Guide de pratiques hygiéniques à l'intention des fabricants de graines germées
Annexe B : Production des graines à germer – Bonnes pratiques agricoles

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

L'article 3 du Code d'usage sur la production hygiénique des graines germées de février 2007, publié par l'Agence canadienne d'inspection des aliments, décrit les diverses étapes de la production des graines à germer lorsque le recours aux bonnes pratiques agricoles (BPA) permet de prévenir la contamination de ces graines par des agents pathogènes microbiens.

3. Production des graines à germer

Une contamination microbienne ou chimique peut survenir durant la culture ou la récolte des graines au champ ou, encore, durant leur entreposage ou leur transport. La salubrité des germes est fortement liée à l'efficacité des mesures de prévention employées à la ferme pour empêcher la contamination des graines. Les producteurs de graines à germer doivent utiliser de bonnes pratiques agricoles (BPA) à toutes les étapes de la production, soit durant l'ensemencement, la culture, la récolte, le nettoyage, l'entreposage et le transport. Les producteurs de germes doivent demander aux producteurs de graines d'adopter des BPA et de leur fournir la preuve que le produit a été cultivé de la manière prescrite. Les aspects généraux des BPA visant à minimiser le risque de contamination des graines destinées à la production de germes comprennent notamment :

3.1 L'utilisation des terres

Dans la mesure du possible, il faut déterminer les sources potentielles de contamination environnementale. En particulier, il ne devrait pas y avoir de production primaire dans les zones où la présence de substances qui peuvent être nuisibles entraînerait un niveau inacceptable de ces substances dans ou sur les graines après leur récolte.

Dans la mesure du possible, les producteurs de graines doivent évaluer les utilisations passées des surfaces de culture (intérieures et extérieures) ainsi que des surfaces adjacentes, afin de déceler les dangers bactériologiques, chimiques et physiques potentiels. Il faut aussi prendre en compte la possibilité d'autres types de contamination (p. ex., des produits chimiques agricoles, de déchets dangereux, etc.).

Dans la mesure du possible, il faut prendre des mesures pour empêcher les animaux domestiques et sauvages d'accéder aux surfaces de culture, afin d'éviter que leurs déjections ne contaminent le sol et les cultures. Il faut aussi examiner la possibilité de contamination par le ruissellement ou le vent, à partir d'installations d'élevage intensif ou d'inondation par des sources d'eau contaminée.

3.2 Les engrais naturels

Le compostage et d'autres traitements peuvent réduire le nombre de microorganismes pathogènes dans le fumier, mais ils ne peuvent les éliminer complètement. C'est particulièrement important de prévenir la contamination microbienne durant la production des graines, car les pathogènes risquent de se multiplier par la suite durant le processus de germination. Par conséquent, le fumier, les biosolides et les autres engrais naturels ne doivent être employés que s'ils ont subi des traitements ou ont été exposés à des conditions environnementales assurant un degré élevé de réduction des agents pathogènes.

3.3 L'eau à usage agricole

L'eau utilisée pour l'irrigation ou d'autres activités agricoles est une source de contamination microbienne potentielle. Les producteurs de graines doivent évaluer la source d'eau employée à la ferme (puits, canal à ciel ouvert, réservoir, eau d'irrigation recyclée, aqueduc, rivières, lacs, eaux souterraines, etc.), vérifier son innocuité et prévenir sa contamination. Il ne faut pas utiliser de l'eau qui est contaminée ou soupçonnée de l'être, par des déchets d'origine animale ou humaine.

3.4 Les produits chimiques agricoles

Les producteurs et les distributeurs de graines doivent utiliser seulement des produits chimiques homologués pour la production agricole ou pour les traitements post-récolte et respecter scrupuleusement le mode d'emploi. L'utilisation de tels produits ne doit pas entraîner un dépassement de la limite maximale des résidus dans les germes. Les producteurs et distributeurs de graines doivent tenir des registres sur les traitements chimiques appliqués (produits chimiques agricoles ou post-récolte utilisés, dose et date d'application, etc.).

3.5 L'hygiène des travailleurs

Il faut formuler des exigences en matière d'hygiène et de santé afin que le personnel qui entre en contact direct ou indirect avec les graines ne puisse contaminer les produits. Il faut interdire aux personnes qui sont porteuses de maladies transmissibles ou soupçonnées de l'être, l'accès aux champs ou aux locaux où elles risqueraient de contaminer les graines à germer. Pour assurer une bonne hygiène personnelle, les producteurs de graines doivent mettre à la disposition de tous les travailleurs qui entrent en contact direct avec les graines des toilettes et des postes de lavage des mains.

3.6 La récolte

Avant la récolte, il faut régler l'équipement de récolte de manière à réduire le plus possible l'entrée de terre et le débarrasser de la terre et des débris accumulés. Il faut nettoyer et vérifier le matériel de manutention (tarières, convoyeurs, etc.). Il faut aussi nettoyer et désinfecter les camions de transport, les wagons, etc., s'ils servent à transporter du fumier et de la terre. Il faut nettoyer les cellules d'entreposage, sacs et autres contenants, qui doivent être placés à l'abri des oiseaux et des rongeurs ou entreposés dans une installation visée par des mesures de lutte contre les rongeurs.

Il ne faut pas utiliser les graines endommagées ou atteintes de maladies pour la production de germes, car elles risquent d'être sensibles à la contamination microbienne. Les graines cultivées en vue de la production de germes doivent être tenues à l'écart de celles destinées à l'alimentation animale (p. ex., destinées à la production de foin).

