Guide national de biosécurité de l'utilisateur pour les exploitations et sites de rassemblement du secteur équin
Section 10 : Emplacement, conception et aménagement d'une exploitation ou d'un site de rassemblement et rénovations d'une propriété existante

But : Une bonne planification et évaluation de votre exploitation ou du site de rassemblement dans une perspective de biosécurité peut contribuer à réduire le risque d'introduire ou de propager les maladies. Un plan de l'aménagement de la propriété peut être utile afin d'évaluer les zones à risque élevé et faible, y compris le flux de circulation, les aires pour les visiteurs, la gestion du fumier, les besoins en clôtures pour les voies de déplacement ainsi que la direction des vents dominants et du ruissellement des eaux.

Description :

Les principes de biosécurité devraient être considérés dans la conception ou la restructuration de la disposition de la propriété ou d'un environnement. Souvent des changements mineurs peuvent être mis en œuvre et avoir un impact positif. Les secteurs prioritaires pour la conception et la disposition d'une installation comprennent ce qui suit : la géographie, la topographie et le flux de circulation en ayant l'utilisation finale à l'esprit. Pour des renseignements sur la gestion et les pratiques rationnelles pour le bien être de l'hébergement et les soins des chevaux, consulter le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des équidés.

10.1 Géographie

La géographie globale de la région et de la propriété doivent être évaluées de façon à limiter la propagation de maladies et à réduire au minimum leur introduction sur le site. La construction de nouvelles installations dans des régions moins densément peuplées de chevaux et de bétail peut réduire le risque d'exposition à des agents pathogènes. Évaluer les besoins et équilibrer les avantages liés à l'accès à des services vétérinaires, à des fournisseurs d'aliments et à d'autres complexes d'événements équins qui peuvent être situés dans la région environnante.

Liste de vérification des points à considérer en matière de biosécurité
Points à considérer et pratiques recommandées Remarques
Nouvelles Installations - Construire, à une distance suffisante des autres installations équestres, complexes d'événements, installations de rassemblement et installations d'élevage afin de minimiser la transmission aérienne de maladies infections.
Prendre connaissance des industries environnantes avant de bâtir une installation afin de minimiser l'incidence de sources de contamination et de dangers potentiels (biologiques, chimiques, physiques).
Déterminer la proximité avec les cliniques et les hôpitaux vétérinaires, les événements et les lieux de rassemblement afin de minimiser le stress du transport et de l'exposition aux autres animaux.
Obtenir des renseignements sur les maladies régionales et le mode de transmission.

10.2 Topographie

Incorporer les caractéristiques topographiques naturelles dans la conception du site de façon à influencer l'utilisation globale de la propriété, la localisation des bâtiments, des enclos de mise en liberté, des pâturages et autres infrastructures nécessaires à l'exploitation ou à l'installation. La pente du terrain et le type de sol auront une incidence sur le drainage, sur la facilité et le coût des travaux de terrassement et de construction, sur la qualité des pâturages et sur les surfaces d'entraînement pour les chevaux. Les arbres et les collines peuvent procurer une protection l'été contre le soleil, le vent et les températures défavorables et influencer la ventilation dans l'écurie. Les étangs et les cours d'eau peuvent réduire l'utilisation de certains espaces, attirer la faune ou la vermine et affecter le drainage.

Liste de vérification des points à considérer en matière de biosécurité
Points à considérer et pratiques recommandées Remarques
Choisir un endroit légèrement élevé, qui offre un drainage adéquat, une couverture végétale convenable pour le pâturage et une base pour les écuries.
Déterminer s'il y a présence d'endroits où de l'eau stagnante risque de s'accumuler et étudier des façons de minimiser ce risque.
Déterminer si des mesures seront nécessaires pour éviter le ruissellement des eaux qui entraînerait des inondations des écuries, des fermes et des installations.
Tenir compte des risques de maladies si les enclos ou les zones de mise en liberté qui traversent des zones boisées peuvent contenir des espèces de tiques susceptibles de porter des pathogènes tels que Borrelia burgdorferi (la cause de la maladie de Lyme).
Évaluer les environs afin de s'assurer qu'il y a suffisamment d'espace pour l'entreposage et le compostage du fumier. L'installation doit permettre la séparation entre l'écurie et la zone d'entreposage des aliments, tout en étant accessible pour le nettoyage quotidien du fumier, des litières souillées et des aliments et en tenant compte de l'accès des véhicules et de l'équipement de grande taille pour l'enlèvement du compost et du fumier.

