront pas détectés par ces méthodes.

Les chevaux qui reviennent peuvent également poser un risque d'introduction de maladies, selon l'exposition potentielle qu'ils ont eue pendant qu'ils se trouvaient hors de l'exploitation ou du site de rassemblement. Assurez-vous de tenir compte de la période pendant laquelle votre cheval a été éloigné et des risques liés aux activités et aux endroits qu'il a fréquentés avant l'exploitation ou le site de rassemblement d'origine et à son retour à celle-ci.

La séparation de tous les chevaux arrivants pour une période de temps est une bonne stratégie de réduction des risques d'introduction de maladies aux animaux résidents

Pratiques recommandées :

  • avant l'arrivée des chevaux, obtenir une preuve (documentation) de l'historique de vaccination, de vermifugation et des autres tests de santé, selon les besoins (par exemple, un résultat négatifNote de bas de page 11 récent au test de dépistage de l'anémie infectieuse équine (AIE) et autres maladies). Lorsque cela n'est pas possible, effectuer ces tests pendant que le cheval demeure séparé des autres chevaux (veuillez consulter l'annexe 9 (veuillez consulter l'annexe 9 pour obtenir un exemple de dossier de protocole pour les nouveaux chevaux);

Lors de grands événements, exiger des documents officiels sur le statut sanitaire (certifiés par un médecin vétérinaire)

Un panneau de biosécurité planté dans un champ.
Description de la photo – : Un panneau de biosécurité

Sur le panneau de biosécurité on peut lire le texte suivant : « WHOA. This Facility requires a negative Coggins (EIA) test prior to off loading or entering the premises with your Horses. Contact Area Management » (HO! Pour entrer sur les lieux, vos chevaux doivent avoir un résultat négatif au test de Coggins pour l'anémie infectieuse équine [AIE] afin qu'ils puissent être déchargés sur les lieux ou y entrer. Veuillez communiquer avec le gestionnaire du manège). Il y a aussi des espaces libres sur le panneau afin de pouvoir y inscrire les coordonnées du gestionnaire du manège. Au haut du panneau, à gauche et à droite du mot « WHOA » (HO), se trouvent des hexagones rouges contenant le mot « STOP » (arrêt) en lettres blanches.

Ce grand panneau précise clairement qu'un résultat négatif au test de Coggins pour l'anémie infectieuse équine est requis pour entrer sur les lieux. Avoir les coordonnées du gestionnaire du manège est une pratique utile pour aborder les enjeux. Par souci de protection de la vie privée, le numéro de téléphone a été retiré de la photo. Photo offerte gracieusement par Alex McIsaac D.M.V.

Un panneau de biosécurité carré et blanc.
Description de la photo – : Un panneau de biosécurité carré et blanc

Un panneau de biosécurité carré et blanc. La bordure du panneau est tracée d'une large bande rouge continue. Au centre du panneau se trouve un carré rouge. À l'intérieur du carré rouge se trouve le mot « ATTENTION » en lettres majuscules blanches. Au-dessus du mot « ATTENTION » et superposé sur le carré rouge se trouve la silhouette d'une personne montée à cheval. La silhouette est noire. Au-dessus de la silhouette se trouve l'énoncé : "Cambridge Meadows Equestrian Centre" (centre équestre Cambridge Meadows). Sous le carré rouge, il y a le texte suivant : « Preventing the spread of disease is important to Cambridge Meadows. Only healthy horses allowed entry to grounds. Only clean equipment and tack allowed on-site. On arrival all participants must present health certification to event officials. A negative EIA test within the last 6 months is required. Horses must be presented on entry for a health check. Participants to report signs of horse sickness to event officials immediately. Failure to adhere to these requirements may result in disqualification ». (La prévention de la propagation de maladies est importante à Cambridge Meadows. L'accès à ce site de rassemblement n'est permis qu'aux chevaux en bonne santé. Seuls de l'équipement et du harnachement propres sont permis sur ce site. À l'arrivée, tous les participants doivent présenter un certificat sanitaire aux responsables de l'événement. Un résultat négatif à un test de dépistage de l'AIE au cours des 6 derniers mois est exigé. Les chevaux doivent être présentés à l'arrivée pour une vérification de leur état de santé. Les participants doivent déclarer les signes de maladies de leurs chevaux aux responsables de l'événement immédiatement. L'omission de respecter ces exigences pourrait mener à une disqualification ».