3.7 Le conditionnement

Les graines destinées à la germination doivent, dans la mesure du possible, être exemptes de matières étrangères, comme de la terre, des fragments d'insectes, des déjections d'oiseaux et de rongeurs et des fragments de métal et de verre. Le conditionnement fait appel à une variété de pièces d'équipement pour débarrasser les graines de la terre, des graines de mauvaises herbes et d'autres débris. Il faut conditionner les graines d'une manière hygiénique en employant des méthodes aptes à réduire le plus possible toute contamination potentielle.

  • L'équipement doit être facile à nettoyer et, au besoin, à désinfecter.
  • L'équipement doit être protégé des ravageurs.
  • Tout l'équipement doit être séché à fond (air comprimé, brosses, etc.) entre les lots et désinfecté au besoin.
  • Les responsables des installations de conditionnement des graines doivent s'assurer que l'équipement n'a pas été employé pour manipuler des produits d'origine animale. S'il l'a été, il faut nettoyer et désinfecter à fond l'équipement avant le nettoyage des graines.

3.8 L'emballage

  • L'emballage des graines destinées à la germination doit être effectué d'une manière hygiénique.
  • L'équipement doit être facile à nettoyer et, au besoin, à désinfecter;
  • L'équipement doit être protégé des ravageurs.
  • Des sacs solides doivent être employés (il ne faut pas utiliser de sacs à mailles lâches).
  • Il ne faut pas employer de sacs contaminés ou recyclés.
  • Chaque emballage doit porter une étiquette indiquant la source et le lot. Si les graines ont été traitées, l'étiquette doit comporter une mention claire à cet effet.
  • Les graines emballées doivent être entreposées dans un endroit propre et sec et à l'abri de la vermine et des ravageurs.

3.9 Le transport et l'entreposage

Il faut emballer les graines dans des sacs ou des contenants imperméables à la contamination durant leur transport et leur entreposage. Il faut nettoyer et désinfecter les conteneurs, les véhicules de transport et les installations d'entreposage avant de les utiliser. Il faut protéger en tout temps les graines, l'équipement, les cellules d'entreposage et les sacs d'emballage contre les rongeurs et les oiseaux, en ayant recours à un programme intégral de lutte contre la vermine comportant de la surveillance, de l'éradication, du nettoyage, de l'assainissement et de la tenue de registres.

3.10 Les analyses, les documents et les registres

Les distributeurs de graines doivent analyser chaque lot pour s'assurer qu'il est exempt de microorganismes pathogènes tels que les bactéries Salmonella et E. coli O157:H7, en employant des méthodes d'analyse acceptées à l'échelle internationale. L'analyse microbienne des graines peut aider à repérer les lots fortement contaminés. Les producteurs de graines et les producteurs de germes doivent être conscients du fait qu'en raison des limites des méthodes d'échantillonnage et d'analyse, l'obtention de résultats négatifs ne garantit pas que les graines soient exemptes de microorganismes pathogènes. Il importe d'utiliser des techniques d'échantillonnage aléatoire, des échantillons de taille suffisante et un nombre suffisant de sous-échantillons afin de représenter le lot le mieux possible.

Dans le cas des lots de graines contaminés, les graines ne doivent pas être utilisées pour la production de germes. En outre, il ne faut pas utiliser les autres lots produits dans des conditions semblables (p. ex., sur les mêmes terres ou avec les mêmes intrants agricoles) et pouvant poser un danger semblable de contamination. Ces lots doivent être retenus jusqu'à ce qu'on puisse en disposer de façon convenable.

Les producteurs de graines doivent tenir à jour tous leurs registres concernant leurs activités agricoles (lieu de production, information fournie par les fournisseurs sur les intrants agricoles, numéros de lot des intrants agricoles, données sur l'irrigation, utilisation faite des engrais et des produits chimiques agricoles, données sur la qualité de l'eau, calendriers de nettoyage des locaux, des installations, de l'équipement et des conteneurs, détails sur le traitement des lots rejetés). Les registres doivent être conservés pendant au moins cinq ans.

3.11 Le retraçage et les rappels

Les producteurs de graines à germer doivent veiller à ce que des procédures et registres de retraçage et de rappel soient en place, afin de pouvoir réagir efficacement aux situations posant des dangers pour la santé. Les procédures doivent permettre le rappel complet et rapide de tout lot de graines suspect et fournir de l'information détaillée qui facilitera l'identification et l'inspection des graines ou germes contaminés. Les mesures suivantes doivent être appliquées :

  • Les pratiques de production et de distribution des graines doivent permettre de réduire le plus possible le mélange de lots multiples de sources différentes, puisqu'un tel mélange peut compliquer le retraçage et augmenter les risques de contamination croisée.
  • L'ACIA et les autorités provinciales ou municipales concernées doivent être informées de tous les rappels.
  • Les producteurs et distributeurs de graines à germer ainsi que les producteurs de germes doivent tenir un registre de traçabilité pour chaque lot. Le numéro de lot, le producteur et le pays d'origine doivent être indiqués sur chaque sac.
  • Les producteurs de graines à germer doivent avoir mis en place un système permettant d'identifier efficacement chaque lot, de retracer les terres de culture et les intrants agricoles associés à chaque lot et d'extraire un lot de graines lorsqu'ils soupçonnent la présence d'un danger.
  • Lorsqu'un lot est rappelé parce qu'il menace la santé publique, la salubrité d'autres lots produits dans des conditions semblables (p. ex., sur les mêmes terres de culture ou avec les mêmes intrants agricoles) et pouvant poser un danger semblable doit être évaluée. Les lots présentant des risques semblables (contaminés par un agent pathogène) doivent être rappelés. Les mélanges contenant des graines potentiellement contaminées doivent également être rappelés.
  • Les graines susceptibles de présenter un danger doivent être retenues jusqu'à ce qu'on puisse en disposer de façon convenable.
Date de modification :