Avis à l'industrie - Renforcer la biosécurité à la ferme pendant la période de migration des oiseaux sauvages

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Ottawa, le 17 avril 2015 : Les oiseaux migrateurs sont des porteurs reconnus du virus de l'influenza aviaire (IA). Ceux-ci représentent un risque important pour la volaille le long des corridors de migration. La détection de cas d'IA en Colombie-Britannique et en Ontario, ainsi que dans certains États américains le long des voies migratoires du Mississippi et du Pacifique indique clairement que les virus d'IA sont toujours actifs au sein de la population des oiseaux sauvages.

On encourage quiconque entre en contact avec des oiseaux dans les grands élevages commerciaux, dans les petits élevages non commerciaux ou dans les fermes d'agrément ou offre des services aux éleveurs de volaille (p. ex. transporteurs de volailles, fournisseurs d'aliments pour animaux, équipes de capture, etc.) à adopter des procédures de biosécurité renforcées.

La Norme nationale de biosécurité aviaire à la ferme et le Guide de biosécurité pour les fournisseurs de services à l'industrie de la volaille, qui se trouvent en ligne à l'adresse www.inspection.gc.ca/biosecurite, présentent des renseignements de base sur la biosécurité à la ferme. On encourage aussi les éleveurs de volailles et les fournisseurs de services à consulter les renseignements soit publiés en ligne ou en format imprimé, soit offerts par des spécialistes en vulgarisation, auprès des ministères provinciaux de l'Agriculture ainsi que des associations nationales et provinciales de producteurs de volailles.

Voici des exemples de pratiques de biosécurité :

  • Empêcher la volaille, ainsi que leur nourriture et leur eau, d'entrer en contact avec des oiseaux sauvages, plus particulièrement les canards et autres espèces de sauvagine.
  • Contrôler les déplacements des personnes, des oiseaux vivants, de l'équipement et des véhicules qui entrent et sortent de la ferme.
  • Observer régulièrement et fréquemment l'apparition de signes de maladie. La détection précoce est essentielle afin de restreindre la gravité d'une éclosion d'IA. Les signes avant-coureurs peuvent comprendre des changements de comportement.

Afin de contribuer à identifier les virus aviaires en circulation dans leur région, les éleveurs de volaille et les propriétaires d'oiseaux peuvent communiquer avec le Réseau canadien pour la santé de la faune, par téléphone au 1-866-544-4744, en cas de découverte d'un oiseau sauvage mort sur leur propriété. Il est particulièrement important de signaler la découverte de sauvagine morte, car ces oiseaux sont des porteurs reconnus d'une variété de souches d'IA. Ainsi, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) peut informer les éleveurs de volaille de la région si des virus d'IA préoccupants sont détectés.

L'ACIA, en collaboration avec les producteurs de volaille canadiens, effectue une surveillance de l'IA dans les élevages commerciaux dans le cadre du Système canadien de surveillance de l'influenza aviaire à déclaration obligatoire (SCSIADO). Si des souches préoccupantes du virus d'IA sont détectées, l'ACIA informera l'industrie et prendra les mesures nécessaires pour restreindre la propagation de la maladie.

S'ils soupçonnent que leurs oiseaux peuvent être infectés par l'IA, les éleveurs commerciaux, les propriétaires de petits élevages et les propriétaires d'oiseaux domestiques doivent communiquer immédiatement avec leur vétérinaire, leur ministère de l'Agriculture provincial ou leur bureau régional de l'ACIA.

Pour plus de renseignements sur l'IA, dont les signes et les symptômes, visitez le site web de l'ACIA.

Date de modification :