10.3 Aménagement

L'aménagement de la propriété affecte la facilité de la conduite des opérations journalières et la capacité de mettre en œuvre des pratiques de biosécurité efficaces. L'aménagement doit tenir compte du nombre de chevaux prévu et doit permettre l'agrandissement si nécessaire. Être en mesure de séparer des chevaux provenant de groupes de pairs différents ou à risque différent est important, tout comme la possibilité de minimiser les risques de contamination des lieux d'habitation, des aliments, de l'eau et de la litière.

Liste de vérification des points à considérer en matière de biosécurité
Points à considérer et pratiques recommandées Remarques
Établir l'aire d'entreposage de fumier de façon à prévenir les fuites ou les ruissellements dans les aires de logement des chevaux, les fossés, les sources d'eau et les réservoirs d'eau de surface comme les ruisseaux, les étangs, les rivières et les lacs.
Vérifier que tous les points d'accès à l'écurie sont sécuritaires et visibles.
Minimiser la possibilité de contact nez à nez par dessus les clôtures (par exemple, double clôture, voir la figure 10), particulièrement dans les zones à risques élevés.
Veiller à ce que l'aménagement de l'exploitation ou de l'installation soit conçu de manière à permettre la séparation des groupes de pairs et à risque.
Placer les zones de chargement et de déchargement des chevaux à un endroit où il y a le moins de trafic des véhicules possible sur le site.

10.4 Flux de trafic

L'absence de contrôle des déplacements des personnes, des chevaux, de l'équipement et du matériel sur une exploitation ou sur un site de rassemblement peut rapidement et facilement propager des agents pathogènes. Identifier et planifier les flux de circulation permettront de réduire ce risque.

Liste de vérification des points à considérer en matière de biosécurité
Points à considérer et pratiques recommandées Remarques
Évaluer les voies sur le plan de la circulation des véhicules, des fournitures et des chevaux. Si possible, de l'aménagement conçu pour minimiser le contact avec d'autres chevaux. Des aires de stationnement désignées (et faisant l'objet de signalisation) pour les fournisseurs, les médecins vétérinaires, les travailleurs de l'exploitation et les visiteurs pour aider à la propagation de maladies.
Consulter les premiers intervenants afin de vérifier que la conception de l'installation convient à l'accès en situation d'urgence.
Contrôler et gérer l'accès à la propriété, y compris, entre autres, aux visiteurs, aux chevaux, aux autres bestiaux, aux animaux de compagnie et à la faune.
Afficher des panneaux de signalisation de biosécurité très visible.
Veiller à ce que les fournisseurs de services (par exemple, les fournisseurs de services publics, les livreurs d'aliments, les médecins vétérinaires et les maréchaux ferrants) disposent d'espaces de stationnement réservés dans des zones à faible circulation.
Maintenir la séparation des chevaux et des gens participant à différentes disciplines équestres (par exemple, les installations qui renferment des écoles d'équitation devraient interdire la circulation à pied à proximité des chevaux de spectacle).
Héberger des chevaux assignés à un entraîneur ensemble et séparés des autres chevaux d'un autre entraîneur ou d'une autre discipline.
Désigner une aire de stationnement pour les remorques.

10.5 Conception de nouvelles structures physiques ou rénovation d'une structure physique existante

Il existe de nombreux types de structures qui servent à héberger des chevaux, dont celles conçues pour d'autres bestiaux (par exemple, étables à vaches rénovées). Il faut évaluer la structure du point de vue de la biosécurité équine puisque les besoins des autres espèces peuvent être très différents de ceux des chevaux. Ci dessous se trouvent les pratiques recommandées pour la conception d'un nouveau site ou pour la rénovation d'une installation existante, en tenant compte de la biosécurité.