Ce site de rassemblement laisse peu de doute sur leur engagement à l'égard de la gestion de la santé des chevaux. Ils ont déterminé les risques de maladie causés par l'équipement et le harnachement ainsi que la nécessité de signaler les chevaux malades aux officiels de l'événement.

Le panneau est un bon rappel aux participants de leur responsabilité d'établir le statut sanitaire de leurs chevaux et que les conséquences de l'omission de se conformer peut entraîner leur disqualification. S'assurer que les pensions, les participants et les visiteurs sont conscients des exigences aide à protéger la santé de tous les chevaux.

Idéalement, les exigences sont fournies aux propriétaires et aux gardiens de chevaux avant l'événement et de nouveau à l'arrivée au site de rassemblement.

Image offerte gracieusement Daniel Schwartz D.M.V.

  • réviser les dossiers de santé détaillant les antécédents médicaux, les traitements reçus, les examens vétérinaires et l'historique des déplacements, le cas échéant;
  • veiller à ce que les chevaux soient distinctement identifiés : les dossiers de marques distinctes et uniques peuvent aider;
  • lors de l'achat de plusieurs chevaux, acheter auprès du moins grand nombre de sources possible afin de minimiser l'exposition aux maladies. Lorsque cela n'est pas possible, par exemple à des ventes de chevaux d'un an, il faudra mettre davantage l'accent sur la biosécurité pendant le transport et à domicile;
  • lors de l'achat de plusieurs chevaux, considérer les gérer par groupe en fonction du niveau de risque similaire. Les regroupements possibles pourraient comprendre le propriétaire précédent, le statut sanitaire, l'âge et le type d'utilisation;
  • si de la semence ou des embryons sont utilisés, s'assurer que les animaux donneurs sont exempts de maladies sexuellement transmissibles et que des méthodes vétérinaires reconnues soient employées pour la collecte, le traitement et la conservation de ces produits;
  • séparer les nouveaux arrivants des chevaux résidant à l'exploitation pendant une période suffisante pour s'assurer qu'ils ne sont porteurs de maladie. Un certain nombre de facteurs influencent la durée de la période de séparation nécessaire. Consulter votre médecin vétérinaire afin de fixer une durée appropriée;
    • La période de séparation normalement recommandée excède (est plus longue que) le délai d'apparition de signes cliniques après l'exposition aux maladies préoccupantes. Les pratiques de gestion de la santé, dont les protocoles de vaccination et de vermifugation et l'historique de voyages sont importants pour la détermination des risques de maladies potentiels. La preuve de la vaccination et les résultats de tests négatifs devraient être obtenus;

Voici quelques délais suggérés pour la séparation :

  • de 5 à 7 jours pour les chevaux de statut sanitaire connu, qui se traduit par l'absence de contact récent connu avec des chevaux malades, des antécédents médicaux approfondis et un examen vétérinaire récent avec des résultats négatifs;
  • 14 jours pour les chevaux de statut sanitaire semblable et faisant partie d'un programme semblable de gestion de la santé à l'exploitation ou au site de rassemblement;
  • de 21 à 28 jours pour les chevaux de statut sanitaire inconnu ou provenant de sites de rassemblement où le programme de gestion de la santé des chevaux est inconnu ou des composantes du programme de santé sont absentes.

