Chapitre 17 - Procédures ante mortem et post mortem, dispositions, surveillance et contrôles - Animaux à viande rouge, autruches, nandous et émeus
17.8 Procédures spéciales d'inspection

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

17.8.1 Animaux ordonnés à l'abattage en vertu du Règlement sur la santé des animaux

17.8.1.1 Indemnités pour les animaux ordonnés à l'abattage

Cette section est présentement en révision.

17.8.1.2 Manipulation des animaux ordonnés à l'abattage

Cette section est présentement en révision.

17.8.1.3 Soumission d'un échantillon des animaux ordonnés à l'abattage

Cette section est présentement en révision.

17.8.2 Procédures d'inspection approfondie pour Cysticercosis bovis chez les bovins

17.8.2 Procédures d’inspection approfondie pour Cysticercosis bovis chez les bovins.

17.8.2.1 Cas index

Lors de l'examen courant, s'il est établi qu'une ou plusieurs carcasses d'un même lot présentent des lésions évoquant la contamination par Cysticercus bovis, toutes les carcasses atteintes et leurs parties doivent être retenues en attente de la confirmation en laboratoire. Puisque la cysticercose bovine est une maladie à déclaration obligatoire en vertu de la Loi sur la santé des animaux, l'identité du propriétaire et l'origine du bovin doivent être établies à des fins de suivi. Aussitôt qu'une lésion potentielle est détectée, l'inspecteur doit consigner le numéro d'identification permanent de l'animal ou, en l'absence de celui-ci, tout renseignement pertinent pouvant contribuer à la détermination de l'origine de la carcasse, p. ex., étiquettes d'oreille, marque, etc.

17.8.2.2 Confirmation en laboratoire

Veuillez consulter le chapitre 5 pour obtenir plus d'information sur la soumission de tissus en vue d'obtenir une confirmation laboratoire.

Les rapports de laboratoire reflèteront les résultats de l'examen histologique des lésions soumises à l'examen et consisteront en l'une des trois options suivantes :

  • 1) La lésion n'est pas attribuable à C. bovis. Le pathologiste décrira la lésion observée, en ajoutant la déclaration selon laquelle la lésion n'est pas causée par C. bovis. Dans ce cas, la carcasse présentant des lésions peut être considérée comme non infestée et l'on pourra la libérer sans traitement supplémentaire.
  • 2) La lésion est causée par C. bovis. Le pathologiste décrira la lésion observée, en ajoutant la déclaration selon laquelle la lésion est attribuable à C. bovis.
  • 3) C. bovis ne peut pas être exclu en tant que cause possible de la lésion. Dans ce cas, le pathologiste décrira la lésion observée en ajoutant une déclaration selon laquelle la lésion correspond à celles causées par C. bovis. Aux fins du jugement post mortem, ces carcasses doivent être considérées comme infestées.

Remarque : Lorsqu'au moins une (1) carcasse provenant d'un lot de bovins est considérée comme infestée, toutes les carcasses provenant de ce lot qui présentent des lésions macroscopiques évoquant C. bovis devraient également être considérées comme infestées.

17.8.2.3 Abattage de bovins provenant d'installations infectées par Cysticercus bovis

La cysticercose est une maladie à déclaration obligatoire en vertu du Règlement sur la santé des animaux. Les lots subséquents de bovins provenant de lieux infestés et envoyés à l'abattage en vertu d'un permis doivent faire l'objet d'un examen plus approfondi que l'examen habituel. Celui-ci consiste à couper en fines tranches les éléments suivants :

  • le cœur;
  • les muscles masticateurs externes et internes;
  • la partie musculaire du diaphragme;
  • la langue et l'œsophage; et
  • la musculature exposée pendant l'habillage de la carcasse.

Toutes les carcasses présentant des lésions macroscopiques compatibles avec C. bovis doivent être considérées comme infestées, et leur élimination doit être effectuée en conséquence. La confirmation du laboratoire n'est pas requise pour cette intervention.

Aux termes de la Loi sur la santé des animaux et de ses règlements, l'indemnité est versée pour les carcasses dont l'abattage est exécuté en vertu d'un permis et qui sont ensuite condamnées ou traitée dû à la présence de cysticercose. Afin de mettre en œuvre cette politique, les procédures suivantes s'appliquent :

  • Les bovins dont l'abattage dans un établissement a été ordonné en vertu d'un permis doivent être accompagnés d'une copie du formulaire CFIA/ACIA 1509 (Permis d'enlèvement d'animaux ou de substances) et identifiés de façon adéquate.
  • À leur arrivée à l'établissement, les animaux doivent être isolés des autres bovins jusqu'à l'abattage, lequel se déroulera à un moment acceptable pour la direction de l'établissement et le médecin vétérinaire en chef.
  • Le médecin vétérinaire en chef de l'établissement doit remplir le formulaire CFIA/ACIA 5179 (Rapport d'inspection ante mortem et post mortem) immédiatement après l'abattage de l'animal réalisé en vertu d'un permis. Chacune des carcasses et leur sort réservé doivent être consignés sur le formulaire CFIA/ACIA 5179.

Selon les modalités de paiement à l'abattoir, le médecin vétérinaire en chef doit donner au médecin vétérinaire de district le poids vif ou le poids en carcasse de l'animal ainsi que la classification de la carcasse, et ce, pour tous les animaux dont l'abattage a été autorisé. Afin de contribuer à l'estimation de la perte de valeur enregistrée en raison de la condamnation ou de la congélation, les carcasses infestées doivent être retenues jusqu'à ce qu'elle ait été classifiée. Des mesures appropriées seront prises afin de s'assurer que les carcasses infestées sont classifiées le plus rapidement possible après l'abattage. De plus, le médecin vétérinaire en chef doit informer le médecin vétérinaire de district de la somme totale versée au producteur par la direction de l'établissement et doit joindre une copie de la facture en vertu de laquelle le paiement a été versé.

Date de modification :