Liste de vérification des points à considérer en matière de biosécurité
Points à considérer et pratiques recommandées Remarques
Au moment de réparer ou d'agrandir l'installation, sélectionner des matériaux de construction lisses, non poreux, durables et faciles à nettoyer et à désinfecter (par exemple, métal, béton scellé et certains plastiques). C'est important surtout pour les surfaces exposées avec lesquelles les chevaux auront de fréquents contacts, comme les murs, les séparateurs, les surfaces des boxes et les planchers.
Sceller les surfaces de bois (par exemple, clôtures, murs des écuries et des bâtiments) avec plusieurs couches de peinture-émail non toxique de qualité marine ou d'uréthane pour obtenir une surface qui peut se nettoyer et se désinfecter plus facilement. Éviter de sceller les surfaces que les chevaux peuvent gruger et ingérer.
Sélectionner des matériaux de construction qui ne vont pas se briser ou éclater s'ils sont rués par les chevaux.
Veiller à ce qu'il y ait un nombre suffisant de robinets et d'éviers pour le nettoyage et le lavage des mains. Installer des stations de désinfection des mains pour les visiteurs et le personnel, et publier des avis sur les procédures acceptables (par exemple, des protocoles écrits pour le nettoyage et la désinfection).
Veiller à ce qu'il y ait un drainage sous la surface adéquat afin d'enlever les eaux usées et les eaux pluviales dans l'écurie, les bâtiments et les boxes, et autour de ces derniers.
Élaborer une zone de transition - un endroit où toutes les personnes peuvent changer de chaussures et de vêtements avant d'entrer dans les zones d'hébergement des chevaux surtout dans des zones où ils peuvent poser des risques de biosécurité plus élevés.
Installer des moustiquaires pour garder les mouches et les moustiques à l'extérieur des écuries et les inspecter régulièrement pour déceler une infestation de ravageurs ainsi que des zones qui peuvent favoriser la reproduction de ravageurs (par exemple, des eaux stagnantes ou des piles de matériaux ou de débris).
Veiller à ce qu'il y ait un boxe et un pâturage pour la séparation d'un nouveau cheval ou d'un cheval malade qui permet de garder le cheval et son équipement séparés des chevaux résidents.
Veiller à ce que les bols d'eau, les mangeoires, les dispositifs d'alimentation et les sceaux soient nettoyés et désinfectés régulièrement.
Utiliser des planchers non glissants.
Veiller à ce que l'éclairage disponible soit approprié aux besoins des chevaux et hors de leur portée.
Veiller à ce que la circulation d'air soit suffisante dans l'ensemble des zones d'hébergement des chevaux afin de fournir de l'air frais et de réduire au minimum la poussière, les odeurs et l'humidité.
Veiller à ce que la température au sein des zones d'hébergement peut être gérée aux fins de confort et pour éviter l'accumulation d'humidité dans les lieux clos.
Idéalement, entreposer la paille et le foin dans un bâtiment distinct ou loin des chevaux et apporter des réserves pour seulement deux ou trois jours dans l'étable ou l'écurie.
Veiller à ce que les boxes soient assez grands pour accueillir un cheval couché et fournir suffisamment d'espace pour qu'il se mette facilement debout (espace pour s'allonger adéquat). Il est également important de tenir compte de la gestion possible des carcasses et y accéder pour les retirer lorsque la situation le nécessite. Voir le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des équidés.
Construire et employer des clôtures et des portails pour maintenir une séparation optimale entre les animaux (par exemple, au pâturage, entre deux écuries ou entre les véhicules et les animaux).
Il est possible d'installer des boxes séparés pour les nouveaux chevaux, les chevaux blessés ou malades (de manière permanente ou temporaire) accompagnés d'un accès défini et distinct.
Utiliser des clôtures pour garder les chevaux hors des ruisseaux et des étangs et bloquer l'accès à d'autres zones à risques élevés.
Date de modification :