Vous pourriez raccourcir la période de séparation si vous obtenez :

  • des résultats de tests négatifs aux principales maladies;
  • des antécédents médicaux approfondis; et
  • un examen vétérinaire récent avec des résultats négatifs.
  • s'assurer que les gestionnaires de l'exploitation ou du site de rassemblement obtiennent un certificat d'examen vétérinaire complété dans les 7 jours précédant l'arrivée à l'installation afin de déterminer le statut sanitaire du cheval et les procédures de biosécurité appropriées (par exemple, vaccination et tests de dépistage des maladies dans la mesure du possible; cette option peut ne pas être possible à une vente par encan);
  • vaccination : (veuillez consulter l'annexe 10 pour obtenir des directives supplémentaires sur la vaccination)
    • évaluer les besoins de vaccination de vos chevaux avec votre médecin vétérinaire. Certains des facteurs à prendre en considération sont : l'âge du cheval, l'historique de vaccination, l'exposition et la prévalence de la maladie dans leur environnement et leur historique de déplacements;
      • Remarque : La vaccination n'assure pas une protection immédiate contre les maladies, et de nombreux vaccins requièrent deux doses ou plus sur une période de trois à quatre semaines. Les chevaux qui n'ont pas été adéquatement vaccinés contre un agent pathogène particulier peuvent être vaccinés avant leur entrée à l'exploitation ou au site de rassemblement. Lorsque ce n'est pas possible, ces procédures peuvent aussi être réalisées pendant que les chevaux sont séparés sur l'exploitation ou le site de rassemblement.
    • les vaccins devraient être administrés conformément aux instructions sur l'étiquette;
    • obtenir les vaccins seulement de sources fiables afin de s'assurer qu'ils ont été manipulés et entreposés de façon appropriée;
    • conservez les dossiers de vaccination (date d'administration, type de vaccin et identification particulière du fabricant telle que le numéro de lot); et
    • signaler tous les effets indésirables qui se manifestent à votre médecin vétérinaire et au fabricant du vaccin.

Certaines provinces réglementent et restreignent l'adminsitration des vaccins. Veuillez vous assurer de connaître les exigences réglementaires et de vous y conformer.

Les vaccins sont mieux administrés par votre médecin vétérinaire qui connaît les avantages, les risques et l'utilisation appropriée pour protéger la santé de vos chevaux.

  • l'analyse du fumier des nouveaux chevaux devrait être effectuée en procédant au comptage des œufs dans les fèces pour établir la charge parasitaire du cheval avant la vermifugation et la participation au programme de lutte antiparasitaire de l'exploitation;
Photo de deux cavalières administrant des médicaments par voie orale à un cheval attaché dans une stalle d'écurie.
Le traitement antiparasitaire devrait être fondé sur un comptage d'œufs dans les fèces afin de cibler les chevaux nécessitant un traitement avec les produits appropriés. Photo offerte gracieusement par Canada équestre.
  • des analyses de la réduction du compte d'œufs dans les fèces devraient être envisagées afin d'évaluer la réaction à la vermifugation et de détecter toute résistance des parasites au vermifuge; (Veuillez consulter l'annexe 11 pour obtenir des directives supplémentaires sur la lutte antiparasitaire)
  • séparer physiquement les chevaux pour prévenir le contact direct ou le contact indirect entre les nouveaux animaux et les chevaux résidents. Lorsque la séparation physique est impossible, des barrières procédurales peuvent être utilisées. Cela consiste à limiter le nombre de personnes qui entre dans la stalle du cheval au personnel affecté à cette fin seulement, à utiliser des gants ou à l'hygiène des mains (lavage des mains) et des vêtements propres ou dédiés pour ceux qui manipulent le cheval et à prévenir le contact nez à nez avec les chevaux avoisinants. Garder à l'esprit que les barrières procédurales ne diminuent pas le risque de propagation de maladies au niveau de la séparation physique. De la même façon, les barrières physiques sont insuffisantes pour prévenir les maladies si les procédures pour minimiser la contamination croisée ne sont pas appliquées. Lors de l'utilisation de la séparation physique ou des barrières procédurales, réserver de l'équipement ou nettoyer et désinfecter l'équipement utilisé pour ces chevaux. Restreindre l'accès et contrôler les déplacements dans la zone où les nouveaux chevaux se trouvent;
  • surveiller les nouveaux chevaux quotidiennement afin de détecter tout changement à leur état de santé et en consignant les résultats dans un registre; et
  • séparer immédiatement et faire examiner par un médecin vétérinairetout cheval soupçonné d'être affecté d'une maladie contagieuse telle que la diarrhée, une maladie respiratoire ou une fièvre d'origine inconnue (consulter l'annexe 13 pour obtenir des directives supplémentaires sur la séparation des chevaux malades).

