Avis à l'industrie - Présence non déclarée d'œufs dans du surimi ou des produits à base de surimi importés

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Le 27 juin 2016 – Ottawa (Ontario) – Agence canadienne d'inspection des aliments

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) découvre qu'une grande quantité de surimi ou de produits à base de surimi importés contient des protéines d'œufs non déclarés. Les œufs sont considérés comme un allergène prioritaire au Canada et peuvent causer des problèmes de santé graves pour certains consommateurs.

Il incombe aux transformateurs et aux importateurs de poisson de veiller à ce que les produits qu'ils transforment ou importent soient conformes aux règlements canadiens. Ces produits doivent notamment satisfaire aux exigences en matière d'étiquetage comme celles énoncées dans la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation, la Loi sur les aliments et drogues et son règlement d'application, et le Règlement sur l'inspection du poisson. Les allergènes présents dans les aliments doivent être déclarés et la contamination croisée causée par la présence d'allergènes doit fait l'objet d'un contrôle tout au long de la production.

L'ACIA continue de surveiller la présence non déclarée d'allergènes dans les produits de poisson. Les produits importés qui contiennent des allergènes non déclarés, dont les œufs, ne sont pas autorisés sur les marchés canadiens et sont sujets à des mesures de contrôle, notamment la saisie et le rappel des produits. Les importateurs qui importent des produits de poisson non conformes contreviennent à la Loi sur les aliments et drogues et au Règlement sur l'inspection du poisson. Les cas récurrents de non-conformité pourraient mener à la prise de mesures d'application de la loi comme la suspension, la révocation ou le non-renouvellement des permis d'importation ou des poursuites.

Des mesures de contrôle peuvent être mises en œuvre par l'industrie pour l'aider à veiller à ce que ses produits soient conformes aux exigences en matière d'étiquetage des allergènes, entre autres :

  • vérifier les étiquettes, les formules et les ingrédients de leurs produits pour s'assurer que tous les allergènes présents sont déclarés;
  • vérifier les mesures de contrôle des fournisseurs pour s'assurer qu'ils préviennent adéquatement la contamination croisée et qu'ils déclarent la présence d'allergènes sur les étiquettes;
  • établir des ententes d'assurance-qualité des fournisseurs qui incluent des mesures de contrôles comme celles mentionnées précédemment.

On pourrait avoir recours à l'analyse des produits dans un laboratoire agréé de l'ACIA (par le Conseil canadien des normes ou l'Association canadienne pour la reconnaissance officielle des laboratoires) pour vérifier l'efficacité des mesures de contrôle mises en œuvre.

Lorsque la présence involontaire d'un allergène est inévitable, même en prenant toutes les mesures de prévention et de contrôle raisonnables, l'ACIA suggère fortement d'ajouter sur l'étiquette une mise en garde, par exemple « Peut contenir des œufs », après la liste des ingrédients pour aviser les consommateurs allergiques.

En démontrant que leurs produits respectent les exigences canadiennes en matière d'étiquetage, les importateurs peuvent contribuer à ce que leurs produits aient accès aux marchés canadiens.

Liens connexes

Date de modification :