Considérations importantes :

  • L'entassement et le stress associés au transport ainsi que les compagnons de troupeau inconnus peuvent réduire la résistance d'un cheval à la maladie et entraîner l'excrétion d'agents pathogènes.
  • Les centres d'élevage peuvent poser un risque pour la santé des étalons, des juments, du sperme et des embryons par le contact cheval à cheval durant la monte et par de l'équipement contaminé. Une hygiène adéquate est nécessaire pour réduire au minimum la transmission d'agents pathogènes durant ces processus et la contamination après le prélèvement et le stockage d'embryons et de sperme.
  • Les sites de vente ou d'encans de chevaux où les occasions de mélange des animaux et le partage de licous, laisses, abreuvoirs et stalles sont particulièrement fréquents peuvent poser des risques importants pour la santé des chevaux. En outre, être conscient du statut sanitaire antérieur de l'exploitation (par exemple, gourme sous forme endémique).

6.2 Chevaux en visite

But : Diminuer le risque de transmission de maladies par des chevaux visitant l'exploitation ou le site de rassemblement pendant une courte période (par exemple, leçons, formation, événements d'un jour, randonnées et reproduction).

Description : Les chevaux en visite qui ne partagent pas le même statut sanitaire que le troupeau résident ou que les autres chevaux visiteurs peuvent poser les mêmes risques que de nouveaux arrivants dans une exploitation ou un site de rassemblement, si on leur permet de se mélanger. Les chevaux en visite qui seront hébergés à l'exploitation ou au site de rassemblement sont sujets aux mêmes considérations liées à la biosécurité que les nouveaux chevaux.

Pratiques recommandées :

  • le statut sanitaire des chevaux en visite devrait être déterminé avant leur arrivée et devrait être en conformité avec le programme de gestion de la santé de l'exploitation ou du site de rassemblement;
  • l'équipement accompagnant les chevaux en visite devrait être nettoyé et utilisé seulement pour ces chevaux (par exemple, remorque, harnachement, équipement de toilettage, seaux de nourriture et d'eau). Cela peut comprendre les activités suivantes : s'assurer que la remorque n'a pas été exposée à un cheval qui est malade (nettoyer et désinfecter le cas échéant, c.-à-d. une remorque empruntée), stationner dans une zone désignée, apporter des seaux propres et désinfectés pour l'abreuvement et l'alimentation des chevaux en visite (veuillez consulter la section 8.5 et l'annexe 15 pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le nettoyage et la désinfection) et aucun mélange n'est permis;
  • vérifiez que des enclos et des boxes sont disponibles pour séparer les chevaux visite du troupeau résident;
  • ne laissez pas les chevaux entrer en contact direct entre eux durant les activités; et
  • dans les sites de rassemblement où toute la population ou une bonne partie arrive et repart régulièrement, tels que les sites de compétition, la séparation des chevaux est parfois difficile et inadaptée à la conception des lieux. Dans ces situations, les chevaux arrivants ou partants devraient être séparés des chevaux résidents qui ne quittent jamais les lieux (par exemple, chevaux d'école ou retraités) ou des jeunes chevaux tels que ceux âgés d'un an et les poulinières. Les chevaux de course devraient être gardés ensemble dans des boxes adjacents et séparés des chevaux d'un an et de deux ans en cours de dressage.

6.3 Déplacement à l'intérieur de l'exploitation ou du site de rassemblement

But : Les déplacements des chevaux dans une exploitation ou un site de rassemblement sont gérés de manière à réduire l'exposition des chevaux à risque plus élevéNote de bas de page 12 aux chevaux moins résistants aux maladiesNote de bas de page 13.

Pratiques recommandées :

  • loger ensemble les chevaux de groupes de risques similaires (statut sanitaire, utilisation et âge) et limiter le contact entre ces groupes et le personnel, l'équipement ainsi que l'exposition aux environnements communs (enclos et pâturages).
  • loger les juments et les poulains séparés du reste du troupeau.
  • maintenir une séparationNote de bas de page 14 physique entre le troupeau résident et les chevaux malades, les nouveaux, ceux qui reviennent ou ceux qui sont en visite.

Les chevaux qui interagissent ensemble devraient rester ensemble.

6.4 Participation à des événements

But : Minimiser les risques de transmission de maladies par les chevaux et l'équipement (seaux et harnachement) apportés à des événements et rapportés de ceux-ci.

Description : Le mélange de chevaux à des événements pose un risque important de transmission de maladies. Les participants aux événements et leurs organisateurs partagent la responsabilité de minimiser les risques et jouent des rôles complémentaires.

6.4.1 Responsabilité du gardien

Pratiques recommandées :

  • examiner les exigences relatives à la santé (par exemple, est-ce qu'un résultat négatif au test d'AIE est requis?);
  • vérifier que les chevaux sont sains et adéquatement vaccinés. Consultez votre médecin vétérinaire au sujet du calendrier des vaccins;
  • gérer les chevaux d'une même écurie ou d'un même site de rassemblement en tant que groupe et les héberger ensemble à l'événement;
  • minimiser le contact entre les cavaliers, les palefreniers, ceux qui débourrent les chevaux et les entraîneurs, des chevaux qui ne sont pas les leurs;
  • dédier de l'équipement à vos chevaux et empêcher le partage entre chevaux. Cet équipement comprend, sans toutefois s'y limiter : les couvertures, les mangeoires, les seaux d'eau, le harnachement, les fournitures de toilettage et l'équipement de nettoyage des boxes (remarque : le bas des pantalons et les chaussures des cavaliers devraient être nettoyés avant de changer de cheval);
  • identifier de façon visible l'équipement afin de prévenir le partage;
  • voyer à ce que du matériel et de l'équipement pour le nettoyage et la désinfection, comme du désinfectant pour les mains, du savon, des brosses et du désinfectant, soient disponibles sur le site de l'événement et que les boxes attribués soient nettoyés au besoin;
  • vérifier avec l'organisateur de l'événement ou l'hippodrome afin de déterminer les méthodes utilisées pour nettoyer et désinfecter les boxes ou les enclos entre les utilisations par des chevaux différents (veuillez consulter la section 8.5 de l'annexe 15 pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le nettoyage et la désinfection);
  • surveiller l'état de santé, y compris la température corporelle quotidienne du cheval pendant l'événement. Signaler toute anomalie à l'organisateur de l'événement (et au médecin vétérinaire; ou autre personne désignée de l'événement ou autre). Tenez l'organisateur de l'événement informé de tout changement de l'état de santé du cheval;
  • éviter toute forme de contact direct (par exemple, nez à nez) et indirect (par exemple, surfaces communes dans les douches) entre les chevaux;
  • envisager l'utilisation de votre propre boyau d'arrosage; et
  • ne submerger pas l'extrémité d'un boyau d'arrosage d'utilisation commune dans un seau d'eau servant d'abreuvoir.

6.4.2 Responsabilité de l'organisateur de l'événement

Pratiques recommandées :

  • la responsabilité d'établir les exigences sanitaires relatives à la participation d'un cheval incombe à l'organisateur de l'événement (par exemple, des tests basés sur les risques peuvent être requis avant l'entrée sur le terrain [par exemple, AIE, gourme et VHE-1]);
  • restreindre l'accès des spectateurs aux écuries et aux remorques;
  • vérifier qu'il y a des murs complets dans les boxes entre les chevaux;
  • prévoir un boxe et une aire réservée pour les chevaux malades ou suspects;
  • vérifier que les boxes soient nettoyés et désinfectés avant l'arrivée d'un cheval et après son départ (afficher un registre de nettoyage visible);
  • vérifier que les boxes utilisés pour doucher les chevaux soient nettoyés et désinfectés fréquemment et, idéalement, entre chaque utilisation (afficher un registre de nettoyage visible);
  • fournir des contenants pour objets pointus et tranchants approuvés en quantité suffisante;
  • fournir des désinfectants pour les mains ou des stations de lavage des mains dans les écuries;
  • offrir des services vétérinaires (par exemple, sur appel ou sur place);
  • recommander que les gardiens des chevaux prennent et consignent les températures des chevaux au repos au moins une fois par jour et que le registre soit mis à la disposition des officiels de l'événement à des fins de vérification; et
  • s'assurer que tout l'équipement utilisé ou apporté à l'événement est nettoyé et désinfecté (par exemple obstacles, boxes portables).

(Veuillez consulter l'annexe 7 pour un exemple de déclaration de participation d'un cheval et l'annexe 8 pour un exemple de lettre d'événement aux chevaux participants)

Une des pratiques recommandées de l'industrie consiste à obliger la personne ayant l'autorité légale sur les soins du cheval à signer un accord qui stipule le signalement d'un problème de santé potentiellement infectieux à l'organisateur de l'événement. Celui-ci, avec l'aide d'un médecin vétérinaire, mettra en œuvre le protocole de biosécurité qui a été élaboré.

Photo de l'intérieur d'une grande installation équestre.
Photo offerte gracieusement par Canada équestre.

Conseils pour les cavaliers

  • Au moment d'effectuer une randonnée équestre avec des amis ou des voisins, il est bon de connaître préalablement le statut sanitaire et les antécédents des autres chevaux. Cela peut être aussi simple que d'assurer que les chevaux ont le même statut sanitaire et ne présentent aucun signe de maladies avant de se rassembler.
  • Éviter les contacts nez à nez avec les autres chevaux et maintenir une distance de 2 m avec eux pendant la randonnée peut réduire les possibilités de propagation des maladies.
  • Éviter de partager le harnachement, l'équipement, les seaux de nourriture et d'eau.
  • Gérer ce que votre cheval mange - empêchez-les de consommer l'eau et la nourriture des autres chevaux.
  • Si vous restez pour la nuit le long du sentier ou dans un terrain de camping, s'assurer que l'ensemble de la nourriture, de la litière et du fumier du cheval précédent est enlevé de la zone de stabulation du cheval avant le déchargement ou l'installation de la litière de votre cheval.
  • Essuyer les surfaces de contact communes telles que les rampes d'attache et les lignes d'attache, et laisser de l'espace entre les chevaux.
  • À votre départ du lieu de campement, enlever et éliminer la nourriture, l'eau et la litière de façon à ce que ce soit propre pour le prochain cavalier.

Références Note de bas de page 15  Note de bas de page 16

6.5 Transport

But : Transporter les chevaux de manière à réduire le plus possible l'exposition et la propagation de maladies.

Pratiques recommandées :

  • vérifier que le transport est conforme à l'ensemble de la législation applicable, dont les exigences de la Loi sur la santé des animauxNote de bas de page 17 et de son RèglementNote de bas de page 18 et le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des équidésNote de bas de page 19;
  • transporter seulement vos chevaux ou au moins seulement ceux pour lesquels les conditions de garde et le statut sanitaire sont connus;
  • n'offrir le transport à un cheval démontrant des signes de maladie infectieuse que pour le transporter à une exploitation où il recevra les soins appropriés. Ce cheval ne devrait pas être transporté avec des chevaux sains (nettoyer et désinfecter le véhicule de transport après son départ de l'exploitation);
  • minimiser le stress social pendant le transport de chevaux à bord d'une même remorque;
  • évitez de mélanger les jeunes chevaux pendant un transport (par exemple, chevaux d'un an d'exploitations différentes mélangés ou jeunes chevaux de course);
  • attacher votre cheval à votre propre remorque afin de minimiser l'exposition aux agents pathogènes d'autres remorques; et
  • après le transport de chevaux, nettoyer afin d'enlever toutes les matières organiques et désinfecter le véhicule de transport.
Date de modification :